NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Renversant Nigeria !


Renversant Nigeria !
Le duel Buhari-Abubakar a tourné à l'avantage du président sortant. | PHOTO: PIUS UTOMI EKPEI / AFP
ANALYSE. Beaucoup d'indicateurs laissaient penser que rester à la barre du Nigeria serait mission impossible pour Buhari lors du dernier scrutin présidentiel. Il n'en a rien été.
 
Étonnant Nigeria. Le moins que l'on puisse dire est que le résultat de l'élection présidentielle, qui a reconduit Muhammadu Buhari à la tête de l'État, en a surpris plus d'un. Sur les quatre années de son premier mandat, le président nigérian en a passé une bonne partie affaibli et souffrant, en soins à l'étranger et dans l'incapacité de gérer son immense pays, la première économie du continent africain. Pour ses compatriotes traumatisés par une possible répétition du cas de son avant-dernier prédécesseur Mohamed Yar-Adua, décédé en cours de mandat des suites d'une longue maladie restée mystérieuse, deux ans à peine après son entrée en fonction et au prix de longues absences qui ont paralysé le pays, voter Buhari aurait dû s'assimiler à opter pour un timonier incertain.
 
Buhari : les apparences d'un mauvais départ
 
De plus, la critique de sa frugalité appliquée à la vie économique était particulièrement répandue dans les milieux d'affaires, qui se lamentaient avec une formule maintes fois entendue : « l'argent ne circule plus ». En 2015, face à Goodluck Jonathan qui briguait un second mandat, The Economist, journal d'opinion et chantre du libéralisme anglo-saxon, avait pourtant appelé à voter pour Muhammadu Buhari, présenté comme fiable au moins pour une « cause majeure » : la lutte contre la corruption endémique au Nigeria. À l'approche du scrutin de février, la tonalité n'était plus la même dans les gazettes britanniques qui relayaient amplement les frustrations des opérateurs économiques soumis à la diète par une politique de la bourse serrée et portant tous leurs espoirs sur une alternance avec Atiku Abubakar, principal challenger de Buhari et considéré par certains comme un millionnaire sulfureux.
 
Enfin, la campagne électorale a vu se constituer des alliances aussi improbables que spectaculaires contre le régime en place. C'est ainsi que l'on a pu assister à la réconciliation très médiatique de l'influent Olusegun Obasanjo avec son ennemi juré Atiku Abubakar. L'ex-président, général en retraite, est considéré comme le père de la démocratie nigériane pour avoir accepté de remettre le pouvoir aux civils par les urnes en 1979, après une succession de régimes militaires. Vingt ans plus tard, il sera lui-même élu président et fera deux mandats. Dans son autobiographie à succès, My Watch, parue en 2014, Obasanjo n'avait pas eu de mots assez durs pour brocarder son ancien vice-président Atiku Abubakar, fustigeant « sa propension à la corruption, son penchant pour la déloyauté, son incapacité à dire la vérité et à s'y conformer, sa crédulité envers les marabouts, la faiblesse de son jugement, sa confiance absolue dans les vertus de l'argent pour acheter ce qu'il veut obtenir dans tous les domaines, son empressement à sacrifier la morale, l'intégrité, le sens de la vérité et de l'intérêt national à des fins purement égoïstes » ! Un vertigineux réquisitoire qu'il soutenait encore en septembre dernier, enfonçant même le clou par une sentence que la presse nigériane a beaucoup repris : « Je ne lui pardonnerai jamais ! Et s'il m'arrivait de le faire, c'est Dieu lui-même qui ne me le pardonnerait pas. » C'est donc un public estomaqué qui a assisté, quelques semaines avant la présidentielle, à une scène surréaliste devant le petit écran : les pompeuses retrouvailles entre les deux ennemis, suivies d'un engagement très actif d'Obasanjo dans la campagne d'Atiku. Le revirement d'un tel leader du Sud contre le président Buhari, notable nordiste qu'il avait contribué à faire élire en 2015, ne pouvait nullement apparaître de bon augure pour ce dernier.
 
Grosse surprise avec la vérité des urnes
 
Pourtant, au sortir des urnes, les chiffres ont raconté une tout autre histoire. Par une avance de quatre millions de voix en sa faveur, le président sortant a été réélu. Cinquante-six pour cent contre 34 % à Atiku. Pourquoi donc encore Buhari en 2019 ? Malgré les contestations des perdants pour fraude présumée, cette victoire pourrait avoir d'autres explications.
 
L'atout le plus visible pour Buhari est d'abord démographique. Le nord du pays, notoirement plus peuplé que sa moitié sud, a globalement fait bloc pour un de ses ressortissants. On ne peut pas remporter l'élection présidentielle sans gagner à Lagos, capitale économique, ou à Kano, la « capitale » du nord, la ville la plus peuplée du pays, dit l'adage. Originaire de Katsina, État fédéral voisin de celui de Kano, le président sortant savait pouvoir compter sur un bassin électoral représentant d'emblée 40 % du total. La motivation régionaliste pouvait également se nourrir des résultats de la lutte contre Boko Haram. Sévissant essentiellement dans les États du Nord, le groupe terroriste n'a pas manqué de se faire sentir pendant la campagne, mais a beaucoup perdu de sa superbe grâce à une plus grande implication du régime Buhari. Son prédécesseur, Goodluck Jonathan, chrétien natif du sud-est, était accusé de pratiquer un laxisme opportuniste à l'encontre d'un électorat perdu d'avance.
 
Le recentrage agricole et l'atout protectionniste
 
Dans une perspective africaine, d'autres considérations apparaissent néanmoins plus substantielles. On peut penser que les électeurs de Buhari ont aussi validé une vision plus autocentrée de l'économie nationale, restreignant les importations au profit d'une industrie locale naissante, mais malmenée par les différents régimes. Pour ses partisans, Buhari a bien raison de favoriser la production locale d'engrais longtemps abandonnée par des autorités qui préféraient encaisser des commissions sur des imports de mauvaise qualité. L'attention accordée de nouveau à l'agriculture et l'agro-industrie – qui se souvient encore que le Nigeria fabriquait des pneus pour Dunlop et Michelin sur de vastes champs d'hévéa ? – est appréciée, sauf par les importateurs contrariés de lits en bois et de cure-dents, dans un pays producteur de bois. Quant au secteur pétrolier, outre d'être au cœur des réseaux de corruption et incapable de couvrir la consommation locale en carburant, il a été repris en main par un gouvernement qui fait grincer bien des dents par sa sévérité, tout en suscitant beaucoup d'espoir au sein de la population. C'est un son de cloche différent qui émane néanmoins de certaines chancelleries occidentales avec lesquelles les incidents ont fleuri. Aux accusations de protectionnisme « anti-business », l'équipe de Buhari a répondu par une question dans la presse : « Nos amis étrangers ne comprennent pas les enjeux pour notre pays – ou souhaitent-ils simplement notre échec ? »
 
Corruption : ce dossier explosif
 
Quant à la fameuse lutte contre la corruption, « marqueur » du régime, claironné à tout bout de champ, elle a certainement pesé dans un pays qui en est venu à symboliser les pires dérives de la gabegie. Pour les Nigérians, le match se jouait entre un « millionnaire véreux » et un homme austère, sans doute trop, mais finalement plus rassurant, réputé ne pas accorder ni réclamer de passe-droit. Le retournement contre lui d'Olusegun Obasanjo en serait une conséquence, indiquent plusieurs journaux, qui ne manquent pas de relever, non plus, la clémence, voire les avantages dont bénéficient certains proches du président, tandis que la rigueur de la loi s'abat sans faiblir sur ses adversaires politiques. Malgré les écueils, le principal facteur de soutien à Buhari semble donc être sa volonté affichée de reconquérir des pans de souveraineté économique, tant en interne qu'à l'extérieur. Son opposition décisive au projet de Zone de libre-échange continentale (ZLEC), lancé en grande pompe par l'Union africaine l'an dernier, a été salué par les milieux d'affaires locaux comme une saine mesure de protection du marché africain en général et nigérian en particulier.
 
Les défis de demain
 
Il reste à tenir le cap et à tirer les leçons des quatre dernières années. Sous le premier mandat de Buhari, qui avait eu la mauvaise idée d'introduire le contrôle de change (avant de le supprimer en 2016), la monnaie nigériane, le naira, s'était dévaluée de moitié face au dollar et la Bourse locale avait chuté au plus bas, tandis que les investisseurs fuyaient le pays. Le second mandat a été accueilli par des signes plus positifs des marchés obligataires. La lenteur des réformes a valu au président Buhari le surnom de « Baba-go-slow » – le papa qui lambine. Son premier défi consistera donc à accélérer la cadence des mesures propres à renforcer la confiance dans ce qui reste la première économie du continent. Au-delà des postures et de l'affichage.
 
 
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent
Jeu 11 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

« CARNET DE SANTÉ ». En Afrique, ce commerce illicite serait à l’origine de plus 100 000 décès par an, selon l’Organisation mondiale de la santé.   La nuit tombe sur Lagos. C’est l’heure où l’Obalende... Lire la suite >

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?
Jeu 11 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Alors que l'offensive du maréchal Haftar vers Tripoli se poursuit, plusieurs acteurs de la communauté internationale continuent à avancer leurs pions. Par Patrick Forestier   Le maréchal Khalifa Haftar pourra-t-il gagner la bataille de Tripoli ? Ou bien... Lire la suite >

Les Maliens en colère

Les Maliens en colère
Lun 08 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Après les habitants du cercle de Bandiagara, plus de 10 000 personnes ont manifesté vendredi leur colère contre « l'effondrement de l'État ».   Ils étaient des milliers, femmes, hommes, enfants, vieillards, des Maliens... Lire la suite >

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé
Lun 08 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat, dont le deuxième quinquennat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent.   Les principaux partis d’opposition de Guinée, des associations de la société... Lire la suite >

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité
Jeu 04 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

On estime que chaque année, plusieurs milliers de personnes sont ainsi détenues au Nigeria.   En décembre 2014, Folake Oduyoye est morte à l'hôpital universitaire de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Hospitalisée en août pour accoucher... Lire la suite >

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français
Jeu 04 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une réunion s’est tenue à l’Assemblée pour réfléchir aux moyens d’offrir une meilleure protection aux Français emprisonnés à l’étranger.   C’est le début d’une revanche sur l’histoire... Lire la suite >

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »
Sam 30 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

« Le Monde Afrique » a décidé de publier l’un des articles de la revue « Afrique contemporaine » consacrée au Mali qui ne verra pas le jour. La publication du dossier a été suspendue par l’AFD, son organisme de tutelle.   Sur... Lire la suite >

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée
Sam 30 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Tout ce qu'il faut saisir du sens de l'appel par le général Gaïd Salah de l'application de l'article 102 de la Constitution, qui prévoit « l'empêchement » du chef de l'État pour « cause de maladie ... Lire la suite >

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes
Mar 26 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Après le boycottage des législatives de décembre 2018, sept des quatorze partis de la coalition ont claqué la porte, dont plusieurs poids lourds politiques.   « Nous avons marché durant des mois sous un soleil chaud et parfois sous la pluie, espérant... Lire la suite >

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre
Mar 26 Mar 2019 | Source : FRED DUFOUR / AFP ... | dans Société

À cause de la situation qui prévaut actuellement au Mali, près de mille écoles sont fermées. De quoi impacter gravement l'éducation de nombreux enfants.   L'engrenage de ce qui ressemble désormais à une guerre civile a coûté... Lire la suite >

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott
Jeu 21 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ONG venait effectuer une mission de recherche sur les droits humains dans le pays où les « séquelles » de l’esclavage, bien qu’abolit en 1981, perdurent.   La police mauritanienne a refoulé, dimanche, à son arrivée à... Lire la suite >

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles
Mer 13 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Ce mercredi matin de mars, le prêtre Mekonnen Fatne, debout parmi ses fidèles orthodoxes éthiopiens, observe une église vieille de neuf siècles qu'ils craignent de voir détruite à tout moment.   Au-dessus de l'église s'étend... Lire la suite >

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement
Mar 12 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité après près d'une décennie en détention, demande plus de 68 millions d'euros ... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS