NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »


Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Un soldat des forces spéciales américaines entraîne des militaires nigériens à Diffa, en mars 2017. | PHOTO: ZAYID BALLESTEROS / AFP
Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.
 
La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche 2 février l’envoi de 600 soldats de plus au Sahel, portant l’opération française « Barkhane » à 5 100 militaires. Mais à Washington, le président Donald Trump a demandé au Pentagone de redéployer ses moyens de par le monde pour les concentrer sur la compétition entre puissances, face à la Chine et à la Russie. Africom, le commandement américain pour l’Afrique, étudie donc une réduction de ses forces dévolues au contre-terrorisme sur le continent ; des décisions sont attendues d’ici deux semaines. Paris n’a pas caché qu’un retrait de son allié mettrait en grande difficulté ses opérations antidjihadistes au Sahel : celles, conventionnelles, de « Barkhane », mais surtout celles de ses forces spéciales dans leur mission « Sabre ».
 
 
 
Reste que les deux pays déploient deux visions stratégiques différentes en Afrique. Et malgré une priorité partagée – la lutte contre le terrorisme islamiste –, leurs forces travaillent plus côte à côte que de façon coordonnée au Sahel. Quand les Américains ont perdu quatre soldats à Tongo Tongo, au Niger, en octobre 2017, l’opération menée avec les forces nigériennes n’était pas connue des Français et a révélé à l’opinion américaine la présence, très discrète, de ses troupes dans la région. Elie Tenenbaum, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI), où il coordonne le Laboratoire de recherche sur la défense, éclaire cette relation.
 
France et Etats-Unis sont-ils alignés dans leur lutte contre le terrorisme en Afrique ?
 
Les deux pays sont de moins en moins alignés. Un certain alignement a eu lieu lors de la fin du mandat de Barack Obama, entre 2013 et 2015, quand la France a pris ses responsabilités au Sahel en lançant les opérations « Serval » puis « Barkhane ». Washington, qui n’a jamais voulu s’impliquer sur le continent, était dans une logique de « leadership from behind » et s’alignait bien avec cette posture française. Quand Daech est arrivé et que l’intervention au Moyen-Orient a été déclenchée, une sorte d’accord tacite s’est conclu entre Paris et Washington : la France fait l’effort principal avec le soutien des Etats-Unis au Sahel, et les Etats-Unis produisent l’effort principal avec le soutien des Français au Moyen-Orient. L’idée était que chacun s’aide. Ce donnant-donnant est une des raisons majeures pour lesquelles la France a rejoint la coalition en Irak en 2014.
 
« La question posée par la Maison Blanche est : “Pourquoi serait-on en Afrique et plus en Irak ?” »
 
Depuis Donald Trump, il y a une impatience côté américain vis-à-vis des engagements militaires et du contre-terrorisme en général, avec une volonté de désengagement au Moyen-Orient. Le donnant-donnant se déséquilibre, avec la question posée par la Maison Blanche : « Pourquoi serait-on en Afrique et plus en Irak ? »
 
Au-delà, les Etats-Unis partagent-ils avec la France une vision stratégique de l’Afrique ?
Ils ont toujours eu une vision très extérieure de l’Afrique comme champ de bataille. C’était le cas durant la guerre froide. Et ce fut vrai entre 2001 et 2017 dans la guerre contre le terrorisme. Dans ce cadre, les Etats-Unis ont souvent eu un prisme déformant. L’argent versé en Afrique, à l’est comme à l’ouest, devait être fléché contre le terrorisme. Toutes les coopérations de défense aussi. Les Africains l’ont compris, qui n’ont pas hésité à agiter le chiffon rouge du djihadisme pour décrocher des financements. D’où le développement des programmes de forces spéciales et de drones. Les installations de Djibouti ont été dès le début, en 2002, orientées contre le terrorisme, vers le Yémen puis la Somalie. Même l’action de développement de l’Usaid a été orientée vers la « lutte contre l’extrémisme violent ».
 
« Depuis les indépendances, les Américains ne se sont que très rarement intéressés à l’Afrique pour elle-même. »
 
Il est clair aussi qu’une désillusion s’est installée lors du deuxième mandat d’Obama sur cette lutte, tandis que remontait la préoccupation de la « compétition des grandes puissances ». L’arrivée de la Chine à Djibouti n’a fait que confirmer cette idée. Et Washington a basculé dans une autre vision déformante, celle de la compétition stratégique. La seule chose qui justifie la poursuite de l’aide américaine en Afrique est la présence chinoise et russe. Depuis les indépendances, les Américains ne se sont que très rarement intéressés à l’Afrique pour elle-même.
 
 
 
Washington n’adhère pas à la vision d’un risque pour l’Europe posé par une déstabilisation du Sahel ?
 
Non, cette menace ne figure pas du tout dans leur analyse. Ni le risque migratoire, parfois mis en avant pour attirer des Européens dans « Barkhane ». Ainsi, les « risques de la faiblesse » posés par des Etats faillis et mis en avant dans le dernier livre blanc français sur la défense n’existent pas pour eux. En 2017, après l’embuscade de Tongo Tongo contre des forces spéciales américaines au Niger, le coût de ces opérations de contingence est soudain apparu comme trop élevé. La France s’inquiète aussi de la présence de la Chine à Djibouti, de celle de la Russie en Centrafrique ou au Mali, mais Paris a des grilles de lecture plus larges. Les deux visions restent totalement différentes.
 
Comment s’est nouée la dépendance de la France vis-à-vis des moyens militaires américains au Sahel ?
 
Les dépendances françaises sont structurelles, elles correspondent aux trous capacitaires de l’armée en matière d’intelligence, surveillance et reconnaissance [ISR, fournie à hauteur de 50 % par les Américains], de transport stratégique et de ravitaillement en vol [à 40 % américain]. Sur l’ISR s’ajoute une dimension qualitative, avec la capacité de renseignement électromagnétique et les moyens d’intercepter les communications cellulaires fournis par les Américains. Le Pentagone évalue à 45 millions de dollars par an [environ 40 millions d’euros] le soutien d’Africom à « Barkhane ». Ce sont ces sommes qui sont à l’étude pour d’éventuelles coupes. Mais Washington fournit aussi 300 millions de dollars à la mission de l’ONU au Mali [la Minusma] et 100 millions sous forme bilatérale aux pays du G5 Sahel.
 
« Il est valorisant pour l’armée française de voir que les Etats-Unis la perçoivent comme un partenaire de confiance au Sahel. »
 
« Barkhane » ne s’effondrerait pas si les Etats-Unis retiraient leurs moyens, mais les sorties des avions de chasse et les opérations sur renseignement contre des cibles djihadistes très mobiles [« time sensitive target »] ou encore la mobilité au sein du théâtre seraient réduites. Le tempo opérationnel changerait. Les moyens d’interception devraient arriver sur les drones Reaper français fin 2020.
 
 
Pendant longtemps, on a pu se dire à Paris que si les Etats-Unis fournissaient, on pouvait mettre l’argent ailleurs. Il est en outre valorisant pour l’armée française de voir que les Etats-Unis la perçoivent comme un partenaire de confiance au Sahel, cela permet de parler d’égal à égal.
 
Les Européens peuvent-ils compenser ?
 
Mise bout à bout, l’aide européenne pourrait compenser les moyens américains, mais pas sur l’ISR. Les Espagnols, par exemple, aident beaucoup, assurant près de 40 % du transport stratégique français ; au Gabon, notre mobilité dépend en large partie d’un avion Casa espagnol. Mais faire de l’opération « Barkhane » une vitrine de la politique de défense européenne de la France a ses limites. La coalition de forces spéciales « Takuba » apparaît comme un bon outil pour la politique européenne plus que pour « Barkhane ». De plus, les efforts énormes déployés par Paris pour amener ces partenaires peuvent désarçonner les Africains face à une communication française très eurocentrée.
 
Africom plaide pour un maintien de l’aide aux Français, ou du moins pour un retrait ordonné avec une prise de relais par les Européens, mais ce commandement américain peut-il faire valoir ses arguments à Washington ?
 
Africom demeure un enfant un peu chétif du commandement pour l’Europe [Eucom] qui ne s’est jamais totalement autonomisé. Il est concentré sur Djibouti, qui compte 4 000 des 6 000 militaires américains sur le continent et ne se dégarnira pas en raison des incertitudes sur la montée en puissance chinoise. Les Etats-Unis sont peu investis en Afrique francophone, à l’exception de quelques pays et notamment du Niger. La voix du chef d’Africom ne portera que si elle est relayée par le secrétaire à la défense Mark Esper ou d’autres personnalités qui pèsent. La nouvelle base américaine de drones d’Agadez [au Niger] est dans la balance et, pour le Pentagone, mieux vaut couper les moyens à l’ouest qu’à l’est. Mais la décision n’est pas encore prise, le processus d’évaluation est en cours.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Mer 24 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les ... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Commandant des Forces de soutien rapide, une ex-milice accusée de massacres au Darfour, Hemetti a assuré soutenir les révolutionnaires. Beaucoup en doutaient. Les derniers événements leur ont donné raison.   Selon un comité ... Lire la suite >

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Pour faire contre-feu aux réactions virulentes après les soupçons de corruption d'Alioune Sall dans le dossier des hydrocarbures, le président sénégalais a pointé du doigt un « reportage manifestement tendancieux ».   Une... Lire la suite >

Soudan: face

Soudan: face
Mer 22 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Drapeaux soudanais brandis, "V" de la victoire et cris de ralliement: les manifestants rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum restent déterminés à obtenir un transfert du pouvoir au civil, malgré l'impasse dans les négociations... Lire la suite >

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin
Mer 22 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En poste au Bénin pour l’Union européenne, Rafal Lapkowski a croisé la route de Fiacre Gbédji, tué par les ravisseurs des otages libérés le 10 mai. Portrait.   Nous sommes venus nous installer au Bénin en 2014. Un pays d’Afrique... Lire la suite >

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?
Mer 08 Mai 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Jusqu'à présent, en Afrique de l'Ouest, les zones peu sûres se trouvaient près des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali. La situation s'est dégradée depuis quelques mois dans toute la région. Explication.   Les... Lire la suite >

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
Mer 08 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.   Chronique. Confrontée depuis un mois à une... Lire la suite >

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours
Mar 07 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié lundi "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes... Lire la suite >

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée
Mar 07 Mai 2019 | dans Autres Actus

Le corps du guide des touristes a été retrouvé dans le parc de la Pendjari, à la frontière avec le Burkina Faso, pays en proie à une multiplication des attaques terroristes.   Deux touristes français sont portés disparus depuis ... Lire la suite >

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »
Ven 03 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon Amnesty International, le droit de manifester fait l’objet d’une interdiction totale et systématique au pays d’Idriss Déby.   Tribune. Les Tchadiens arrêtés jeudi 25 avril lors d’une manifestation interdite contre la vie chère... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS