NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »


Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Un soldat des forces spéciales américaines entraîne des militaires nigériens à Diffa, en mars 2017. | PHOTO: ZAYID BALLESTEROS / AFP
Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.
 
La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche 2 février l’envoi de 600 soldats de plus au Sahel, portant l’opération française « Barkhane » à 5 100 militaires. Mais à Washington, le président Donald Trump a demandé au Pentagone de redéployer ses moyens de par le monde pour les concentrer sur la compétition entre puissances, face à la Chine et à la Russie. Africom, le commandement américain pour l’Afrique, étudie donc une réduction de ses forces dévolues au contre-terrorisme sur le continent ; des décisions sont attendues d’ici deux semaines. Paris n’a pas caché qu’un retrait de son allié mettrait en grande difficulté ses opérations antidjihadistes au Sahel : celles, conventionnelles, de « Barkhane », mais surtout celles de ses forces spéciales dans leur mission « Sabre ».
 
 
 
Reste que les deux pays déploient deux visions stratégiques différentes en Afrique. Et malgré une priorité partagée – la lutte contre le terrorisme islamiste –, leurs forces travaillent plus côte à côte que de façon coordonnée au Sahel. Quand les Américains ont perdu quatre soldats à Tongo Tongo, au Niger, en octobre 2017, l’opération menée avec les forces nigériennes n’était pas connue des Français et a révélé à l’opinion américaine la présence, très discrète, de ses troupes dans la région. Elie Tenenbaum, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI), où il coordonne le Laboratoire de recherche sur la défense, éclaire cette relation.
 
France et Etats-Unis sont-ils alignés dans leur lutte contre le terrorisme en Afrique ?
 
Les deux pays sont de moins en moins alignés. Un certain alignement a eu lieu lors de la fin du mandat de Barack Obama, entre 2013 et 2015, quand la France a pris ses responsabilités au Sahel en lançant les opérations « Serval » puis « Barkhane ». Washington, qui n’a jamais voulu s’impliquer sur le continent, était dans une logique de « leadership from behind » et s’alignait bien avec cette posture française. Quand Daech est arrivé et que l’intervention au Moyen-Orient a été déclenchée, une sorte d’accord tacite s’est conclu entre Paris et Washington : la France fait l’effort principal avec le soutien des Etats-Unis au Sahel, et les Etats-Unis produisent l’effort principal avec le soutien des Français au Moyen-Orient. L’idée était que chacun s’aide. Ce donnant-donnant est une des raisons majeures pour lesquelles la France a rejoint la coalition en Irak en 2014.
 
« La question posée par la Maison Blanche est : “Pourquoi serait-on en Afrique et plus en Irak ?” »
 
Depuis Donald Trump, il y a une impatience côté américain vis-à-vis des engagements militaires et du contre-terrorisme en général, avec une volonté de désengagement au Moyen-Orient. Le donnant-donnant se déséquilibre, avec la question posée par la Maison Blanche : « Pourquoi serait-on en Afrique et plus en Irak ? »
 
Au-delà, les Etats-Unis partagent-ils avec la France une vision stratégique de l’Afrique ?
Ils ont toujours eu une vision très extérieure de l’Afrique comme champ de bataille. C’était le cas durant la guerre froide. Et ce fut vrai entre 2001 et 2017 dans la guerre contre le terrorisme. Dans ce cadre, les Etats-Unis ont souvent eu un prisme déformant. L’argent versé en Afrique, à l’est comme à l’ouest, devait être fléché contre le terrorisme. Toutes les coopérations de défense aussi. Les Africains l’ont compris, qui n’ont pas hésité à agiter le chiffon rouge du djihadisme pour décrocher des financements. D’où le développement des programmes de forces spéciales et de drones. Les installations de Djibouti ont été dès le début, en 2002, orientées contre le terrorisme, vers le Yémen puis la Somalie. Même l’action de développement de l’Usaid a été orientée vers la « lutte contre l’extrémisme violent ».
 
« Depuis les indépendances, les Américains ne se sont que très rarement intéressés à l’Afrique pour elle-même. »
 
Il est clair aussi qu’une désillusion s’est installée lors du deuxième mandat d’Obama sur cette lutte, tandis que remontait la préoccupation de la « compétition des grandes puissances ». L’arrivée de la Chine à Djibouti n’a fait que confirmer cette idée. Et Washington a basculé dans une autre vision déformante, celle de la compétition stratégique. La seule chose qui justifie la poursuite de l’aide américaine en Afrique est la présence chinoise et russe. Depuis les indépendances, les Américains ne se sont que très rarement intéressés à l’Afrique pour elle-même.
 
 
 
Washington n’adhère pas à la vision d’un risque pour l’Europe posé par une déstabilisation du Sahel ?
 
Non, cette menace ne figure pas du tout dans leur analyse. Ni le risque migratoire, parfois mis en avant pour attirer des Européens dans « Barkhane ». Ainsi, les « risques de la faiblesse » posés par des Etats faillis et mis en avant dans le dernier livre blanc français sur la défense n’existent pas pour eux. En 2017, après l’embuscade de Tongo Tongo contre des forces spéciales américaines au Niger, le coût de ces opérations de contingence est soudain apparu comme trop élevé. La France s’inquiète aussi de la présence de la Chine à Djibouti, de celle de la Russie en Centrafrique ou au Mali, mais Paris a des grilles de lecture plus larges. Les deux visions restent totalement différentes.
 
Comment s’est nouée la dépendance de la France vis-à-vis des moyens militaires américains au Sahel ?
 
Les dépendances françaises sont structurelles, elles correspondent aux trous capacitaires de l’armée en matière d’intelligence, surveillance et reconnaissance [ISR, fournie à hauteur de 50 % par les Américains], de transport stratégique et de ravitaillement en vol [à 40 % américain]. Sur l’ISR s’ajoute une dimension qualitative, avec la capacité de renseignement électromagnétique et les moyens d’intercepter les communications cellulaires fournis par les Américains. Le Pentagone évalue à 45 millions de dollars par an [environ 40 millions d’euros] le soutien d’Africom à « Barkhane ». Ce sont ces sommes qui sont à l’étude pour d’éventuelles coupes. Mais Washington fournit aussi 300 millions de dollars à la mission de l’ONU au Mali [la Minusma] et 100 millions sous forme bilatérale aux pays du G5 Sahel.
 
« Il est valorisant pour l’armée française de voir que les Etats-Unis la perçoivent comme un partenaire de confiance au Sahel. »
 
« Barkhane » ne s’effondrerait pas si les Etats-Unis retiraient leurs moyens, mais les sorties des avions de chasse et les opérations sur renseignement contre des cibles djihadistes très mobiles [« time sensitive target »] ou encore la mobilité au sein du théâtre seraient réduites. Le tempo opérationnel changerait. Les moyens d’interception devraient arriver sur les drones Reaper français fin 2020.
 
 
Pendant longtemps, on a pu se dire à Paris que si les Etats-Unis fournissaient, on pouvait mettre l’argent ailleurs. Il est en outre valorisant pour l’armée française de voir que les Etats-Unis la perçoivent comme un partenaire de confiance au Sahel, cela permet de parler d’égal à égal.
 
Les Européens peuvent-ils compenser ?
 
Mise bout à bout, l’aide européenne pourrait compenser les moyens américains, mais pas sur l’ISR. Les Espagnols, par exemple, aident beaucoup, assurant près de 40 % du transport stratégique français ; au Gabon, notre mobilité dépend en large partie d’un avion Casa espagnol. Mais faire de l’opération « Barkhane » une vitrine de la politique de défense européenne de la France a ses limites. La coalition de forces spéciales « Takuba » apparaît comme un bon outil pour la politique européenne plus que pour « Barkhane ». De plus, les efforts énormes déployés par Paris pour amener ces partenaires peuvent désarçonner les Africains face à une communication française très eurocentrée.
 
Africom plaide pour un maintien de l’aide aux Français, ou du moins pour un retrait ordonné avec une prise de relais par les Européens, mais ce commandement américain peut-il faire valoir ses arguments à Washington ?
 
Africom demeure un enfant un peu chétif du commandement pour l’Europe [Eucom] qui ne s’est jamais totalement autonomisé. Il est concentré sur Djibouti, qui compte 4 000 des 6 000 militaires américains sur le continent et ne se dégarnira pas en raison des incertitudes sur la montée en puissance chinoise. Les Etats-Unis sont peu investis en Afrique francophone, à l’exception de quelques pays et notamment du Niger. La voix du chef d’Africom ne portera que si elle est relayée par le secrétaire à la défense Mark Esper ou d’autres personnalités qui pèsent. La nouvelle base américaine de drones d’Agadez [au Niger] est dans la balance et, pour le Pentagone, mieux vaut couper les moyens à l’ouest qu’à l’est. Mais la décision n’est pas encore prise, le processus d’évaluation est en cours.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »
Dim 28 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Que se passe-t-il donc au Bénin qui justifie l'absence de l'opposition aux élections législatives de ce dimanche 28 avril  ? Éléments de réponse avec Mathias Hounkpe, de l'Open Society Initiative for West Africa.   Le... Lire la suite >

Le cauchemar de l'inflation hante

Le cauchemar de l'inflation hante
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le cauchemar de l'inflation est de retour au Zimbabwe. Malgré la suppression de la parité fixe entre la pseudo-monnaie locale et le dollar américain, les prix n'en finissent plus de grimper, réduisant à néant les promesses de sortie de crise du gouvernement.   Dans... Lire la suite >

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ancien président de la Cour suprême du Nigeria a fait appel de sa condamnation à dix ans de suspension de toute fonction publique pour corruption, ont déclaré vendredi ses avocats.   Walter Onnoghen, qui était le plus haut magistrat du pays,... Lire la suite >

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »
Jeu 18 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’universitaire Youssouf T. Sangaré analyse la situation sécuritaire du Mali et la montée en puissance d’un islam politique.   Tribune. Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés.... Lire la suite >

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent
Jeu 11 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

« CARNET DE SANTÉ ». En Afrique, ce commerce illicite serait à l’origine de plus 100 000 décès par an, selon l’Organisation mondiale de la santé.   La nuit tombe sur Lagos. C’est l’heure où l’Obalende... Lire la suite >

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?
Jeu 11 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Alors que l'offensive du maréchal Haftar vers Tripoli se poursuit, plusieurs acteurs de la communauté internationale continuent à avancer leurs pions. Par Patrick Forestier   Le maréchal Khalifa Haftar pourra-t-il gagner la bataille de Tripoli ? Ou bien... Lire la suite >

Les Maliens en colère

Les Maliens en colère
Lun 08 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Après les habitants du cercle de Bandiagara, plus de 10 000 personnes ont manifesté vendredi leur colère contre « l'effondrement de l'État ».   Ils étaient des milliers, femmes, hommes, enfants, vieillards, des Maliens... Lire la suite >

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé
Lun 08 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat, dont le deuxième quinquennat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent.   Les principaux partis d’opposition de Guinée, des associations de la société... Lire la suite >

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité
Jeu 04 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

On estime que chaque année, plusieurs milliers de personnes sont ainsi détenues au Nigeria.   En décembre 2014, Folake Oduyoye est morte à l'hôpital universitaire de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Hospitalisée en août pour accoucher... Lire la suite >

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français
Jeu 04 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une réunion s’est tenue à l’Assemblée pour réfléchir aux moyens d’offrir une meilleure protection aux Français emprisonnés à l’étranger.   C’est le début d’une revanche sur l’histoire... Lire la suite >

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »
Sam 30 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

« Le Monde Afrique » a décidé de publier l’un des articles de la revue « Afrique contemporaine » consacrée au Mali qui ne verra pas le jour. La publication du dossier a été suspendue par l’AFD, son organisme de tutelle.   Sur... Lire la suite >

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée
Sam 30 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Tout ce qu'il faut saisir du sens de l'appel par le général Gaïd Salah de l'application de l'article 102 de la Constitution, qui prévoit « l'empêchement » du chef de l'État pour « cause de maladie ... Lire la suite >

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes
Mar 26 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Après le boycottage des législatives de décembre 2018, sept des quatorze partis de la coalition ont claqué la porte, dont plusieurs poids lourds politiques.   « Nous avons marché durant des mois sous un soleil chaud et parfois sous la pluie, espérant... Lire la suite >

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre
Mar 26 Mar 2019 | Source : FRED DUFOUR / AFP ... | dans Société

À cause de la situation qui prévaut actuellement au Mali, près de mille écoles sont fermées. De quoi impacter gravement l'éducation de nombreux enfants.   L'engrenage de ce qui ressemble désormais à une guerre civile a coûté... Lire la suite >

Renversant Nigeria !

Renversant Nigeria !
Jeu 21 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Beaucoup d'indicateurs laissaient penser que rester à la barre du Nigeria serait mission impossible pour Buhari lors du dernier scrutin présidentiel. Il n'en a rien été.   Étonnant Nigeria. Le moins que l'on puisse dire est que ... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Moossou (Côte d'Ivoire) Sortie du roi (partie 1)
Jeu 05 Jan 2023 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS