NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique


Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Le président libérien, George Weah, à Monrovia, le 30 décembre 2017. | PHOTO: THIERRY GOUEGNON/REUTERS
Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.
 
Analyse. L’élection de George Weah à la présidence du Liberia un lendemain de Noël est une bonne nouvelle pour le continent africain. Il ne s’agit pas ici d’un jugement de valeur anticipé porté sur l’aptitude d’une ancienne star du football à devenir un grand chef d’Etat qui remettrait sur pied ce petit pays d’Afrique de l’Ouest martyrisé par d’indicibles guerres civiles. Sur ce plan, George Weah doit faire ses preuves.
 
Si sa large victoire – 61,5 % des suffrages contre 38,5 % pour son adversaire, le vice-président sortant, Joseph Boakai (73 ans) – comporte des sources de satisfaction, c’est au regard des standards démocratiques. On a pu craindre le pire au lendemain du premier tour organisé dans une certaine confusion le 10 octobre 2017 et rapidement contesté par plusieurs candidats battus. On voyait alors se profiler le spectre de ces élections tronquées, de ces décisions biaisées rendues par des commissions électorales qui n’ont d’indépendantes que leur nom et dont l’objectif n’est autre que de perpétuer les régimes en place, soient-ils d’emblée frappés d’illégitimité.
 
Respect de la Constitution
 
L’histoire locale confortait les pessimistes. Jusqu’en 1951, date tardive de l’instauration du suffrage universel, seuls les « Congo » – surnom donné à Monrovia aux descendants des esclaves affranchis aux Etats-Unis qui fondèrent le Liberia en 1822 – avaient le droit de vote. En d’autres termes, 90 % de la population, les « natives », étaient exclus de la vie politique. Les années suivantes, la démocratie balbutia dans l’étreinte du parti unique, puis étouffa sous les coups d’Etat et les guerres civiles qui ensanglantèrent le pays de 1990 à 2003 (environ 250 000 morts pour 4 millions d’habitants).
 
Il fallut attendre l’arrivée à la présidence d’Ellen Johnson Sirleaf, en 2005, pour que le Liberia connaisse sa première élection démocratique et pluraliste. Première femme africaine à occuper un tel poste, la Prix Nobel de la paix a été réélue six ans plus tard, en 2011. Mais sa victoire était obscurcie par le boycottage de son principal opposant et de son colistier, George Weah, qui dénonçaient des fraudes.
 
Rien de tel cette fois-ci. En amont du scrutin, rappelons qu’Ellen Johnson Sirleaf, 79 ans, n’a jamais cherché à tripatouiller la Constitution – un sport continental – pour contourner la règle qui fixe à deux le nombre de mandats présidentiels qu’une même personne est autorisée à effectuer. Respect de la Constitution, donc.
 
Quant au scrutin proprement dit, les centaines d’observateurs nationaux et internationaux déployés dans tout le pays l’ont jugé libre, transparent et équitable. Seul bémol, une certaine désorganisation au premier tour qui ne relevait pas toutefois d’une volonté de biaiser le vote. Les recours déposés devant la commission électorale nationale et la Cour suprême ont d’ailleurs été examinés, puis retoqués avec pour seule conséquence un glissement du calendrier électoral de quelques semaines. Personne n’a contesté cette décision ni crié à la manipulation par des institutions aux ordres.
 
Immédiatement après l’annonce de la victoire de George Weah, son adversaire malheureux s’est d’ailleurs empressé de féliciter le vainqueur. « Je ne serai pas le capitaine du bateau, mais mon souhait le plus fervent est que le navire de l’Etat vogue toujours sans encombre. Mon amour pour le pays est plus profond que mon désir d’être président », a déclaré publiquement Joseph Boakai. Un fair-play respectueux du scrutin, des électeurs et des institutions qu’aucun politicien libérien n’avait eu avant lui.
 
Une forte légitimité
 
Une autre bonne nouvelle tient à la légitimité du nouveau président du Liberia. Certes le taux de participation a chuté de vingt points entre les deux tours (de 75 % à 55 %). Mais George Weah l’a emporté dans tous les comtés du pays, sauf un, celui d’où Joseph Boakai est originaire, à l’issue d’une campagne électorale paisible.
 
« Mister George », comme le surnomment les Libériens, est dorénavant comptable de ce beau moment démocratique. Il lui revient en effet de ne pas brader cet acquis, ni la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat. C’est là que l’ancien Ballon d’or – seul joueur africain à avoir obtenu cette distinction consacrant le meilleur joueur évoluant en Europe – jouera sa partie la plus difficile.
 
 
Car George Weah a beaucoup promis, notamment la gratuité de l’enseignement et de la santé, secteurs totalement sinistrés. Il a fait miroiter des emplois aux armées de jeunes désœuvrés (85 % des moins de 25 ans) et d’attirer des investisseurs étrangers alors que le pays manque d’infrastructures et d’énergie électrique.
 
Le Liberia ne s’est jamais vraiment relevé de ces terribles années de guerres civiles, ni, dans une moindre mesure, de l’épidémie d’Ebola de 2014-2015 (4 800 morts) qui a éreinté des hôpitaux déjà rares et moribonds et a fait détaler les quelques grosses entreprises minières présentes dans le pays. En 2016, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) classait ainsi le Liberia à la 177e place, sur 188 pays, dans son index du développement humain basé sur l’espérance de vie, l’accès à l’éducation et le PIB par habitant.
 
Eradiquer de la corruption
 
A juste titre, George Weah s’indigne. Légitimement, il a aussi stigmatisé le bilan d’Ellen Johnson Sirleaf. La Prix Nobel de la paix a certes redoré l’image du pays à l’étranger, maintenu la paix ainsi que la sécurité et libéré le droit d’expression. Mais sa présidence a aussi été dominée par le népotisme et la corruption, en toute impunité pour leurs auteurs. Un exemple, cynique, criminel ? La Croix-Rouge internationale a révélé, en novembre 2017, que 5 millions d’euros attribués, à l’époque de l’épidémie, au Liberia pour la lutte contre le virus Ebola avaient été détournés alors que les hôpitaux manquaient de tout.
 
 
Evidemment, George Weah a aussi promis d’éradiquer la corruption. Mais à ce chapitre, comme aux autres, le candidat a oublié de dire comment il allait s’y prendre. Et avec qui ? Les ralliements massifs des autres candidats ou des caciques du précédent régime ont-ils été négociés au prix du statu quo et de l’impunité des voleurs en cols blancs ?
 
Les jeunes des quartiers populaires – la moitié de l’électorat a moins de 33 ans – ont massivement voté pour George Weah. L’ancien enfant des bidonvilles né en 1966 dans la fange de Clara Town, à Monrovia, devenu star, est perçu comme l’un des leurs, comme l’incarnation d’un rêve que la misère n’est pas une malédiction congénitale. A lui de ne pas les décevoir.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Intégration - Carlos Lopès : « L'heure n'est plus aux idéologies, mais au pragmatisme »

Intégration - Carlos Lopès : « L'heure n'est plus aux idéologies, mais au pragmatisme »
Lun 14 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Enseignant à l'université du Cap et à Sciences Po Paris, cet ex-secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique des Nations unies livre son analyse sur l'intégration africaine aujourd'hui à un tournant... Lire la suite >

Mali: toujours divisée, l'Adema statuera le 19 mai sur son soutien ou non à IBK

Mali: toujours divisée, l'Adema statuera le 19 mai sur son soutien ou non à IBK
Lun 14 Mai 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

Au Mali, il faudra attendre le 19 mai prochain pour savoir ce que fera le parti de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) à la prochaine présidentielle. Va-t-il présenter un candidat ou soutenir le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta ? Lors ... Lire la suite >

Le Pentagone admet des erreurs sur l’embuscade meurtrière au Niger

Le Pentagone admet des erreurs sur l’embuscade meurtrière au Niger
Dim 13 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Quatre soldats américains et quatre soldats nigériens avaient été tués lorsqu’une patrouille conjointe était tombée dans une embuscade en octobre 2017.   Manque de préparation, supervision insuffisante : une enquête ... Lire la suite >

Burundi: 26 personnes tuées par un groupe armé

Burundi: 26 personnes tuées par un groupe armé
Dim 13 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Un groupe armé a tué 26 personnes dans le nord-ouest du Burundi, a annoncé samedi le ministre de la Sécurité, dénonçant une "attaque terroriste" à quelques jours du référendum constitutionnel qui devrait permettre au ... Lire la suite >

Au Sénégal, la polygamie ne rebute plus les femmes instruites

Au Sénégal, la polygamie ne rebute plus les femmes instruites
Sam 12 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La pratique, combattue autrefois par les féministes, attire une nouvelle génération de femmes. Par choix, mais aussi du fait de la pression sociale.   Tous les matins depuis trois mois, c’est le même rituel. Mor* prépare un petit sac avec quelques... Lire la suite >

Quand la nuit tombe sur Bangui, les barrages de fortune se dressent

Quand la nuit tombe sur Bangui, les barrages de fortune se dressent
Sam 12 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Quand la nuit tombe sur Bangui, la capitale centrafricaine où depuis dix jours la violence a repris ses droits, des jeunes masqués, souvent armés, prennent position sur des barrages de fortune érigés dans plusieurs quartiers pour "contrôler" les ... Lire la suite >

« Il ne me reste que mon honneur », écrit le général Mokoko depuis sa prison de Brazzaville

« Il ne me reste que mon honneur », écrit le général Mokoko depuis sa prison de Brazzaville
Jeu 10 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien militaire, jugé pour « atteinte à la sûreté de l’Etat », garde le silence au tribunal mais s’exprime dans une lettre que « Le Monde » s’est procurée.   Son écriture est élégante... Lire la suite >

RDC: quels enseignements de la loi de répartition des sièges?

RDC: quels enseignements de la loi de répartition des sièges?
Jeu 10 Mai 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

La loi de répartition des sièges à l'Assemblée nationale de RDC a été promulguée ce 8 mai par le président Kabila. Pendant ce temps, une délégation de l'Organisation internationale de la francophonie est à Kinshasa... Lire la suite >

Abdoulaye Bathily : « Mai 68 a contraint Senghor à accepter le pluralisme politique »

Abdoulaye Bathily : « Mai 68 a contraint Senghor à accepter le pluralisme politique »
Mer 09 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Très investi dans le mouvement, l’historien et ancien ministre sénégalais raconte de l’intérieur la mobilisation étudiante de 1968 à Dakar.   En mai 1968, l’étudiant Abdoulaye Bathily a 21 ans. Membre du conseil d’administration,... Lire la suite >

Au Burkina, Biba, l'unique femme chauffeur de taxi

Au Burkina, Biba, l'unique femme chauffeur de taxi
Mer 09 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Elle sillonne la capitale burkinabè dans sa petite Citroën vert et rose hors d'âge. "Biba", comme tout le monde l'appelle, est la seule femme chauffeur de taxi à Ouagadougou.   "J'ai de la chance parce que ça se passe bien. Depuis... Lire la suite >

Papa Demba Thiam : « Et si l'affaire concernant Bolloré était un signe des temps ! »

Papa Demba Thiam : « Et si l'affaire concernant Bolloré était un signe des temps ! »
Mar 08 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ANALYSE. Au lieu de se cabrer sur la mise en examen de Bolloré, il importe de voir plus loin et de tirer des enseignements d'un événement qui en dit plus long qu'on ne le pense sur certaines réalités de la confrontation économique mondiale.   La... Lire la suite >

Bolloré : de la conquête à la défensive

Bolloré : de la conquête à la défensive
Mar 08 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La mise en examen pour « corruption » en Afrique a mis au jour une dynamique négative qui semble s'être enclenchée avec l'accident ferroviaire d'Eseka, au Cameroun, en octobre 2016.   Dure période pour Vincent Bolloré. Alors que... Lire la suite >

« Etranglé économiquement, le Tchad a opéré un revirement complet vis-à-vis du Qatar »

« Etranglé économiquement, le Tchad a opéré un revirement complet vis-à-vis du Qatar »
Ven 04 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur Benjamin Augé explique pourquoi le président Idriss Déby a rétabli les relations avec Doha tout en nommant son fils ambassadeur aux Emirats arabes unis.   Chronique. Depuis le début de la crise entre les Emirats arabes unis, l’Arabie... Lire la suite >

Une école incendiée par des individus armés au Burkina Faso

Une école incendiée par des individus armés au Burkina Faso
Ven 04 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le pays est confronté à des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières. Les enseignants sont particulièrement visés.   L’école primaire de Bafina, une localité située à 180 km au nord de Ouagadougou,... Lire la suite >

Dans le nord du Burkina, la justice recule face à la menace djihadiste

Dans le nord du Burkina, la justice recule face à la menace djihadiste
Jeu 03 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Alors que les assassinats et les enlèvements de fonctionnaires se multiplient, le personnel du tribunal de Djibo, craignant pour sa sécurité, a fui la ville.   Lundi 23 avril, le tribunal de grande instance (TGI) de Djibo, dans le nord du Burkina Faso, a été... Lire la suite >

Bertin Béa : « L'État centrafricain n'existant quasiment plus… »

Bertin Béa : « L'État centrafricain n'existant quasiment plus… »
Jeu 03 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Député, membre du Parlement panafricain, ex-ministre, le secrétaire général du parti de l'ex-président Bozizé s'est confié au Point Afrique sur la situation de son pays.   Membre du Comité de pilotage chargé... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS