NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Esclavage : le borderline de la Mauritanie


Esclavage : le borderline de la Mauritanie
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz refuse l'idée que l'esclavage soit encore une réalité dans son pays. | PHOTO: GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP
REPORTAGE. La société mauritanienne navigue en eaux troubles quant à la question de l'esclavage. Et l'onde de choc des récentes images de CNN en Libye a remis une lumière crue sur une réalité scandaleusement mise sous le boisseau.
 
L'image de vente aux enchères de subsahariens a provoqué un immense émoi. En Mauritanie, elle en a interpellé plus d'un, car le pays est régulièrement cité par les pays où l'esclavage est toujours présent. Si l'Union africaine s'est engagée à faire face à cette situation qui a relancé un débat vieux comme le monde sur la subsistance de l'esclavage, sous diverses formes, dans certains États, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, n'est pas resté silencieux. 
 
Une situation de discrimination qui interroge
 
La Mauritanie, société multiculturelle où le pouvoir économique et politique est détenu par les Maures blancs minoritaires, est donc régulièrement citée parmi les pays qui se livrent encore à cette pratique d'un autre âge, même si officiellement elle a été abolie. Pour de nombreux observateurs, les Haratines, descendants d'esclaves et en partie métissés, continueraient à souffrir de discriminations dans cette République islamique solidement ancrée dans les traditions.
 
Mohamed Ould Abdel Aziz estime toutefois qu'il serait excessif et mal à propos de parler de l'esclavage dans son pays. L'ancien putschiste, qui s'est fait élire à la régulière en 2009, avant de remporter une seconde élection présidentielle en 2014, sur fond de contestation, balaie d'un revers de main toutes les accusations portées par des organisations de défense des droits de l'homme et des organismes onusiens contre la Mauritanie qui est à cheval entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne. « L'esclavage a complètement disparu », explique-t-il. « Les gens qui veulent réactiver l'esclavage sont des gens qui étaient au pouvoir et collaboraient avec les administrations. Comment se fait-il qu'ils ne commencent à parler de l'esclavage qu'il y a deux ans ? Il n'y a pas de raison qu'on parle de l'esclavage en Mauritanie parce qu'il n'existe plus ».
 
Une réalité niée et des accusations contre le colonialisme
 
Mohamed Ould Abdel Aziz pointe du doigt Biram Dah Abeid, qui, à la tête de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, incarne la lutte contre l'esclavage en Mauritanie et n'hésite pas à fustiger ce fléau qui, selon lui, ne s'est pas encore éteint dans cette Mauritanie qui vivrait dans le déni. « Il (Biram Dah Abeid) est bien écouté à l'extérieur. Il cherche à faire du sensationnel. Revenez en arrière… En 2005, on ne parlait pas de l'esclavage. A-t-on commencé à vendre des esclaves, à les torturer ? En Mauritanie, a-t-on pris des gens pour aller les vendre au marché ? Qui est prêt à subir cela ? », demande, la mine renfrognée, le président mauritanien qui concède tout de même l'existence des « séquelles » dans son pays, tout en attribuant l'origine au « colonialisme ». « Les séquelles, ce sont des gens dont les grands-parents étaient esclaves. Effectivement, ils n'ont pas eu à aller à l'école. Ils ne sont pas connectés à la vie. C'est ça le problème. Ils travaillent comme domestiques. Ce sont des séquelles… Et cela se répercute sur leurs enfants. C'est visible un peu partout, dans le monde », tempère le chef de l'État mauritanien.
 
Comment le président Abdel Aziz explique la dérive libyenne…
 
Mohamed Ould Abdel Aziz impute, par ailleurs, la responsabilité de l'effondrement de la Libye à l'intervention militaire qui a conduit à la mort du colonel Kadhafi en 2011. Le territoire libyen est devenu à la fois un terrain de jeu d'une myriade de milices qui se livrent une guerre sans merci et un point de passage de plusieurs milliers de migrants – des jeunes pour la plupart. Ces jeunes qui, au péril de leur vie, tentent de gagner les côtes européennes pour réaliser un rêve qu'ils jugent inaccessible chez eux, se voient parfois contraints de transiter par ce pays, devenu, par la force des choses, le maillon faible de la région où des passeurs sans scrupules font de « belles affaires » en leur faisant miroiter l'espoir d'un avenir radieux de l'autre côté de la Méditerranée. Mais pour beaucoup, le rêve s'arrête net quelque part en mer, après le chavirement de l'embarcation de fortune surchargée qui les transporte. Ces drames récurrents suscitent un concert d'indignation et parfois une poignée de unes de la presse. Sans plus. Pour autant, cela ne suffit pas à décourager les nombreux candidats à l'exil et les tribulations des Africains en Libye se poursuivent inexorablement. « C'est vrai que Mouammar Kadhafi était un dictateur. Mais la Libye est actuellement dans un état catastrophique… La faute à qui ? À l'Occident. S'ils reçoivent des milliers de migrants, c'est à cause des bombardements qu'ils ont faits », affirme Mohamed Ould Abdel Aziz.
 
… qui a conduit à cette situation catastrophique du point de vue humain
 
Le numéro un mauritanien déplore le fait que « l'assassinat » d'un « chef d'État étranger » ait conduit à cette situation anarchique et créé le terreau sur lequel prospèrent des bandits et des trafiquants de toutes sortes qui s'enrichissent dans ce climat délétère entretenu à dessein par ceux qui en profitent au maximum. La Mauritanie n'est pas le seul État africain à s'être ouvertement exprimée sur le chaos libyen. D'autres pays africains, gênés aux entournures, s'emploient à rapatrier leurs ressortissants. Des avions ont ainsi été affrétés, notamment par la Côte d'Ivoire et le Sénégal, pour ramener des migrants chez eux. De son côté, l'Union africaine s'est engagée à rapatrier quelque 3 800 migrants coincés dans l'enfer libyen. Un chiffre que des analystes n'hésitent pas à qualifier de « goutte d'eau », d'autant plus que le nombre de migrants subsahariens en Libye se situerait, selon les sources, entre 400 000 et 700 000.
 
La faute au manque de perspectives des jeunes
 
Le récent sommet Union africaine-Union européenne consacré à la jeunesse s'est penché, à Abidjan, sur les questions migratoires qui déstabilisent des régions entières. Mis à part quelques pays d'Afrique de l'Ouest ayant une vieille tradition d'émigration, ailleurs sur le continent, les dirigeants politiques tardent à mener une profonde réflexion sur des politiques de long terme, pouvant résorber le chômage qui frappe de plein fouet nombre de diplômés d'université. La question du manque de perspectives des jeunes est rarement inscrite au cœur de l'action des gouvernements, alors qu'elle semble être la première cause des vagues de départs.
 
Prise de conscience 
 
Malgré tout, une prise de conscience semble gagner du terrain sur les réseaux sociaux où le débat sur la création d'un contexte plus favorable à la fixation des jeunes sur place a été relancé. Comment faire pour retenir ces jeunes qui se croient obligés de s'exiler pour avoir accès aux choses qu'ils ne seraient pas en mesure de trouver localement ?
Les dirigeants africains, d'ordinaire si discrets et apathiques face aux grandes crises auxquelles l'Afrique fait face, ont promis de prendre à bras-le-corps la question migratoire ? Reste que pour l'heure, ce sont des mots. Les mesures efficaces de lutte contre le phénomène se font attendre.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS