NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Esclavage en Libye : « Les responsables sont les dictateurs africains et les impérialistes occidentaux »


 Esclavage en Libye : « Les responsables sont les dictateurs africains et les impérialistes occidentaux »
Lors d’une manifestation contre l’esclavage et les accords entre l’Union européenne et la Libye, à Athènes, le 2 décembre 2017. | PHOTO: LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Pour notre chroniqueur, l’indignation face au « racisme » ne doit pas faire oublier les causes politiques et économiques du trafic des êtres humains.
 
L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International vient de publier un rapport, intitulé « Libye : un obscur réseau de complicités », qui décrit « les violences contre les réfugiés et migrants qui cherchent à se rendre en Europe ». Celui-ci paraît un mois après la diffusion par CNN d’une vidéo montrant un marché d’esclaves en Libye. A notre époque, un mois est une éternité. La vague d’émotion qui s’était emparée des opinions africaines s’est estompée, emportant avec elle l’indignation de ceux qui voulaient restaurer leur humanité à « nos frères » déshumanisés.
 
L’intérêt de ce rapport est que, tout en restituant la complexité de la réalité libyenne, il révèle en creux les responsables du commerce de la honte qui se déroule dans ce pays. La réalité décrite est implacable : l’Etat libyen est en grande partie une fiction. Depuis 2011 et l’assassinat de Mouammar Kadhafi, le pays est aux mains de milices armées (dont certaines ont été officiellement intégrées à l’appareil de sécurité du pays), de bandes mafieuses, de puissantes tribus. Le chaos est la norme et la seule loi qui règne est celle du plus fort.
 
Les gouvernements européens savaient
 
C’est dans cet environnement, et avec la fermeture des autres routes migratoires vers l’Europe (Tunisie, Egypte, etc.), que la Libye s’est progressivement imposée comme le passage obligé des migrants subsahariens vers l’Europe, en même temps que se développaient sur son sol les trafics les plus sordides, dont celui des êtres humains. Confrontée au risque d’une immigration subsaharienne massive et inquiète de ses conséquences politiques, l’Union européenne (UE) est passée à l’action, comme le résume Amnesty International :
 
« Bien qu’étant parfaitement au courant des graves atteintes auxquelles les réfugiés et les migrants sont soumis en Libye […] depuis la fin 2016, l’Italie et les autres États membres de l’UE ont mis en œuvre une série de mesures destinées à fermer la route migratoire passant par la Libye et la Méditerranée centrale. Leur coopération avec la Libye se décline en trois volets.
 
Premièrement, ils ont permis aux gardes-côtes libyens d’intercepter un plus grand nombre de personnes en mer en leur fournissant des formations, des équipements, dont des navires, et une assistance, notamment technique.
 
Deuxièmement, ils se sont engagés à fournir une aide technique et un soutien à la DCIM, le service libyen chargé de gérer les centres de détention où les réfugiés et les migrants sont détenus et exposés quotidiennement à de graves violations des droits humains.
Troisièmement, ils ont conclu des accords avec les autorités libyennes locales et les chefs de tribus et de groupes armés afin de les encourager à mettre un terme aux activités des passeurs et à renforcer les contrôles frontaliers dans le sud du pays. »
 
 
Pour avoir, en toute connaissance de cause, contribué à son avènement, les gouvernements européens étaient informés de l’industrie de la déshumanisation en Libye, mais ils ont feint de la découvrir et de la dénoncer lorsque le monde en a pris conscience. Rien ne sert de s’en offusquer : un regard, même furtif, dans le rétroviseur de l’histoire permet de relativiser l’attachement de l’Europe aux valeurs qu’elle prétend défendre et incarner.
 
Abandonner le confort de l’émotion
 
Il est permis, en revanche, de s’offusquer de la réaction des classes africaines dites « conscientes ». Dès le lendemain de la diffusion de la vidéo de CNN, plusieurs d’entre nous ont pointé un doigt accusateur sur la Libye et sur le « racisme arabo-musulman ». Les représentations libyennes à travers le monde ont été prises d’assaut. Bien sûr, le racisme est un fléau dont souffrent les migrants subsahariens en Libye ; mais le racisme est une réalité dans de nombreux pays à travers le monde, qui n’hébergent pas pour autant une industrie de la déshumanisation.
 
Les principaux responsables du commerce de la honte en Libye sont les dictatures africaines qui réduisent leurs peuples à l’indignité et les contraignent à l’exil, la coalition occidentale (France, Royaume-Uni, Etats-Unis) qui a déstabilisé la Libye et les gouvernements de l’UE. Ce sont ces acteurs, et en premier lieu les dirigeants africains, qu’il aurait fallu mettre à l’index.
Lire aussi :   Claudy Siar : « La vidéo des esclaves en Libye a suscité une autre colère, liée au racisme qui perdure en France »
Cela n’a pas été fait pour au moins deux raisons : la première est que dans cette affaire comme dans d’autres, trop souvent l’émotion guide notre action et nous égare. La deuxième est plus fondamentale : les classes africaines éduquées n’ont jamais été aussi intégrées au monde occidental. Souvent elles y vivent, et quand ce n’est pas le cas elles y ont des intérêts professionnels.
Par conséquent, la question du racisme est devenue centrale pour cette population, au détriment des enjeux purement politiques (gouvernance) ou économiques (pauvreté). C’est pour cette raison que lorsqu’ils ont vu les images de leurs « frères » en Libye, ces Africains globalisés ont spontanément vu des « Noirs » victimes de racisme plutôt que des victimes de dictateurs africains ou d’impérialistes occidentaux, illustrant le fossé grandissant qui les sépare des masses africaines « déglobalisées ».
 
Alors que nous approchons de la période des vœux, peut-être gagnerions-nous à considérer ceux-ci : abandonner le confort de l’émotion au profit des rigueurs de la réflexion (et de l’action soutenue dans le temps qui en découle) et renouer idéologiquement avec les Africains les plus pauvres. C’est ainsi que nous leur serons utiles. Si tel est le but…
 
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger
Ven 20 Avr 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Economie

Toute cette semaine Afrique économie se penche sur une question cruciale, l’économie des partis politiques africains. L'argent étant le nerf de la guerre, comment se finance l’action politique ? Par quels mécanismes publics ou privés ? Quatrième... Lire la suite >

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences
Ven 20 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les étudiants protestent notamment contre l’exclusion de cinq de leurs camarades de l’université en mars.   Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, a été fermé mercredi 18 avril « jusqu’à nouvel ... Lire la suite >

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique
Jeu 19 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo éclaire en chiffres l'impact de la situation qui y prévaut depuis août 2017.   Jusqu'à présent, aucun chiffre ne venait corroborer ceux qui circulaient sur les réseaux sociaux... Lire la suite >

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte
Jeu 19 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Faute de successeur crédible, les dirigeants du parti au pouvoir se rangent majoritairement derrière Muhammadu Buhari.   Alors que Muhammadu Buhari a récemment multiplié les visites aux quatre coins du Nigeria, d’aucuns le soupçonnaient de venir... Lire la suite >

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence
Mar 17 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le chargé d'affaires du Nigeria a été délogé de sa résidence à Kinshasa en raison d'une querelle foncière qui dure depuis plusieurs années, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi.   Le chargé d'affaires... Lire la suite >

Le paludisme, tueur au quotidien

Le paludisme, tueur au quotidien
Mar 17 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Lire la suite >

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore
Jeu 12 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des documents issus des « Paradise Papers » révèlent comment le pétrolier français a aidé l’Etat africain à berner le FMI.   Un Etat endetté cherchant des financements, une compagnie pétrolière cherchant... Lire la suite >

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre
Mer 11 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

« Cleaning Day » pour la population, strict respect des horaires pour les fonctionnaires : le nouveau président a d'ores et déjà pris des mesures qui frappent les esprits.   Les fonctionnaires dans la ligne de mire de Julius Maada Bio. Le nouveau ... Lire la suite >

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Leila Zerrougui, nouvelle cheffe de la Monusco, insiste sur l’importance de la tenue d’élections « crédibles » en République démocratique du Congo le 23 décembre.   La République démocratique du Congo (RDC) traverse... Lire la suite >

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les forces maliennes affirment que 14 « suspects terroristes » auraient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion ».   Une association peule et des proches de quatorze suspects tués pendant... Lire la suite >

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine
Lun 09 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des centaines de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre un accord passé entre Washington et Accra en 2017.   Au cœur d’une polémique qui enflamme le Ghana, le président Nana Akufo-Addo a assuré dans un discours retransmis... Lire la suite >

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »
Lun 09 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Alors que le Vatican souhaite que la cérémonie de béatification des moines de Tibhirine ait lieu en Algérie, les mots de l'évêque d'Oran ont une résonance particulière.   Il porte un insigne aux couleurs du drapeau... Lire la suite >

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict
Ven 06 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

« Nous contestons les résultats et nous prendrons les actions judiciaires pour les corriger », a déclaré Samura Kamara, candidat malheureux du parti au pouvoir.   Le candidat du principal parti de l'opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a ... Lire la suite >

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence
Ven 06 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est l'un de ces personnages sulfureux que l'on croise au hasard des pages des romans noirs, au bar d'un grand hôtel. Eminences grises, entremetteurs voire hommes de main, ils naviguent dans l'ombre des puissants, aux frontières de la loi.   Ajay Sooklal... Lire la suite >

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila
Jeu 05 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Alors que l’Eglise catholique s’est affirmée comme la première force d’opposition, musulmans et protestants prennent à leur tour leurs distances avec le régime.   A Kinshasa plus qu’ailleurs, les cultes proposés par les innombrables... Lire la suite >

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine
Jeu 05 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Derrière sa présence diplomatique qu'il renforce sur le continent, le gouvernement de Narendra Modi affiche clairement son intention de concurrencer son grand voisin de l'empire du Milieu.   L'Inde est-elle suffisamment représentée en Afrique ?... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS