NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué


Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué
Les appels à la libération de Khalifa Sall se multiplient. | PHOTO: SEYLLOU / AFP
Cette fois, c'est à la demande de la défense du maire de Dakar que la décision a été prise de renvoyer le procès au 23 janvier. « Pour disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins », a-t-elle avancé.
 
« Le tribunal renvoie la cause et les parties à l'audience du 23 janvier », a déclaré après deux heures de débats de procédure Malick Lamotte, président du tribunal de grande instance de Dakar, la capitale sénégalaise. Cette décision a été prise en présence du maire de Dakar et de la plupart de ses coprévenus. Il s'agit là du deuxième renvoi de ce procès pour « détournement de fonds publics » du maire de Dakar, Khalifa Sall, opposant patenté au président sénégalais Macky Sall, et de sept de ses collaborateurs. Très attendu à un an de la présidentielle, ce procès avait en effet été une première fois renvoyé à son ouverture le 14 décembre. Khalifa Sall et plusieurs responsables financiers doivent répondre de dépenses « non justifiées » de plus de 2,7 millions d'euros prélevés sur plusieurs années, selon la justice, dans les caisses de la mairie de Dakar, ce qu'ils nient.
 
Affrontement autour d'un nouveau renvoi
 
Dès l'ouverture de l'audience de mercredi, la défense a réclamé le renvoi du procès, arguant que certains avocats n'avaient pas reçu de convocation. Elle a également avancé qu'elle souhaitait disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins, dont le ministre de l'Économie et des Finances et celui du Budget. La défense souhaite « faire retarder autant que faire se peut cette audience », alors que le dossier est prêt à être jugé, a accusé pendant les débats Me Moussa Felix Sow, un avocat de l'État du Sénégal, partie civile dans cette affaire. « Depuis le début de la procédure jusqu'à maintenant, il y a un empressement qu'on peut qualifier d'intolérable, qui fait obstacle à la garantie des droits de la défense », a répliqué Me Ousseynou Fall, avocat de la défense de Khalifa Sall, interrogé par l'AFP à la sortie de l'audience.
 
Les raisons politiques sous-jacentes à l'arrestation de Khalifa Sall 
 
Khalifa Sall, 62 ans, vêtu d'un grand boubou blanc, a salué bras tendus et tout sourire ses nombreux partisans, qui ont scandé des slogans en sa faveur dans une salle bondée du tribunal de Dakar placé sous haute surveillance policière. L'homme politique, ancien ministre, maire de Dakar depuis 2009 et élu député en juillet alors qu'il est en détention provisoire depuis mars, a été exclu samedi du Parti socialiste, en même temps que 64 autres responsables et militants de la formation du premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Aujourd'hui membre de la majorité soutenant le président libéral Macky Sall, au pouvoir depuis 2012, le PS accuse Khalifa Sall et ses partisans d'être entrés en dissidence, leur reprochant une « indiscipline caractérisée, un refus systématique de respecter les règles » du parti et « des activités politiques concurrentes et parallèles » aux siennes. Khalifa Sall avait présenté à Dakar une liste dissidente victorieuse aux élections locales de 2014. Il a ensuite multiplié les critiques contre la coalition présidentielle, appelant notamment à voter non au référendum constitutionnel du 20 mars 2016 porté par Macky Sall. Ses partisans imputent ses déboires judiciaires à cette fronde et à sa volonté de se présenter à l'élection présidentielle, des soupçons rejetés par les responsables du pouvoir. Ce procès démontre « qu'il est malheureusement encore possible au Sénégal pour un pouvoir politique d'instrumentaliser la justice dans le seul but d'atteindre un adversaire », a déclaré à l'AFP Cheikh Bamba Dièye, député de l'opposition et soutien de Khalifa Sall.
 
 
Devant le palais de justice de Dakar le 14 décembre 2017, les partisans de Khalifa Sall attendent. © SEYLLOU / AFP
 
Les partisans du président Sall se félicitent de ce renvoi
 
Le renvoi du procès de Khalifa Sall et ses co-prévenus au 23 janvier est une « décision positive, pour autant qu'elle participe au renforcement des conditions de garantie des droits de la défense », selon le Secrétariat exécutif permanent (SEP) de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY-majorité) cité par l'Agence de presse sénégalaise (APS). « En effet, en accédant à plusieurs reprises aux demandes de renvoi des conseils de Khalifa Sall et de ses co-prévenus, le tribunal leur permet ainsi de bien assurer la défense de leurs clients respectifs », indique le SEP de BBY qui s'est réuni ce mercredi. Dans un communiqué reçu à l'APS, le SEP « salue aussi la décision du président du tribunal de grande instance hors classe de Dakar de former, avec son collègue également procureur de la République du même tribunal, la composition de la juridiction devant juger les prévenus sus-cités », estimant qu'« il s'agit là d'un renforcement indéniable des garanties d'un procès juste et équitable ». Il « souhaite que le déroulement du procès et son dénouement se poursuivent dans les mêmes conditions de respect des droits des parties, à savoir les prévenus et la partie civile ». Lors de sa réunion, le SEP a apprécié « positivement le message » du président de la République, délivré le 31 décembre. « Ce discours, articulé autour de l'axe central du Capital humain et de la protection sociale, est un message d'espoir et de confiance solides dans l'avenir », selon le SEP.
 
La presse sénégalaise réagit au procès
« La bataille sans fin », semble soupirer le quotidien Enquête au sujet de cette bataille de procédures que le journal juge « âpre ». Mais si les avocats de Khalifa Sall ont obtenu le renvoi du procès, « ce n'est pas pour les arguments qu'ils ont avancés ni pour le délai de deux mois qu'ils voulaient », rapporte le journal, cité par l'agence de presse sénégalaise (APS). « Les avocats de Khalifa Sall et cie se plaignent que des avis d'audience n'aient pas été envoyés à certains. Par ailleurs, les nouvelles constitutions, la citation d'environ 70 témoins à décharge, constituent selon la défense des motifs suffisants de renvoi », explique L'APS. Ils ont toutefois « buté sur le refus catégorique des conseils de l'État et du procureur Serigne Bassirou Guèye, qui en a profité pour solder ses comptes avec ses détracteurs », ajoute Enquête. Vox Populi pointe cette entrée « fracassante » du procureur et les « débats houleux » qui en ont suivi, entre le parquet et la défense de Khalifa Sall et cie, estimant que Serigne Bassirou Guèye « est allé au front ».
 
« Un renvoi qui annonce déjà un bras de fer épique », prédit Libération. Il y a aussi que le juge a averti que ce second renvoi de ce procès était le dernier, selon Tribune. « Le juge Malick Lamotte, pour qui le dossier est en l'état, a dit qu'il n'accepterait plus d'autres renvois. En attendant, les avocats de la défense sont invités à prendre les dispositions nécessaires pour faire comparaître leurs témoins », écrit Le Quotidien. « Toujours est-il que la défense de Khalifa Sall remporte la bataille de procédures », estime Sud Quotidien, mais selon Le Témoin quotidien, « la bataille aura bel et bien lieu même si, pour le moment, elle a été différée ». « Un avant-goût de ce qui va se passer le jour du procès a été aperçu avec des passes d'armes entre le procureur et les avocats de la défense », souligne L'Observateur. Autant d'éléments qui illustrent que la sérénité ne sera pas toujours de mise tant il sera difficile d'évacuer la dimension politique et du principal accusé et des motivations réelles qui ont conduit à ce procès. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS