NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué


Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué
Les appels à la libération de Khalifa Sall se multiplient. | PHOTO: SEYLLOU / AFP
Cette fois, c'est à la demande de la défense du maire de Dakar que la décision a été prise de renvoyer le procès au 23 janvier. « Pour disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins », a-t-elle avancé.
 
« Le tribunal renvoie la cause et les parties à l'audience du 23 janvier », a déclaré après deux heures de débats de procédure Malick Lamotte, président du tribunal de grande instance de Dakar, la capitale sénégalaise. Cette décision a été prise en présence du maire de Dakar et de la plupart de ses coprévenus. Il s'agit là du deuxième renvoi de ce procès pour « détournement de fonds publics » du maire de Dakar, Khalifa Sall, opposant patenté au président sénégalais Macky Sall, et de sept de ses collaborateurs. Très attendu à un an de la présidentielle, ce procès avait en effet été une première fois renvoyé à son ouverture le 14 décembre. Khalifa Sall et plusieurs responsables financiers doivent répondre de dépenses « non justifiées » de plus de 2,7 millions d'euros prélevés sur plusieurs années, selon la justice, dans les caisses de la mairie de Dakar, ce qu'ils nient.
 
Affrontement autour d'un nouveau renvoi
 
Dès l'ouverture de l'audience de mercredi, la défense a réclamé le renvoi du procès, arguant que certains avocats n'avaient pas reçu de convocation. Elle a également avancé qu'elle souhaitait disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins, dont le ministre de l'Économie et des Finances et celui du Budget. La défense souhaite « faire retarder autant que faire se peut cette audience », alors que le dossier est prêt à être jugé, a accusé pendant les débats Me Moussa Felix Sow, un avocat de l'État du Sénégal, partie civile dans cette affaire. « Depuis le début de la procédure jusqu'à maintenant, il y a un empressement qu'on peut qualifier d'intolérable, qui fait obstacle à la garantie des droits de la défense », a répliqué Me Ousseynou Fall, avocat de la défense de Khalifa Sall, interrogé par l'AFP à la sortie de l'audience.
 
Les raisons politiques sous-jacentes à l'arrestation de Khalifa Sall 
 
Khalifa Sall, 62 ans, vêtu d'un grand boubou blanc, a salué bras tendus et tout sourire ses nombreux partisans, qui ont scandé des slogans en sa faveur dans une salle bondée du tribunal de Dakar placé sous haute surveillance policière. L'homme politique, ancien ministre, maire de Dakar depuis 2009 et élu député en juillet alors qu'il est en détention provisoire depuis mars, a été exclu samedi du Parti socialiste, en même temps que 64 autres responsables et militants de la formation du premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Aujourd'hui membre de la majorité soutenant le président libéral Macky Sall, au pouvoir depuis 2012, le PS accuse Khalifa Sall et ses partisans d'être entrés en dissidence, leur reprochant une « indiscipline caractérisée, un refus systématique de respecter les règles » du parti et « des activités politiques concurrentes et parallèles » aux siennes. Khalifa Sall avait présenté à Dakar une liste dissidente victorieuse aux élections locales de 2014. Il a ensuite multiplié les critiques contre la coalition présidentielle, appelant notamment à voter non au référendum constitutionnel du 20 mars 2016 porté par Macky Sall. Ses partisans imputent ses déboires judiciaires à cette fronde et à sa volonté de se présenter à l'élection présidentielle, des soupçons rejetés par les responsables du pouvoir. Ce procès démontre « qu'il est malheureusement encore possible au Sénégal pour un pouvoir politique d'instrumentaliser la justice dans le seul but d'atteindre un adversaire », a déclaré à l'AFP Cheikh Bamba Dièye, député de l'opposition et soutien de Khalifa Sall.
 
 
Devant le palais de justice de Dakar le 14 décembre 2017, les partisans de Khalifa Sall attendent. © SEYLLOU / AFP
 
Les partisans du président Sall se félicitent de ce renvoi
 
Le renvoi du procès de Khalifa Sall et ses co-prévenus au 23 janvier est une « décision positive, pour autant qu'elle participe au renforcement des conditions de garantie des droits de la défense », selon le Secrétariat exécutif permanent (SEP) de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY-majorité) cité par l'Agence de presse sénégalaise (APS). « En effet, en accédant à plusieurs reprises aux demandes de renvoi des conseils de Khalifa Sall et de ses co-prévenus, le tribunal leur permet ainsi de bien assurer la défense de leurs clients respectifs », indique le SEP de BBY qui s'est réuni ce mercredi. Dans un communiqué reçu à l'APS, le SEP « salue aussi la décision du président du tribunal de grande instance hors classe de Dakar de former, avec son collègue également procureur de la République du même tribunal, la composition de la juridiction devant juger les prévenus sus-cités », estimant qu'« il s'agit là d'un renforcement indéniable des garanties d'un procès juste et équitable ». Il « souhaite que le déroulement du procès et son dénouement se poursuivent dans les mêmes conditions de respect des droits des parties, à savoir les prévenus et la partie civile ». Lors de sa réunion, le SEP a apprécié « positivement le message » du président de la République, délivré le 31 décembre. « Ce discours, articulé autour de l'axe central du Capital humain et de la protection sociale, est un message d'espoir et de confiance solides dans l'avenir », selon le SEP.
 
La presse sénégalaise réagit au procès
« La bataille sans fin », semble soupirer le quotidien Enquête au sujet de cette bataille de procédures que le journal juge « âpre ». Mais si les avocats de Khalifa Sall ont obtenu le renvoi du procès, « ce n'est pas pour les arguments qu'ils ont avancés ni pour le délai de deux mois qu'ils voulaient », rapporte le journal, cité par l'agence de presse sénégalaise (APS). « Les avocats de Khalifa Sall et cie se plaignent que des avis d'audience n'aient pas été envoyés à certains. Par ailleurs, les nouvelles constitutions, la citation d'environ 70 témoins à décharge, constituent selon la défense des motifs suffisants de renvoi », explique L'APS. Ils ont toutefois « buté sur le refus catégorique des conseils de l'État et du procureur Serigne Bassirou Guèye, qui en a profité pour solder ses comptes avec ses détracteurs », ajoute Enquête. Vox Populi pointe cette entrée « fracassante » du procureur et les « débats houleux » qui en ont suivi, entre le parquet et la défense de Khalifa Sall et cie, estimant que Serigne Bassirou Guèye « est allé au front ».
 
« Un renvoi qui annonce déjà un bras de fer épique », prédit Libération. Il y a aussi que le juge a averti que ce second renvoi de ce procès était le dernier, selon Tribune. « Le juge Malick Lamotte, pour qui le dossier est en l'état, a dit qu'il n'accepterait plus d'autres renvois. En attendant, les avocats de la défense sont invités à prendre les dispositions nécessaires pour faire comparaître leurs témoins », écrit Le Quotidien. « Toujours est-il que la défense de Khalifa Sall remporte la bataille de procédures », estime Sud Quotidien, mais selon Le Témoin quotidien, « la bataille aura bel et bien lieu même si, pour le moment, elle a été différée ». « Un avant-goût de ce qui va se passer le jour du procès a été aperçu avec des passes d'armes entre le procureur et les avocats de la défense », souligne L'Observateur. Autant d'éléments qui illustrent que la sérénité ne sera pas toujours de mise tant il sera difficile d'évacuer la dimension politique et du principal accusé et des motivations réelles qui ont conduit à ce procès. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Centrafrique : pourquoi il est urgent de lutter contre les réseaux criminels

Centrafrique : pourquoi il est urgent de lutter contre les réseaux criminels
Mer 24 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

TRIBUNE. Plus que jamais, la Centrafrique a besoin de sortir de l'ornière de l'insécurité. Pour installer la paix et sortir de la situation de perpétuelle médiation, l'Union africaine pourrait jouer un rôle décisif. Explications.   Alors... Lire la suite >

RDC : l'Église mène la contestation, l'opposition à la peine

RDC : l'Église mène la contestation, l'opposition à la peine
Mer 24 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Devant l'impuissance de plus en plus palpable de l'opposition politique, les milieux catholiques montent au créneau pour mener la contestation face à Joseph Kabila.   Les marches anti-Kabila organisées dimanche dans les principales villes du pays par le comité... Lire la suite >

L’ancien vice-président de l’Angola jugé pour corruption au Portugal

L’ancien vice-président de l’Angola jugé pour corruption au Portugal
Mar 23 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le procès de Manuel Vicente, accusé d’avoir corrompu le procureur portugais Orlando Figueira, est source de tensions entre Luanda et Lisbonne.   Source de tensions diplomatiques entre le Portugal et l’Angola, le procès pour corruption impliquant l’ancien... Lire la suite >

RD Congo : Joseph Kabila, objectif référendum

RD Congo : Joseph Kabila, objectif référendum
Mar 23 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Pas plus qu'en 2016 ou 2017, Joseph Kabila ne semble disposé, en 2018, à renoncer au pouvoir. Et il a déjà mis en branle sa stratégie. Explication.   Cela ne fait plus l'ombre d'un doute. Joseph Kabila n'envisage aucunement ... Lire la suite >

Ibrahim Mustafa Magu, le shérif anticorruption du Nigeria

Ibrahim Mustafa Magu, le shérif anticorruption du Nigeria
Sam 20 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Economie

Nommé par le président Buhari pour traquer les fonds publics détournés, cet ancien policier est aussi redouté que contesté dans son pays.   Ibrahim Mustafa Magu est sans doute l’homme le plus craint de l’élite politique et ... Lire la suite >

En Afrique, les faux médicaments, un trafic rentable et meurtrier

En Afrique, les faux médicaments, un trafic rentable et meurtrier
Sam 20 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Vaccins, antirétroviraux, antipaludéens contrefaits: l'Afrique est devenue le terrain de jeu préféré des trafiquants de faux médicaments, un business lucratif qui fait des centaines de milliers de victimes.    Le chiffre d'affaires... Lire la suite >

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »
Mer 17 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Pour cet ex-directeur de la régie d'assainissement de Kinshasa, le changement climatique n'est pour rien dans les inondations meurtrières récemment connues par la capitale congolaise. Explications.   Un deuil national de deux jours a été... Lire la suite >

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »
Mer 17 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, la polémique sur les « pays de merde » ne doit pas masquer le véritable enjeu : les politiques migratoires des Etats-Unis et de l’Europe.   Chronique. Après les Noirs, les musulmans, les Latinos, les femmes, les homosexuels,... Lire la suite >

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS