NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Centrafrique : pourquoi il est urgent de lutter contre les réseaux criminels


Centrafrique : pourquoi il est urgent de lutter contre les réseaux criminels
La situation sécuritaire précaire de la Centrafrique favorise une instabilité permanente préjudiciable à toute initiative de consolidation de l'État, mais aussi de développement économique du pays. | PHOTO: FLORENT VERGNES / AFP
TRIBUNE. Plus que jamais, la Centrafrique a besoin de sortir de l'ornière de l'insécurité. Pour installer la paix et sortir de la situation de perpétuelle médiation, l'Union africaine pourrait jouer un rôle décisif. Explications.
 
Alors que le sommet de l'Union africaine se tient du 22 au 29 janvier, à Addis-Abeba, les chefs d'État et de gouvernement sont invités à mobiliser leurs efforts en faveur de la lutte contre la corruption sur le continent africain. Pour Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine, « la corruption tue ». Dans un concept note, l'institution dresse une esquisse des priorités pour l'année 2018 et y indique que, pour faire taire les armes d'ici à 2020, la bonne gouvernance et la justice sont des pré-conditions pour une Afrique prospère. 
 
Depuis 2016, l'Union africaine est engagée dans une médiation qui vise à faciliter le règlement politique du conflit centrafricain. À ce jour, « l'initiative pour la paix » peine pourtant à livrer des résultats positifs et souffre de contradictions. En effet, bien que l'institution reconnaisse la justice comme une pré-condition à la paix, certains membres engagés dans la résolution du conflit centrafricain, avec en tête le Tchad, estiment que l'amnistie générale est le prix à payer pour parvenir à une réconciliation. 
 
Pour faire de cette médiation un chemin vers la paix, les chefs d'État africains et le Conseil de sécurité et de paix de l'Union africaine devraient réaffirmer leurs volontés communes et faire de la lutte contre l'impunité une stratégie durable de sortie de crise en Centrafrique. À ce titre, des efforts concertés devraient viser à combattre les crimes économiques et les réseaux criminels, lesquels sont responsables d'alimenter corruption et violence sur le continent.
 
La crise centrafricaine, un mal régional
 
Au cœur du continent africain, la République centrafricaine partage ses frontières avec des pays confrontés à des défis politiques et sécuritaires majeurs : le Tchad, le Soudan, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo, la République du Congo et le Cameroun. Son positionnement géographique en fait un territoire stratégique pour la région. Pourtant, depuis plus de cinq ans, la Centrafrique plonge elle aussi dans un état de guerre permanent. Et en plus d'être progressivement devenu le pays le plus pauvre du monde, c'est désormais l'un des plus instables.
 
Ces dernières années, la situation s'est largement détériorée. La prédation des élites politiques successives et le syndrome de l'État fantôme ont facilité la prolifération des bandes armées criminelles connectées à des réseaux mafieux qui ont fait de la violence un business rentable. Pour obtenir un soutien populaire, légitimer et renforcer leur entreprise criminelle, les leaders des groupes armés continuent d'attiser les tensions intercommunautaires, allant jusqu'à perpétrer des nettoyages ethniques. 
 
Fin 2017, ce système de violence avait contraint plus de 1,1 million de personnes à fuir, « le plus haut niveau jamais observé » selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (UNHCR). Avec ces déplacements massifs de population, c'est la stabilité de toute la région qui est en jeu. Interrogé, un des représentants des réfugiés installés dans l'est du Cameroun tire la sonnette d'alarme sur les conséquences de la baisse drastique de l'aide aux réfugiés annoncée pour 2018 : « Le banditisme va augmenter. Livrés à eux-mêmes, nos jeunes seront des cibles pour les bandes armées. »
 
Le fléau du mercenariat régional
 
Tandis que les populations civiles cherchent à fuir les exactions, d'autres acteurs se tournent vers la Centrafrique comme une terre d'accueil et d'opportunités. En effet, sujet épineux, mais souvent négligé, le mercenariat régional est un secteur en pleine expansion. Des combattants originaires des pays voisins, souvent réprimés et entrés en dissidence dans leur pays, viennent gonfler les effectifs des groupes armés en Centrafrique. Il est désormais largement reconnu qu'en 2013 la coalition Seleka – qui a renversé le pouvoir de François Bozizé – était majoritairement composée de mercenaires soudanais, dirigés par le général Moussa Assimeh, et tchadiens. 
Un représentant d'un groupe armé interrogé a même précisé, confidentiellement, que « les groupes armés cherchent la survie et ne peuvent pas empêcher les mercenaires de se joindre (à eux). S'ils viennent avec des munitions, ils sont les bienvenus ». Le panel d'experts de l'ONU confirmait dans son rapport de juillet 2017 la présence possible de mercenaires originaires des pays voisins, en plus des mercenaires ougandais issus de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) déployés sur le territoire depuis 2010. 
Une tentative de coup d'État a même été dénoncée par le président de la Guinée équatoriale en décembre dernier. Confirmée par plusieurs sources, cette opération militaire, qui a finalement échoué, était le fait de mercenaires tchadiens, soudanais et centrafricains. En outre, des « rebelles » congolais affichant leur intention de renverser le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, ont également été identifiés sur le territoire centrafricain. En réalité, c'est l'ensemble des régimes de la sous-région qui ont les yeux tournés vers la Centrafrique, inquiets de voir émerger des groupes de dissidents et des combattants formés capables de déstabiliser, voire de renverser, leur pouvoir.
 
Les réseaux de trafic régionaux, moteurs du système de violence
 
Pour le secrétaire général de l'ONU, en Centrafrique, « les violences [de 2017] ont été alimentées par l'intensification de la lutte que se livrent les groupes armés pour le contrôle des ressources ». En effet, le territoire centrafricain est riche en ressources, notamment minières. Elles représentent à la fois une motivation centrale du conflit, mais également le moteur qui perpétue les violences. Interrogé, un leader de groupe armé actif dans l'est du pays a déclaré confidentiellement : « Nous fonctionnons depuis deux ans en autofinancement. Notre source de financement primaire, ce sont les mines du pays : l'or et le diamant. Le deuxième provient de la transhumance [les taxes prélevées sur les éleveurs]. » Un autre enjeu stratégique réside dans les points de passage des armes en provenance essentiellement du Tchad, du Soudan et de la République Démocratique du Congo.
 
Si le contrôle des ressources est important, leur commercialisation l'est encore davantage. Pour générer des gains exorbitants et s'assurer de pouvoir fournir des armes et des munitions aux combattants, les chefs des groupes armés utilisent leurs réseaux, majoritairement régionaux. Interrogé, le leader d'un groupe armé a précisé que, par exemple, « la majorité des diamants qui partent de Bria [dans l'est du pays] passent par l'équateur via le Congo et les trafiquants les remettent au Kenya. Ils prennent des diamants et, en contrepartie, ils nous donnent les armes et de l'argent. » 
 
La corruption des élites politiques, une racine du conflit 
 
Les chefs des groupes armés ne sont pas les seuls à profiter du système de violence. Interrogés, plusieurs opérateurs politiques et économiques sont unanimes. Le régime politique actuel est un système d'« affairistes », gangrené par la corruption et la poursuite du gain personnel. Confidentiellement, l'un d'eux a même été jusqu'à lancer : « La justice sous Touadéra [le président élu en mars 2016, NDLR], on sait ce que ça vaut. C'est celui qui a la plus grande gueule et qui paye, qui gagne. » En effet, la classe politique, retranchée dans la capitale, Bangui, peuple un État de façade. Celui-ci n'existe d'ailleurs que par la valse infatigable des donations extérieures, qui viennent régulièrement renflouer les caisses publiques et payer des salaires parfois exorbitants. À la fin de l'année 2017, 11 nouveaux ministères ont été créés et des représentants de groupes armés ont été nommés à des postes politiques. Non seulement ces décisions créent une pression insoutenable sur le budget, au détriment de l'investissement public, mais elles donnent aussi le sentiment d'une amnistie de facto pour les criminels de guerre.
 
Dans la crise centrafricaine, de nombreux observateurs extérieurs considèrent le manque de capacité des institutions étatiques comme l'une des sources principales du mal centrafricain. Si ce constat est bien une réalité, néanmoins, derrière un apparent manque de capacité et de moyens pour relever les défis, certaines « élites politiques » démontrent une habile capacité à faire du patrimoine commun, un trésor de biens privés. Et comme si la prédation d'État ne suffisait pas, la classe dirigeante soucieuse de protéger son pouvoir instrumentalise la violence et manipule les groupes armés et les groupes d'autodéfense au gré de ses intérêts. Non seulement ce système appauvrit toute une nation, mais il alimente aussi la violence et la criminalité. Il n'est pas vain d'affirmer qu'après deux ans au pouvoir le tandem Touadéra-Sarandji échoue à faire des erreurs du passé des leçons pour l'avenir.
 
L'initiative de l'Union africaine, une opportunité pour la paix ?
 
Le panel d'experts de l'ONU a récemment indiqué que, compte tenu des dynamiques régionales en jeu (les trafics d'armes et de ressources naturelles, la transhumance, etc.), une initiative telle que la feuille de route pour la paix et la réconciliation de l'Union africaine, qui implique l'ensemble des États de la région, pourrait constituer un canal adéquat pour traiter des causes du conflit en Centrafrique. Dans le cadre de cette médiation, l'Union africaine devrait saisir l'opportunité qui lui est donnée en se distinguant des initiatives précédentes, lesquelles ont plus souvent visé à adopter des mesures d'accompagnement des effets de la crise, plutôt que d'adresser les causes du conflit. À ce titre, pour lutter contre les réseaux criminels et la corruption des élites politiques, l'Union africaine devrait notamment contribuer à renforcer la mise en œuvre des mécanismes de sanctions ciblées à l'encontre des acteurs impliqués dans les chaînes de trafics. Sur le continent africain, la violence ne devrait plus être un business profitable. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table
Ven 16 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’opposition demande notamment la libération des militants arrêtés depuis le début des manifestations contre le président Gnassingbé, en août 2017.   Cela ressemble à une légère éclaircie dans le ciel politique... Lire la suite >

Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin

Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin
Ven 16 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Il a rongé son frein et attendu son heure pendant de longues années. Cyril Ramaphosa a eu un parcours hors du commun où syndicalisme, business et politique se sont succédé et quelquefois côtoyés. Qui est-il vraiment ?   À... Lire la suite >

Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine

Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine
Mer 14 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Avant la crise actuelle, née du refus du président Zuma de démissionner sous la pression de l'ANC, il y a eu le départ anticipé de Thabo Mbeki en 2008. Entre-temps, le système Zuma a prospéré.   Alors qu'il y a ... Lire la suite >

Gambie : cette place forte de la non-transparence financière

Gambie : cette place forte de la non-transparence financière
Mar 13 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans la planète de l'argent dissimulé, la Gambie joue les premiers rôles si l'on en croit le dernier rapport de Tax Justice Network, réseau de spécialistes engagés dans la lutte contre les paradis fiscaux.   Avec le score de 76,63, la ... Lire la suite >

Paul Biya: 85 ans mardi, dont 35

Paul Biya: 85 ans mardi, dont 35
Mar 13 Février 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.   "Le... Lire la suite >

Bénin : le bras de fer se durcit entre Patrice Talon et les syndicats

Bénin : le bras de fer se durcit entre Patrice Talon et les syndicats
Lun 12 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Négociations ardues entre le gouvernement béninois et les syndicats de l'administration publique, ce qui n'arrange en rien la situation économique du pays.   « Une rencontre Talon et syndicats pour rien ! » s'exclame René Ahouansou ... Lire la suite >

Zimbabwe : les fermiers blancs, une épine dans le pied de Mnangagwa

Zimbabwe : les fermiers blancs, une épine dans le pied de Mnangagwa
Lun 12 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Faut-il rendre aux fermiers blancs leurs terres confisquées ? Le nouveau gouvernement s'attaque aux défauts structurels de la réforme agraire, héritage de Robert Mugabe.   En décembre dernier, le nouveau président zimbabwéen, Emmerson... Lire la suite >

Forces étrangères au Niger : tout le monde n'est pas d'accord

Forces étrangères au Niger : tout le monde n'est pas d'accord
Sam 10 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Au nom de la sécurité, le gouvernement nigérien autorise des forces françaises, américaines et bientôt italiennes à stationner sur son territoire. Au nom de la souveraineté nationale, une partie des Nigériens lui conteste cette... Lire la suite >

En RDC, les enfants volés de Goma

En RDC, les enfants volés de Goma
Ven 09 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Depuis un an, les rapts se multiplient dans la capitale du Nord-Kivu, où l’armée et de multiples milices maintiennent une tension permanente.   Tout semble protégé chez Valentin Sendegeya. Derrière une clôture en pierres, des rideaux imprimés... Lire la suite >

Afrique du Sud : Jacob Zuma, l'homme qui ne voulait pas laisser le pouvoir

Afrique du Sud : Jacob Zuma, l'homme qui ne voulait pas laisser le pouvoir
Ven 09 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Les conseils et menaces publiques de défiance n'arrivent pas à ébranler la détermination de Jacob Zuma à demeurer président. Pour l'ANC, l'heure est grave.   « Coup de théâtre ! » Après avoir refusé... Lire la suite >

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme
Ven 09 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La classe africaine (18). Retards, sureffectifs, abandons… Les étudiants burkinabés sont durement affectés par le « chevauchement » des années universitaires.   Géomorphologie, cristallographie, géochimie… Concentré,... Lire la suite >

« Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège de l’unilatéralisme en Afrique ? »

« Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège de l’unilatéralisme en Afrique ? »
Mer 07 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon notre chroniqueur, le président s’efforce d’impliquer les pays du Sahel dans la lutte anti-djihadiste, mais c’est bien la France qui demeure en première ligne.   Chronique. En critiquant sur le sol africain, qui plus est devant les parlementaires... Lire la suite >

Afrique du Sud : ça se complique pour Jacob Zuma

Afrique du Sud : ça se complique pour Jacob Zuma
Mer 07 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Le président sud-africain doit faire face à une nouvelle motion de défiance déposée par le parti d'opposition dirigé par Julius Malema, les Combattants pour la liberté économique.   Alors que son discours annuel sur l'état... Lire la suite >

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger
Mar 06 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

La classe africaine (16). Le gouvernement a adopté un décret visant à protéger, soutenir et accompagner les jeunes filles en cours de scolarité.   Mariama Chipkaou a gardé de son passé de leader syndicaliste une ferme poigne et un certain... Lire la suite >

Guinée : l'opposition dénonce une fraude massive aux élections locales

Guinée : l'opposition dénonce une fraude massive aux élections locales
Mar 06 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Elles ne sont pas parties pour apaiser le climat politique. Les élections locales, les premières depuis 2005, auraient, selon des responsables de l'opposition, fait l'objet de fortes irrégularités.   « Il y a une fraude à l'échelle... Lire la suite >

Mali : les héros de la diaspora

Mali : les héros de la diaspora
Lun 05 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Les migrants de la région de Kayes au Mali installés à l'étranger ont remplacé l'État et assurent ses missions.   Dans la case à palabres, les hommes en bazin, graves, écoutent l'enregistrement. La voix est... Lire la suite >

ACTUALITE

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table
Ven 16 Février 2018 | Source: lemonde.fr
Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin
Ven 16 Février 2018 | Source: afrique.lepoint.fr
Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine
Mer 14 Février 2018 | Source: afrique.lepoint.fr
Plus d'Actualité | Cliquez ici

Vidéo à ne pas rater

Biennale panafricaine / L'invitation du professeur AMOA Urbain
Jeu 15 Février 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS