NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »


« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »
L’avocat Jean Balan à Paris, le 21 juillet 2009. | PHOTO: ERIC PIERMONT / AFP
Notre chroniqueur revient sur le combat contre la raison d’Etat de l’avocat qui tente de faire éclater la vérité sur le raid meurtrier de l’armée ivoirienne en 2004.
 
Chronique. Depuis quatorze longues années, un homme seul, ou presque, se bat inlassablement pour que la vérité éclate dans l’affaire du bombardement de Bouaké, en Côte d’Ivoire, qui provoqua la mort, le 6 novembre 2004, de neuf soldats français et d’un civil américain. Ce « petit avocat » (comme il y eut le « petit juge » Lambert, dans l’affaire Grégory) s’appelle Jean Balan. La semaine dernière, il a remporté une première bataille importante.
 
Dans un réquisitoire cinglant, révélé le 3 juillet par Médiapart, le vice-procureur de Paris, Michel Guedes, a en effet demandé le renvoi devant une Cour d’assises d’un pilote biélorusse, Youri Sushkine, et de deux copilotes ivoiriens, Patrice Ouei et Ange Magloire Gnanduillet. Ces trois hommes sont soupçonnés d’avoir pris part, pour le compte de l’armée sous les ordres de Laurent Gbagbo, au bombardement d’un camp de l’armée française installé dans le lycée Descartes à Bouaké. Ce raid sanglant provoqua une crise sans précédent entre Paris et Abidjan.
 
Mémoire vivante
 
Jean Balan, qui vit au nord de Paris, dispose d’un bureau dans le quartier de l’Opéra dans la capitale. Un joyeux foutoir, où s’empilent les dossiers épais entre deux cendriers débordant de mégots. Au palais de justice de Paris, il ne passe pas inaperçu avec son physique de deuxième ligne de rugby, ses cheveux longs grisonnants et sa dégaine de cow-boy à l’accent slave, sorti tout droit d’un film d’Aki Kaurismaki.
 
Depuis l’ouverture en 2005, à Paris, d’une information judiciaire contre X pour « assassinats et tentatives d’assassinats », Jean Balan n’a jamais rien lâché. Les juges passent, lui reste. Et il en a vu passer plusieurs, des magistrats, sur cette affaire en près de quinze ans. Ils se sont donné le mot : dès leur affectation, ils se tournent invariablement vers Maître Balan pour tenter de s’y retrouver dans les centaines de pièces versées à l’instruction. Au fil des ans, le « petit avocat » est devenu la mémoire vivante de l’affaire du bombardement de Bouaké.
 
C’est sans doute le dossier de sa vie. Jean Balan fait face à la raison d’Etat, au sens propre du terme. A son instigation, la quasi-totalité des protagonistes politiques et militaires de ce drame ont déjà été entendus par les juges parisiens : Laurent Gbagbo, président de Côte d’Ivoire au moment des faits, dans sa prison de La Haye (Pays-Bas), le général Henri Poncet qui commandait les forces françaises en Côte d’Ivoire, l’ex-ambassadeur de France à Abidjan Gildas le Lidec, mais aussi, plusieurs des ministres clés du gouvernement de Jacques Chirac, aux commandes à Paris à l’époque. A commencer par Michèle Alliot-Marie (à la défense) et Dominique de Villepin (à l'intérieur). Maître Balan en est convaincu, et tout aussi invariablement, en persuade les magistrats instructeurs qui le côtoient : les autorités françaises ont quelque chose à cacher, et donc à se reprocher, dans cette affaire.
 
Colère noire
 
Têtu, Jean Balan est aussi connu pour ses emportements et une franchise qui déteint dans le microcosme judiciaire où le verbe tout en nuances et les circonlocutions priment souvent. Ainsi il n’a pas hésité, dans plusieurs courriers adressés au procureur de Paris ou à des parlementaires, à accuser Michèle Alliot-Marie de « parjure », en clair de mentir sous serment quand elle affirme avoir été dissuadée par ses conseillers juridiques à la défense de poursuivre les auteurs présumés du bombardement de Bouaké.
 
De même, Jean Balan s’est mis dans une colère noire le jour où Dominique de Villepin a affirmé devant le juge n’avoir pas été mis au courant de l’arrestation, au Togo, quelques jours après le raid de Bouaké, de plusieurs « ingénieurs agronomes » slaves. Le ministre togolais de l’intérieur, François Boko, avait fait tout de suite le rapprochement avec l’affaire ivoirienne. Pourtant, au bout de quelques jours de détention, et sur recommandation de Paris, les « ingénieurs » furent relâchés et se volatilisèrent dans la nature. Explication de Dominique de Villepin devant le magistrat : cette arrestation fut probablement jugée trop mineure à l’époque par ses services pour déranger un ministre très occupé.
 
Maître Balan a demandé le renvoi vers la Cour de justice de la République de trois ministres : outre Mme Alliot-Marie et M. Villepin, il pointe la responsabilité de Michel Barnier, alors chef de la diplomatie française. Cette demande en fit sourire beaucoup à l’époque. Et, de fait, elle n’aboutira pas puisque, dans le cadre de la réforme constitutionnelle présentée par le gouvernement d’Emmanuel Macron, ladite Cour de justice va être dissoute. Il y a quelques années, c’est le tribunal aux armées chargé de ce type d’affaires qui, déjà, avait été démantelé. D’aucuns auraient lâché prise face à tant d’adversité. Mais pas le « petit avocat » de l’affaire de Bouaké.
 
Dans quelques mois, quand une cour d’assises devrait enfin juger à Paris, selon toute vraisemblance par contumace, un mercenaire biélorusse et deux copilotes de l’armée ivoirienne, Maître Balan aura sans doute le sentiment d’avoir remporté une première victoire. Avec, toutefois, un goût amer d’inachevé. Car, sous réserve de possibles rebondissements d’ici-là, on ne sait toujours pas qui a ordonné le bombardement du 6 novembre 2004, ni dans quel but. Ni pourquoi les plus hautes autorités françaises de l’époque ont laissé filer certains des exécutants de ce raid. De quoi nourrir encore bien des emportements de Maître Balan.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles
Mer 13 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Ce mercredi matin de mars, le prêtre Mekonnen Fatne, debout parmi ses fidèles orthodoxes éthiopiens, observe une église vieille de neuf siècles qu'ils craignent de voir détruite à tout moment.   Au-dessus de l'église s'étend... Lire la suite >

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement
Mar 12 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité après près d'une décennie en détention, demande plus de 68 millions d'euros ... Lire la suite >

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?
Mar 12 Mar 2019 | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».   Le lendemain de l'arrivée... Lire la suite >

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »
Jeu 07 Mar 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Selon « La Tribune de Genève », en raison d'une dégradation de ses fonctions neurologiques, le président algérien risque d'ingérer des aliments ou des liquides dans les poumons.   Sous le titre « Bouteflika nécessite... Lire la suite >

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce
Jeu 07 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant et candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, Martin Fayulu, a annoncé mercredi à l'AFP qu'il ne siègera pas comme député, se considérant comme "président... Lire la suite >

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le premier ministre a désigné le président sortant Macky Sall vainqueur, sans prendre la peine d’attendre les résultats officiels.   C’était une journée de vote paisible dont rien ne laissait présager l’achèvement... Lire la suite >

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Outre leur président, les Nigérians étaient appelés samedi à désigner 360 députés et 109 sénateurs.   Le comptage des voix entre les deux favoris de la présidentielle au Nigeria, le chef de l’Etat sortant, Muhammadu... Lire la suite >

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !
Lun 25 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

C'est dans un calme relatif, malgré seize personnes tuées dans des violences ainsi que des bureaux de vote saccagés dans quelques États, que les membres de la Commission électorale se sont mis au travail pour cette phase décisive de l'élection.   Ce... Lire la suite >

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi
Lun 25 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Un mois après son investiture, le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi reste à la merci de son prédécesseur Joseph Kabila, maître du jeu politique grâce à ses majorités à ... Lire la suite >

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent
Ven 22 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Plus de 2 300 Maliens sont rentrés dans la région en 2018, pendant que d’autres continuent de s’enfuir. Le pays accueille aussi des Burkinabés et des Nigériens.   Assis sur son tapis face à ses rangées de bracelets et colliers en ... Lire la suite >

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens
Ven 22 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Société

COMPTE RENDU. Ces Mémoires d'une rescapée de la dictature de Sékou Touré relatées par Maïmouna Bâ Maréga révèlent toute la cruauté du premier président de la Guinée ainsi que l'horreur de son système.   «... Lire la suite >

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?
Mer 20 Février 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Avec la mise sur pied du Comité politique qu'il qualifie lui-même d'« outil », Guillaume Soro, libéré de sa charge de président de l'Assemblée nationale, pose les bases à partir desquelles il va affronter la tempête politique... Lire la suite >

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent
Lun 18 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La coalition formée pour chasser Gbagbo a explosé face aux ambitions de ses leaders pour l’élection présidentielle de 2020.   Depuis les salons climatisés de l’hôtel Ivoire, la vue sur la lagune permet d’imaginer toutes les opportunités... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS