NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »


« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »
L’avocat Jean Balan à Paris, le 21 juillet 2009. | PHOTO: ERIC PIERMONT / AFP
Notre chroniqueur revient sur le combat contre la raison d’Etat de l’avocat qui tente de faire éclater la vérité sur le raid meurtrier de l’armée ivoirienne en 2004.
 
Chronique. Depuis quatorze longues années, un homme seul, ou presque, se bat inlassablement pour que la vérité éclate dans l’affaire du bombardement de Bouaké, en Côte d’Ivoire, qui provoqua la mort, le 6 novembre 2004, de neuf soldats français et d’un civil américain. Ce « petit avocat » (comme il y eut le « petit juge » Lambert, dans l’affaire Grégory) s’appelle Jean Balan. La semaine dernière, il a remporté une première bataille importante.
 
Dans un réquisitoire cinglant, révélé le 3 juillet par Médiapart, le vice-procureur de Paris, Michel Guedes, a en effet demandé le renvoi devant une Cour d’assises d’un pilote biélorusse, Youri Sushkine, et de deux copilotes ivoiriens, Patrice Ouei et Ange Magloire Gnanduillet. Ces trois hommes sont soupçonnés d’avoir pris part, pour le compte de l’armée sous les ordres de Laurent Gbagbo, au bombardement d’un camp de l’armée française installé dans le lycée Descartes à Bouaké. Ce raid sanglant provoqua une crise sans précédent entre Paris et Abidjan.
 
Mémoire vivante
 
Jean Balan, qui vit au nord de Paris, dispose d’un bureau dans le quartier de l’Opéra dans la capitale. Un joyeux foutoir, où s’empilent les dossiers épais entre deux cendriers débordant de mégots. Au palais de justice de Paris, il ne passe pas inaperçu avec son physique de deuxième ligne de rugby, ses cheveux longs grisonnants et sa dégaine de cow-boy à l’accent slave, sorti tout droit d’un film d’Aki Kaurismaki.
 
Depuis l’ouverture en 2005, à Paris, d’une information judiciaire contre X pour « assassinats et tentatives d’assassinats », Jean Balan n’a jamais rien lâché. Les juges passent, lui reste. Et il en a vu passer plusieurs, des magistrats, sur cette affaire en près de quinze ans. Ils se sont donné le mot : dès leur affectation, ils se tournent invariablement vers Maître Balan pour tenter de s’y retrouver dans les centaines de pièces versées à l’instruction. Au fil des ans, le « petit avocat » est devenu la mémoire vivante de l’affaire du bombardement de Bouaké.
 
C’est sans doute le dossier de sa vie. Jean Balan fait face à la raison d’Etat, au sens propre du terme. A son instigation, la quasi-totalité des protagonistes politiques et militaires de ce drame ont déjà été entendus par les juges parisiens : Laurent Gbagbo, président de Côte d’Ivoire au moment des faits, dans sa prison de La Haye (Pays-Bas), le général Henri Poncet qui commandait les forces françaises en Côte d’Ivoire, l’ex-ambassadeur de France à Abidjan Gildas le Lidec, mais aussi, plusieurs des ministres clés du gouvernement de Jacques Chirac, aux commandes à Paris à l’époque. A commencer par Michèle Alliot-Marie (à la défense) et Dominique de Villepin (à l'intérieur). Maître Balan en est convaincu, et tout aussi invariablement, en persuade les magistrats instructeurs qui le côtoient : les autorités françaises ont quelque chose à cacher, et donc à se reprocher, dans cette affaire.
 
Colère noire
 
Têtu, Jean Balan est aussi connu pour ses emportements et une franchise qui déteint dans le microcosme judiciaire où le verbe tout en nuances et les circonlocutions priment souvent. Ainsi il n’a pas hésité, dans plusieurs courriers adressés au procureur de Paris ou à des parlementaires, à accuser Michèle Alliot-Marie de « parjure », en clair de mentir sous serment quand elle affirme avoir été dissuadée par ses conseillers juridiques à la défense de poursuivre les auteurs présumés du bombardement de Bouaké.
 
De même, Jean Balan s’est mis dans une colère noire le jour où Dominique de Villepin a affirmé devant le juge n’avoir pas été mis au courant de l’arrestation, au Togo, quelques jours après le raid de Bouaké, de plusieurs « ingénieurs agronomes » slaves. Le ministre togolais de l’intérieur, François Boko, avait fait tout de suite le rapprochement avec l’affaire ivoirienne. Pourtant, au bout de quelques jours de détention, et sur recommandation de Paris, les « ingénieurs » furent relâchés et se volatilisèrent dans la nature. Explication de Dominique de Villepin devant le magistrat : cette arrestation fut probablement jugée trop mineure à l’époque par ses services pour déranger un ministre très occupé.
 
Maître Balan a demandé le renvoi vers la Cour de justice de la République de trois ministres : outre Mme Alliot-Marie et M. Villepin, il pointe la responsabilité de Michel Barnier, alors chef de la diplomatie française. Cette demande en fit sourire beaucoup à l’époque. Et, de fait, elle n’aboutira pas puisque, dans le cadre de la réforme constitutionnelle présentée par le gouvernement d’Emmanuel Macron, ladite Cour de justice va être dissoute. Il y a quelques années, c’est le tribunal aux armées chargé de ce type d’affaires qui, déjà, avait été démantelé. D’aucuns auraient lâché prise face à tant d’adversité. Mais pas le « petit avocat » de l’affaire de Bouaké.
 
Dans quelques mois, quand une cour d’assises devrait enfin juger à Paris, selon toute vraisemblance par contumace, un mercenaire biélorusse et deux copilotes de l’armée ivoirienne, Maître Balan aura sans doute le sentiment d’avoir remporté une première victoire. Avec, toutefois, un goût amer d’inachevé. Car, sous réserve de possibles rebondissements d’ici-là, on ne sait toujours pas qui a ordonné le bombardement du 6 novembre 2004, ni dans quel but. Ni pourquoi les plus hautes autorités françaises de l’époque ont laissé filer certains des exécutants de ce raid. De quoi nourrir encore bien des emportements de Maître Balan.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS