NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

« Et si l’Afrique émergente était une fable ? »


« Et si l’Afrique émergente était une fable ? »
Le président du Benin, Patrice Talon, lors de sa visite à la Bourse régionale des Valeurs Mobilières d’Abidjan(Côte d’Ivoire), en janvier 2017. | PHOTO: ISSOUF SANOGO / AFP
Pour le chercheur François Giovalucchi, le discours sur l’avenir radieux du continent, très en vogue à Paris, entre en résonance avec la pensée néolibérale.
 
Le président du Benin, Patrice Talon, lors de sa visite à la Bourse régionale des Valeurs Mobilières d’Abidjan(Côte d’Ivoire), en janvier 2017.
Tribune. « L’Afrique émerge ! » Au fil d’ouvrages destinés au grand public, de rapports administratifs, d’études de think tanks et d’interviews de faiseurs d’opinion, un raisonnement simple et globalisant s’est diffusé, sans les précautions et réserves qui parsèment le discours des annonciateurs les plus subtils de l’émergence. Une vulgate assimilée par de nombreux décideurs, des chefs d’entreprise aux gouvernants, sous le regard au mieux sceptique mais le plus souvent amusé, voire consterné, des gens de terrain et des africanistes.
Ce storytelling peut ainsi se résumer : l’Afrique connaît une croissance soutenue ; selon la vieille rhétorique administrative, sa population jeune et croissante est un défi, mais avant tout une chance ; la technologie, où ses entrepreneurs excellent, lui permettra de brûler les étapes du développement ; des classes moyennes émergent et se ruent dans les centres commerciaux. L’Afrique constitue donc la nouvelle frontière de l’économie mondiale.
 
On se plaît ainsi à rêver d’un start-up continent comme on rêve d’une start-up nation : les récentes retrouvailles de la France et du Rwanda ont eu lieu à l’occasion d’un salon consacré aux jeunes pousses de l’économie. Plus prosaïquement, en léninistes qui s’ignorent, les chantres de l’émergence africaine imaginent compenser les tendances lourdes au ralentissement de nos économies par la recherche de débouchés exotiques.
 
Des investissements pharaoniques
 
Et pourtant… Avec la crise des matières premières de 2014, la croissance africaine s’est fortement ralentie, voire est devenue négative dans certains pays. Elle a été le plus souvent tirée par un endettement public à mauvais escient. La population des Etats dont les recettes budgétaires se sont effondrées avec la chute des cours est gravement affectée par la réduction imposée des dépenses. Le service de la dette s’envole.
 
L’industrialisation ne progresse guère et certains Etats sont au contraire frappés par une désindustrialisation précoce. Les rendements agricoles stagnent ou régressent. Les anciennes filières d’excellence (café, caoutchouc, coton, palmier à huile…) sont marginalisées sur les marchés internationaux. Cette crise africaine n’est donc pas comparable à la crise asiatique de la fin des années 1990, d’origine largement financière et ne reflétant pas le défaut d’évolution structurelle des économies.
 
Au-delà des analyses, les élites qui font fuir leurs capitaux comme les jeunes désespérés qui cherchent à émigrer à tout prix ou rejoignent les mouvements djihadistes et diverses guérillas, montrent chaque jour leur peu de foi en l’avenir radieux qu’on nous dépeint.
 
Dès lors, on est fondé à s’interroger sur les raisons du succès du discours de l’émergence. L’enjeu n’est pas mince. En Afrique, ce discours est devenu le registre de légitimation des démocratures prédatrices, comme le développement l’était pour les régimes autoritaires de l’après-indépendance. Il a constitué l’alibi d’investissements pharaoniques souvent surfacturés. Au Nord, il a été à l’origine de prêts et d’investissements internationaux risqués, dont les citoyens et les salariés pourraient supporter les conséquences, maîtrise de la dépense publique et rentabilité des entreprises obligent.
 
Un récit imaginaire et édifiant
 
Loin de nous l’idée de faire un procès d’intention à ceux qui ont porté ce discours. Leurs motivations paraissent variables, allant de l’illusion amoureuse envers un continent propre à susciter les passions, à des stratégies de positionnement politique personnel, en passant par la tentative d’énonciation d’une fiction performative : si l’Afrique est dite émergente, les investisseurs s’y précipiteront et l’émergence se concrétisera.
 
Le discours de l’émergence africaine répond aux canons de la fable, entendue comme récit imaginaire et édifiant : les raisons de son succès sont d’ordre idéologique.
 
En premier lieu, le discours prospère car il annonce une bonne nouvelle. L’Occident, pour qui « les lumières du futur s’en sont allées », selon l’image de l’historien François Hartog, est rassuré de voir que l’histoire d’un continent jusque-là perçu comme résistant à la vision européenne de la modernisation s’inscrit désormais dans une téléologie salutaire. Il permet d’afficher une confiance de bon aloi en la capacité des sociétés tierces à suivre la voie occidentale et, en contrepoint, de disqualifier les contradicteurs en leur prêtant de troubles arrière-pensées.
 
Le discours de l’émergence confirme aux gouvernants français que la défense d’une place particulière sur le continent ne relève pas d’une quelconque nostalgie impériale, mais au contraire d’un choix visionnaire. Il justifie que l’aide française ait été, jusqu’à une date très récente, axée sur les prêts et non les dons : l’Afrique est « bankable ». Enfin, le discours de l’émergence, poussé à son terme, peut justifier des politiques d’immigration restrictives : pourquoi migrer d’un continent plein d’opportunités ?
 
Citoyen réduit à l’état de consommateur
 
Surtout, le discours est en résonance avec la pensée aujourd’hui dominante, que certains qualifieront de néolibérale. Ce discours est caractérisé par le déni du politique. Que de très nombreux régimes africains soient focalisés sur leur survie à court terme, que la « politique du ventre » axée sur l’exploitation de rentes (matières premières, aide internationale…) soit incompatible avec les arrangements socio-institutionnels comparables à ceux passés en Asie du Sud-Est entre pouvoirs et investisseurs, on n’en dit mot.
 
Jusqu’à récemment, le politique était pris en compte dans une version appauvrie, via l’appel à la bonne gouvernance comme clé de la performance économique. Franchit-on une nouvelle étape inquiétante où la prédation n’est plus jugée contre-productive ? Par ailleurs, le citoyen africain est réduit à l’état de consommateur à qui l’on dénie une capacité à penser son avenir, comme au citoyen de la start-up nation réduit au rôle d’utilisateur de plateforme.
 
L’entrepreneuriat est mythifié à grands coups de célébrations de rares success stories, en omettant que la supposée appétence des jeunes Africains pour la création d’entreprise – généralement rapidement suivie d’échec, d’où le peu d’empressement des banques pour les accompagner – relève le plus souvent de la débrouille et du pis-aller, faute d’accès à des emplois stables.
 
La technologie est érigée en fétiche. Dans une déclinaison hypertrophiée jusqu’à l’échelle continentale du « solutionnisme technologique » raillé par Evgeny Morozov, elle est perçue comme une panacée, sans réflexion sur les conditions sociopolitiques de son déploiement. Des exemples supposés illustrer l’avancée technologique de l’Afrique, comme la percée du mobile banking au Kenya, sont ressassés ad nauseam. La solution magique de la numérisation n’a pas empêché la baisse de la productivité des banques africaines sur la période récente, mais on l’omet. Dans d’autres domaines, des échecs cuisants comme les tentatives de scolarisation par tableau numérique sont pudiquement oubliés.
 
Foi dans la révolution technologique
 
Une classe moyenne aux contours flous et au nombre artificiellement gonflé par un revenu plancher fixé par la Banque africaine de développement au seuil ridiculement bas de 2 dollars par jour est montrée en exemple des bienfaits de la mondialisation. Que les classes moyennes occidentales fragilisées et les fonctionnaires du Sud déclassés par les politiques d’ajustement structurel en prennent de la graine !
 
Partout, la prospérité d’un discours pour le moins contestable reflète la place croissante des « savoirs » produits hors de l’université et ne répondant pas à ses exigences, mais validés par le marché. Mais c’est à Paris que la fable de l’émergence a eu les avocats les plus zélés et la plus forte audience. Le discours tenu dessine, à la mode du moment, les nouveaux contours de la relation franco-africaine. Le rétablissement du commerce extérieur remplace le rêve de grandeur ; la foi dans la révolution technologique et le marché tient lieu de valeurs à partager. L’illusion du lien privilégié et la réalité des intérêts particuliers en arrière-plan demeurent.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS