NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays


Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Funérailles à Ouagadougou, le 31 août 2018, de sept membres des forces de sécurité tués trois jours plus tôt dans l’est du Burkina Faso. | PHOTO: STR / AFP
En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.
 
Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans l’est du Burkina Faso, ce que l’état-major français ne tardera pas à démentir formellement. « C’est en fait un militaire burkinabé qui a été tué et un autre blessé dans l’explosion d’un engin explosif improvisé » (IED), soutient une source sécuritaire. Mais ce quiproquo et l’ampleur que la rumeur a pris sur les réseaux sociaux et dans certains médias en disent long sur le sentiment d’insécurité au Burkina Faso, où les attaques à l’IED sont devenues quasi quotidiennes.
 
Depuis deux semaines, pas moins de 24 éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) ont été tués dans le pays. Vendredi, six policiers sont morts dans l’explosion d’une mine artisanale sur l’axe Sollé-Titao, dans le nord. La veille, dans l’est, six militaires ont péri dans des circonstances similaires près de Gayéri. Quelques heures plus tôt, dans la nuit, un gendarme a été tué et un autre blessé près de la mine d’or d’Inata, dans le Soum, à la frontière avec le Mali.
 
Selon le ministère de la sécurité, cette attaque « d’envergure » perpétrée par « un grand groupe de terroristes lourdement armés » a contraint les autorités à solliciter l’aide de la force « Barkhane », qui procédera à une frappe aérienne contre les assaillants.
 
« Psychose générale »
 
Après le nord du pays, déjà la cible d’attaques régulières depuis 2015, la région de l’Est, frontalière du Niger, du Bénin et du Togo, semble plonger à son tour. A ce jour, l’affiliation des groupes armés dans cette région n’a pas été déterminée. Mais au sein des services de sécurité burkinabés, on craint l’émergence d’un nouveau « front djihadiste ». « Ces personnes viseraient à implanter des bases aux fins d’attaques terroristes. […] Si rien n’est fait sous peu, la situation sécuritaire pourrait se dégrader davantage », alerte un responsable de la police locale dans une note interne datée du 4 septembre.
 
« Les groupes armés se sont illustrés par l’utilisation de techniques et de procédés dont la fréquence et la localisation prouvent qu’ils ont acquis une certaine expertise et une liberté d’action », analyse le premier ministre, Paul Kaba Thieba. La situation inquiète jusqu’à l’Elysée. « Il y a de nouvelles alertes terroristes dans l’Est et nous nous inquiétons de la faiblesse de la réponse des autorités », confie une source diplomatique française au Monde Afrique.
 
Au sein de la population, la multiplication des attaques sème la panique. « C’est la psychose générale dans les villages de l’Est », constate une source sécuritaire locale. « C’est de pire en pire, les gens ont peur. On a l’impression que les forces de sécurité sont désemparées face à la situation. On ne sait plus à quel saint se vouer, on reste confinés chez nous », témoigne un enseignant de Gayéri qui n’a toujours pas pu faire sa rentrée après l’attaque, en septembre, de trois écoles à quelques kilomètres de là.
 
Samedi 29 septembre, des milliers de partisans de l’opposition ont défilé dans les rues de la capitale pour protester contre la gouvernance du président Roch Marc Christian Kaboré, dénonçant notamment sa gestion de la situation sécuritaire. « Tous les jours, nos fils meurent au front, ça ne va plus. Il faut que le gouvernement prenne des mesures fortes pour assurer notre sécurité. Ça fait mal de voir notre pays comme ça », clamait une militante de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) présente dans le cortège.
 
« C’est du suicide »
 
« Nous manquons de moyens humains et logistiques. Ça décourage quand on apprend le décès d’un collègue au front, on se dit qu’on sera peut-être le prochain. Il faudrait plus de véhicules blindés et de moyens aériens. Nous envoyer comme ça sur des axes minés, c’est du suicide », confie une source militaire sous couvert de l’anonymat. « Les FDS ne sont pas équipées pour ce genre de combat. A cause de leur manque d’effectifs et de moyens logistiques, elles n’arrivent pas à maîtriser le terrain et sautent sur des mines », analyse une autre source sécuritaire.
 
« Il faut s’attendre à une intensification des attaques dans les mois à venir, estime le chercheur Mahamoudou Savadogo, spécialiste de la question sécuritaire au Sahel. L’accalmie pendant la saison des pluies, de juin à août, était stratégique, c’est une période d’incubation pour ces groupes. Ils ont eu le temps de se préparer, de se ravitailler en carburant et en vivres. Ils sont prêts. »
 
Du côté des autorités, on assure prendre la menace au sérieux. « Nous assistons à une vaste opération de déstabilisation du Burkina Faso. […] Des dispositions urgentes seront prises les prochains jours pour parer à cette situation et rétablir la sécurité dans cette zone », avait tenté de rassurer le président à l’issue d’une session extraordinaire du conseil supérieur de la défense nationale, le 8 septembre. L’armée burkinabée assure avoir mené plusieurs opérations de ratissage et des frappes aériennes dans les zones de Pama et de Gayéri.
 
Selon le dernier bilan officiel, les attaques terroristes ont fait 118 morts depuis 2015 au Burkina Faso.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS