NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Ce Cameroun que Paul Biya veut continuer à présider


Ce Cameroun que Paul Biya veut continuer à présider
Le pays est économiquement, politiquement et militairement sous pression. | PHOTO: AFP/MARCO LONGARI
Alors que les turbulences secouent la présidentielle, où en est vraiment le Cameroun, économiquement et politiquement ? Éléments de réponse.
 
Alors que le Cameroun avait lancé en même temps plusieurs projets d'infrastructures pendant le dernier mandat de Paul Biya, force est de constater que la situation est loin d'être reluisante. Locomotive des pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), le Cameroun peine à subvenir à ses besoins. Ce, malgré la diversité de son économie, contrairement à ses voisins qui n'ont pour principales sources de revenus que le pétrole. La croissance économique au Cameroun atteindra seulement 4 % en 2018, selon le FMI. Pourtant, le pays est engagé sur plusieurs fronts infrastructurels. À côté de la construction des «  grands projets » (barrages, autoroutes, centrale à gaz, etc.) lancée au début des années 2010, année de la fin du cinquième et du début du sixième mandat de Paul Biya à la tête du pays, se sont ajoutées la construction et la réhabilitation des stades de football. De quoi favoriser la désignation du pays comme hôte de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2019. Cela dit, le pays vit sous perfusion du Fonds monétaire international (FMI) via la facilité élargie de crédits, accordée en juin 2017.
 
Parallèlement, il doit gérer plusieurs foyers de guerre qui se sont allumés. La menace Boko Haram depuis 2013 dans l'Extrême-Nord, les incursions des milices armées le long de la frontière avec la République centrafricaine à l'est, mais surtout la crise sociopolitique dans le nord-ouest et le sud-ouest du pays, muée en «  guerre  » entre des séparatistes anglophones et l'armée. Ce tableau représente les grands défis économiques pour le candidat qui sera déclaré élu d'ici le 22 octobre prochain, à l'issue des résultats de l'élection présidentielle du 7 octobre dernier.
 
Des chantiers importants piétinent
 
Ces dernières années, le président Paul Biya a rarement participé au sommet de chefs d'État. Mais, les 3 et 4 septembre derniers, le président camerounais a fait le déplacement de Pékin, en Chine, pour participer au 3e sommet du Forum de la coopération Chine-Afrique (FOCAC). Entre autres objectifs : demander de l'aide à la Chine. Dans son message, Paul Biya a sollicité les appuis de la Chine pour financer, «  à brève échéance  », trois projets autoroutiers en cours d'exécution au Cameroun depuis plus de cinq ans : Yaoundé-Douala, Yaoundé-Nsimalen, Edéa-Kribi. Par ailleurs, le président Biya a, au nom de la «  forte amitié sino-camerounaise  », sollicité l'annulation de la dette du Cameroun vis-à-vis de la Chine. Demande à laquelle la Chine a accédé en partie. 
Il faut dire que l'économie du Cameroun est plombée par la construction au même moment de plusieurs infrastructures dans les domaines de l'eau et de l'énergie, avec les barrages hydro-électriques de Memve'ele (211 Mw), de Mekin (15 Mw), celui de Lom-Pangar, de la Sanaga, de Nachtigal et de Bini à Warak (75 Mw). Toutes en chantier dont certaines en cours de finition. Ainsi de la centrale à gaz de Logbaba à Douala.
 
Quand le tapis rouge du président est nettoyé avant son arrivée... Entre pompe officielle et réalités du terrain. © AFP/ALEXIS HUGUET
 
Les financements pour parachever certains de ces chantiers ont été bouclés au forceps. C'est notamment le cas du barrage de Lom-Pangar dans la région de l'Est. Le chantier de l'infrastructure de 30 MW dans la région de l'Est piétine depuis la pose de la première pierre effectuée par le président du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Dr Adesina Akinwumi, le 16 juillet 2017. Un an plus tard, il a fallu une deuxième cérémonie protocolaire de « lancement des travaux » par le ministre camerounais en charge de l'Énergie pour voir véritablement les travaux débuter. « Le président de la République a autorisé à titre exceptionnel un déblocage de 4 milliards de FCFA... Au même moment, la BAD a également procédé à des déblocages à son niveau. Toutes les ressources sont mobilisées pour que ce chantier soit conduit et livré dans un délai de 32 mois », a précisé le ministre Gaston Eloundou Essomba.
 
Malgré quelques améliorations... 
 
Selon les chiffres du ministère de l'Eau et de l'Énergie, dans le secteur de la distribution d'eau potable, une augmentation de 31 % a été enregistrée, soit 731 080 m3/jour en 2017 contre 498 936 m3/jour en 2011. Tandis que, s'agissant de la production de l'énergie, on note – toujours selon notre source – une amélioration de l'ordre de 60 %. Soit une offre énergétique de 1 442 Mw en 2018 (pour 1,2 million d'abonnés) contre 900 Mw en 2011 (pour 800 000 abonnés). Même si pour Emmanuel Wafo, industriel et président de l'Association camerounaise des professionnels de la plasturgie, il y a beaucoup de gâchis dans ces projets. «  On estime qu'il y a à peu près 30 % de l'énergie produite qui est perdue pendant le transport. Il est souhaitable que l'État donne rapidement les moyens à la Société nationale de transport de l'électricité (Sonatrel) afin d'optimiser toute cette production. »
 
Idem pour d'autres projets routiers en cours. Outre les autoroutes suscitées, un second pont sur le Wouri à Douala, capitale économique du Cameroun, a été construit. Pour André Siaka, président-directeur général de Routd'Af, une entreprise spécialisée dans la construction des routes, «  sur beaucoup de chantiers sur lesquels nous sommes, les études ne sont déjà pas bien faites. Puis, l'État peine à respecter son cahier des charges, et à payer dans les temps. Autant de choses qui occasionnent les retards dans la réalisation des projets d'infrastructures  ». Des projets qui sont ainsi lancés par dizaines et pour lesquels les Camerounais subissent les affres de la crise économique actuelle, née de la chute depuis deux ans du prix du baril du pétrole.
 
... la corruption perdure et favorise le maintien de l'informel
 
Il faut dire qu'au-delà de la disponibilité des fonds, le système d'attribution des marchés publics au Cameroun est à refaire, tant la corruption y a fait son lit. « Les marchés sont généralement vendus aux entreprises qui n'ont ni expertise ni équipements et encore moins un fonds de roulement », regrette un promoteur de PME local. Occasion aussi de regretter le difficile accès au financement des vraies PME au niveau des banques commerciales. « L'économie camerounaise est pourtant soutenue par ces PME qui représentent 90 % de l'entrepreneuriat du pays, mais elles restent très peu organisées et tout aussi peu financées  », assure Célestin Tawamba, président du Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM). Sur ce tableau sombre, il faut rajouter la pression fiscale, de plus en plus forte.
 
Voilà qui justifie d'ailleurs la montée en puissance du secteur informel. « Aussitôt qu'une entreprise se met en place, le fisc se pointe. Les promoteurs n'ont même pas le temps de parachever leur mise en place. Et généralement, ce sont des taxes qui vont dans les poches de particuliers. Face à cette situation, l'on préfère de plus en plus rester dans l'informel et de garder son argent dans des tontines. Toute chose qui contribue à éloigner les Camerounais des banques au moment où le taux de bancarisation est plafonné justement à 12 % depuis bientôt une décennie », rapporte le Pr Essomba, économiste.
 
Faire avec le FMI, pour qui le Cameroun est un risque élevé...
 
Dans une correspondance datée du 9 août 2018, le ministre des Finances (Minfi) révèle que son collègue en charge de l'Économie, à travers des appels de fonds à hauteur de 695,1 milliards de FCFA, a déjà dépassé le plafond de 596 milliards de FCFA édicté par la loi de Finances 2018 de l'État du Cameroun. Ce, en violation des engagements du pays avec le FMI. Du coup, les appels de financements extérieurs sont de 102 milliards de FCFA pour le compte de l'exercice 2018. Explication : sur le plafond de 596 milliards de FCFA inscrit dans le cadrage et la loi de Finances 2018, environ 404 milliards de FCFA ont été effectivement décaissés à ce jour. Le Minfi fait connaître que «  tous les appels de fonds, à l'exception de ceux liés aux projets de la CAN 2019, ont été gelés avec effet immédiat  ». Ce gel des emprunts extérieurs est fondé sur le protocole d'accord technique signé entre le Cameroun et le FMI le 20 juin 2017.
 
Par ailleurs, dans un rapport publié, le 30 août dernier, le FMI affirme que « le Cameroun présente toujours un risque de surendettement élevé » alors que le stock de la dette publique du pays a augmenté de 5 % du PIB, depuis 2016. Le 9 juillet dernier, Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du FMI, a annoncé par voie de communiqué à l'issue d'un conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI), réuni le 6 juillet 2018 à Washington, que l'institution a approuvé un décaissement de 55,2 millions de dollars US de droits de tirage spéciaux, soit environ 77,8 millions de dollars en faveur du Cameroun. Le nouvel appui budgétaire du Fonds vient ainsi taire toutes les spéculations et supputations qui ont prospéré lors de la clôture de la mission de la 2e revue du Programme économique et financier du gouvernement appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC), conclu entre le FMI et le Cameroun le 26 juin 2017, pour un montant total de 483 millions de DTS (environ 680,7 millions de dollars, soit 175 % du quota du Cameroun). En outre, l'institution de Bretton Woods estime que la croissance du pays devrait avoir ralenti à 3,2 % en 2017, principalement en raison d'une forte baisse de la production de pétrole malgré le rebond progressif des prix internationaux. Cette année, la croissance du PIB est projetée à 4,2 contre 3,2 l'année dernière et 3,7 en 2016.
 
Le parti de Paul Biya, le RDPC, ne manque pas de supporters mais une grande partie de la population passe son chemin quand une autre rejette les résultats des scrutins successifs. . © AFP/ALEXIS HUGUET
 
Voilà donc qui plante un décor morose pour un Cameroun où le panier de la ménagère souffre. Entre chantiers en cours de réalisation, plaintes des agents de l'État, menaces sécuritaires à l'Ouest et à l'Extrême-Nord qui induisent de nouvelles dépenses, mobilisation pour gérer les personnes déplacées..., le Cameroun est assailli de nombreuses priorités économiques et politiques. De quoi promettre à Paul Biya ou à son quasi improbable successeur un mandat loin d'être de tout repos. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS