RDC: c'est avec faste que Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du nouveau président Félix Tshisekedi s'est marié le 12 février dernier à Hamida Shatur, membre d’une famille indienne installée dans le pays
NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Mali : quelle sécurité pour Gao ?


Mali : quelle sécurité pour Gao ?
Trois civils maliens ont été tués et une trentaine de personnes ont été blessées lors d'un attentat-suicide le 12 novembre dans le nord du pays. | PHOTO: AFP / STR
REPORTAGE. Alors que la ville de Gao est surmilitarisée, les attentats continuent d'y sévir. Celui survenu lundi dernier conduit à s'interroger sur les inacceptables failles de son dispositif de sécurité.
 
Une très puissante déflagration. Un flash aveuglant, puis l'obscurité. Des cris, des sirènes, la panique, dans les ténèbres et la poussière. Lundi soir, le 12 novembre, peu après 19 heures, à Gao, devant les bâtiments jumeaux construits par le milliardaire Ali Badi Maiga, ravagés par l'explosion d'un véhicule piégé, la population du quartier Boulgoundié faisait face au chaos. « Quand il y a eu l'explosion, j'ai cru que mon véhicule était monté sur une mine tellement ça m'a surpris. Les voisins, les passants, les gens qui étaient là, ont été fauchés sur au moins 200 mètres par l'explosion », relate Hama, un habitant de Gao dont la maison a vu ses portes et fenêtres pulvérisées par la déflagration, alors qu'il arrivait en voiture non loin de chez lui. « C'était un pick-up Toyota, il s'est présenté devant la résidence habitée par des démineurs des Nations unies. L'un des vigiles a vu que le véhicule n'était pas habituel, il n'a pas voulu ouvrir, il était simplement armé d'un gourdin... Le pick-up a forcé le passage et a foncé, il a pénétré dans la cour et s'est fait exploser », poursuit-il.
 
Des soldats maliens se tiennent près d'un trou dans le sol causé par l'explosion après l'attentat-suicide du lundi 12 novembre. © AFP / STR
 
Les deux bâtiments hébergeant les bureaux et la résidence des spécialistes du déminage de l'UNMAS (Service de l'action antimines des Nations unies) sont soufflés par l'explosion, et l'onde de choc fait s'écrouler des maisons environnantes. Du côté des démineurs, visés par l'attaque, on ne déplore que quatre étrangers blessés, car la plupart de ces experts étaient en vacances, évitant un attentat dont le bilan officiel fait état de 3 morts et 32 blessés, majoritairement maliens, parmi eux, des hommes, des femmes, des vieillards et des enfants.
 
L'attaque a été revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans 
Une fois de plus, Gao, la capitale malienne du Nord, a renoué avec l'horreur, un peu plus de cinq mois après un autre attentat à la voiture piégée qui avait visé une patrouille conjointe de la force française Barkhane et des forces armées maliennes : 4 morts, une vingtaine de blessés. En janvier 2017, c'est le camp du Mécanisme opérationnel de coordination – un organisme prévu par l'accord de paix d'Alger pour sécuriser les autorités intérimaires – qui essuyait l'attaque d'un véhicule kamikaze. Le pire attentat que le pays ait connu. Dans ce camp rassemblant 600 combattants de la plateforme, de la CMA et des forces armées maliennes, au matin, l'explosion de ce véhicule kamikaze, piégé par la katiba Al Mourabitoune, avait fait pas moins d'une soixantaine de victimes et plus d'une centaine de blessés.
 
Depuis cinq ans, ces « ennemis de la paix au Mali », par la récurrence de leurs attaques, n'en finissent pas de faire parler d'eux. « Depuis 2016, cinq attentats kamikazes ont endeuillé la ville de Gao. Depuis 2013, pas moins de treize attaques et tentatives d'attaques-suicides ont frappé la région. Ce dernier attentat à Gao, le deuxième qui cible l'UNMAS après l'attaque du 31 mai 2016, porte à 36 le nombre d'attaques ou de tentatives d'attaque-suicide sur l'étendue du territoire malien », énumère Héni Nsaibia, chercheur à l'ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project), un projet de collecte, d'analyse et de cartographie des crises et des conflits, qui travaille notamment sur l'Afrique de l'Ouest.
 
Quelques heures après l'attentat, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) – la coalition terroriste du tristement célèbre chef djihadiste Iyah Ag Ghaly – revendiquait sur les réseaux sociaux cet attentat visant ce site stratégique où résidaient des « envahisseurs croisés » travaillant pour un sous-traitant de l'ONU spécialisé dans le déminage. Son auteur, Oussama Al-Ansari, nom de guerre de ce jeune Malien qui a emporté quatre morts avec lui et en a blessé plus d'une trentaine, a incarné pour cet attentat l'arme la plus puissante des djihadistes : l'attaque-suicide, qui, au-delà des lourdes pertes humaines et des dégâts matériels significatifs, provoque un effet psychologique important qui s'installe dans la durée. « De leur point de vue, il s'agit d'une guerre d'usure, combiner les diverses tactiques de leur guerre asymétrique pour épuiser leurs adversaires. Le GSIM démontre qu'il est actif à un rythme opérationnel élevé et dispose de capacités importantes pour lancer et réussir des attaques. Sur les récentes attaques-suicides à répétition menées par le groupe, pas une seule n'a été déjouée. Un autre signe inquiétant, c'est que le GSIM est persévérant et pourrait être proche d'exécuter quelque chose de sinistre, d'une ampleur semblable à l'attentat du MOC en 2017 », analyse Héni Nsaibia.
 
Quelques heures seulement après l'attaque de Gao, les ministres Françaises et Allemandes de la Défense étaient sur place dans le cadre d'une visite officielle. © AFP / MICHAEL KAPPELER
 
Les attaques terroristes se multiplient à Gao 
L'acte qualifié de « barbare et lâche » par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré, qui s'est déplacé sur les lieux au lendemain de l'attaque, a été condamné par les ministres français et allemand de la Défense lors de leur visite à Gao mardi, et par la Minusma. « Il faut tirer les leçons et comprendre comment on peut empêcher cela », a déclaré le ministre Traoré en appelant la population à collaborer avec les autorités, à fournir un appui aux forces de sécurité, pour prévenir ce type d'attaque et garantir la sécurité des biens et des personnes.
 
Des déclarations jugées avec scepticisme par Hama : « C'est la troisième attaque de ce genre en moins de deux ans à Gao ! C'est quand même fou qu'un véhicule chargé d'explosifs puisse entrer dans une ville comme Gao où se trouvent les forces armées maliennes, les forces françaises et les forces militaires du monde ! On ne peut pas parler de sécurité des biens et des personnes quand des individus peuvent entrer en ville et faire ce genre d'acte sous le nez des forces de sécurité. Quand j'entends dire que Gao est sécurisé, vraiment, ça me fait honte ! », lâche-t-il, écœuré.
 
Une ville surmilitarisée et rongée par l'insécurité
Gao, plus grande ville du nord du Mali, est un point stratégique, car elle est située à quelques heures de Bamako, du Burkina, de l'Algérie et du Niger. C'est un centre commercial très important, un carrefour où circulent nombre de personnes provenant de l'intérieur du pays et des pays voisins. Le taux de criminalité est donc naturellement élevé dans cette ville où beaucoup de personnes circulent armées. « Vous avez également un mélange de groupes armés, de bandits, de djihadistes. Il ne faut pas oublier que pendant la crise, c'était un bastion du Mujao, et la région de Gao reste jusqu'à ce jour le fief d'Al-Mourabitoune, donc, c'est un mix chaotique », explique Héni Nsaibia.
 
Ce point névralgique situé dans le secteur est du territoire malien accueille la base arrière de la force française Barkhane, les militaires de la Minusma, dont 4 180 soldats sont déployés dans la région et plus de 600 agents des forces de sécurité maliennes (police/gendarmerie/garde nationale et protection civile). Toutefois, malgré la présence effective de ces différentes forces armées, la population se sent abandonnée, livrée à elle-même, témoin d'une situation sécuritaire qui va en se dégradant. « Même si Gao est la ville la plus militarisée du pays, ce n'est pas une forteresse, la présence militaire elle-même fait de la ville une cible privilégiée des djihadistes. Alors que la Minusma et Barkhane sont stationnés dans leur coin et effectuent leurs patrouilles régulières, les postes de contrôle des FAMa à la périphérie restent parfois sans personnel. Tout cela pris en compte, il y a suffisamment de possibilités et d'opportunités pour infiltrer un pick-up Toyota chargé d'explosifs, ou vous pouvez même préparer un véhicule piégé dans la ville », poursuit Héni Nsaibia.
 
Un soldat malien se tient le 13 novembre 2018 à Gao, à côté d'un bâtiment détruit, après un attentat-suicide à la voiture piégée qui a fait trois morts. © - AFP
 
Un constat partagé par ce policier de la Minusma qui déplore un certain laxisme en partie responsable de cette insécurité persistante dans la ville : « La plupart des groupes armés qui sévissent à Gao disposent de véhicules non immatriculés et souvent ils profitent d'un certain laisser-aller de la part des autorités maliennes pour se mouvoir dans la ville comme ils le veulent. Les groupes terroristes profitent aussi de la situation pour, avec les multiples entrées que possède la ville, faire pénétrer des véhicules bourrés d'explosifs », explique-t-il. « La Minusma n'a pas de mandat exécutif qui nous amène à agir à la place des Maliens, et c'est tout à fait normal, donc on a un tant soit peu essayé de conseiller les autorités administratives en passant par le gouverneur et les autorités en charge des cellules de sécurité sur ce problème, mais, bien qu'ils soient conscients que c'est un moyen pour eux de contrôle sur les véhicules, il n'y a pas vraiment eu de réaction ferme de la part de l'État sur cette question. Il y a eu des actions concrètes et ponctuelles, mais limitées et peu étalées dans le temps », décrit le policier.
 
« La ville est une sorte de no man's land »
Pour cette source sécuritaire malienne très au fait de la situation sur place, le problème viendrait des forces de sécurité qui restent souvent cantonnées alors qu'elles sont censées faire régner l'ordre et ne font pas leur travail. « Les forces de sécurité se remplissent les poches avec les crédits et les per diem de Bamako, mais ne posent pas vraiment d'actes sur le terrain. La ville est une sorte de no man's land, une ville qui a ses propres règles. Là-bas, il n'y a quasiment pas de contrôle ni de réelle application des lois. C'est aussi une plaque tournante, un axe pour tous les trafics avec des paiements de droit de passage qui alimentent les groupes armés, notamment. Donc, quand un convoi doit passer, certains censés contrôler regardent ailleurs. Les forces partenaires sont là, c'est vrai, mais, si la locomotive est en panne, les autres wagons ne peuvent pas bouger, et vouloir changer cette situation n'arrangera pas beaucoup de monde », glisse, sibyllin, notre interlocuteur.
 
Dans le quartier de Boulgoundié, quelques jours après l'attaque, Hama se prépare à remettre des portes et des fenêtres chez lui, à nettoyer et à réhabiter sa maison, dans cette période d'après-attentat où règne un calme relatif. La sécurité à Gao, il n'y croit plus, car il y a « trop de complicité à l'intérieur de Gao, dans la population avec les djihadistes, les groupes armés, les bandits et les multiples forces militaires ». S'il pouvait, il déménagerait de son quartier « habité par beaucoup d'expats qui travaillent pour les Nations unies, car ce sont eux qui sont visés », voire même de Gao, où il vit depuis dix ans, et qui au fil des dernières années, malgré les accords, les ententes, les pactes, n'a jamais connu ni la paix ni la sécurité.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Infrastructures : là où les négociations avec la Chine sont difficiles

Infrastructures : là où les négociations avec la Chine sont difficiles
Ven 15 Février 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Principal pourvoyeur de financement des infrastructures sur le continent, la Chine paraît en position de force concernant les négociations avec les gouvernements africains. Sauf que certains d'entre eux s'en sortent mieux.   « On ne négocie pas avec ... Lire la suite >

Nigeria : le si peu reluisant bilan économique de Buhari

Nigeria : le si peu reluisant bilan économique de Buhari
Ven 15 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Economie

Pour battre son challenger du PDP, Atiku Abubakar, le président Buhari devra s'expliquer sur nombre de chantiers annoncés comme prioritaires et sur lesquels les résultats n'ont pas été probants.   19 décembre 2018. Trois mois avant le... Lire la suite >

Abdelaziz Bouteflika: une santé extrêmement précaire

Abdelaziz Bouteflika: une santé extrêmement précaire
Lun 11 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, a une santé extrêmement précaire, multipliant les séjours hospitaliers, notamment en France, depuis plus de dix ans.   Dimanche, l'agence officielle APS a annoncé que M. Bouteflika... Lire la suite >

Mali: démonstration de force des religieux contre la "dépravation des moeurs" et la malgouvernance

Mali: démonstration de force des religieux contre la
Lun 11 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Devant une foule de 60.000 personnes, des dirigeants religieux maliens ont réclamé dimanche à Bamako la fin de la malgouvernance et de la "dépravation des moeurs", appelant au départ du Premier ministre auquel ils reprochent notamment une approche laxiste... Lire la suite >

En Afrique, la corruption sape les bases de la démocratie

En Afrique, la corruption sape les bases de la démocratie
Jeu 07 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Selon le rapport 2018 de Transparency International, le continent est la région du monde où la corruption est la plus forte, notamment dans les régimes autoritaires.   Rouge, désespérément rouge. Année après année, lorsqu’on... Lire la suite >

Tchad: 11 ans après, le parti de l'opposant Ibni Saleh veut la "vérité" sur sa disparition

Tchad: 11 ans après, le parti de l'opposant Ibni Saleh veut la
Mar 05 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le parti politique de l'opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh, disparu il y a onze ans, a organisé comme chaque année une commémoration en son honneur et réclamé la "vérité" et la "clarté" sur sa disparition, selon... Lire la suite >

Election en RDC: Joseph Kabila sous la pression de ses voisins

Election en RDC: Joseph Kabila sous la pression de ses voisins
Mar 05 Février 2019 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Tout au long du processus électoral en RDC, de dialogues en reports, les pays de la région ont maintenu la pression sur Joseph Kabila pour qu’il renonce à son troisième mandat, jugé trop dangereux. Pendant ces deux années, la crise politique et ses ... Lire la suite >

« Le débat récurrent sur le franc CFA finit par écorner l’image et l’honneur de la France »

« Le débat récurrent sur le franc CFA finit par écorner l’image et l’honneur de la France »
Jeu 31 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Economie

Pour l’universitaire Alfred Babo, en rompant avec la monnaie africaine, la France mettrait enfin les chefs d’Etats du continent face à leurs responsabilités.   Tribune. Le débat sur le franc CFA a refait surface ces dernières semaines. Des personnalités... Lire la suite >

Gabon: remaniement du gouvernement, deux semaines après la prestation de serment de l'ancien

Gabon: remaniement du gouvernement, deux semaines après la prestation de serment de l'ancien
Jeu 31 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le gouvernement gabonais a été remanié mercredi avec en particulier un changement à la tête du ministère de la Défense, a annoncé la présidence deux semaines après la prestation de serment du précédent cabinet et sur... Lire la suite >

Un Camerounais sur six a besoin d’une aide alimentaire, selon l’ONU

Un Camerounais sur six a besoin d’une aide alimentaire, selon l’ONU
Sam 26 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Le pays est confronté à plusieurs crises. Le conflit qui oppose l’armée aux séparatistes anglophones a déplacé 437 000 personnes, dont 32 000 ont fui au Nigeria voisin.   La crise dans les régions anglophones du Cameroun, où... Lire la suite >

Racisme dans le football : les joueurs africains appellent à plus de sévérité

Racisme dans le football : les joueurs africains appellent à plus de sévérité
Sam 26 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Sports

Chants, insultes, cris de singe, jets de banane… Dans les stades européens, les actes racistes perdurent, comme en Italie où le laxisme demeure la règle.   L’image la plus choquante de ces dernières semaines n’est pas venue de n’importe... Lire la suite >

Une précampagne présidentielle sous tension au Sénégal

Une précampagne présidentielle sous tension au Sénégal
Jeu 24 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Seuls quatre candidats sont autorisés à affronter le chef de l’Etat sortant, Macky Sall, au scrutin de février.   L’écrémage électoral annoncé aura donc bien eu lieu. A un mois du premier tour de l’élection présidentielle,... Lire la suite >

De "l'argent frais" pour le G5 Sahel (Sidikou)

De
Jeu 24 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

De "l'argent frais" devrait parvenir au G5 Sahel pour faire progresser ses projets de développement et relancer les opérations de sa force militaire antijihadiste, qui ont repris le 15 janvier, selon le secrétaire permanent de l'organisation Maman Sambo Sidikou.   "Nous... Lire la suite >

Benyamin Nétanyahou au Tchad : les enjeux d’une visite inédite

Benyamin Nétanyahou au Tchad : les enjeux d’une visite inédite
Lun 21 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Après avoir accueilli le président tchadien fin novembre 2018 en Israël, le premier ministre israélien devrait être reçu par Idriss Déby à N’Djamena le 20 janvier.   Promesse tenue. Après une visite sans précédent... Lire la suite >

Un passage éclair d'Ali Bongo au Gabon et toujours des doutes

Un passage éclair d'Ali Bongo au Gabon et toujours des doutes
Lun 21 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Il est venu quelques heures et est aussitôt reparti poursuivre sa convalescence à Rabat: le passage éclair à Libreville le 15 janvier du président gabonais Ali Bongo Ondimba, affaibli par un AVC, n'a pas dissipé les doutes sur ses capacités à... Lire la suite >

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

ACTUALITE

Infrastructures : là où les négociations avec la Chine sont difficiles
Ven 15 Février 2019 | Source: http://afrique.lepoint.fr
Nigeria : le si peu reluisant bilan économique de Buhari
Ven 15 Février 2019 | Source: lemonde.fr
Abdelaziz Bouteflika: une santé extrêmement précaire
Lun 11 Février 2019 | Source: slateafrique.com
Plus d'Actualité | Cliquez ici

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS