NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu


Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Selon les services du Premier ministre, les relations entre Israël et le Tchad étaient rompues depuis 1972. | PHOTO: AFP / Heidi Levine
ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.
 
Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié d'historique par la presse, a été tenu secret jusqu'à la dernière minute. Mais les milieux informés savaient que Tel-Aviv et N'Djaména avaient déjà engagé des contacts discrets. En juillet dernier, Doré Gold, alors directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, avait rencontré le président tchadien loin des regards dans son fief d'Amdjarass, à quelque 900 kilomètres de N'Djaména. Cette rencontre a été précédée par le passage discret d'une délégation israélienne.
 
Un voyage engagé avec prudence... 
Il faut dire que l'affaire est délicate. Le Tchad, pays à majorité musulmane (environ 52 %), est membre de l'Organisation de la coopération islamique dont l'un des objectifs est le soutien à la cause palestinienne. Au plan individuel, N'Djaména entretient d'intenses rapports diplomatiques et économiques avec la plupart des pays arabes du Moyen-Orient et du Maghreb ainsi qu'avec le Soudan voisin avec lequel il a enterré la hache de la guerre qui les opposait par le truchement de leurs rébellions respectives. Selon la presse israélienne, Tel-Aviv travaille à une reprise de ses relations avec le Soudan. Une information balayée par le dirigeant du Parti du Congrès au pouvoir Abdel Sakhi Abbas. Le Soudan n'établira des relations avec Tel-Aviv que lorsqu'Israël « cessera ses pratiques hostiles envers les Palestiniens », selon ses propos rapportés par l'agence de presse Turque Andalouse.
 
Comme pour conjurer les critiques, Idriss Déby a pris le soin de souligner qu'une reprise des relations avec Israël n'occultera pas le problème palestinien. Les deux parties mettent en avant les avantages d'une coopération dans la lutte contre le terrorisme et le développement économique (agriculture, lutte contre la désertification, maîtrise de l'énergie solaire notamment). Le Tchad, pays riche en ressources minières, dispose d'un vaste territoire sous-exploité (75 millions de terres arables, dont seulement un peu plus de 5 % sont effectivement exploités). Dans ce domaine, Israël a une compétence technique reconnue.
 
... et critiqué par l'opposition
Mais pour les opposants et la société civile tchadienne, les vraies raisons de ce rapprochement sont d'ordre militaire, pour « l'aider à préserver son pouvoir », affirme ainsi Mahamat Nour Ibedou, dirigeant de la Convention tchadienne pour la protection des droits de l'homme. Ibedou reconnaît que le Tchad peut bénéficier des compétences agricoles d'Israël et que des relations avec un pays aussi moderne et développé peuvent constituer un atout. Il estime par ailleurs que la coopération militaire et en matière de renseignement a toujours existé entre les deux pays. Une future reprise des relations diplomatiques ne fera que l'officialiser, selon lui.
 
De son côté, le dirigeant du Parti pour le développement (PLD, d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, l'opposant disparu lors de l'offensive rebelle sur N'Djaména en 2008) Mahamat Ahmat Alhabo regrette que les Tchadiens n'aient pas été consultés avant ce voyage. Il rappelle que ce pays « continue de violer les résolutions de l'ONU et d'occuper les terres palestiniennes ». Pour le leader du parti les Transformateurs, Succès Masra, Déby est en réalité allé « chercher quelques armes » pour faire face aux menaces internes.
 
Un voyage pour défendre le régime ? 
En effet, l'armée tchadienne est confrontée depuis quelques semaines à un soulèvement armé dans le massif du Tibesti, dans l'extrême nord. Des groupes d'autodéfense se sont constitués pour s'opposer à l'exploitation des mines d'or dans la région de Miski par des orpailleurs non autochtones. Ils accusent principalement les proches du clan présidentiel de vouloir s'accaparer ces richesses alors que leur région est l'une des plus pauvres au Tchad. Les insurgés s'opposent aussi à un nouveau découpage administratif qui rattache leur région à l'Ennedi Est et dont le chef-lieu sera Amdjarass, la ville natale du président Déby. Malgré le déploiement d'importants moyens militaires, dont l'aviation, l'armée tchadienne n'est pas parvenue à mater la révolte. Tâche rendue encore plus difficile par la tiédeur des militaires dans cette énième guerre fratricide et l'éloignement du champ de bataille, à quelque 2 000 kilomètres de la capitale à travers le désert. Un véritable casse-tête logistique.
 
Plus inquiétant encore pour le régime : les rébellions armées tchadiennes, actives dans l'est du Tchad dans les années 2000 et virtuellement défaites depuis l'échec de la dernière offensive sur N'Djaména, ont repris du service. N'Djaména et Khartoum ayant normalisé leurs relations, ce qui restait de ces groupes armés était en quête de sanctuaire. Difficile de trouver terrain plus propice que le sud libyen livré aux milices de toute dénomination depuis l'effondrement du pouvoir central, à la suite de la chute du colonel Khadafi. En août dernier, la rébellion du CCSMR – Conseil de commandement pour le salut de la République –, créé en 2016, basé en Libye et composé d'anciens rebelles tchadiens du Darfour (Ouest du Soudan) s'est illustrée par une attaque, la première d'envergure depuis 10 ans, des forces gouvernementales positionnées à Kouri Bougoudi, aux confins de la frontière libyenne, affirmant avoir fait de nombreux morts et prisonniers, dont un colonel de l'armée tchadienne. Si le bilan est difficilement vérifiable, personne ne conteste la réalité de l'attaque.
 
Or le Tchad n'a plus les moyens de ses ambitions militaires. Depuis la chute brutale du prix du pétrole en 2014, les coffres de l'État se sont asséchés d'autant plus vite que le pays est militairement engagé dans de nombreux et coûteux théâtres extérieurs. Le Tchad est en effet aux avant-postes dans la guerre contre la secte islamique Boko Haram sur plusieurs fronts depuis près de quatre ans. Interventions successives au Nigeria, au Cameroun et au Niger et accrochages multiples avec les combattants de la secte en territoire tchadien dans le bassin du lac Tchad.
 
Le Tchad dans le dispositif du G5 Sahel...
Le Tchad est membre de la force mixte composée des forces nigérienne, nigériane, camerounaise et tchadienne et du G55 Sahel (Nigeria, Niger, Burkina, Mauritanie, Tchad) chargée de coordonner les efforts de développement et de coopération sécuritaire des pays de la région. Mis en place en 2014 par l'Union africaine, ce regroupement peine à boucler son budget de 500 millions de dollars, en partie à cause des réticences de Washington qui estime que les objectifs de l'institution sont mal définies. Les membres de cette institution se sont eux- mêmes engagés à contribuer à hauteur de 10 millions chacun. Le G5 Sahel a reçu des financements substantiels de l'Union européenne et de la France mais cherche à se mettre sous la bannière de l'ONU pour assurer financièrement son futur dans la perspective d'un engagement militaire sur le long terme.
 
Plus loin au Mali, les troupes tchadiennes se battent aux côtés des militaires français contre les insurgés islamistes maliens. Officiellement pour contenir la menace islamiste. Mais les observateurs jugent cet engagement comme une manœuvre de consolidation de la rente diplomatique occidentale, et surtout comme un renvoi d'ascenseur à la France qui a sauvé le régime de N'Djaména a plusieurs reprises et lui apporte une aide diplomatique. Le Tchad est aussi intervenu militairement en RCA pour aider à détrôner Ange-Félix Patassé et installer son successeur Francois Bozizé. Celui-ci fut à son tour lâché en faveur des rebelles nordistes de Michel Djotodia. Le rôle de plus en plus prépondérant des Russes dans sa zone d'influence qu'est la Centrafrique est un motif supplémentaire de préoccupation pour N'Djaména, qui craint que ce territoire ne serve de base de déstabilisation du régime. La facture financière de ces implications militaires est lourde pour le Trésor public. Déby ne rate d'ailleurs aucune occasion pour se lamenter du manque de soutien financier des Occidentaux pour ce qu'il considère comme service rendu.
 
... mais le pays a des difficultés financières
Pour envenimer les choses, le cours du pétrole a brutalement chuté en 2014, plongeant le Tchad dans une crise économique marquée. Les autorités se sont résolues à prendre des mesures d'austérité draconiennes. Depuis le début de l'année, les primes et indemnités des fonctionnaires ont été divisées par deux. Le budget de la santé réduit de moitié. La dette publique frise les 50 % du PIB.
 
Parallèlement, l'économie tchadienne est littéralement asphyxiée par l'énorme dette, 1 milliard 100 millions de dollars, contractée auprès du négociant anglo-suisse Glencore. Cette dette sera ensuite renégociée, ramenant le taux d'intérêt de 12 % à 7,5 % et repoussant sa maturité à 12 ans au lieu de 10.
 
Face à la montée des périls sécuritaires sur plusieurs fronts, confronté à la grogne sociale illustrée par des grèves à répétition, le président tchadien est déçu par le manque de générosité de ses partenaires occidentaux. En renouant avec Israël, il espère élargir ses soutiens diplomatiques et militaires. À cet égard, Israël est le partenaire rêvé. L'État hébreu a des compétences indiscutables en matière de lutte contre le terrorisme et pourrait constituer une source alternative d'armement.
 
De toutes les façons, analyse Mahamat Nour Ibedou, Idriss Déby est en quête de notoriété internationale alors que sa crédibilité est mise à mal « par son hold-up électoral, les arrestations arbitraires et sa gouvernance calamiteuse » qui, selon lui, commencent à irriter ses soutiens occidentaux. Pour ce représentant de la société civile tchadienne, Déby voit dans ce rapprochement une manœuvre pour donner « des gages supplémentaires de soumission » à l'Occident.
 
De son côté, Tel-Aviv déploie une offensive de charme sur le continent pour normaliser ses relations avec les États africains afin de s'ouvrir de nouveaux marchés et s'approvisionner en matières premières. Les pays africains pourront aussi constituer une réserve précieuse de voix favorables qui lui manquent dans les instances internationales telles que l'ONU.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »
Lun 17 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

LE GRAND ENTRETIEN. Pour l’expert du GIEC Arona Diedhiou, le continent n’est pas seulement victime de la hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, mais y contribue.     Arona Diedhiou a participé en tant qu’auteur principal... Lire la suite >

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne
Lun 17 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Komi Koutché, ancien ministre d'Etat du Bénin en charge des finances sous le président Boni Yayi, a été interpellé vendredi soir par la police espagnole, a-t-on appris dimanche auprès de ses proches.   "Il a été ... Lire la suite >

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Union africaine : plus de pragmatisme et d'indépendance ?

Union africaine : plus de pragmatisme et d'indépendance ?
Lun 19 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Diplomatie

C'est une forte volonté de réformer l'Union africaine qui a marqué la présidence du Rwandais Paul Kagame. Qu'en restera-t-il à l'issue de ce sommet d'Addis-Abeba ouvert ce samedi ?   Il reste peu de temps au président rwandais... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS