NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension


Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Des partisans de l’opposition participent à une manifestation appelant à la démission du président Faure Gnassingbé, à Lomé, au Togo, le 20 septembre 2017. | PHOTO: REUTERS
En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.
 
Au Togo, depuis plus de cinquante ans se joue une même pièce dont l’acteur principal porte invariablement le patronyme Gnassingbé. Les élections législatives prévues le 20 décembre en sont un nouvel acte, qui, une fois de plus, menace de dégénérer en violences et porte en lui les germes de nouvelles crises.
 
Les résultats de ces élections n’auront au fond que peu d’intérêt. Ce scrutin promet en effet d’offrir au pouvoir une très large majorité depuis que les principaux partis d’opposition ont décidé de ne pas participer à des « élections suspectes, organisées avec une CENI [Commission électorale nationale indépendante] monocolore et un fichier électoral vicié » et de relancer le mouvement de protestation populaire pour arrêter le processus.
 
Les invectives sont de retour
 
Les manifestations n’ont, jusqu’ici, pas atteint l’ampleur de celles qui avaient rythmé l’année 2017, mais les ressorts de la mobilisation demeurent les mêmes, tout comme les capacités répressives du régime. Depuis l’ouverture de la campagne le 4 décembre, six personnes ont été tuées à Lomé, la capitale, et à Sokodé, dans le nord du pays, selon la coalition de l’opposition C-14, quatre selon le gouvernement.
 
 
Des dignitaires religieux ont plaidé pour un report au nom « du bien commun et de l’intérêt supérieur de la nation togolaise », mais le pouvoir refuse, considérant comme le ministre Gilbert Bawara que « l’opposition est dans une logique macabre, faisant tout pour provoquer un bain de sang afin d’attirer l’attention de la communauté internationale ».
 
Lire aussi  Au Togo, au moins quatre morts dans des affrontements avec les forces de l’ordre
Les invectives sont de retour dans les propos de celui qui a conduit la délégation gouvernementale lors des négociations comme dans ceux des opposants. Le dialogue ouvert en février – le 27e depuis l’indépendance – sous la médiation des présidents guinéen, Alpha Condé, et ghanéen, Nana Akufo-Addo, mandatés par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), avait pourtant laissé entrevoir une possibilité de sortie de crise.
 
Fin juillet, l’organisation sous-régionale avait soumis aux parties togolaises une feuille de route prévoyant notamment une accélération des procédures pour libérer les personnes arrêtées lors des manifestations, une révision du fichier électoral, une recomposition paritaire du bureau de la CENI, une élection présidentielle à deux tours et une limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Depuis, se joue une bataille d’interprétations où chaque camp assure avoir fait toutes les concessions nécessaires, sur fond de médiation absente.
 
« Des conditions carnavalesques »
 
« Le pouvoir devait libérer 44 prisonniers mais, depuis le début de la campagne, une centaine d’autres personnes ont été arrêtées », dénonce Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice du C-14. « Nous avons procédé à trois vagues de libération, mais certains des manifestants se sont livrés à des voies de fait et la feuille de route n’a jamais demandé la suspension de la justice togolaise », rétorque Toba Tanama, le directeur de l’information et de la communication à la présidence.
 
« Sur la CENI, le pouvoir a fini par céder sur la composition paritaire mais, avant cela, il avait déjà terminé le recensement des électeurs organisé dans des conditions carnavalesques », renchérit Brigitte Adjamagbo-Johnson, assurant notamment que « des élèves de primaires ont été sortis de leur classe pour être enregistrés sur les listes. » Conclusion du ministre Gilbert Bawara : « La coalition de l’opposition n’a jamais eu de volonté sérieuse d’aller aux élections et de résoudre la crise. »
 
Les deux parties refusent de l’admettre, prétextant ne pas vouloir se limiter à « des débats de personne » ou jurant « travailler à la fondation de bases démocratiques ». Mais le nœud de la crise porte en réalité sur une question simple : le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, pourra-t-il concourir à l’élection présidentielle de 2020 et prolonger ainsi le règne familial sur ce pays ? Si opposition et pouvoir s’accordent pour que la nouvelle Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels, ceux-ci s’affrontent sur la rétroactivité ou non de la mesure, un point qui n’a rien d’anecdotique.
 
Une exception en Afrique de l’Ouest
 
Depuis son accession au pouvoir dans le sang en 2005 – selon les Nations unies, « entre 400 et 500 » personnes furent tuées au Togo entre le décès de son père Gnassingbé Eyadéma, le 5 février 2005, et son entrée en fonction trois mois plus tard –, l’héritier du clan a été réélu deux fois, en 2010 et 2015. S’il n’a pas la brutalité du militaire qu’était son père, Faure Gnassingbé, 52 ans, ne montre aucune velléité de retraite politique. Et dans l’esprit des membres de son entourage qui ont promu la réforme constitutionnelle en cours, il n’était nullement question de favoriser une alternance politique. S’il venait à être réélu en 2020 puis en 2025, l’actuel président aurait alors dirigé le Togo pendant 25 ans. Son père pendant 38 ans. Une exception dans une Afrique de l’Ouest qui s’est peu à peu libérée des présidents à vie, mais qui ne fait pas de lui un paria.
 
Si, d’après un diplomate de la région, ses relations sont mauvaises avec ses homologues nigérian et béninois, « le président togolais n’a pas grand-chose à craindre de la Cédéao. Nana Akufo-Addo [le président ghanéen], qui accueille des opposants, ne veut pas se retrouver accusé de collusion avec ceux-ci et Alpha Condé [le président guinéen] ne va pas faire pression sur Faure Gnassingbé quand lui-même tente de se présenter à un troisième mandat en 2020. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles
Mer 13 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Ce mercredi matin de mars, le prêtre Mekonnen Fatne, debout parmi ses fidèles orthodoxes éthiopiens, observe une église vieille de neuf siècles qu'ils craignent de voir détruite à tout moment.   Au-dessus de l'église s'étend... Lire la suite >

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement
Mar 12 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité après près d'une décennie en détention, demande plus de 68 millions d'euros ... Lire la suite >

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?
Mar 12 Mar 2019 | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».   Le lendemain de l'arrivée... Lire la suite >

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »
Jeu 07 Mar 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Selon « La Tribune de Genève », en raison d'une dégradation de ses fonctions neurologiques, le président algérien risque d'ingérer des aliments ou des liquides dans les poumons.   Sous le titre « Bouteflika nécessite... Lire la suite >

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce
Jeu 07 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant et candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, Martin Fayulu, a annoncé mercredi à l'AFP qu'il ne siègera pas comme député, se considérant comme "président... Lire la suite >

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le premier ministre a désigné le président sortant Macky Sall vainqueur, sans prendre la peine d’attendre les résultats officiels.   C’était une journée de vote paisible dont rien ne laissait présager l’achèvement... Lire la suite >

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Outre leur président, les Nigérians étaient appelés samedi à désigner 360 députés et 109 sénateurs.   Le comptage des voix entre les deux favoris de la présidentielle au Nigeria, le chef de l’Etat sortant, Muhammadu... Lire la suite >

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !
Lun 25 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

C'est dans un calme relatif, malgré seize personnes tuées dans des violences ainsi que des bureaux de vote saccagés dans quelques États, que les membres de la Commission électorale se sont mis au travail pour cette phase décisive de l'élection.   Ce... Lire la suite >

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi
Lun 25 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Un mois après son investiture, le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi reste à la merci de son prédécesseur Joseph Kabila, maître du jeu politique grâce à ses majorités à ... Lire la suite >

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent
Ven 22 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Plus de 2 300 Maliens sont rentrés dans la région en 2018, pendant que d’autres continuent de s’enfuir. Le pays accueille aussi des Burkinabés et des Nigériens.   Assis sur son tapis face à ses rangées de bracelets et colliers en ... Lire la suite >

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens
Ven 22 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Société

COMPTE RENDU. Ces Mémoires d'une rescapée de la dictature de Sékou Touré relatées par Maïmouna Bâ Maréga révèlent toute la cruauté du premier président de la Guinée ainsi que l'horreur de son système.   «... Lire la suite >

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?
Mer 20 Février 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Avec la mise sur pied du Comité politique qu'il qualifie lui-même d'« outil », Guillaume Soro, libéré de sa charge de président de l'Assemblée nationale, pose les bases à partir desquelles il va affronter la tempête politique... Lire la suite >

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent
Lun 18 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La coalition formée pour chasser Gbagbo a explosé face aux ambitions de ses leaders pour l’élection présidentielle de 2020.   Depuis les salons climatisés de l’hôtel Ivoire, la vue sur la lagune permet d’imaginer toutes les opportunités... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS