NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Élections en RDC : un fauteuil pour deux


Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Emmanuel Ramazani Shadary, 58 ans, est l’un des rares hommes de confiance du chef de l’Etat. | PHOTO: Montage AFP / BRYAN R. SMITH, JUNIOR D. KANNAH
Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?
 
Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et repoussées in extremis d'une semaine après l'incendie d'un entrepôt de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), les élections présidentielle, législatives et provinciales ont finalement eu lieu le 30 décembre dernier dans une grande confusion et désorganisation.
 
La Commission a nié le droit de vote de quelque 1,25 million d'électeurs en reportant au mois de mars prochain les votes dans quatre circonscriptions pour des raisons de sécurité (or on imagine difficilement quand et comment la sécurité dans les zones de Béni et Butembo va s'améliorer d'ici-là et l'épidémie d'Ebola s'arrêter…). Le recours aux machines à voter achetées en Corée du Sud a été dénoncé et émaillé de nombreux problèmes techniques ; des bureaux ont ouvert en retard ; des listes électorales étaient manquantes ou incomplètes, etc.
 
Tous ces problèmes d'organisation étaient annoncés par une préparation électorale elle-même déjà chaotique. Par ailleurs, des cas de fraude manifeste ont été révélés par l'opposition et corroborés par les observateurs de la société civile sur place. Mais tout cela a été balayé dès le lendemain du vote, d'un revers de main par le président de la Céni et le président Kabila, qui ont fait part de leur satisfaction sur l'organisation du scrutin.
 
L'alternance déguisée
 
Cet empressement à valider les scrutins du 30 décembre trahit le plan d'alternance déguisée préparé à l'avance par le pouvoir. Après avoir laissé planer le doute sur sa volonté de briguer un nouveau mandat, ce qui aurait nécessité la modification de la Constitution, le président Kabila a désigné pendant l'été 2018 son ex-ministre de l'Intérieur et secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) au pouvoir, Emmanuel Ramzani Shadary, comme son dauphin.
 
Cette succession électorale exigée depuis deux ans par l'opposition est en réalité une fausse alternance. En effet, sous sanctions de l'Union européenne pour son rôle dans la répression des opposants, Emmanuel Shadary était jusqu'à présent peu connu des Congolais, bien qu'il ait commencé son parcours auprès de Laurent-Désiré Kabila (au pouvoir entre 1997 et 2001) et passé les dix-sept dernières années aux côtés du président sortant.
 
De même, le président sortant a pris soin de se préparer un statut confortable : il a discrètement fait passer une loi sur mesure, en juillet 2018, qui lui garantit une pension, un logement, la prise en charge de ses soins de santé et de sa sécurité et un passeport diplomatique.
 
Alors que les mises en cause de la régularité des scrutins et les spéculations sur une éventuelle crise électorale vont bon train – comme à son habitude en période de tension, le pouvoir vient de couper les réseaux sociaux pour prévenir un soulèvement populaire –, anticipons un peu. Projetons-nous après l'annonce du vainqueur des élections (Emmanuel Shadary Ramazani), après la contestation des résultats par l'opposition qui dénoncera une victoire volée comme en 2011, et après la très probable gueule de bois électorale pour explorer les scénarii post-électoraux. Pour ce faire, nous disposons des déclarations du président sortant et de la Constitution congolaise.
 
Le vrai-faux départ de Joseph Kabila
 
Tandis que le fidèle d'entre les fidèles, Emmanuel Shadary, prendra la tête de l'État, selon la Constitution, l'ex-président deviendra automatiquement sénateur à vie (article 104) et bénéficiera ainsi de l'immunité propre aux parlementaires (article 107). Loin d'être simplement « l'autorité morale de référence » de la majorité, Joseph Kabila aura une place garantie dans le système institutionnel.
 
Dès lors, il aura le choix entre jouer un rôle discret dans les coulisses de l'État en restant simple sénateur ou devenir président de cette institution parlementaire et occuper une position-clé. En tout état de cause, Joseph Kabila n'a pas fait mystère de sa volonté de rester impliqué dans la gestion du pays lors de ces dernières interviews : « Je resterai certainement dans mon pays, où je vais m'occuper de beaucoup de choses. Il y a tellement à faire… »
 
Ce bicéphalisme masqué sera inédit en République démocratique du Congo, pays où l'essentiel du pouvoir et des moyens d'enrichissement a toujours été concentré dans les mains du président et où le Parlement n'est pas un contre-pouvoir. Dès lors, la fidélité d'Emmanuel Shadary risque d'être mise à rude épreuve.
 
A Lubumbashi, au soir du scrutin du 30 décembre 2018. © Caroline Thirion / AFP
 
Si le tandem du dauphin et du président sortant se révèle solide face aux tentations du pouvoir et que les deux hommes continuent à travailler en bonne intelligence, Joseph Kabila aura tout intérêt à laisser le mandat de Shadary aller à son terme pour se représenter lors d'élections taillées sur mesure en 2023.
 
En revanche, si le dauphin tente de s'émanciper de son mentor et que le tandem devient dysfonctionnel, Joseph Kabila pourra orchestrer un retour anticipé soit en forçant son successeur à la démission grâce à une fronde parlementaire et des élections anticipées, soit en le destituant par la force. Pour ce faire, il a comme atouts sa fortune et ses hommes dans la haute hiérarchie militaire.
 
Un scénario à l'angolaise ?
 
Cette lutte de pouvoir pourrait peut-être tourner en faveur d'Emmanuel Shadary comme dans l'Angola voisin. La succession négociée entre Dos Santos (président jusqu'en 2017) et son dauphin (João Lourenço) a mal tourné pour le premier, alors que le rapport de force semblait en faveur de Dos Santos au pouvoir de 1979 à 2017 ! Malgré le deal tacite entre les deux hommes, le nouveau président qui paraissait condamné à vivre dans l'ombre de son puissant prédécesseur a, contre toute attente et en moins d'un an, fait place nette : il a purgé le système de pouvoir angolais du clan Dos Santos, n'hésitant pas à poursuivre les enfants de son prédécesseur.
 
Emmanuel Shadary sera-t-il le João Lourenço de Joseph Kabila ? Le Congolais et l'Angolais ont en commun d'avoir été tous deux les fidèles serviteurs du pouvoir en place et d'être adoubés par celui-ci. L'importance des élections du 30 décembre 2018 ne réside donc pas dans l'alternance présidentielle tant attendue, mais dans la possible création par ceux qui veulent prolonger leur pouvoir d'un bicéphalisme problématique et incertain.
 
 
* Thierry Vircoulon est enseignant en sécurité et conflit en Afrique à Sciences Po.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles
Mer 13 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Ce mercredi matin de mars, le prêtre Mekonnen Fatne, debout parmi ses fidèles orthodoxes éthiopiens, observe une église vieille de neuf siècles qu'ils craignent de voir détruite à tout moment.   Au-dessus de l'église s'étend... Lire la suite >

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement
Mar 12 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité après près d'une décennie en détention, demande plus de 68 millions d'euros ... Lire la suite >

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?
Mar 12 Mar 2019 | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».   Le lendemain de l'arrivée... Lire la suite >

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »
Jeu 07 Mar 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Selon « La Tribune de Genève », en raison d'une dégradation de ses fonctions neurologiques, le président algérien risque d'ingérer des aliments ou des liquides dans les poumons.   Sous le titre « Bouteflika nécessite... Lire la suite >

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce
Jeu 07 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant et candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, Martin Fayulu, a annoncé mercredi à l'AFP qu'il ne siègera pas comme député, se considérant comme "président... Lire la suite >

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le premier ministre a désigné le président sortant Macky Sall vainqueur, sans prendre la peine d’attendre les résultats officiels.   C’était une journée de vote paisible dont rien ne laissait présager l’achèvement... Lire la suite >

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Outre leur président, les Nigérians étaient appelés samedi à désigner 360 députés et 109 sénateurs.   Le comptage des voix entre les deux favoris de la présidentielle au Nigeria, le chef de l’Etat sortant, Muhammadu... Lire la suite >

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !
Lun 25 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

C'est dans un calme relatif, malgré seize personnes tuées dans des violences ainsi que des bureaux de vote saccagés dans quelques États, que les membres de la Commission électorale se sont mis au travail pour cette phase décisive de l'élection.   Ce... Lire la suite >

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi
Lun 25 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Un mois après son investiture, le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi reste à la merci de son prédécesseur Joseph Kabila, maître du jeu politique grâce à ses majorités à ... Lire la suite >

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent
Ven 22 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Plus de 2 300 Maliens sont rentrés dans la région en 2018, pendant que d’autres continuent de s’enfuir. Le pays accueille aussi des Burkinabés et des Nigériens.   Assis sur son tapis face à ses rangées de bracelets et colliers en ... Lire la suite >

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens
Ven 22 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Société

COMPTE RENDU. Ces Mémoires d'une rescapée de la dictature de Sékou Touré relatées par Maïmouna Bâ Maréga révèlent toute la cruauté du premier président de la Guinée ainsi que l'horreur de son système.   «... Lire la suite >

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?
Mer 20 Février 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Avec la mise sur pied du Comité politique qu'il qualifie lui-même d'« outil », Guillaume Soro, libéré de sa charge de président de l'Assemblée nationale, pose les bases à partir desquelles il va affronter la tempête politique... Lire la suite >

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent
Lun 18 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La coalition formée pour chasser Gbagbo a explosé face aux ambitions de ses leaders pour l’élection présidentielle de 2020.   Depuis les salons climatisés de l’hôtel Ivoire, la vue sur la lagune permet d’imaginer toutes les opportunités... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS