NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »


Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Toute la semaine face à la presse, le nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui et son vice-Premier ministre Ramtane Lamamra ont tenté de promouvoir les décisions du chef de l'État, qui n'ont pas calmé la colère. | PHOTO: RYAD KRAMDI / AFP
ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?
 
La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime algérien a-t-il besoin d'un leadership identifié ? « Ce mouvement est une dynamique horizontale qui ne produit pas des propositions, mais des exigences. Nous ne sommes pas dans une logique de négociations ou de compromis avec le pouvoir. Peut-être bien après, on aura besoin de personnalités crédibles pour négocier, mais pas pour le moment », explique un avocat algérois, militant des droits de l'homme. D'autres observateurs notent, en plus, que, dans un mouvement aussi large, il est difficile de choisir des « têtes » sans tomber tout de suite dans une stérile guerre de leadership qui pourrait affaiblir le mouvement.
 
Une inutile guerre de leadership
 
Pour sa part, l'écrivain Kamel Daoud met en garde contre l'algérocentrisme de la démarche. « Des noms de personnalités circulent sur les réseaux. [...] Mais il faut y associer des noms du reste du pays. [...] Il ne faut pas qu'on se fasse l'insulte d'oublier encore une fois notre Sud algérien qui lutte depuis des années contre l'injustice et la non-représentativité. Il ne faut pas reproduire le centralisme abusif du régime et ses modes de gestion », avertit l'écrivain sur sa page Facebook. Le nom de Mustapha Bouchachi, célèbre avocat engagé dans l'opposition, a été maintes fois cité cette semaine pour être le porte-parole des manifestants ou, même, le leader du mouvement contre le système. Une pétition sur Internet et des appels incessants lui ont mis la pression toute la semaine, selon un de ses proches. « Je suis honoré, mais j'ai refusé, car c'est un mouvement populaire qui n'a pas besoin de paternité. Ma génération a lutté, mais elle a échoué. Nos enfants nous ont donné une leçon, ils sont conscients, ils n'ont pas besoin de porte-parole ou de dirigeant. Nous sommes parmi eux sans prétendre les encadrer ou être leur porte-parole », a répondu l'intéressé au site TSA. D'autant que les autorités tentent déjà de récupérer le mouvement : mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a déclaré que « le gouvernement est prêt à recevoir des représentants dégagés par les manifestants ».
 
Majoritairement, l'opinion persiste néanmoins à ne pas donner un visage aux imposantes marches. Dans une lettre adressée aux manifestants, l'héroïne de la bataille d'Alger Djamila Bouhired, qui a rejoint les marches dès l'acte I le 22 février, écrit : « Des listes de personnalités confectionnées dans des laboratoires occultes circulent depuis quelques jours pour imposer, dans votre dos et contre votre volonté, une direction fantoche à votre mouvement. »
 
Une récupération par les islamistes
 
Éparpillés entre plusieurs partis politiques et des mouvances moins structurées, les islamistes divergent sur le suivi de ce mouvement populaire contestataire. Certains salafistes s'en sont tenus aux injonctions de leurs cheikhs interdisant les manifestations, car inspirées de la « démocratie occidentale », alors que d'autres tentent de manifester en marge des marches, scandant leurs propres mots d'ordre islamistes. Mais leur nombre reste réduit durant les manifestations, notamment à Alger, et les manifestants se méfient des démonstrations des salafistes (prières dans la rue durant les marches) et semblent vaccinés contre les dérives insurrectionnelles de l'ex-Front islamique du salut (FIS) du début des années 1990. Ceux qui sortiraient du lot seraient les Frères musulmans du Mouvement pour la société de la paix (MSP) : ce parti d'opposition voit sa propre feuille de route négociée secrètement avec la présidence fin 2018 finalement adoptée par le régime. Abderrazak Makri, président du MSP, se voit comme le prochain leader de l'opposition, qui pourrait négocier une place importante dans la prochaine configuration des pouvoirs. Une majorité dans le Parlement, des postes ministériels… et pourquoi pas arriver à la primature.
 
Un essoufflement face au statu quo
 
C'est, pour le moment, un des scénarios préférés du système en place qui tente de gagner du temps. Parce que, à y regarder de plus près, le calendrier proposé (ou imputé) à Abdelaziz Bouteflika et inclus dans sa lettre du 11 mars, cette « transition » pourrait durer jusqu'en 2020. En effet, entre la formation d'un gouvernement technocrate, l'organisation d'une « Conférence nationale inclusive », un référendum sur une nouvelle Constitution, une élection présidentielle… Si les manifestations, par leur importance, n'arrivent pas à renverser la table, le pouvoir tentera de s'en tenir à cet agenda, perpétuer autant que possible le mandat de Bouteflika (qui ne sera plus président légalement à partir du 28 avril, date de l'expiration de son quatrième mandat), tout en espérant que le mouvement de contestation s'essoufflera de lui-même. Mais ce calcul fait prendre un risque aux décideurs, car la rue peut continuer à exprimer son opposition par divers moyens (des grèves, des manifestations sporadiques, mais répartitives, des boycotts…) d'autant que la contestation commence à toucher des secteurs névralgiques, comme les juges, par exemple, une première depuis l'indépendance de ce pays.
 
Une dérive violente
 
Les plus pessimistes craignent que certains segments du pouvoir soient tentés de « calmer la rue » en poussant à l'affrontement. Provoquer une situation de débordement sécuritaire avec émeutes et destructions des biens publics à travers le pays est une option dangereuse qui pourrait arranger les calculs d'une partie du pouvoir. L'occasion de décrédibiliser le mouvement, qui s'est caractérisé depuis le début par un pacifisme et un civisme salués à travers le monde entier… y compris par des autorités dépassées par les événements. Aujourd'hui, le discours des décideurs a sensiblement changé : l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia brandissait le précédent syrien et la guerre civile des années 1990 pour faire peur aux Algériens et les dissuader de manifester massivement. Mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a tenté de calmer le jeu dans une déclaration à la radio publique algérienne : « Il faut être responsables, mais il ne faut pas s'inquiéter. Nous sommes l'Algérie, nous avons notre histoire, notre peuple. La Syrie et la Libye ont fait des erreurs que nous ne faisons pas, que nous ne ferons pas. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Mer 24 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les ... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS