NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »


Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Toute la semaine face à la presse, le nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui et son vice-Premier ministre Ramtane Lamamra ont tenté de promouvoir les décisions du chef de l'État, qui n'ont pas calmé la colère. | PHOTO: RYAD KRAMDI / AFP
ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?
 
La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime algérien a-t-il besoin d'un leadership identifié ? « Ce mouvement est une dynamique horizontale qui ne produit pas des propositions, mais des exigences. Nous ne sommes pas dans une logique de négociations ou de compromis avec le pouvoir. Peut-être bien après, on aura besoin de personnalités crédibles pour négocier, mais pas pour le moment », explique un avocat algérois, militant des droits de l'homme. D'autres observateurs notent, en plus, que, dans un mouvement aussi large, il est difficile de choisir des « têtes » sans tomber tout de suite dans une stérile guerre de leadership qui pourrait affaiblir le mouvement.
 
Une inutile guerre de leadership
 
Pour sa part, l'écrivain Kamel Daoud met en garde contre l'algérocentrisme de la démarche. « Des noms de personnalités circulent sur les réseaux. [...] Mais il faut y associer des noms du reste du pays. [...] Il ne faut pas qu'on se fasse l'insulte d'oublier encore une fois notre Sud algérien qui lutte depuis des années contre l'injustice et la non-représentativité. Il ne faut pas reproduire le centralisme abusif du régime et ses modes de gestion », avertit l'écrivain sur sa page Facebook. Le nom de Mustapha Bouchachi, célèbre avocat engagé dans l'opposition, a été maintes fois cité cette semaine pour être le porte-parole des manifestants ou, même, le leader du mouvement contre le système. Une pétition sur Internet et des appels incessants lui ont mis la pression toute la semaine, selon un de ses proches. « Je suis honoré, mais j'ai refusé, car c'est un mouvement populaire qui n'a pas besoin de paternité. Ma génération a lutté, mais elle a échoué. Nos enfants nous ont donné une leçon, ils sont conscients, ils n'ont pas besoin de porte-parole ou de dirigeant. Nous sommes parmi eux sans prétendre les encadrer ou être leur porte-parole », a répondu l'intéressé au site TSA. D'autant que les autorités tentent déjà de récupérer le mouvement : mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a déclaré que « le gouvernement est prêt à recevoir des représentants dégagés par les manifestants ».
 
Majoritairement, l'opinion persiste néanmoins à ne pas donner un visage aux imposantes marches. Dans une lettre adressée aux manifestants, l'héroïne de la bataille d'Alger Djamila Bouhired, qui a rejoint les marches dès l'acte I le 22 février, écrit : « Des listes de personnalités confectionnées dans des laboratoires occultes circulent depuis quelques jours pour imposer, dans votre dos et contre votre volonté, une direction fantoche à votre mouvement. »
 
Une récupération par les islamistes
 
Éparpillés entre plusieurs partis politiques et des mouvances moins structurées, les islamistes divergent sur le suivi de ce mouvement populaire contestataire. Certains salafistes s'en sont tenus aux injonctions de leurs cheikhs interdisant les manifestations, car inspirées de la « démocratie occidentale », alors que d'autres tentent de manifester en marge des marches, scandant leurs propres mots d'ordre islamistes. Mais leur nombre reste réduit durant les manifestations, notamment à Alger, et les manifestants se méfient des démonstrations des salafistes (prières dans la rue durant les marches) et semblent vaccinés contre les dérives insurrectionnelles de l'ex-Front islamique du salut (FIS) du début des années 1990. Ceux qui sortiraient du lot seraient les Frères musulmans du Mouvement pour la société de la paix (MSP) : ce parti d'opposition voit sa propre feuille de route négociée secrètement avec la présidence fin 2018 finalement adoptée par le régime. Abderrazak Makri, président du MSP, se voit comme le prochain leader de l'opposition, qui pourrait négocier une place importante dans la prochaine configuration des pouvoirs. Une majorité dans le Parlement, des postes ministériels… et pourquoi pas arriver à la primature.
 
Un essoufflement face au statu quo
 
C'est, pour le moment, un des scénarios préférés du système en place qui tente de gagner du temps. Parce que, à y regarder de plus près, le calendrier proposé (ou imputé) à Abdelaziz Bouteflika et inclus dans sa lettre du 11 mars, cette « transition » pourrait durer jusqu'en 2020. En effet, entre la formation d'un gouvernement technocrate, l'organisation d'une « Conférence nationale inclusive », un référendum sur une nouvelle Constitution, une élection présidentielle… Si les manifestations, par leur importance, n'arrivent pas à renverser la table, le pouvoir tentera de s'en tenir à cet agenda, perpétuer autant que possible le mandat de Bouteflika (qui ne sera plus président légalement à partir du 28 avril, date de l'expiration de son quatrième mandat), tout en espérant que le mouvement de contestation s'essoufflera de lui-même. Mais ce calcul fait prendre un risque aux décideurs, car la rue peut continuer à exprimer son opposition par divers moyens (des grèves, des manifestations sporadiques, mais répartitives, des boycotts…) d'autant que la contestation commence à toucher des secteurs névralgiques, comme les juges, par exemple, une première depuis l'indépendance de ce pays.
 
Une dérive violente
 
Les plus pessimistes craignent que certains segments du pouvoir soient tentés de « calmer la rue » en poussant à l'affrontement. Provoquer une situation de débordement sécuritaire avec émeutes et destructions des biens publics à travers le pays est une option dangereuse qui pourrait arranger les calculs d'une partie du pouvoir. L'occasion de décrédibiliser le mouvement, qui s'est caractérisé depuis le début par un pacifisme et un civisme salués à travers le monde entier… y compris par des autorités dépassées par les événements. Aujourd'hui, le discours des décideurs a sensiblement changé : l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia brandissait le précédent syrien et la guerre civile des années 1990 pour faire peur aux Algériens et les dissuader de manifester massivement. Mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a tenté de calmer le jeu dans une déclaration à la radio publique algérienne : « Il faut être responsables, mais il ne faut pas s'inquiéter. Nous sommes l'Algérie, nous avons notre histoire, notre peuple. La Syrie et la Libye ont fait des erreurs que nous ne faisons pas, que nous ne ferons pas. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Commandant des Forces de soutien rapide, une ex-milice accusée de massacres au Darfour, Hemetti a assuré soutenir les révolutionnaires. Beaucoup en doutaient. Les derniers événements leur ont donné raison.   Selon un comité ... Lire la suite >

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Pour faire contre-feu aux réactions virulentes après les soupçons de corruption d'Alioune Sall dans le dossier des hydrocarbures, le président sénégalais a pointé du doigt un « reportage manifestement tendancieux ».   Une... Lire la suite >

Soudan: face

Soudan: face
Mer 22 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Drapeaux soudanais brandis, "V" de la victoire et cris de ralliement: les manifestants rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum restent déterminés à obtenir un transfert du pouvoir au civil, malgré l'impasse dans les négociations... Lire la suite >

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin
Mer 22 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En poste au Bénin pour l’Union européenne, Rafal Lapkowski a croisé la route de Fiacre Gbédji, tué par les ravisseurs des otages libérés le 10 mai. Portrait.   Nous sommes venus nous installer au Bénin en 2014. Un pays d’Afrique... Lire la suite >

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?
Mer 08 Mai 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Jusqu'à présent, en Afrique de l'Ouest, les zones peu sûres se trouvaient près des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali. La situation s'est dégradée depuis quelques mois dans toute la région. Explication.   Les... Lire la suite >

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
Mer 08 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.   Chronique. Confrontée depuis un mois à une... Lire la suite >

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours
Mar 07 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié lundi "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes... Lire la suite >

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée
Mar 07 Mai 2019 | dans Autres Actus

Le corps du guide des touristes a été retrouvé dans le parc de la Pendjari, à la frontière avec le Burkina Faso, pays en proie à une multiplication des attaques terroristes.   Deux touristes français sont portés disparus depuis ... Lire la suite >

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »
Ven 03 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon Amnesty International, le droit de manifester fait l’objet d’une interdiction totale et systématique au pays d’Idriss Déby.   Tribune. Les Tchadiens arrêtés jeudi 25 avril lors d’une manifestation interdite contre la vie chère... Lire la suite >

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »
Dim 28 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Que se passe-t-il donc au Bénin qui justifie l'absence de l'opposition aux élections législatives de ce dimanche 28 avril  ? Éléments de réponse avec Mathias Hounkpe, de l'Open Society Initiative for West Africa.   Le... Lire la suite >

Le cauchemar de l'inflation hante

Le cauchemar de l'inflation hante
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le cauchemar de l'inflation est de retour au Zimbabwe. Malgré la suppression de la parité fixe entre la pseudo-monnaie locale et le dollar américain, les prix n'en finissent plus de grimper, réduisant à néant les promesses de sortie de crise du gouvernement.   Dans... Lire la suite >

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ancien président de la Cour suprême du Nigeria a fait appel de sa condamnation à dix ans de suspension de toute fonction publique pour corruption, ont déclaré vendredi ses avocats.   Walter Onnoghen, qui était le plus haut magistrat du pays,... Lire la suite >

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »
Jeu 18 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’universitaire Youssouf T. Sangaré analyse la situation sécuritaire du Mali et la montée en puissance d’un islam politique.   Tribune. Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés.... Lire la suite >

ACTUALITE

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source: slateafrique.com
Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source: afrique.lepoint.fr
Plus d'Actualité | Cliquez ici

Vidéo à ne pas rater

Intronisation du roi du Moronou du 19 au 24 Mai 2019
Dim 12 Mai 2019 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS