NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »


Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Toute la semaine face à la presse, le nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui et son vice-Premier ministre Ramtane Lamamra ont tenté de promouvoir les décisions du chef de l'État, qui n'ont pas calmé la colère. | PHOTO: RYAD KRAMDI / AFP
ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?
 
La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime algérien a-t-il besoin d'un leadership identifié ? « Ce mouvement est une dynamique horizontale qui ne produit pas des propositions, mais des exigences. Nous ne sommes pas dans une logique de négociations ou de compromis avec le pouvoir. Peut-être bien après, on aura besoin de personnalités crédibles pour négocier, mais pas pour le moment », explique un avocat algérois, militant des droits de l'homme. D'autres observateurs notent, en plus, que, dans un mouvement aussi large, il est difficile de choisir des « têtes » sans tomber tout de suite dans une stérile guerre de leadership qui pourrait affaiblir le mouvement.
 
Une inutile guerre de leadership
 
Pour sa part, l'écrivain Kamel Daoud met en garde contre l'algérocentrisme de la démarche. « Des noms de personnalités circulent sur les réseaux. [...] Mais il faut y associer des noms du reste du pays. [...] Il ne faut pas qu'on se fasse l'insulte d'oublier encore une fois notre Sud algérien qui lutte depuis des années contre l'injustice et la non-représentativité. Il ne faut pas reproduire le centralisme abusif du régime et ses modes de gestion », avertit l'écrivain sur sa page Facebook. Le nom de Mustapha Bouchachi, célèbre avocat engagé dans l'opposition, a été maintes fois cité cette semaine pour être le porte-parole des manifestants ou, même, le leader du mouvement contre le système. Une pétition sur Internet et des appels incessants lui ont mis la pression toute la semaine, selon un de ses proches. « Je suis honoré, mais j'ai refusé, car c'est un mouvement populaire qui n'a pas besoin de paternité. Ma génération a lutté, mais elle a échoué. Nos enfants nous ont donné une leçon, ils sont conscients, ils n'ont pas besoin de porte-parole ou de dirigeant. Nous sommes parmi eux sans prétendre les encadrer ou être leur porte-parole », a répondu l'intéressé au site TSA. D'autant que les autorités tentent déjà de récupérer le mouvement : mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a déclaré que « le gouvernement est prêt à recevoir des représentants dégagés par les manifestants ».
 
Majoritairement, l'opinion persiste néanmoins à ne pas donner un visage aux imposantes marches. Dans une lettre adressée aux manifestants, l'héroïne de la bataille d'Alger Djamila Bouhired, qui a rejoint les marches dès l'acte I le 22 février, écrit : « Des listes de personnalités confectionnées dans des laboratoires occultes circulent depuis quelques jours pour imposer, dans votre dos et contre votre volonté, une direction fantoche à votre mouvement. »
 
Une récupération par les islamistes
 
Éparpillés entre plusieurs partis politiques et des mouvances moins structurées, les islamistes divergent sur le suivi de ce mouvement populaire contestataire. Certains salafistes s'en sont tenus aux injonctions de leurs cheikhs interdisant les manifestations, car inspirées de la « démocratie occidentale », alors que d'autres tentent de manifester en marge des marches, scandant leurs propres mots d'ordre islamistes. Mais leur nombre reste réduit durant les manifestations, notamment à Alger, et les manifestants se méfient des démonstrations des salafistes (prières dans la rue durant les marches) et semblent vaccinés contre les dérives insurrectionnelles de l'ex-Front islamique du salut (FIS) du début des années 1990. Ceux qui sortiraient du lot seraient les Frères musulmans du Mouvement pour la société de la paix (MSP) : ce parti d'opposition voit sa propre feuille de route négociée secrètement avec la présidence fin 2018 finalement adoptée par le régime. Abderrazak Makri, président du MSP, se voit comme le prochain leader de l'opposition, qui pourrait négocier une place importante dans la prochaine configuration des pouvoirs. Une majorité dans le Parlement, des postes ministériels… et pourquoi pas arriver à la primature.
 
Un essoufflement face au statu quo
 
C'est, pour le moment, un des scénarios préférés du système en place qui tente de gagner du temps. Parce que, à y regarder de plus près, le calendrier proposé (ou imputé) à Abdelaziz Bouteflika et inclus dans sa lettre du 11 mars, cette « transition » pourrait durer jusqu'en 2020. En effet, entre la formation d'un gouvernement technocrate, l'organisation d'une « Conférence nationale inclusive », un référendum sur une nouvelle Constitution, une élection présidentielle… Si les manifestations, par leur importance, n'arrivent pas à renverser la table, le pouvoir tentera de s'en tenir à cet agenda, perpétuer autant que possible le mandat de Bouteflika (qui ne sera plus président légalement à partir du 28 avril, date de l'expiration de son quatrième mandat), tout en espérant que le mouvement de contestation s'essoufflera de lui-même. Mais ce calcul fait prendre un risque aux décideurs, car la rue peut continuer à exprimer son opposition par divers moyens (des grèves, des manifestations sporadiques, mais répartitives, des boycotts…) d'autant que la contestation commence à toucher des secteurs névralgiques, comme les juges, par exemple, une première depuis l'indépendance de ce pays.
 
Une dérive violente
 
Les plus pessimistes craignent que certains segments du pouvoir soient tentés de « calmer la rue » en poussant à l'affrontement. Provoquer une situation de débordement sécuritaire avec émeutes et destructions des biens publics à travers le pays est une option dangereuse qui pourrait arranger les calculs d'une partie du pouvoir. L'occasion de décrédibiliser le mouvement, qui s'est caractérisé depuis le début par un pacifisme et un civisme salués à travers le monde entier… y compris par des autorités dépassées par les événements. Aujourd'hui, le discours des décideurs a sensiblement changé : l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia brandissait le précédent syrien et la guerre civile des années 1990 pour faire peur aux Algériens et les dissuader de manifester massivement. Mercredi, le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a tenté de calmer le jeu dans une déclaration à la radio publique algérienne : « Il faut être responsables, mais il ne faut pas s'inquiéter. Nous sommes l'Algérie, nous avons notre histoire, notre peuple. La Syrie et la Libye ont fait des erreurs que nous ne faisons pas, que nous ne ferons pas. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »
Jeu 18 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’universitaire Youssouf T. Sangaré analyse la situation sécuritaire du Mali et la montée en puissance d’un islam politique.   Tribune. Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés.... Lire la suite >

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent
Jeu 11 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

« CARNET DE SANTÉ ». En Afrique, ce commerce illicite serait à l’origine de plus 100 000 décès par an, selon l’Organisation mondiale de la santé.   La nuit tombe sur Lagos. C’est l’heure où l’Obalende... Lire la suite >

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?
Jeu 11 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Alors que l'offensive du maréchal Haftar vers Tripoli se poursuit, plusieurs acteurs de la communauté internationale continuent à avancer leurs pions. Par Patrick Forestier   Le maréchal Khalifa Haftar pourra-t-il gagner la bataille de Tripoli ? Ou bien... Lire la suite >

Les Maliens en colère

Les Maliens en colère
Lun 08 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Après les habitants du cercle de Bandiagara, plus de 10 000 personnes ont manifesté vendredi leur colère contre « l'effondrement de l'État ».   Ils étaient des milliers, femmes, hommes, enfants, vieillards, des Maliens... Lire la suite >

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé
Lun 08 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat, dont le deuxième quinquennat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent.   Les principaux partis d’opposition de Guinée, des associations de la société... Lire la suite >

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité
Jeu 04 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

On estime que chaque année, plusieurs milliers de personnes sont ainsi détenues au Nigeria.   En décembre 2014, Folake Oduyoye est morte à l'hôpital universitaire de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Hospitalisée en août pour accoucher... Lire la suite >

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français
Jeu 04 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une réunion s’est tenue à l’Assemblée pour réfléchir aux moyens d’offrir une meilleure protection aux Français emprisonnés à l’étranger.   C’est le début d’une revanche sur l’histoire... Lire la suite >

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »
Sam 30 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

« Le Monde Afrique » a décidé de publier l’un des articles de la revue « Afrique contemporaine » consacrée au Mali qui ne verra pas le jour. La publication du dossier a été suspendue par l’AFD, son organisme de tutelle.   Sur... Lire la suite >

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée
Sam 30 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Tout ce qu'il faut saisir du sens de l'appel par le général Gaïd Salah de l'application de l'article 102 de la Constitution, qui prévoit « l'empêchement » du chef de l'État pour « cause de maladie ... Lire la suite >

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes
Mar 26 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Après le boycottage des législatives de décembre 2018, sept des quatorze partis de la coalition ont claqué la porte, dont plusieurs poids lourds politiques.   « Nous avons marché durant des mois sous un soleil chaud et parfois sous la pluie, espérant... Lire la suite >

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre
Mar 26 Mar 2019 | Source : FRED DUFOUR / AFP ... | dans Société

À cause de la situation qui prévaut actuellement au Mali, près de mille écoles sont fermées. De quoi impacter gravement l'éducation de nombreux enfants.   L'engrenage de ce qui ressemble désormais à une guerre civile a coûté... Lire la suite >

Renversant Nigeria !

Renversant Nigeria !
Jeu 21 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Beaucoup d'indicateurs laissaient penser que rester à la barre du Nigeria serait mission impossible pour Buhari lors du dernier scrutin présidentiel. Il n'en a rien été.   Étonnant Nigeria. Le moins que l'on puisse dire est que ... Lire la suite >

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott
Jeu 21 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ONG venait effectuer une mission de recherche sur les droits humains dans le pays où les « séquelles » de l’esclavage, bien qu’abolit en 1981, perdurent.   La police mauritanienne a refoulé, dimanche, à son arrivée à... Lire la suite >

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS