NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Renversant Nigeria !


Renversant Nigeria !
Le duel Buhari-Abubakar a tourné à l'avantage du président sortant. | PHOTO: PIUS UTOMI EKPEI / AFP
ANALYSE. Beaucoup d'indicateurs laissaient penser que rester à la barre du Nigeria serait mission impossible pour Buhari lors du dernier scrutin présidentiel. Il n'en a rien été.
 
Étonnant Nigeria. Le moins que l'on puisse dire est que le résultat de l'élection présidentielle, qui a reconduit Muhammadu Buhari à la tête de l'État, en a surpris plus d'un. Sur les quatre années de son premier mandat, le président nigérian en a passé une bonne partie affaibli et souffrant, en soins à l'étranger et dans l'incapacité de gérer son immense pays, la première économie du continent africain. Pour ses compatriotes traumatisés par une possible répétition du cas de son avant-dernier prédécesseur Mohamed Yar-Adua, décédé en cours de mandat des suites d'une longue maladie restée mystérieuse, deux ans à peine après son entrée en fonction et au prix de longues absences qui ont paralysé le pays, voter Buhari aurait dû s'assimiler à opter pour un timonier incertain.
 
Buhari : les apparences d'un mauvais départ
 
De plus, la critique de sa frugalité appliquée à la vie économique était particulièrement répandue dans les milieux d'affaires, qui se lamentaient avec une formule maintes fois entendue : « l'argent ne circule plus ». En 2015, face à Goodluck Jonathan qui briguait un second mandat, The Economist, journal d'opinion et chantre du libéralisme anglo-saxon, avait pourtant appelé à voter pour Muhammadu Buhari, présenté comme fiable au moins pour une « cause majeure » : la lutte contre la corruption endémique au Nigeria. À l'approche du scrutin de février, la tonalité n'était plus la même dans les gazettes britanniques qui relayaient amplement les frustrations des opérateurs économiques soumis à la diète par une politique de la bourse serrée et portant tous leurs espoirs sur une alternance avec Atiku Abubakar, principal challenger de Buhari et considéré par certains comme un millionnaire sulfureux.
 
Enfin, la campagne électorale a vu se constituer des alliances aussi improbables que spectaculaires contre le régime en place. C'est ainsi que l'on a pu assister à la réconciliation très médiatique de l'influent Olusegun Obasanjo avec son ennemi juré Atiku Abubakar. L'ex-président, général en retraite, est considéré comme le père de la démocratie nigériane pour avoir accepté de remettre le pouvoir aux civils par les urnes en 1979, après une succession de régimes militaires. Vingt ans plus tard, il sera lui-même élu président et fera deux mandats. Dans son autobiographie à succès, My Watch, parue en 2014, Obasanjo n'avait pas eu de mots assez durs pour brocarder son ancien vice-président Atiku Abubakar, fustigeant « sa propension à la corruption, son penchant pour la déloyauté, son incapacité à dire la vérité et à s'y conformer, sa crédulité envers les marabouts, la faiblesse de son jugement, sa confiance absolue dans les vertus de l'argent pour acheter ce qu'il veut obtenir dans tous les domaines, son empressement à sacrifier la morale, l'intégrité, le sens de la vérité et de l'intérêt national à des fins purement égoïstes » ! Un vertigineux réquisitoire qu'il soutenait encore en septembre dernier, enfonçant même le clou par une sentence que la presse nigériane a beaucoup repris : « Je ne lui pardonnerai jamais ! Et s'il m'arrivait de le faire, c'est Dieu lui-même qui ne me le pardonnerait pas. » C'est donc un public estomaqué qui a assisté, quelques semaines avant la présidentielle, à une scène surréaliste devant le petit écran : les pompeuses retrouvailles entre les deux ennemis, suivies d'un engagement très actif d'Obasanjo dans la campagne d'Atiku. Le revirement d'un tel leader du Sud contre le président Buhari, notable nordiste qu'il avait contribué à faire élire en 2015, ne pouvait nullement apparaître de bon augure pour ce dernier.
 
Grosse surprise avec la vérité des urnes
 
Pourtant, au sortir des urnes, les chiffres ont raconté une tout autre histoire. Par une avance de quatre millions de voix en sa faveur, le président sortant a été réélu. Cinquante-six pour cent contre 34 % à Atiku. Pourquoi donc encore Buhari en 2019 ? Malgré les contestations des perdants pour fraude présumée, cette victoire pourrait avoir d'autres explications.
 
L'atout le plus visible pour Buhari est d'abord démographique. Le nord du pays, notoirement plus peuplé que sa moitié sud, a globalement fait bloc pour un de ses ressortissants. On ne peut pas remporter l'élection présidentielle sans gagner à Lagos, capitale économique, ou à Kano, la « capitale » du nord, la ville la plus peuplée du pays, dit l'adage. Originaire de Katsina, État fédéral voisin de celui de Kano, le président sortant savait pouvoir compter sur un bassin électoral représentant d'emblée 40 % du total. La motivation régionaliste pouvait également se nourrir des résultats de la lutte contre Boko Haram. Sévissant essentiellement dans les États du Nord, le groupe terroriste n'a pas manqué de se faire sentir pendant la campagne, mais a beaucoup perdu de sa superbe grâce à une plus grande implication du régime Buhari. Son prédécesseur, Goodluck Jonathan, chrétien natif du sud-est, était accusé de pratiquer un laxisme opportuniste à l'encontre d'un électorat perdu d'avance.
 
Le recentrage agricole et l'atout protectionniste
 
Dans une perspective africaine, d'autres considérations apparaissent néanmoins plus substantielles. On peut penser que les électeurs de Buhari ont aussi validé une vision plus autocentrée de l'économie nationale, restreignant les importations au profit d'une industrie locale naissante, mais malmenée par les différents régimes. Pour ses partisans, Buhari a bien raison de favoriser la production locale d'engrais longtemps abandonnée par des autorités qui préféraient encaisser des commissions sur des imports de mauvaise qualité. L'attention accordée de nouveau à l'agriculture et l'agro-industrie – qui se souvient encore que le Nigeria fabriquait des pneus pour Dunlop et Michelin sur de vastes champs d'hévéa ? – est appréciée, sauf par les importateurs contrariés de lits en bois et de cure-dents, dans un pays producteur de bois. Quant au secteur pétrolier, outre d'être au cœur des réseaux de corruption et incapable de couvrir la consommation locale en carburant, il a été repris en main par un gouvernement qui fait grincer bien des dents par sa sévérité, tout en suscitant beaucoup d'espoir au sein de la population. C'est un son de cloche différent qui émane néanmoins de certaines chancelleries occidentales avec lesquelles les incidents ont fleuri. Aux accusations de protectionnisme « anti-business », l'équipe de Buhari a répondu par une question dans la presse : « Nos amis étrangers ne comprennent pas les enjeux pour notre pays – ou souhaitent-ils simplement notre échec ? »
 
Corruption : ce dossier explosif
 
Quant à la fameuse lutte contre la corruption, « marqueur » du régime, claironné à tout bout de champ, elle a certainement pesé dans un pays qui en est venu à symboliser les pires dérives de la gabegie. Pour les Nigérians, le match se jouait entre un « millionnaire véreux » et un homme austère, sans doute trop, mais finalement plus rassurant, réputé ne pas accorder ni réclamer de passe-droit. Le retournement contre lui d'Olusegun Obasanjo en serait une conséquence, indiquent plusieurs journaux, qui ne manquent pas de relever, non plus, la clémence, voire les avantages dont bénéficient certains proches du président, tandis que la rigueur de la loi s'abat sans faiblir sur ses adversaires politiques. Malgré les écueils, le principal facteur de soutien à Buhari semble donc être sa volonté affichée de reconquérir des pans de souveraineté économique, tant en interne qu'à l'extérieur. Son opposition décisive au projet de Zone de libre-échange continentale (ZLEC), lancé en grande pompe par l'Union africaine l'an dernier, a été salué par les milieux d'affaires locaux comme une saine mesure de protection du marché africain en général et nigérian en particulier.
 
Les défis de demain
 
Il reste à tenir le cap et à tirer les leçons des quatre dernières années. Sous le premier mandat de Buhari, qui avait eu la mauvaise idée d'introduire le contrôle de change (avant de le supprimer en 2016), la monnaie nigériane, le naira, s'était dévaluée de moitié face au dollar et la Bourse locale avait chuté au plus bas, tandis que les investisseurs fuyaient le pays. Le second mandat a été accueilli par des signes plus positifs des marchés obligataires. La lenteur des réformes a valu au président Buhari le surnom de « Baba-go-slow » – le papa qui lambine. Son premier défi consistera donc à accélérer la cadence des mesures propres à renforcer la confiance dans ce qui reste la première économie du continent. Au-delà des postures et de l'affichage.
 
 
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Mer 24 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les ... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS