NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Les Maliens en colère


Les Maliens en colère
À l’appel des leaders religieux et d'une partie de l’opposition, les manifestants ont également réclamé la démission du gouvernement ainsi que le départ des forces militaires internationales présentes dans le pays. | PHOTO: MICHELE CATTANI / AFP
REPORTAGE. Après les habitants du cercle de Bandiagara, plus de 10 000 personnes ont manifesté vendredi leur colère contre « l'effondrement de l'État ».
 
Ils étaient des milliers, femmes, hommes, enfants, vieillards, des Maliens en colère, qui, sous un soleil de plomb, ont convergé vers la place de l'Indépendance, ce vendredi 5 avril en début d'après-midi, à l'appel de l'influent imam Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique (HCI), une organisation rassemblant les grands leaders religieux du pays et du chérif de Nioro du Sahel, cheick M'Bouyé Haidara, un chef religieux très respecté. Un appel lancé pour dénoncer la mal-gouvernance incarnée, pour ces deux éminences religieuses et les manifestants, par l'actuel président, Ibrahim Boubacar Keïta, réélu le 16 août dernier, et son Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga, qui fut tour à tour chef des services de renseignements, ministre des Affaires étrangères, ministre de la Défense, secrétaire général de la présidence du Mali, avant d'accéder, le 31 décembre 2017, à la primature.
 
Le massacre d'Ogossagou, le massacre de trop ?
 
La forte dégradation ces derniers mois du climat sécuritaire, dont la tuerie d'Ogossagou, dans le centre du Mali le 23 mars dernier, fut le point d'orgue, avec plus de 160 membres de la communauté peule massacrés sans que l'on sache vraiment qui sont les auteurs et pourquoi ils ont commis un bain de sang, a choqué le pays, déclenchant et/ou renforçant par là même une hostilité envers les forces internationales, dont la Minusma, accusée d'inertie, et la France, présente au Mali avec l'opération Barkhane pour lutter contre le terrorisme, et soupçonnée par certains Maliens d'être derrière ce pogrom.
 
Des slogans très clairs
 
Sur les pancartes de ces milliers de Maliens mécontents, on pouvait lire des slogans peu amènes à l'adresse du couple gouvernemental, de la France et de la Minusma : « IBK dégage », « Boubeye Maïga, tu as échoué ! », « Ogossagou, jamais plus au Mali », ou encore « La France et la Minusma dehors ! ». Malgré la diversité de ces slogans, tous ceux qui ce vendredi après-midi battaient le pavé du boulevard de l'Indépendance partageaient le même « ras-le-bol », le même désir de clamer haut et fort « Trop, c'est trop » par rapport à la situation du pays et au gouvernement en place accusé de tous les maux : « Nous en avons marre ! le gouvernement ne fout rien pour notre sécurité », s'écrie Fatoumata, « Moi, ce sont les massacres de Ogossagou qui m'ont amenée ici, c'est ça qui m'a motivée à venir. IBK est un irresponsable. Plus d'une centaine de gens sont morts là-bas et il n'y a pas eu de sanction. Ils disent qu'une enquête est en cours, ils disent ça à chaque fois, mais rien n'évolue ! » assène la jeune femme. « Moi, je suis diplômée et je n'ai pas de boulot, je ne suis pas un cas isolé, c'est un cas généralisé et tout le monde le sait ! » poursuit une jeune femme à côté d'elle. Un homme avec une casquette, brandissant une feuille blanche de format A4 où l'on peut lire « La France pays génocidaire », s'approche, lui aussi tient à crier sa vérité : La France est à la base d'un génocide au Mali et nous sommes prêts à le dénoncer. Si jusqu'ici nous n'avons pas manifesté, c'est grâce à la petite reconnaissance qu'on a, parce qu'ils sont venus à Konna pour stopper la soi-disant progression des djihadistes. Il n'y a jamais eu de problèmes avec les islamistes avant, donc c'est la France qui est à la base de tout. C'est la France et on en a marre ! » dénonce-t-il, furieux. Pour Adama Sanogo, membre du PPP (La Police Protège le Peuple et le Peuple Protège la Police), un nouveau mouvement lancé par des Maliens de la diaspora qui réclame un changement pour leur pays, la situation des Maliens aujourd'hui est insoutenable. Pour toutes les couches de la société aujourd'hui dans ce pays, ça ne va pas, que ce soit la sécurité, la santé, l'éducation, la justice, plus rien ne va au Mali et les autorités ne font rien », déplore-t-il.
 
Mahmoud Dicko, un imam qui monte au front
 
Un peu plus loin sur le boulevard noir de monde, au fur et à mesure que l'on s'approche du monument de l'indépendance sous lequel l'imam Mahmoud Dicko doit tenir son meeting, une masse humaine compacte empêche toute progression constante. Mamadou Diawara fait sonner frénétiquement une corne de brume rouge vif, qu'il n'interrompt que pour scander d'une voix forte ses revendications, « On veut être respectés ! On veut une bonne gouvernance ! De la sécurité, l'éducation ! On ne veut plus de ce président, on ne veut plus de ce Premier ministre, on veut qu'il s'en aille ! ils disent le Mali d'abord, ce n'est pas le Mali d'abord, mais leur poche d'abord ! » De nombreuses cornes de brume viennent saluer ces récriminations. Tandis qu'un autre jeune Malien à côté de lui lance « Nous sommes venus manifester car le président IBK nous a foutus dans la merde, nous ne voulons plus de lui, on est venus ici pour récupérer notre pays", une cacophonie assourdissante entérine à nouveau ces propos.
 
Une colère qui dépasse le cadre de l'insécurité
 
À mi-chemin entre la bourse du travail et le monument de l'indépendance, M. Bambéra parade, il a revêtu pour ce « grand jour de conscientisation » un gilet jaune, devenu en France un symbole de contestation. « Je porte un gilet jaune, parce que nous avons la même idéologie, le même engagement. Nous nous battons comme eux contre la mauvaise gestion de notre pays », explique-t-il, « Ceux qui sont là aujourd'hui, ils nous dirigent parce qu'on leur a confié le pouvoir, mais le dernier mot revient au peuple. Maintenant, le peuple est réveillé. Tous les milliers de gens qui sont là aujourd'hui, c'est pour réclamer ce changement. Toutes les revendications qui sont ici, toutes sont primordiales », soutient le Gilet jaune malien, et qu'on ne vienne pas lui dire que, sans l'appel des religieux, les Maliens ne se mobiliseraient pas. « Ce qu'il faut comprendre, c'est que le Mali est un pays religieux, le Mali, c'est plus de 90 % de musulmans, donc ce ne sont pas les religieux qui nous ont dit de sortir, ce sont tous les Maliens qui sont sortis », nuance-t-il.
 
 
C'est dans ce chaos de corps, de son, de cris qu'aux alentours de 15 heures arrive l'imam Dicko, dont la prise de parole est retardée, une bonne trentaine de minutes, tant la foule excitée et enthousiaste a rendu difficile sa progression jusqu'à la scène du meeting. Dans son adresse à cette foule immense et déjà conquise, malmené par des problèmes techniques, le religieux a dénoncé d'une voix monocorde la mauvaise gouvernance du président IBK et exigé la démission du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, s'attaquant aussi à la présence de la France et de la Minusma dans le pays.
 
Un besoin de s'exprimer
 
Pour Adam Thiam, célèbre éditorialiste et fin observateur de la vie politique malienne, « ce vendredi était une vraie journée de colère. L'imam Dicko a été très clair dans son discours en demandant le départ du Premier ministre pour des raisons qu'il n'a pas explicitées. Par contre, il n'a pas demandé le départ du président IBK, contrairement à ce que le chérif de Nioro avait laissé entendre la veille », souligne l'éditorialiste, qui s'étonne que, dans le discours de l'imam, l'opposition et les mouvements de la société civile présents n'aient pas été évoqués. Le journaliste considère aussi que ce « melting pot » de revendications, qui vont du coût de l'électricité, de la division des religieux, de l'arrogance du Premier ministre à la remise en cause de la Minusma et de la France, pourrait réduire la portée du message des marcheurs. « Je pense que les gens qui sont venus avaient besoin de s'exprimer et de marcher, ils n'auraient peut-être pas obéi à un mot d'ordre précis, chacun est venu avec son grief sur la pancarte. Je ne sais pas s'ils pourront maintenir cette qualité de mobilisation, s'ils pourront la mettre en œuvre tous les vendredis, mais l'objectif des organisateurs est clair : c'est d'amener très vite le président à les écouter » explique-t-il
 
À la fin de la manifestation, quelques heurts ont éclaté entre des jeunes et les forces de sécurité, une tentative de plusieurs manifestants d'attaquer la résidence du Premier ministre a été dispersée. En début de soirée, du côté de la présidence comme du gouvernement, c'était le silence radio, on ne sait pas encore pour le moment quelle réponse l'exécutif donnera à cette démonstration de force initiée par le chérif de Nioro du Sahel et l'imam Dicko, qui depuis quelques mois cible régulièrement l'exécutif et à qui on prête des ambitions politiques alors que son mandat au HCI arrive prochainement à son terme. Mais deux tweets de Tiégoum Maïga, petit frère de Soumeylou Boubeye Maïga, en charge de la direction de la cellule de communication de la présidence, qui n'avait pas tweeté depuis le 13 janvier dernier, donnent peut-être quelques éléments de réponse.
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »
Jeu 18 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’universitaire Youssouf T. Sangaré analyse la situation sécuritaire du Mali et la montée en puissance d’un islam politique.   Tribune. Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés.... Lire la suite >

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent
Jeu 11 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

« CARNET DE SANTÉ ». En Afrique, ce commerce illicite serait à l’origine de plus 100 000 décès par an, selon l’Organisation mondiale de la santé.   La nuit tombe sur Lagos. C’est l’heure où l’Obalende... Lire la suite >

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?
Jeu 11 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Alors que l'offensive du maréchal Haftar vers Tripoli se poursuit, plusieurs acteurs de la communauté internationale continuent à avancer leurs pions. Par Patrick Forestier   Le maréchal Khalifa Haftar pourra-t-il gagner la bataille de Tripoli ? Ou bien... Lire la suite >

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé
Lun 08 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat, dont le deuxième quinquennat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent.   Les principaux partis d’opposition de Guinée, des associations de la société... Lire la suite >

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité
Jeu 04 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

On estime que chaque année, plusieurs milliers de personnes sont ainsi détenues au Nigeria.   En décembre 2014, Folake Oduyoye est morte à l'hôpital universitaire de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Hospitalisée en août pour accoucher... Lire la suite >

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français

Le cas de M. Atangana, détenu pendant dix-sept ans au Cameroun, inspire les députés français
Jeu 04 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une réunion s’est tenue à l’Assemblée pour réfléchir aux moyens d’offrir une meilleure protection aux Français emprisonnés à l’étranger.   C’est le début d’une revanche sur l’histoire... Lire la suite >

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »

« Faire la paix au Mali : les limites de l’acharnement contre-terroriste »
Sam 30 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

« Le Monde Afrique » a décidé de publier l’un des articles de la revue « Afrique contemporaine » consacrée au Mali qui ne verra pas le jour. La publication du dossier a été suspendue par l’AFD, son organisme de tutelle.   Sur... Lire la suite >

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée

Algérie : les clés pour comprendre l'intervention du patron de l'armée
Sam 30 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Tout ce qu'il faut saisir du sens de l'appel par le général Gaïd Salah de l'application de l'article 102 de la Constitution, qui prévoit « l'empêchement » du chef de l'État pour « cause de maladie ... Lire la suite >

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes
Mar 26 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Après le boycottage des législatives de décembre 2018, sept des quatorze partis de la coalition ont claqué la porte, dont plusieurs poids lourds politiques.   « Nous avons marché durant des mois sous un soleil chaud et parfois sous la pluie, espérant... Lire la suite >

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre
Mar 26 Mar 2019 | Source : FRED DUFOUR / AFP ... | dans Société

À cause de la situation qui prévaut actuellement au Mali, près de mille écoles sont fermées. De quoi impacter gravement l'éducation de nombreux enfants.   L'engrenage de ce qui ressemble désormais à une guerre civile a coûté... Lire la suite >

Renversant Nigeria !

Renversant Nigeria !
Jeu 21 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Beaucoup d'indicateurs laissaient penser que rester à la barre du Nigeria serait mission impossible pour Buhari lors du dernier scrutin présidentiel. Il n'en a rien été.   Étonnant Nigeria. Le moins que l'on puisse dire est que ... Lire la suite >

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott
Jeu 21 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ONG venait effectuer une mission de recherche sur les droits humains dans le pays où les « séquelles » de l’esclavage, bien qu’abolit en 1981, perdurent.   La police mauritanienne a refoulé, dimanche, à son arrivée à... Lire la suite >

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS