NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »


« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »
La région de Gourma dans le centre du Mali, le 28 mars 2019. | PHOTO: DAPHNE BENOIT / AFP
L’universitaire Youssouf T. Sangaré analyse la situation sécuritaire du Mali et la montée en puissance d’un islam politique.
 
Tribune. Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés. Les soupçons ont rapidement porté sur une milice de chasseurs dogon, dénommé Dan Nan Ambassagou, qui a rapidement démenti toute implication. Une enquête est en cours et plusieurs voix pressent le gouvernement malien de faire la lumière et de punir les coupables de ce massacre. D’autres vont plus loin en criant au « nettoyage ethnique », voire au « génocide ».
 
Dans une tribune, publiée sur le site de la Dépêche du Mali et Malijet une semaine après les faits, Adame Ba Konaré, historienne et ancienne première dame du Mali, parle ainsi d’un « nettoyage ethnique », d’une attaque visant « la communauté peule » ou encore des « morts pour avoir été Peuls ». Même si elle refuse, comme le suggèrent certains, d’armer les Peuls contre les Dogon, sa tribune tant davantage à enfermer « les Peuls » dans une « peulitude », une sorte d’identité exclusive, qu’à ouvrir des pistes de réflexion critique sur les raisons d’un tel événement tragique au Mali.
 
Sous-traitance de la sécurité nationale
 
Parler de « nettoyage ethnique » ou de « conflit ethnique/intercommunautaire », c’est, en effet, détourner le regard sur la faillite de l’Etat malien en la matière. Incapable, en 2014, de lutter contre les groupes islamistes du nord du pays, puis du centre, l’actuel chef de l’Etat et sa majorité ont favorisé la création ou la réactivation de mouvements d’autodéfense. A l’époque, Ibrahim Boubacar Keïta, le chef de l’Etat malien, préférait parler de « forces patriotiques » au service de la nation. Or, réinvestissant le terrain en l’absence de toutes institutions étatiques, ces milices vont se former sur une base identitaire et exclusive d’une nature nouvelle : des milices songhaï défendant (ou prétendant défendre) les Songhaï ; des milices touareg pour les Touareg, etc. L’Etat malien a ainsi confié l’une de ses prérogatives régaliennes à des milices, sans que l’on sache précisément les sources de financement de celles-ci ni encore moins leurs règles précises de fonctionnement.
 
 
 
Pourtant plusieurs faits graves auraient pu alerter les autorités maliennes pour réagir et remettre en question cette sous-traitance de la sécurité nationale à des groupes évoluant hors de tout cadre normatif. De nombreuses exactions, pour s’emparer du bétail ou d’autres biens matériels de populations locales sans défense, sont à inscrire au pedigree de ces milices entre 2014 et 2018. Ces exactions ont donné lieu à un rapport détaillé de l’organisation non gouvernementale Human Right Watch sous le titre « Avant, nous étions des frères ». A ce jour, les autorités maliennes n’ont apporté aucune réponse concrète aux faits graves mentionnés dans ce rapport.
 
D’une certaine manière ce silence se comprend. Le rapport montre, implicitement, comment les milices, à l’identité parfois invérifiable, ont peu à peu échappé à tout contrôle de l’Etat. Des milices qui se battent aujourd’hui entre elles pour avoir le contrôle des ressources pastorales et en tirer les bénéfices qui en découlent. Le massacre des villageois d’Ogossagou est la conséquence directe de cette situation.
 
Ainsi, pour comprendre la situation sécuritaire et politique au Mali, il vaut mieux ne pas se tromper de grille de lecture. Les thèses d’un « conflit ethnique » sont certes séduisantes mais loin de la complexité du champ politique, sécuritaire et religieux de ce pays. Sur le terrain religieux, en effet, l’Etat malien n’a pas uniquement cédé du terrain sur le plan sécuritaire, il est aujourd’hui confronté à la contestation des religieux. Dans plusieurs grandes villes au sud du pays, et surtout dans la capitale Bamako, des marches sont organisées pour exiger la démission du premier ministre. Ces marches ont lieu à l’initiative de Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique (HCI), et du puissant chef religieux Mohamed Ould Bouyé Haïdara (aussi appelé « le chérif de Nioro »). Ils accusent le premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, et le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), de promouvoir des valeurs contraires à l’islam et de ne pas être attentifs aux opinions des grands imams du pays.
 
 
 
Cette contestation du pouvoir politique par des religieux a connu un tournant lorsque, le 10 février, dans un stade et devant plus 60 000 fidèles, l’imam Mahmoud Dicko invita chaque Malien et Malienne à prendre ses responsabilités lors des futures élections. Qu’est-ce à dire ? C’est de voter, indiqua-t-il, pour un « candidat musulman ». Il posa ainsi la première pierre vers une confessionnalisation du fait politique au Mali. C’est là l’aboutissement d’une longue lutte entre wahhabites et partisans d’un islam modéré au Mali. Proche de l’Arabie saoudite, Mahmoud Dicko est le représentant du courant wahhabite au Mali. Or, depuis 1968, sous la dictature militaire du général Moussa Traoré, le Mali est une terre de chasse pour les wahhabites. Financement de mosquées, prosélytisme dans des villages reculés sous couvert d’humanitaire, mise en place de bourses d’étude, etc., les stratégies de diffusion du wahhabisme au Mali recouvrèrent ainsi plusieurs facettes.
 
C’est ce que Pierre Conesa appelle, dans une expression poétique, « la diplomatie religieuse saoudienne ». Aujourd’hui, celle-ci peut compter sur le président du Haut Conseil islamique, en l’occurrence Mahmoud Dicko qui, en 2015, alors que plusieurs personnalités dénonçaient l’islam wahhabite comme matrice de l’islamisme, déclara : « Le djihadisme est une création des Occidentaux et de la France afin de recoloniser le Mali. »* Il refusa, par conséquent, de condamner les groupes djihadistes qui faisaient régner la terreur à Tombouctou et dans d’autres villes du nord au nom de la charia – la loi islamique.
 
Face-à-face des islams
 
Quoi qu’il en soit, face à ce discours confessionnalisant, le chef de l’Etat et la majorité présidentielle s’appuient, eux aussi, sur une figure de l’islam malien et ouest-africain : Cherif Ousmane Madani Haïdara. Chef du mouvement Ansar Eddine, très écouté par ses nombreux fidèles, il refuse de suivre le Haut Conseil islamique dans sa critique du gouvernement. Mieux, Haïdara préfère tabler sur une structure rivale, le Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali (GLSM), pour appeler à la paix et, ainsi, ménager le gouvernement. Pourtant, en mars 2017, il déclarait : « Le gouvernement malien n’accorde pas assez d’importance aux religieux dans la résolution de la crise. » Ayant gracieusement reçu, en décembre de la même année, un titre foncier de 150 hectares de la part du président malien, le guide spirituel de l’organisation Ansar Eddine modère désormais ses griefs.
 
 
 
La situation politique au Mali est donc la suivante : tandis que les partis d’opposition s’appuient sur Mahmoud Dicko pour réclamer une nouvelle ère politique, la majorité présidentielle trouve un recours et une légitimité religieuse dans la figure de Cherif Ousmane Madani Haïdara (GLSM). Ce face-à-face des islams, celui du clan de Dicko (proche de l’Arabie saoudite) et celui de Haïdara (partisan d’un islam non wahhabite), est déjà un indice sérieux sur la politisation galopante de l’islam au Mali. C’est aussi le signe de la puissance et de l’influence acquises ces dernières décennies par les chefs religieux. La politisation de l’islam, qui trouve aussi ses expressions sur les ondes des nombreuses radios privées à Bamako où les uns et les autres s’envoient des anathèmes en tout genre, relègue au second plan les questions sociales, l’insécurité grandissante dans tout le pays, la crise de l’école malienne (une année blanche se profile), le chômage de masse (qui touche une jeunesse dynamique et qui a, jusqu’ici, refusé de répondre à l’appel des groupes islamistes à rejoindre leurs rangs) ; etc.
 
La nouvelle ère politico-religieuse qui s’annonce au Mali est, de fait, des plus incertaines et inquiétantes. Penser, comme le fait la France (avec l’opération « Barkhane ») et l’ONU (avec la Minusma), qu’il suffirait d’envoyer des militaires au Mali pour rétablir la sécurité et la démocratie résulte d’une mauvaise lecture de cette situation complexe. Le combat contre les mouvements radicaux ne peut se faire sans tenir compte de la lutte idéologique qui se joue dans les coulisses et qui, en quelques années, a radicalement modifié le paysage islamique du Mali. Cette lutte est à mener sur plusieurs fronts : faire face au wahhabisme ; contrôler les activités des nombreuses organisations islamiques ; construire une politique de formation visant les madrasas ; œuvrer pour une meilleure inclusion des populations du nord ; etc.
 
Seules les autorités en place au Mali doivent prendre ici l’initiative et avoir le courage politique de s’attaquer à ces questions épineuses. Rompre avec la mécanique clientéliste, dans le domaine diplomatique et vis-à-vis du champ religieux, serait déjà une première étape douloureuse mais indispensable pour poser les bases d’un Etat véritablement soucieux du destin de ses populations, particulièrement de sa jeunesse.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches
Mar 24 Mar 2020 | dans Culture

Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook annonçait son hospitalisation, à la suite d’une infection par le coronavirus.   Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». ... Lire la suite >

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds
Mar 24 Mar 2020 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

En République démocratique du Congo (RDC), l’ancien ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga et son ancien conseiller financier Ezechiel Mbuyi Mwasa ont été condamnés ce lundi 23 mars à cinq ans de travaux forcés pour le détournement... Lire la suite >

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Mar 04 Février 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.   La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche... Lire la suite >

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers
Mar 04 Février 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Economie

PERTE. Fermeture des champs pétrolifères et blocus des ports ont entraîné une perte de plus de 560 millions de dollars, selon la National Oil Corporation.   Au-delà des graves conséquences sur la vie des Libyens, la guerre qui sévit dans... Lire la suite >

L'enlisement français au Sahel questionné

L'enlisement français au Sahel questionné
Ven 24 Jan 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Les mesures annoncées lors du sommet de Pau autour du G5 Sahel suffiront-elles à ramener la paix dans la région ? Éléments de réponse.     Lors du sommet qui s'est tenu à Pau le 13 janvier 2020, date du septième... Lire la suite >

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »
Ven 24 Jan 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Titinga Frédéric Pacéré est l’un des premiers signataires de « l’Appel de Manega » pour « la paix et la réconciliation » d’un pays durement frappé par les violences djihadistes.     Un dicton... Lire la suite >

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS