NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »


Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »
Le president Patrice Talon a Ankara en septembre 2018. Le président Patrice Talon à Ankara en septembre 2018. | PHOTO: ADEM ALTAN / AFP
DÉCRYPTAGE. Que se passe-t-il donc au Bénin qui justifie l'absence de l'opposition aux élections législatives de ce dimanche 28 avril  ? Éléments de réponse avec Mathias Hounkpe, de l'Open Society Initiative for West Africa.
 
Le Bloc républicain ou l'Union progressiste. Voilà le choix que s'apprêtent à faire les 5 millions de Béninois ce dimanche 28 avril pour élire leurs députés. Et il ne sera pas difficile : les mouvements candidats sont tous deux issus de la mouvance présidentielle. Pour la première fois au Bénin depuis trente ans, l'opposition ne participe pas au scrutin. Au-delà des questions relatives à l'organisation des élections, de quoi cette situation est-elle révélatrice ? Est-elle le point d'orgue d'une crise politique profonde ? Mathias Hounkpe, administrateur du programme de gouvernance politique et de consolidation démocratique d'Osiwa (Open Society Initiative for West Africa), répond au Point Afrique.
 
Le Point Afrique : seules deux formations politiques sont autorisées à participer aux élections législatives de dimanche. En quoi cette configuration est-elle inédite au Bénin  ?
 
Mathias Hounkpe : Cette situation est inédite dans la mesure où c'est la première fois, depuis le début du Renouveau démocratique au Bénin en 1990, qu'un nombre si faible de listes se présentent aux élections législatives. Durant les sept premières législatures, ces listes ont généralement dépassé la dizaine. En 1999, elles étaient même au nombre de 35.
 
Au Bénin, on parle plutôt de partis politiques parce qu'il leur était permis de mettre en place des alliances pour participer aux législatives. Il vaut donc mieux compter les listes présentées aux élections que les partis politiques qui présentent des candidats, dont le nombre était toujours beaucoup plus élevé que celui des listes.
 
Le Bloc républicain et l'Union progressiste sont-ils connus des Béninois  ? Où se situent-ils sur l'échiquier politique dans le pays  ?
 
Les deux partis politiques autorisés à participer aux élections ne sont pas connus en tant que tels. Ils sont nouveaux et il faut normalement un peu plus de temps pour que les électeurs se familiarisent avec leurs symboles et leurs particularités.
 
Cependant, deux facteurs contribuent à atténuer l'impact que la nouveauté de ces deux formations politiques pourrait avoir sur le comportement des électeurs. Premièrement, les membres de ces formations sont pour la plupart des acteurs présents sur la scène politique, à travers leur appartenance à d'autres partis politiques depuis longtemps. Deuxièmement, il faut aussi tenir compte du fait qu'elles seront seules devant les électeurs le 28 avril 2019.
 
Comment en est-on arrivé là  ?
 
D'abord, le gouvernement, qui dispose pourtant d'une large majorité à l'Assemblée nationale, n'a promulgué la charte des partis politiques qu'à quelques mois des élections. Conséquences, le délai de transition – de six mois afin de permettre aux partis politiques de se conformer à la nouvelle charte – est entré en conflit avec le calendrier électoral, fixé conformément à la loi par la commission électorale. Si cette loi avait été promulguée beaucoup plus tôt, les débats sur la conformité à la nouvelle charte des partis politiques auraient été séparés de ceux liés à la participation aux élections.
 
Ensuite, la Cour constitutionnelle, pour résoudre le conflit ci-dessus, a introduit le certificat de conformité à la charte des partis politiques, qui doit être délivré par le ministère de l'Intérieur. Naturellement, comme il fallait s'y attendre, l'opposition estime que le ministère a délibérément choisi de ne pas leur délivrer leurs certificats de conformité. Cette présentation de la situation passe plus facilement au niveau de l'opinion publique (nationale et internationale) pour au moins deux raisons. Premièrement, la communication du ministère de l'Intérieur (et même ses interactions avec les partis qui demandaient le certificat de conformité) a laissé le sentiment qu'il y avait anguille sous roche. Deuxièmement, comme un peu partout en Afrique, presque personne ne croit à l'indépendance de l'administration publique de façon générale.
 
Puis la commission électorale (Cena), dans l'analyse des dossiers qui sont déposés à son niveau, a été perçue comme partisane. Parce que, à tort ou à raison, les critères de sélection qu'elle a choisis (par exemple, les insuffisances qu'on peut considérer comme mineures ou non) ont permis de retenir seulement des partis qui soutiennent le chef de l'État. C'est également perçu par l'opinion comme le résultat de pressions du pouvoir sur les membres de la Cena.
 
Tout cela est complété par l'exigence du quitus fiscal, dont les procédures de délivrance ne sont pas connues du public. Conséquence, il est difficile de dire aujourd'hui qui, du pouvoir ou de l'opposition, a raison quand le premier affirme que des membres de l'opposition ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc alors que la seconde affirme être victime d'une volonté délibérée d'exclusion à travers la confiscation des quitus fiscaux. Les tentatives de médiation, les appels à l'intention du chef de l'État afin que le processus soit inclusif n'ont pas abouti.
 
La tension s'est cristallisée autour du quitus fiscal. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce document qui fait polémique  ?
 
Le quitus fiscal est un document délivré par le service des impôts qui certifie qu'un candidat aux élections est en règle vis-à-vis du fisc. Normalement, tout le monde devrait être d'accord sur le bien-fondé de cette mesure, qui n'est d'ailleurs pas spécifique au Bénin : elle existe aussi en Côte d'Ivoire, par exemple.
 
Cependant, étant donné la suspicion quasi naturelle vis-à-vis de tous les organes qui sont sous la tutelle du gouvernement (tel que le service des impôts), il fallait des mécanismes pour réduire le risque d'abus de la part du service des impôts et/ou de mauvaise foi de la part des candidats. Et cela, au-delà des voies classiques de recours qui devraient être aménagées à toute personne qui serait en désaccord avec la décision de ce service.
 
Comment l'opposition réagit-elle  ?
 
Elle a initié des manifestations avec plus ou moins de succès selon les cas, elle a tenu beaucoup de conférences de presse pour partager son appréciation de l'évolution de la situation avec l'opinion publique et a publié beaucoup de communiqués. L'opposition a saisi la justice (la Cour constitutionnelle, la Cour suprême) quasiment à toutes les étapes du processus pour que justice lui soit rendue.
 
En plus de cela, l'opposition a également saisi toutes les instances possibles comme la Cedeao, des présidents de la sous-région ou les autorités françaises. Le but : attirer l'attention sur la situation au Bénin et sur les risques pour le Bénin et la région au cas où rien ne serait fait pour y remédier.
 
Cela étant dit, il faut reconnaître que l'opposition part quand même avec quelques handicaps. Par exemple, ses leaders n'ont pas nécessairement les mêmes horizons temporels politiques, une partie d'entre eux n'est pas sur le territoire national parce qu'en exil pour une raison ou une autre. De nombreuses têtes de liste n'ont pas pu non plus mettre complètement de côté les désaccords du passé.
 
Quel est l'enjeu pour le chef de l'État ? Peut-il sortir affaibli de cette séquence  ?
 
De mon point de vue, à moins que le taux de participation ne soit exceptionnellement élevé, ce qui donnerait le sentiment que les citoyens ne sont pas particulièrement dérangés par la non-participation de l'opposition aux législatives, le chef de l'État sortira forcément affaibli de ce processus. Il l'est déjà un peu en ce moment, et le fait qu'il ait lui-même souhaité la médiation à l'Assemblée nationale pour des législatives inclusives en est une preuve. C'est comme s'il reconnaissait lui-même le caractère inacceptable de cet état des choses.
 
Si jamais le taux de participation était très faible (largement en deçà des 60 % en moyenne auxquels nous sommes habitués au Bénin en ce qui concerne les législatives), le chef de l'État ainsi que la nouvelle législature recevraient un coup politique rude. Pire, l'opposition, qui serait absente aussi bien de l'exécutif que du législatif, n'aurait plus que la rue comme seul espace d'expression sur la politique au niveau national.
 
Que pense l'opinion publique de cette situation ?
 
C'est très difficile de répondre à cette question sans un sondage d'opinion digne de ce nom. Cependant, à mon humble avis, je ne crois pas que beaucoup de citoyens soient fiers de la situation actuelle, dans laquelle le pays va vers un Parlement à 100 % formé des parlementaires qui soutiennent le chef de l'État. Si on s'en tient aux propos du président de la République, lui-même n'est pas fier de cette situation.
 
Il faut dire également que l'opposition, malgré ses handicaps, a quand même réussi à convaincre beaucoup de gens, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, que la situation actuelle est le résultat d'une volonté délibérée du pouvoir de l'exclure des législatives du 28 avril.
 
Au-delà de la question de l'inclusivité, le Bénin est-il traversé par une crise politique plus profonde  ?
 
Absolument. Il y a déjà quelque temps que les observateurs attentifs de l'évolution politique du Bénin pensent que le système a besoin d'être redynamisé. Le vrai problème est que les Béninois ne savent pas comment apporter les aménagements nécessaires au système dans un cadre de large consensus.
 
Il faut dire, à la décharge du Bénin, que la plupart des démocraties dites de la 3e vague de démocratisation souffrent un peu de cet essoufflement et de ce besoin de redynamisation. Les hésitations relatives aux valeurs démocratiques qui s'observent en ce moment dans les vieilles démocraties n'aident pas beaucoup.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Commandant des Forces de soutien rapide, une ex-milice accusée de massacres au Darfour, Hemetti a assuré soutenir les révolutionnaires. Beaucoup en doutaient. Les derniers événements leur ont donné raison.   Selon un comité ... Lire la suite >

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Pour faire contre-feu aux réactions virulentes après les soupçons de corruption d'Alioune Sall dans le dossier des hydrocarbures, le président sénégalais a pointé du doigt un « reportage manifestement tendancieux ».   Une... Lire la suite >

Soudan: face

Soudan: face
Mer 22 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Drapeaux soudanais brandis, "V" de la victoire et cris de ralliement: les manifestants rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum restent déterminés à obtenir un transfert du pouvoir au civil, malgré l'impasse dans les négociations... Lire la suite >

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin
Mer 22 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En poste au Bénin pour l’Union européenne, Rafal Lapkowski a croisé la route de Fiacre Gbédji, tué par les ravisseurs des otages libérés le 10 mai. Portrait.   Nous sommes venus nous installer au Bénin en 2014. Un pays d’Afrique... Lire la suite >

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?
Mer 08 Mai 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Jusqu'à présent, en Afrique de l'Ouest, les zones peu sûres se trouvaient près des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali. La situation s'est dégradée depuis quelques mois dans toute la région. Explication.   Les... Lire la suite >

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
Mer 08 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.   Chronique. Confrontée depuis un mois à une... Lire la suite >

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours
Mar 07 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié lundi "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes... Lire la suite >

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée
Mar 07 Mai 2019 | dans Autres Actus

Le corps du guide des touristes a été retrouvé dans le parc de la Pendjari, à la frontière avec le Burkina Faso, pays en proie à une multiplication des attaques terroristes.   Deux touristes français sont portés disparus depuis ... Lire la suite >

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »
Ven 03 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon Amnesty International, le droit de manifester fait l’objet d’une interdiction totale et systématique au pays d’Idriss Déby.   Tribune. Les Tchadiens arrêtés jeudi 25 avril lors d’une manifestation interdite contre la vie chère... Lire la suite >

Le cauchemar de l'inflation hante

Le cauchemar de l'inflation hante
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le cauchemar de l'inflation est de retour au Zimbabwe. Malgré la suppression de la parité fixe entre la pseudo-monnaie locale et le dollar américain, les prix n'en finissent plus de grimper, réduisant à néant les promesses de sortie de crise du gouvernement.   Dans... Lire la suite >

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ancien président de la Cour suprême du Nigeria a fait appel de sa condamnation à dix ans de suspension de toute fonction publique pour corruption, ont déclaré vendredi ses avocats.   Walter Onnoghen, qui était le plus haut magistrat du pays,... Lire la suite >

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Intronisation du roi du Moronou du 19 au 24 Mai 2019
Dim 12 Mai 2019 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS