NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »


« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
De gauche à droite : le premier ministre libyen, Fayez Al-Sarraj, le président français, Emmanuel Macron, et le maréchal Khalifa Haftar, à Le Celle-Saint-Cloud, en France, le 25 juillet 2017. | PHOTO: JACQUES DEMARTHON / AFP
A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.
 
Chronique. Confrontée depuis un mois à une offensive brutale des troupes du maréchal Khalifa Haftar, une partie de la population de Tripoli, en Libye, conspue la France, accusée de duplicité. On pourrait considérer que Paris est un bouc émissaire facile pour les partisans du gouvernement de Fayez Al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale mais incapable de ramener la paix dans son pays. Ce serait toutefois négliger qu’ils pointent peut-être là une attitude que la France a déjà adoptée ailleurs. De fait, comme au Mali, Paris joue un double jeu en Libye, et cela depuis des années.
 
 
 
Ce double jeu a éclaté au grand jour dans l’est du pays, il y a près de trois ans. Le 17 juillet 2016, un hélicoptère transportant trois sous-officiers français s’écrasait dans la région de Benghazi, le fief de Khalifa Haftar. Rapidement, et contrairement aux usages habituels (sans doute pour éteindre les rumeurs), le ministère français de la défense reconnaissait leur mort dans un communiqué laconique, précisant que les trois hommes étaient « en service commandé ». En clair, il s’agissait d’agents du service action de la DGSE, le renseignement extérieur français.
 
Fureur à Tripoli, car au même moment des soldats des forces spéciales françaises œuvraient aux côtés des troupes du gouvernement légal, lequel ignorait tout des agissements de la DGSE dans l’est. Le Commandement des opérations spéciales (COS) fut alors obligé de « démonter » dans l’urgence son dispositif, comme le confiait par la suite l’un de ses hauts responsables*. Autrement dit, de plier bagage. Cet épisode provoqua aussi de fortes tensions à Paris, où le COS reprochait à la DGSE, dirigée alors par Bernard Bajolet, de faire cavalier seul dans une totale opacité.
 
Choix stratégique
 
Malgré ces poussées de fièvre récurrentes, Paris n’a pas vraiment d’états d’âme et assume ce double jeu, dicté par les circonstances. Face à la montée en puissance du groupe Etat islamique (EI) dans l’est de la Libye, la France a fait un choix stratégique depuis plusieurs années. Elle s’est résolue à soutenir discrètement Khalifa Haftar pour tenter de réduire la menace terroriste.
 
Après le succès de l’opération « Serval » au Mali en 2013, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la défense et aujourd’hui aux affaires étrangères, a longtemps fait pression, y compris publiquement, pour qu’une action armée soit menée contre les groupes armés installés dans le sud de la Libye, mais aussi sur les rives de la Méditerranée. Sans succès : après l’intervention militaire de 2011, qui s’est soldée par la mort de Mouammar Kadhafi, impossible d’obtenir l’aval du Conseil de sécurité de l’ONU, notamment des Russes, furieux.
 
 
 
Toutes choses égales par ailleurs, ce double jeu français – soutien aux autorités légales, appui à des forces rivales jugées capables de contribuer à la lutte antiterroriste – n’est pas sans rappeler ce qui se passe au Mali depuis des années. En janvier 2013, Paris avait justifié l’opération « Serval » par la volonté d’aider le gouvernement de Bamako à recouvrer l’intégralité de son territoire, dont les deux tiers étaient tombés sous le contrôle de groupes djihadistes et touareg séparatistes. Cette opération fut rondement menée : en quelques mois, Paris put clamer victoire et remettre les clés du pays au gouvernement, dirigé depuis l’été 2013 par Ibrahim Boubacar Keïta.
 
Effet boomerang
 
Mais des tensions ont rapidement fait leur apparition entre les deux alliés. Nul n’ignore à Bamako que dans l’extrême-nord du Mali, l’armée et les services de renseignement français s’appuient sur des réseaux touareg pour traquer les chefs djihadistes qui ont réussi à passer entre les mailles des opérations « Serval » puis « Barkhane » (depuis 2014) et pour tenter de retrouver la trace d’otages français. Or, bien plus que des groupes djihadistes perçus comme une menace exogène et conjoncturelle, ces groupes touareg qui cherchent à s’émanciper de la tutelle de Bamako depuis l’indépendance du Mali, en 1960, représentent le principal danger aux yeux des autorités locales.
 
Ces différences d’appréciation et d’agenda sont reléguées au second plan quand, sur le terrain, les choses se passent bien, le processus de stabilisation politique progresse et la lutte antiterroriste marque des points. Mais dès que la situation se détériore, comme c’est le cas notamment dans le centre du Mali, les tensions réapparaissent. Tel un effet boomerang, l’opinion demande alors des comptes à l’allié étranger, dont l’action n’apparaît plus très lisible et qu’on soupçonne de tout et son contraire. Début avril, quelques jours après un terrible massacre commis par des milices dogon contre des civils peuls dans la localité d’Ogossagou, des milliers de personnes ont manifesté à Bamako contre le gouvernement, mais aussi contre la France.
 
 
 
Soutien aux séparatistes touareg dans le nord, passivité face aux massacres commis dans le centre du pays ? Cela fait beaucoup pour un seul et même acteur. Mais cette confusion à Bamako, entretenue localement par ceux qui souhaitent le départ des soldats de « Barkhane », résulte aussi de la partie complexe que Paris joue au Mali, comme en Libye, en soutenant un processus chaotique de stabilisation politique tout en poursuivant sans relâche la lutte contre la menace terroriste.
 
Thomas Hofnung

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Mer 24 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les ... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS