NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution


Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution
Le général Mohamed Hamadan Dagolo, également connu sous le nom de Hemetti, est un personnage très controversé dans le Soudan actuel. | PHOTO: ASHRAF SHAZLY / AFP
REPORTAGE. Commandant des Forces de soutien rapide, une ex-milice accusée de massacres au Darfour, Hemetti a assuré soutenir les révolutionnaires. Beaucoup en doutaient. Les derniers événements leur ont donné raison.
 
Selon un comité de médecins proches de la contestation, au moins 108 personnes ont      été tuées et plus de 500 blessées en trois jours, pour la plupart dans la dispersion      brutale d'un sit-in devant le siège de l'armée lundi à Khartoum. Voilà qui donne le ton de la situation vers laquelle le Soudan pourrait s'enliser si toutes les voies de dialogue sont fermées. Vivement dénoncé par l'ONU, les Etats-Unis et la      Grande-Bretagne, entre autres, cette opération qualifiée de "massacre" serait l'oeuvre d'hommes identifiés comme faisant partie des forces de soutien rapide du général Hemetti, n°2 du Conseil militaire. Celui-ci a d'ailleurs réfuté tout usage de la "force", évoquant une "opération de      nettoyage" à proximité du rassemblement qui aurait mal tourné. Et selon les autorités, celle-ci n'aurait pas fait "plus de 46 morts". Largement plus que les six morts recensés à la mi-mai après que, quelques heures après l'annonce d'un accord, entre le conseil de transition militaire et l'opposition représentée par l'Alliance pour la liberté et le changement, des forces de sécurité, ont tiré sur des manifestants et tenté de démanteler quelques barricades. Là aussi, plusieurs témoins ont reconnu les uniformes beiges des Forces de soutien rapide (FSR) parmi les tireurs. « Ce sont des personnes non identifiées [qui se sont] infiltrées », avait démenti le Conseil de transition militaire, dans un communiqué. Selon une source proche des FSR, il s'agirait de membres de l'ancienne milice d'el-Béchir (« amn el shaabeya », sécurité populaire, bras armé de l'ex-parti du Congrès national du dictateur déchu) qui auraient volé les habits des FSR « pour diviser les révolutionnaires ».
Des manifestants devant la caserne de l'armée à Khartoum.
© Ariane Lavrilleux
 
Le rôle trouble des hommes sous son commandement
 
Ces violences embarrassent, car elles écornent l'image pacifique que les Forces de soutien rapide tentent de s'attribuer depuis la destitution d'Omar el-Béchir, le 11 avril dernier. Aux côtés de l'armée régulière et des civils qui ont occupé le centre de Khartoum, cette branche paramilitaire très crainte par la population s'était en effet invitée aux entrées du sit-in pour le protéger des intrusions hostiles. Elle s'était même chargée de l'expulsion de plusieurs personnes portant des couteaux ou simplement identifiées, par les manifestants, comme des agents du principal parti de l'ancien régime.
 
Depuis le début des manifestations contre le régime d'Omar el-Béchir en décembre 2018, le chef des Forces de soutien rapide, très proche de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, a joué un rôle trouble. Dès la fin décembre, Mohamed Hamdan Dogolo, surnommé « Hemetti », s'est mis à distance de l'autocrate qu'il est censé protéger en l'accusant publiquement de mal gérer la situation et les pénuries criantes des biens de première nécessité. Mais ses forces, estimées à près de 40 000 hommes, ont pourtant participé à la répression qui a fait 90 morts dans tout le pays, les cinq derniers mois. Lorsque des centaines de milliers de Soudanais ont convergé à Khartoum, il a ordonné à ses troupes de ne pas tirer sur la foule. Une décision considérée comme un tournant majeur par une partie des révolutionnaires. Toutefois, son empathie s'est révélée éphémère quand il a menacé d'évacuer le sit-in, deux semaines plus tard.
 
Ses opérations de communication...
 
Devenu numéro deux du Conseil militaire de transition, Hemetti a multiplié les sorties médiatiques et autres opérations-compassion à l'égard des révolutionnaires. Ainsi, le 5 mai, il s'est rendu, en treillis et casquette beige camouflage, à l'hôpital Royal Care de Khartoum, qui a reçu près de 400 blessés depuis décembre. Pendant que des pick-up, chargés de bouquets de roquettes et de sacs de munitions, en bloquaient l'entrée, le général fraîchement promu s'est offert quelques minutes au chevet d'Essam Osman, incapable de marcher depuis qu'une balle lui a transpercé le ventre le 7 avril dernier.
Les hommes des Forces de soutien rapide du général Hemetti attendent devant l’hôpital Royal Care de Khartoum.
© Ariane Lavrilleux
 
« Hemetti m'a souhaité un bon rétablissement et m'a encouragé à porter plainte pour retrouver les auteurs », a raconté cet étudiant de 19 ans, qui a désormais une poche à la place de la vessie. Même s'il n'est « pas vraiment satisfait de ces militaires », Mubarak Ali, l'oncle du blessé, veut « laisser une chance à Hemetti qui essaye de montrer du soutien aux victimes », en jetant un regard à l'agent de sécurité de l'hôpital présent dans la chambre pendant l'interview.
 
... contredites par la réalité
 
Le lendemain de cette visite seulement retransmise à la télévision nationale soudanaise, Ali* et Mounir*, deux jeunes graffeurs, ont voulu taguer « Forces de soutien rapide = Milices » sur un mur proche du sit-in de Khartoum. Le slogan n'a pas été du goût de la brigade de passage. « Ils nous ont encerclés, arrêtés et tabassés pendant 45 minutes dans un poste de sécurité à proximité », ont raconté les deux étudiants, le dos couvert d'ecchymoses et un bras en écharpe.
Toute la brutalité d'hommes présumés des Forces de soutien rapide se voit à travers les marques sur le corps de ce Soudanais.
© Ariane Lavrilleux
 
« C'était de la violence gratuite qui ne découlait d'aucune chaîne de commandement, car nous n'avons même pas été interrogés », a ajouté l'un d'eux qui se souvient du sigle des Forces de support rapide (FSR) accroché sur leur chemise et de leur « accent incompréhensible en arabe ». Deux signes qui ont semblé accuser les FSR, composées en partie des ex-milices bédouines « janjawids » recrutées dans les années 2000 par le régime d'el-Béchir pour écraser la rébellion au Darfour. Face à des leaders de l'opposition, l'état-major de cette force d'intervention obscure a finalement reconnu, en aparté, l'implication d'« éléments isolés » dans des attaques de manifestants du sit-in. « Ces forces paramilitaires représentent la plus grande menace pour le Soudan actuel, car elles n'ont aucun code militaire, et leur chef va tout faire pour rester au pouvoir en coulisse », ont asséné les deux manifestants molestés.
 
Un graffiti sur un mur près du lieu du sit-in devant la caserne de l'armée.
© Ariane Lavrilleux
 
« Sa place est en prison »
 
Si certains habitants de Khartoum découvrent aujourd'hui la violence dont sont capables les hommes d'Hemetti, les réfugiés du Darfour, eux, en portent les cicatrices les plus douloureuses. Sous une tente couverte de photos de corps mutilés, plantée au cœur du rassemblement anti-régime de Khartoum, Mohamed Adam el Taher raconte méthodiquement l'innommable. Son père massacré, son oncle battu à mort sous ses yeux et lui, ses vêtements arrachés, contraint de fuir à pied, dans le désert brûlant, un petit groupe de miliciens janjawids. Pour ce rescapé de la guerre du Darfour qui a fait près de 300 000 morts, « la place de Hemetti est en prison. Ses hommes nous disent que la vie humaine n'a pas de valeur alors que l'on sait qu'une cartouche coûte 7 livres soudanaises. C'est pour cela qu'il exploite jusqu'à aujourd'hui les habitants des terres qu'il a colonisées et les laisse mourir dans le désert s'ils tentent de s'enfuir », confie Mohamed, 24 ans, qui a quitté son camp de réfugiés dans le nord du Darfour pour venir participer à la révolution dans la capitale.
 
Hemetti dans un jeu de rôles
 
Trois jours après avoir visité l'hôpital, Hemetti a laissé fuiter la photo d'un hélicoptère privé rempli de lingots d'or, que ses forces de sécurité auraient stoppé, avant qu'il ne quitte illégalement le pays. L'ex-chef de guerre mise cette fois sur la carte du justicier et protecteur des ressources aurifères soudanaises, dont la plupart sont pillées et exportées en contrebande. Un rôle difficilement crédible pour celui qui s'est reconverti dans l'exploitation de mines d'or au Darfour depuis l'accord de paix signé en 2011. « Hemetti essaye de camoufler ses crimes en laissant croire qu'il nous soutient, mais il est impossible d'avoir confiance dans un criminel de guerre », s'insurge Fatima Mutasim, étudiante en informatique à Khartoum, qui a découvert, sur le sit-in, l'ampleur des atrocités commises au Darfour. « C'est bien trop tard pour se racheter une conduite », confirme Saeed Yacoub, porte-parole de l'Association des professionnels soudanais (SPA) à l'origine du mouvement de contestation qui a mené à la chute d'Omar el-Béchir. Si la plupart des manifestants ne sont pas dupes, les négociateurs de l'opposition n'ont pas d'autres choix, pour l'instant, que de composer avec cet ambitieux militaire, dont les troupes sont sponsorisées et utilisées au Yémen par les Saoudiens.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Mer 24 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les ... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS