NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?


La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Sommet de l'Union africaine à Niamey. L'entrée du Palais des Congrès de la capitale nigérienne, ornée des drapeaux des 55 pays africains. | PHOTO: Issouf Sanogo/AFP
Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, d’ « avancée historique ». Avec Jean-Joseph Boillot (1), économiste et spécialiste du monde émergeant, RFI revient sur les promesses et les incohérences de ce traité qui propose de changer le visage de l’Afrique en créant les conditions de son industrialisation et de la libéralisation de son économie. Entretien.
 
RFI : Qu’est-ce que la Zlec, une zone de libre-échange, comme le dit son nom ? Certains analystes parlent de « marché commun » ou d’ « union économique » ? Quel serait le terme le plus adéquat pour décrire le projet ?
 
Jean-Joseph Boillot : Le traité constitutif de la Zlec, soumis à la signature et ratification dès mars 2018, propose de créer une zone de libre-échange au sein de laquelle les pays s’entendent pour abaisser les barrières commerciales existantes entre eux. L’objectif est d’aller, à terme, vers une entité continentale qui ressemblera à l’Union européenne actuelle, c’est-à-dire vers une zone de libre-échange, doublée d’un marché commun caractérisé par la libre circulation des investissements et des travailleurs, et d’une union douanière qui implique une politique commerciale commune à l’endroit des pays extérieurs à la zone. Si les négociations sont bien avancées sur la question de la libre circulation des facteurs de production, elles s’avèrent particulièrement difficiles pour la création d’une union douanière. Pourquoi ? À cause des relations privilégiées que la plupart des pays africains entretiennent avec leurs partenaires européens et les nouveaux partenaires issus du monde émergeant, notamment la Chine. L’Union européenne, qui a servi de modèle aux Africains, est aussi partiellement une union économique, dotée d’une monnaie commune.
 
L’objectif avoué des pères fondateurs de la Zlec est de donner un coup de fouet au commerce intra-africain qui stagne à 15% contre environ 47% en Amérique, 61% en Asie et 67% en Europe. Comment s’explique cette faiblesse du commerce intracontinental africain ?
 
Cette situation est un legs de l’époque coloniale. Les axes commerciaux dont les pays africains indépendants ont hérité reposent sur les routes développées d’une part pour acheminer vers les côtes les matières premières exportées à destination des métropoles impériales, et pour transporter d’autre part des produits manufacturés importés, plutôt que pour permettre le négoce à l’intérieur du continent. Depuis, les Africains n’ont jamais réussi à changer leur positionnement dans le commerce international : le continent est resté un grand pourvoyeur de matières premières pour les pays industrialisés, et aujourd’hui, pour les pays émergents comme la Chine. Rien n’illustre mieux cette situation que l’état catastrophique des infrastructures routières à l’intérieur des pays. Les seules routes praticables sont celles qui sont orientées vers les ports. Il n’est donc pas étonnant que cela coûte moins cher aux marchands ghanéens de faire venir des machines à laver de Shanghai que du Nigeria, pourtant beaucoup plus proche géographiquement !
 
Le marché de Niamey. La capitale nigérienne accueille ce 7 juillet 2019 le Xe sommet extraordinaire de l'UA pour marquer la naissance de la zone de libre-échange continental africaine. © Issouf Sanogo/AFP
 
Comme le disent ses partisans, la Zlec va faciliter le commerce intra-africain qui pourrait rapporter à l’Afrique 16,1 milliards de revenus supplémentaires. Elle est donc une chance pour l’Afrique ?
 
Ça dépend pour qui. Les économies africaines sont très hétérogènes, avec trois pays, l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud, représentant, à eux seuls, 50% du PIB cumulé de l’Afrique, alors que les six États insulaires du continent en représentent tout juste 1%. Dans ce contexte, c’est illusoire de penser que la mise en place de la Zlec pourrait favoriser rapidement la création des industries diversifiées afin que ces derniers pays puissent bénéficier de la libéralisation commerciale. J’ai l’impression qu’on est en train de mettre la charrue du libre-échange devant les bœufs que sont l’industrialisation, le développement des infrastructures routières, ferroviaires ou maritimes, etc. Historiquement, la zone de libre-échange, c’est toujours le plus fort, le plus puissant qui en est demandeur et sa mise en place se fait au détriment de l’industrialisation du plus faible. Celui qui parle le mieux de l’aspect négatif du système de libre-échange, c’est l’économiste allemand Friedrich List. Il défendait ce qu’il appelait le «  protectionnisme éducateur » afin de protéger les industries naissantes, sans considérer le protectionnisme comme un état permanent mais comme une condition favorisant à long terme le libre-échange. D’ailleurs, l’histoire nous montre que les pays qui se sont industrialisés partant d’un niveau de pays en voie de développement, se sont tous fortement protégés. La Chine, le Japon, l’Inde…
 
À qui profitera la libéralisation du commerce sur le continent africain ?
 
Ce sont les grandes économies du continent qui sont susceptibles de tirer leur épingle du jeu. Ce qui explique pourquoi l’Afrique du Sud a joué un rôle moteur dans le processus de mise en place de la Zlec. Comparables aux entreprises occidentales en général s'agissant de sophistication et approche, les entreprises sud-africaines comptent pour grosso modo 50% des investissements industriels en Afrique, mais un patchwork de réglementations commerciales et de tarifs douaniers rendait le business coûteux, entraînant une perte de temps. Le Nigeria, qui a tergiversé avant d’annoncer sa décision de signer l’accord il y a quelques jours, est le contre-exemple. L’explication de ce ralliement tardif est à chercher dans la position influente des syndicats nigérians qui ont qualifié la Zlec d’ « initiative politique néolibérale radioactive » susceptible de conduire à « une ingérence débridée jamais vue dans l’histoire du pays ».
 
Le ministre des Affaires étrangères de l'Egypte a ouvert le 4 juillet au Palais des Congrès de Niamey la réunion du comité exécutif de l'Union africaine. © Issouf Sanogo/AFP
 
C’est une critique qui vous paraît recevable ?
 
J’ai une approche moins idéologique et, je crois, plus balancée de la question. Tout comme la Belgique, le Luxembourg ou l’Irlande dans l’Union européenne, les petits pays africains ont besoin de s’appuyer sur un grand marché pour se développer. Il n’est donc pas accidentel que ce soit sous la présidence de Kagame du Rwanda – un petit pays - que le projet de la Zlec se soit concrétisé. Mais les Nigérians n’ont pas tort de parler d’ingérence ou d’invasion, car cette zone de libre-échange continental dont la création a été applaudie des deux mains par les partenaires non-Africains des pays du continent est aussi l’opportunité pour les multinationales étrangères, déjà présentes en Afrique, pour renforcer leurs investissements afin de toucher l’ensemble du marché africain. Ainsi, Renault qui fait fabriquer ses voitures au Maroc va pouvoir les exporter vers le Nigeria, mais les industries automobiles de cette dernière ne peuvent pas rivaliser avec les industries plus efficaces et hautement technologiques d’Europe. D’où l’importance des négociations en cours pour déterminer quelle proportion d’intrants africains est nécessaire dans un produit pour qu’il soit considéré comme africain, donc exempt de droits de douane au titre de la préférence continentale. Le Nigeria milite pour une valeur ajoutée d’origine africaine de 70%, alors que d’autres partenaires jugent cette proportion trop élevée. La bataille risque de durer un certain temps.
 
Les économistes de l’Union africaine ou proches de l’UA estiment, pour leur part, que l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental bénéficierait aussi aux petits pays, parce que les usines des grands pays vont s’approvisionner chez eux, relançant l’économie et l’emploi. Qu’en pensez-vous ?
 
Mausolée à Accra de Kwame Nkrumah, premier président du Ghana © Max Milligan, Getty
 
Tous les économistes sérieux vous diront que le libre-échange permet de gagner en productivité en réalisant des économies d’échelle. Si on gagne en efficacité, c’est obligatoirement aux dépens de l’emploi. C’est l’un ou l’autre.
 
Quoi qu’il en soit, l’idée la création de la zone de libre-échange, débouchant éventuellement sur l’avènement d’une Communauté économique africaine, est populaire en Afrique car elle est perçue comme l’aboutissement du rêve panafricain. N’est-ce pas paradoxal, puisque la Zlec relève avant tout de l’idéologie afro-libérale ?
 
Les grandes voix de l’indépendance africaine, dont Kwame Nkrumah, ont tous été des panafricanistes qui souhaitaient développer le libre-échange au niveau du continent, tout en se protégeant des impérialismes occidentaux. Une dimension qui manque dans cet accord de libre-échange que les pays africains sont en train de ratifier. J’étais très très désagréablement surpris à la lecture du document final du traité de libre-échange, qui n’affirme nulle part la nécessité pour l’Afrique de protéger son industrie naissante. On a sacrifié le développement endogène.
 
Jean-Joseph Boillot est économiste, spécialiste des mondes émergeants. © Archives personnelles de JJB
 
Jean-Joseph Boillot est chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Il est l’auteur de 20 livres dont L’Afrique pour les nuls (éditions First, 2015) et Chindiafrique : la Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain (Odile Jacob, 2013).

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Commandant des Forces de soutien rapide, une ex-milice accusée de massacres au Darfour, Hemetti a assuré soutenir les révolutionnaires. Beaucoup en doutaient. Les derniers événements leur ont donné raison.   Selon un comité ... Lire la suite >

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Pour faire contre-feu aux réactions virulentes après les soupçons de corruption d'Alioune Sall dans le dossier des hydrocarbures, le président sénégalais a pointé du doigt un « reportage manifestement tendancieux ».   Une... Lire la suite >

Soudan: face

Soudan: face
Mer 22 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Drapeaux soudanais brandis, "V" de la victoire et cris de ralliement: les manifestants rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum restent déterminés à obtenir un transfert du pouvoir au civil, malgré l'impasse dans les négociations... Lire la suite >

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin
Mer 22 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En poste au Bénin pour l’Union européenne, Rafal Lapkowski a croisé la route de Fiacre Gbédji, tué par les ravisseurs des otages libérés le 10 mai. Portrait.   Nous sommes venus nous installer au Bénin en 2014. Un pays d’Afrique... Lire la suite >

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?
Mer 08 Mai 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Jusqu'à présent, en Afrique de l'Ouest, les zones peu sûres se trouvaient près des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali. La situation s'est dégradée depuis quelques mois dans toute la région. Explication.   Les... Lire la suite >

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
Mer 08 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.   Chronique. Confrontée depuis un mois à une... Lire la suite >

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours
Mar 07 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié lundi "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes... Lire la suite >

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée
Mar 07 Mai 2019 | dans Autres Actus

Le corps du guide des touristes a été retrouvé dans le parc de la Pendjari, à la frontière avec le Burkina Faso, pays en proie à une multiplication des attaques terroristes.   Deux touristes français sont portés disparus depuis ... Lire la suite >

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »
Ven 03 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon Amnesty International, le droit de manifester fait l’objet d’une interdiction totale et systématique au pays d’Idriss Déby.   Tribune. Les Tchadiens arrêtés jeudi 25 avril lors d’une manifestation interdite contre la vie chère... Lire la suite >

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »
Dim 28 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Que se passe-t-il donc au Bénin qui justifie l'absence de l'opposition aux élections législatives de ce dimanche 28 avril  ? Éléments de réponse avec Mathias Hounkpe, de l'Open Society Initiative for West Africa.   Le... Lire la suite >

Le cauchemar de l'inflation hante

Le cauchemar de l'inflation hante
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le cauchemar de l'inflation est de retour au Zimbabwe. Malgré la suppression de la parité fixe entre la pseudo-monnaie locale et le dollar américain, les prix n'en finissent plus de grimper, réduisant à néant les promesses de sortie de crise du gouvernement.   Dans... Lire la suite >

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ancien président de la Cour suprême du Nigeria a fait appel de sa condamnation à dix ans de suspension de toute fonction publique pour corruption, ont déclaré vendredi ses avocats.   Walter Onnoghen, qui était le plus haut magistrat du pays,... Lire la suite >

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Intronisation du roi du Moronou du 19 au 24 Mai 2019
Dim 12 Mai 2019 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS