NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays


Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Périmètre de culture irriguée aménagé dans le delta intérieur du fleuve Niger au Mali, l'Office du Niger se trouve à quelque 250 km en aval de la capitale Bamako. | PHOTO: Philippe Roy / AFP
L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les djihadistes. 
 
Ce 9 juillet, date de lancement de la campagne agricole 2019-2020, le ministre malien de l'Agriculture Moulaye Ahmed Boubacar est en tournée dans le « grenier à riz » national : l'Office du Niger. Dans ce paysage de plaines inondées, qui s'étalent vers le nord à partir du barrage de Markala (275 km au nord-est de Bamako) en suivant le tracé sinueux du fleuve Niger, il loue, très en verve, la puissance agricole malienne, exalte les « travailleurs » ou le « Mali debout ». À des journalistes il explique aussi qu'« il ne faut empêcher à aucun moment » les paysans de cultiver et les échanges commerciaux de s'organiser « malgré les difficultés ».
 
Face aux actes terroristes dans cette zone cruciale de l'Office du Niger, le ministre Moulaye Ahmed Boubacar a déclaré : « Nous répondrons à la provocation par des actions de développement ».
© Office du Niger Ségou
 
 
Les difficultés ? Un euphémisme vu les bouleversements sur ce territoire qui se chevauche avec les zones du centre du Mali gagnées par l'insécurité depuis 2015. Y maintenir la productivité, dans un contexte de multiplication des violences et de désertion de l'État, relève d'une gageure. Certes, sur le papier, la riziculture semble tirer son épingle du jeu. L'Office du Niger (à la fois établissement public et aménagement hydro-agricole) a annoncé pour la 2e année consécutive une hausse de la production de riz, avec près de 820 000 tonnes récoltées pour la campagne 2018-2019, selon un bilan provisoire. Sauf qu'elle est surtout imputable aux techniques agricoles qui ont boosté les rendements. Dans l'ensemble, les systèmes de production (agriculture, élevage, pêche) de ce bassin verdoyant pâtissent fortement de la situation.
 
Djihad local et désertion de l'État
 
« La partie de l'Office du Niger qui a été vraiment touchée au début, c'est la zone de Diabaly, au nord, vers la Mauritanie. Après les attaques des djihadistes en 2013, les gens étaient effrayés et les travaux agricoles n'ont pas pu se dérouler correctement. Après, ça a repris petit à petit, même si les paysans étaient sur leurs gardes », se souvient Ousmane Kouyaté, chargé du foncier au Syndicat des exploitants de l'Office du Niger (Sexagon). Diabaly fut une des deux localités du centre (avec Konna) prises en janvier 2013 par des groupes islamistes radicaux venus du Nord – attaques qui précipitèrent l'intervention militaire de la France, devenue l'opération Barkhane. Chassés au nord, les groupes djihadistes se sont dispersés. C'est en 2015 que la menace s'est largement répandue dans le centre, avec notamment l'émergence de la katiba Macina.
 
D'autres cultures comme les cultures dites maraichères telles la tomate, l’échalote…, le ou encore la pomme de terre, le soja ou le tournesl sont aussi favorisées...
 
© Office du Niger Ségou
 
Ce groupe islamiste armé s'appuie sur un ancrage et des recrutements locaux dans la zone inondée du Macina, à cheval entre les régions de Mopti et de Ségou, et qui se confond en de nombreux endroits avec les périmètres irrigués de l'Office du Niger. Dirigée par Amadou Koufa et affiliée au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) d'Iyad Ag Ghaly, la katiba Macina mène depuis 2015 « une stratégie d'exécutions ciblées et d'enlèvements des représentants de l'État (forces de défense et de sécurité, agents des eaux et forêts, conseillers municipaux, magistrats, enseignants, etc.) et de notables, y compris religieux, ou des « collaborateurs » suspectés d'avoir donné des informations aux autorités maliennes, visant au désengagement de l'État et à son remplacement dans ses fonctions régaliennes », selon un rapport de novembre 2018 de la Fidh (Fédération internationale pour les droits humains). L'organisation ajoute que l'État, « faiblement présent dans la zone, en a été chassé dès 2015 ».
 
Coup de frein à l'extension des surfaces cultivables…
 
Aujourd'hui, le retour de l'État dans cette partie du Mali est à l'agenda politique. Début 2018, un « plan de sécurisation intégré des régions du centre » a été mis en œuvre, puis un haut représentant du président de la République pour le centre a été nommé le 20 juin dernier – l'ancien président par intérim Dioncounda Traoré. L'armée a même réinvesti certaines zones, dont « le camp de Diabaly d'où elle avait été chassée par les djihadistes », assure Ousmane Kouyaté, du syndicat Sexagon. Il n'empêche, son désengagement a eu de nombreuses répercussions dans ce haut lieu de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche. « Les agents qui fournissaient l'appui-conseil pour les activités de production agricole dans certaines zones ont cessé de se déplacer. L'insécurité a aussi mis un frein aux travaux d'aménagement et d'extension des périmètres irrigués », explique Yacouba Coulibaly, agent de développement basé dans la zone Office du Niger depuis vingt-cinq ans.
 
L’irrigation des terres est rendue possible grâce au barrage de Markala situé sur le fleuve Niger...
© Office du Niger Ségou
 
Ces aménagements sont vitaux pour les quelque 62 500 exploitations familiales répertoriées, qui sont confrontées à une crise des espaces cultivables. « Au fil des générations, des attributaires qui avaient trois ou quatre hectares dans les années 80-90 ont cédé des parties de leur parcelle aux héritiers, et certains d'entre eux se retrouvent aujourd'hui avec une surface comprise entre 0,25 et 0,5 ha, selon les dernières données, ce qui ne garantit plus la viabilité économique et la reproductibilité de leurs systèmes de production », précise Amandine Adamczewski Hertzog, géographe au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et chercheuse à l'université Gaston-Berger.
 
… et aux investissements
 
À ce jour, 140 000 hectares de terres sont aménagés à l'Office du Niger, pour un potentiel estimé à 250 000 hectares avec les techniques actuelles d'irrigation gravitaire. Quant à la superficie aménageable, elle est estimée à près de 2 millions d'hectares. Au milieu des années 2000, l'État a cherché à attirer des investisseurs dans la zone, mais les projets ont tourné court. « Dès le début  des violences dans le nord du pays, des bailleurs de fonds, notamment français et américains, se sont retirés de projets d'extension et de réhabilitation des périmètres irrigués à l'Office du Niger.
 
La dégradation sécuritaire a également eu un impact sur les investisseurs internationaux qui avaient obtenu des lettres d'accord et des baux dans la zone Office du Niger à partir de 2008. Ils ont été contraints de mettre leurs projets en attente », ajoute Amandine Adamczewski Hertzog.
 
Répercussions sur le secteur bovin…
Près de Mopti, des Femmes de l'ethnie peul gardent leurs vaches.
© Philippe ROY / Aurimages
 
Les éleveurs paient eux aussi – et surtout – un très lourd tribut à la crise du centre. L'insécurité, d'abord, a réduit leur mobilité, « ce qui est extrêmement préoccupant pour un système basé sur la transhumance pendulaire, qui a lieu deux fois dans l'année. Le bétail doit notamment quitter la zone inondée pour la zone sèche. Or c'est précisément là que sont installées des bases djihadistes », souligne le chercheur et éditorialiste Adam Thiam. Une de ces bases se situe dans la bande de Kareri, dans le delta intérieur du fleuve Niger, en pleine zone Office du Niger. Les bergers peuls s'y retrouvent « coincés entre le marteau du prédicateur Koufa et l'enclume des soldats maliens », selon Adam Thiam, qui est aussi l'auteur du rapport « Centre du Mali, enjeux et dangers d'une crise négligée » en 2017.
 
Dans cette zone du centre du Mali, les productions végétales et agro-industrielles peuvent être axées sur le développement des céréales comme le riz, le maïs et le blé…
© RAPHAEL DE BENGY / AFP
 
Le vol de bétail, ensuite, a franchi une nouvelle dimension ces dernières années. « La razzia est un des modes d'appropriation du bétail qu'on pourrait qualifier de culturel, mais cela se pratique désormais à une échelle quasi industrielle », note Adam Thiam. « L'insécurité touche aussi bien les hommes que les animaux. Avec la multiplication des cas d'enlèvement dans le secteur bovin, de nombreux éleveurs sont dans une logique de décapitalisation. Ils préfèrent se débarrasser de leurs bêtes et les vendre plutôt que de risquer de les perdre », complète Yacouba Coulibaly. Au marché aux bestiaux de Niono, qui se tient chaque week-end à une centaine de kilomètres au nord de Ségou, ce dernier a vu l'offre devenir pléthorique… et les prix chuter, au grand dam des éleveurs. Le trafic de bétail, qui trouverait, d'après Adam Thiam, un nouveau débouché vers la Côte d'Ivoire après la fermeture par les djihadistes d'un accès vers la Mauritanie, est une source d'enrichissement pour les groupes armés… Mais pas seulement. S'y adonnent aussi « des malfrats locaux, y compris de la communauté peule, des réseaux de chasseurs, et on entend de plus en plus parler aussi de complicité avec des élites de Bamako », souligne Adam Tiam. Ce dernier évoque « une nouvelle criminalité » qui peut « recourir à l'épouvantail djihadiste » de façon opportuniste, dans ce territoire devenu l' « offshore de l'impunité » où toutes les mafias semblent s'être donné rendez-vous.
 
Ralentissement économique général
 
L'Office du Niger contribue fortement à la sécurité alimentaire du Mali avec une production annuelle d’environ 800 000 tonnes de riz paddy.
© Office du Niger Ségou
 
« L'ensemble des activités économiques a été affecté par l'insécurité dans la zone Office du Niger », résume Yacouba Coulibaly. Il pointe par exemple le manque à gagner dû à l'absence de la main-d'œuvre saisonnière qui affluait traditionnellement dans cette partie du Mali : « Les travaux de mise en valeur des terres aménagées attiraient des travailleurs venus des autres régions, notamment pour le repiquage, au début de l'hivernage. Et cela stimulait l'économie locale. » Par ailleurs, la tentative de reprise en main des régions du centre par l'armée s'est aussi traduite par de nouveaux dispositifs sécuritaires, à l'instar d'une circulaire de février 2018 qui interdit la circulation de motos et de pick-up entre 17 h 45 et 6 h 30 et concerne plusieurs zones de l'Office du Niger. Une mesure impopulaire, qui limite les activités et les échanges. « C'est devenu compliqué, notamment pour les pêcheurs qui pratiquent en général leur activité durant la nuit », poursuit Yacouba Coulibaly. Celui qui s'exprime « en tant qu'agent du développement » invite enfin à revoir la notion de « protection ». « Il me semble que le déterminant de ces événements, c'est la pauvreté. On peut protéger davantage les gens par le biais de la sécurité, mais comment empêcher un jeune qui n'a pas d'activité d'aller vers ceux qui lui proposent des revenus  ? Au-delà de la protection sécuritaire, il faudrait protéger la personne en lui garantissant de pouvoir vivre avec un minimum de dignité », estime-t-il.
 
Flambée des tensions
Pour l'heure, l'absence de perspectives pour la jeunesse du cru se conjugue à une hausse des conflits intercommunautaires que le chercheur Adam Thiam juge « encore plus préoccupants que ceux qui opposent les djihadistes à la population ». Dans ce chaos, où milices et groupes d'autodéfense ont comblé le vide sécuritaire laissé par l'État, les conflits entre agriculteurs et éleveurs ont sombré dans l'extrême violence. « Selon les lignes de fractures ethniques nées des conflits de production, les éleveurs, souvent des Peuls, sont assimilés aux djihadistes et les agriculteurs bambaras ou dogons, aux victimes, chez qui des chasseurs sont recrutés. Cela a instauré une espèce de système de guerre par procuration », déplore l'éditorialiste malien, qui conseille aussi le haut représentant pour le centre Dioncounda Traoré. « Les actes de vengeance s'organisent sans discernement », admet de son côté Yacouba Coulibaly, même s'il tient à souligner que « ces populations restent interconnectées sur le plan des activités économiques et des relations sociales ». Une cohabitation longtemps harmonieuse à l'Office du Niger.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution

Soudan : Hemetti, ce général criminel qui pourrait tordre le cou à la révolution
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Commandant des Forces de soutien rapide, une ex-milice accusée de massacres au Darfour, Hemetti a assuré soutenir les révolutionnaires. Beaucoup en doutaient. Les derniers événements leur ont donné raison.   Selon un comité ... Lire la suite >

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse

Sénégal : après la diffusion de l'enquête de la BBC sur son frère, le président Macky Sall accuse
Ven 07 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Pour faire contre-feu aux réactions virulentes après les soupçons de corruption d'Alioune Sall dans le dossier des hydrocarbures, le président sénégalais a pointé du doigt un « reportage manifestement tendancieux ».   Une... Lire la suite >

Soudan: face

Soudan: face
Mer 22 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Drapeaux soudanais brandis, "V" de la victoire et cris de ralliement: les manifestants rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum restent déterminés à obtenir un transfert du pouvoir au civil, malgré l'impasse dans les négociations... Lire la suite >

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin
Mer 22 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En poste au Bénin pour l’Union européenne, Rafal Lapkowski a croisé la route de Fiacre Gbédji, tué par les ravisseurs des otages libérés le 10 mai. Portrait.   Nous sommes venus nous installer au Bénin en 2014. Un pays d’Afrique... Lire la suite >

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?
Mer 08 Mai 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Jusqu'à présent, en Afrique de l'Ouest, les zones peu sûres se trouvaient près des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali. La situation s'est dégradée depuis quelques mois dans toute la région. Explication.   Les... Lire la suite >

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
Mer 08 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.   Chronique. Confrontée depuis un mois à une... Lire la suite >

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours
Mar 07 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié lundi "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Intronisation du roi du Moronou du 19 au 24 Mai 2019
Dim 12 Mai 2019 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS