NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays


Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Périmètre de culture irriguée aménagé dans le delta intérieur du fleuve Niger au Mali, l'Office du Niger se trouve à quelque 250 km en aval de la capitale Bamako. | PHOTO: Philippe Roy / AFP
L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les djihadistes. 
 
Ce 9 juillet, date de lancement de la campagne agricole 2019-2020, le ministre malien de l'Agriculture Moulaye Ahmed Boubacar est en tournée dans le « grenier à riz » national : l'Office du Niger. Dans ce paysage de plaines inondées, qui s'étalent vers le nord à partir du barrage de Markala (275 km au nord-est de Bamako) en suivant le tracé sinueux du fleuve Niger, il loue, très en verve, la puissance agricole malienne, exalte les « travailleurs » ou le « Mali debout ». À des journalistes il explique aussi qu'« il ne faut empêcher à aucun moment » les paysans de cultiver et les échanges commerciaux de s'organiser « malgré les difficultés ».
 
Face aux actes terroristes dans cette zone cruciale de l'Office du Niger, le ministre Moulaye Ahmed Boubacar a déclaré : « Nous répondrons à la provocation par des actions de développement ».
© Office du Niger Ségou
 
 
Les difficultés ? Un euphémisme vu les bouleversements sur ce territoire qui se chevauche avec les zones du centre du Mali gagnées par l'insécurité depuis 2015. Y maintenir la productivité, dans un contexte de multiplication des violences et de désertion de l'État, relève d'une gageure. Certes, sur le papier, la riziculture semble tirer son épingle du jeu. L'Office du Niger (à la fois établissement public et aménagement hydro-agricole) a annoncé pour la 2e année consécutive une hausse de la production de riz, avec près de 820 000 tonnes récoltées pour la campagne 2018-2019, selon un bilan provisoire. Sauf qu'elle est surtout imputable aux techniques agricoles qui ont boosté les rendements. Dans l'ensemble, les systèmes de production (agriculture, élevage, pêche) de ce bassin verdoyant pâtissent fortement de la situation.
 
Djihad local et désertion de l'État
 
« La partie de l'Office du Niger qui a été vraiment touchée au début, c'est la zone de Diabaly, au nord, vers la Mauritanie. Après les attaques des djihadistes en 2013, les gens étaient effrayés et les travaux agricoles n'ont pas pu se dérouler correctement. Après, ça a repris petit à petit, même si les paysans étaient sur leurs gardes », se souvient Ousmane Kouyaté, chargé du foncier au Syndicat des exploitants de l'Office du Niger (Sexagon). Diabaly fut une des deux localités du centre (avec Konna) prises en janvier 2013 par des groupes islamistes radicaux venus du Nord – attaques qui précipitèrent l'intervention militaire de la France, devenue l'opération Barkhane. Chassés au nord, les groupes djihadistes se sont dispersés. C'est en 2015 que la menace s'est largement répandue dans le centre, avec notamment l'émergence de la katiba Macina.
 
D'autres cultures comme les cultures dites maraichères telles la tomate, l’échalote…, le ou encore la pomme de terre, le soja ou le tournesl sont aussi favorisées...
 
© Office du Niger Ségou
 
Ce groupe islamiste armé s'appuie sur un ancrage et des recrutements locaux dans la zone inondée du Macina, à cheval entre les régions de Mopti et de Ségou, et qui se confond en de nombreux endroits avec les périmètres irrigués de l'Office du Niger. Dirigée par Amadou Koufa et affiliée au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) d'Iyad Ag Ghaly, la katiba Macina mène depuis 2015 « une stratégie d'exécutions ciblées et d'enlèvements des représentants de l'État (forces de défense et de sécurité, agents des eaux et forêts, conseillers municipaux, magistrats, enseignants, etc.) et de notables, y compris religieux, ou des « collaborateurs » suspectés d'avoir donné des informations aux autorités maliennes, visant au désengagement de l'État et à son remplacement dans ses fonctions régaliennes », selon un rapport de novembre 2018 de la Fidh (Fédération internationale pour les droits humains). L'organisation ajoute que l'État, « faiblement présent dans la zone, en a été chassé dès 2015 ».
 
Coup de frein à l'extension des surfaces cultivables…
 
Aujourd'hui, le retour de l'État dans cette partie du Mali est à l'agenda politique. Début 2018, un « plan de sécurisation intégré des régions du centre » a été mis en œuvre, puis un haut représentant du président de la République pour le centre a été nommé le 20 juin dernier – l'ancien président par intérim Dioncounda Traoré. L'armée a même réinvesti certaines zones, dont « le camp de Diabaly d'où elle avait été chassée par les djihadistes », assure Ousmane Kouyaté, du syndicat Sexagon. Il n'empêche, son désengagement a eu de nombreuses répercussions dans ce haut lieu de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche. « Les agents qui fournissaient l'appui-conseil pour les activités de production agricole dans certaines zones ont cessé de se déplacer. L'insécurité a aussi mis un frein aux travaux d'aménagement et d'extension des périmètres irrigués », explique Yacouba Coulibaly, agent de développement basé dans la zone Office du Niger depuis vingt-cinq ans.
 
L’irrigation des terres est rendue possible grâce au barrage de Markala situé sur le fleuve Niger...
© Office du Niger Ségou
 
Ces aménagements sont vitaux pour les quelque 62 500 exploitations familiales répertoriées, qui sont confrontées à une crise des espaces cultivables. « Au fil des générations, des attributaires qui avaient trois ou quatre hectares dans les années 80-90 ont cédé des parties de leur parcelle aux héritiers, et certains d'entre eux se retrouvent aujourd'hui avec une surface comprise entre 0,25 et 0,5 ha, selon les dernières données, ce qui ne garantit plus la viabilité économique et la reproductibilité de leurs systèmes de production », précise Amandine Adamczewski Hertzog, géographe au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et chercheuse à l'université Gaston-Berger.
 
… et aux investissements
 
À ce jour, 140 000 hectares de terres sont aménagés à l'Office du Niger, pour un potentiel estimé à 250 000 hectares avec les techniques actuelles d'irrigation gravitaire. Quant à la superficie aménageable, elle est estimée à près de 2 millions d'hectares. Au milieu des années 2000, l'État a cherché à attirer des investisseurs dans la zone, mais les projets ont tourné court. « Dès le début  des violences dans le nord du pays, des bailleurs de fonds, notamment français et américains, se sont retirés de projets d'extension et de réhabilitation des périmètres irrigués à l'Office du Niger.
 
La dégradation sécuritaire a également eu un impact sur les investisseurs internationaux qui avaient obtenu des lettres d'accord et des baux dans la zone Office du Niger à partir de 2008. Ils ont été contraints de mettre leurs projets en attente », ajoute Amandine Adamczewski Hertzog.
 
Répercussions sur le secteur bovin…
Près de Mopti, des Femmes de l'ethnie peul gardent leurs vaches.
© Philippe ROY / Aurimages
 
Les éleveurs paient eux aussi – et surtout – un très lourd tribut à la crise du centre. L'insécurité, d'abord, a réduit leur mobilité, « ce qui est extrêmement préoccupant pour un système basé sur la transhumance pendulaire, qui a lieu deux fois dans l'année. Le bétail doit notamment quitter la zone inondée pour la zone sèche. Or c'est précisément là que sont installées des bases djihadistes », souligne le chercheur et éditorialiste Adam Thiam. Une de ces bases se situe dans la bande de Kareri, dans le delta intérieur du fleuve Niger, en pleine zone Office du Niger. Les bergers peuls s'y retrouvent « coincés entre le marteau du prédicateur Koufa et l'enclume des soldats maliens », selon Adam Thiam, qui est aussi l'auteur du rapport « Centre du Mali, enjeux et dangers d'une crise négligée » en 2017.
 
Dans cette zone du centre du Mali, les productions végétales et agro-industrielles peuvent être axées sur le développement des céréales comme le riz, le maïs et le blé…
© RAPHAEL DE BENGY / AFP
 
Le vol de bétail, ensuite, a franchi une nouvelle dimension ces dernières années. « La razzia est un des modes d'appropriation du bétail qu'on pourrait qualifier de culturel, mais cela se pratique désormais à une échelle quasi industrielle », note Adam Thiam. « L'insécurité touche aussi bien les hommes que les animaux. Avec la multiplication des cas d'enlèvement dans le secteur bovin, de nombreux éleveurs sont dans une logique de décapitalisation. Ils préfèrent se débarrasser de leurs bêtes et les vendre plutôt que de risquer de les perdre », complète Yacouba Coulibaly. Au marché aux bestiaux de Niono, qui se tient chaque week-end à une centaine de kilomètres au nord de Ségou, ce dernier a vu l'offre devenir pléthorique… et les prix chuter, au grand dam des éleveurs. Le trafic de bétail, qui trouverait, d'après Adam Thiam, un nouveau débouché vers la Côte d'Ivoire après la fermeture par les djihadistes d'un accès vers la Mauritanie, est une source d'enrichissement pour les groupes armés… Mais pas seulement. S'y adonnent aussi « des malfrats locaux, y compris de la communauté peule, des réseaux de chasseurs, et on entend de plus en plus parler aussi de complicité avec des élites de Bamako », souligne Adam Tiam. Ce dernier évoque « une nouvelle criminalité » qui peut « recourir à l'épouvantail djihadiste » de façon opportuniste, dans ce territoire devenu l' « offshore de l'impunité » où toutes les mafias semblent s'être donné rendez-vous.
 
Ralentissement économique général
 
L'Office du Niger contribue fortement à la sécurité alimentaire du Mali avec une production annuelle d’environ 800 000 tonnes de riz paddy.
© Office du Niger Ségou
 
« L'ensemble des activités économiques a été affecté par l'insécurité dans la zone Office du Niger », résume Yacouba Coulibaly. Il pointe par exemple le manque à gagner dû à l'absence de la main-d'œuvre saisonnière qui affluait traditionnellement dans cette partie du Mali : « Les travaux de mise en valeur des terres aménagées attiraient des travailleurs venus des autres régions, notamment pour le repiquage, au début de l'hivernage. Et cela stimulait l'économie locale. » Par ailleurs, la tentative de reprise en main des régions du centre par l'armée s'est aussi traduite par de nouveaux dispositifs sécuritaires, à l'instar d'une circulaire de février 2018 qui interdit la circulation de motos et de pick-up entre 17 h 45 et 6 h 30 et concerne plusieurs zones de l'Office du Niger. Une mesure impopulaire, qui limite les activités et les échanges. « C'est devenu compliqué, notamment pour les pêcheurs qui pratiquent en général leur activité durant la nuit », poursuit Yacouba Coulibaly. Celui qui s'exprime « en tant qu'agent du développement » invite enfin à revoir la notion de « protection ». « Il me semble que le déterminant de ces événements, c'est la pauvreté. On peut protéger davantage les gens par le biais de la sécurité, mais comment empêcher un jeune qui n'a pas d'activité d'aller vers ceux qui lui proposent des revenus  ? Au-delà de la protection sécuritaire, il faudrait protéger la personne en lui garantissant de pouvoir vivre avec un minimum de dignité », estime-t-il.
 
Flambée des tensions
Pour l'heure, l'absence de perspectives pour la jeunesse du cru se conjugue à une hausse des conflits intercommunautaires que le chercheur Adam Thiam juge « encore plus préoccupants que ceux qui opposent les djihadistes à la population ». Dans ce chaos, où milices et groupes d'autodéfense ont comblé le vide sécuritaire laissé par l'État, les conflits entre agriculteurs et éleveurs ont sombré dans l'extrême violence. « Selon les lignes de fractures ethniques nées des conflits de production, les éleveurs, souvent des Peuls, sont assimilés aux djihadistes et les agriculteurs bambaras ou dogons, aux victimes, chez qui des chasseurs sont recrutés. Cela a instauré une espèce de système de guerre par procuration », déplore l'éditorialiste malien, qui conseille aussi le haut représentant pour le centre Dioncounda Traoré. « Les actes de vengeance s'organisent sans discernement », admet de son côté Yacouba Coulibaly, même s'il tient à souligner que « ces populations restent interconnectées sur le plan des activités économiques et des relations sociales ». Une cohabitation longtemps harmonieuse à l'Office du Niger.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches
Mar 24 Mar 2020 | dans Culture

Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook annonçait son hospitalisation, à la suite d’une infection par le coronavirus.   Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». ... Lire la suite >

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds
Mar 24 Mar 2020 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

En République démocratique du Congo (RDC), l’ancien ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga et son ancien conseiller financier Ezechiel Mbuyi Mwasa ont été condamnés ce lundi 23 mars à cinq ans de travaux forcés pour le détournement... Lire la suite >

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Mar 04 Février 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.   La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche... Lire la suite >

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers
Mar 04 Février 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Economie

PERTE. Fermeture des champs pétrolifères et blocus des ports ont entraîné une perte de plus de 560 millions de dollars, selon la National Oil Corporation.   Au-delà des graves conséquences sur la vie des Libyens, la guerre qui sévit dans... Lire la suite >

L'enlisement français au Sahel questionné

L'enlisement français au Sahel questionné
Ven 24 Jan 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Les mesures annoncées lors du sommet de Pau autour du G5 Sahel suffiront-elles à ramener la paix dans la région ? Éléments de réponse.     Lors du sommet qui s'est tenu à Pau le 13 janvier 2020, date du septième... Lire la suite >

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »
Ven 24 Jan 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Titinga Frédéric Pacéré est l’un des premiers signataires de « l’Appel de Manega » pour « la paix et la réconciliation » d’un pays durement frappé par les violences djihadistes.     Un dicton... Lire la suite >

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS