NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Koffi Olomidé : « Moi, je sais que je n’ai pas frappé, pas violé, pas séquestré »


Koffi Olomidé : « Moi, je sais que je n’ai pas frappé, pas violé, pas séquestré »
Koffi Olomidé, sur la scène du festival Koroga, à Nairobi, en mars 2016. | PHOTO: COURTESY OF KOROGA FESTIVAL
La star de la rumba congolaise nie tout. Les accusations de viol et de séquestration de danseuses, qui ont porté plainte en France, où Koffi Olomidé est toujours poursuivi et sous le coup d’un mandat d’arrêt international ? « Des témoignages bidons ». Le violent coup de pied à l’une de ses danseuses à l’aéroport de Nairobi, et dont la vidéo postée sur Internet a provoqué l’émoi et donné lieu à une procédure judiciaire en République démocratique du Congo ? « Le coup de pied n’a jamais atteint la danseuse. »
 
Depuis que vous avez été filmé en train de frapper l’une de vos danseuses à l’aéroport de Nairobi, le 22 juillet, votre nom est associé à la violence envers les femmes. Comment le vivez-vous ?
 
Koffi Olomidé : J’ai présenté mes excuses publiquement. Je ne suis pas un surhomme et je me suis emporté. Je le regrette. Mais je n’ai pas voulu la frapper. J’ai simplement voulu lui faire peur. D’ailleurs, mon coup de pied n’a jamais atteint la danseuse. Les policiers présents sur place l’ont bien vu et ils ne m’ont pas interpellé. C’est une fois que la vidéo a été postée sur Internet que le buzz a éclaté. Des ONG de défense des droits des femmes au Kenya ont demandé à ce que je sois interpellé, sans doute sous le coup de l’émotion. Les autorités kényanes m’ont expulsé, mais elles ont constaté qu’il n’y avait pas de coup et de blessure. Je le répète : je n’ai pas frappé cette danseuse.
 
Qu’avait fait la danseuse pour subir un tel traitement ?
 
Elles avaient piqué des choses dans l’avion de la compagnie Kenya Airways, notamment des couvertures, des coussins… Et des membres du personnel de l’avion ont commencé à se plaindre. J’ai donc exigé de mes danseuses qu’elles remettent ce qu’elles avaient volé à l’équipage. L’une d’entre elles a refusé et a commencé à brailler, à dire n’importe quoi. Je redoutais que les journalistes qui nous attendaient l’apprennent et l’écrivent. L’honneur de la femme congolaise aurait été terni. Mon image aurait aussi été salie dans ce pays où je suis adulé. C’est pour ces raisons que je me suis emporté et que j’ai fait ce geste.
 
Vous expliquez avoir feint de frapper cette danseuse pour préserver son honneur.
 
J’aurai dû garder mon calme. Ma faute est morale, et je la reconnais. Mais je sais que cette affaire a été montée de toutes pièces par mes détracteurs, les « Koffiphobes », qui s’en sont donnés à cœur joie. J’ai subi une injustice.
 
Qu’est devenue la danseuse ?
 
Je l’ai gardée dans ma troupe. Je ne suis pas rancunier. A mon retour à Kinshasa, j’ai été poursuivi par la justice congolaise. Un avocat général m’a présenté comme une icône du pays, un ambassadeur de la République démocratique du Congo… J’ai expliqué que je ne suis pas un superhomme et que je voulais être jugé comme n’importe quel Congolais. Entendue à son tour, cette danseuse a expliqué que mon coup de pied ne l’avait pas atteinte. Et elle n’a pas porté plainte. J’ai passé trois nuits en prison, puis j’ai été relâché. Pour moi, cette incarcération était une erreur judiciaire.
 
En France, vous êtes visé par un mandat d’arrêt international émis en 2009. Et à la suite de la plainte de quatre de vos danseuses, vous êtes poursuivi pour « viol sur mineure de 15 ans », « séquestration », « aide à l’entrée et au séjour d’une étrangère en France » et « conditions de travail ou d’hébergement contraires à la dignité humaine ». Ces faits extrêmement graves ne portent-ils pas atteinte à l’honneur de la femme congolaise, comme vous dites ?
 
Mon public est féminin, ne l’oubliez pas. Je n’ai jamais violé qui que ce soit, je n’ai jamais séquestré. Si je ne viens pas en France, c’est que j’ai peur d’aller en prison. Je suis un père de famille. Et je vous le dis : ces quatre danseuses ont inventé ces histoires pour obtenir les papiers et rester en France.
 
Lors de cette tournée avec mon groupe Quartier latin, qui remonte à 2002, je n’avais pas voyagé en France seulement avec ces quatre danseuses mais avec une vingtaine de membres de mon équipe, garçons et filles. Après notre tournée, tout le monde est rentré à Kinshasa, sauf celles qui m’accusent. Elles ont voulu rester en France, où résident des membres de leurs familles. Elles ont trompé des associations de défense des droits des femmes. Car leurs témoignages sont bidons. C’est ce que j’ai dit à la juge du tribunal de grande instance de Nanterre, chez qui je me suis présenté à deux reprises.
 
Mais dans votre pavillon d’Asnières (Hauts-de-Seine), les danseuses, mineures pour certaines au moment des faits, expliquent avoir été abusées sexuellement et séquestrées…
 
C’est un pavillon que je louais ! J’y ai vécu auparavant avec ma femme et mes trois enfants. Puis j’y ai logé mes danseuses après avoir acheté un autre appartement à Paris. Contrairement à ce qu’elles disent, je n’ai pas de garde du corps. Ces danseuses étaient toujours accompagnées, car elles ne connaissaient pas Paris, et ne parlaient pas français. Ce sont des Africaines qui n’étaient jamais venues en France. Voilà la vérité.
 
Lors de cette tournée, nous nous étions rendus à Lyon pour un concert. L’un des producteurs, que je ne connaissais pas d’ailleurs, a acheté nos billets avec des cartes bancaires volées et nous avons été arrêtés par la police et placés en garde à vue. Au commissariat, pourquoi n’ont-elles pas expliqué qu’elles étaient séquestrées et violées dans ce pavillon d’Asnières ? La tournée n’était pas encore finie, il restait quatre mois de concert et on ne pensait pas encore au retour à Kinshasa.
 
Je subis l’injustice d’être une superstar black congolaise. Et la justice française s’en prend à moi sur la simple foi de ces témoignages.
 
Ce n’est pas sérieux. Elles sont restées vivre en France, ne sont plus danseuses et ont eu ce qu’elles voulaient.
Ce ne sont pas les danseuses mais les enquêteurs français qui signalent que « les portes et surtout les fenêtres étaient munies de verrous de nature à les empêcher de quitter les lieux ».
 
Encore une erreur. Je suis un globe-trotter. Pour mon travail, je voyage fréquemment, et tout le monde le sait. Du coup, ma femme était souvent seule dans ce pavillon d’Asnières. Et elle avait fait installer ces verrous pour sa propre sécurité. Et ce, en accord avec le propriétaire du pavillon. Ces danseuses ont osé dire qu’elles étaient tombées enceintes après que je les ai violées et qu’elles avaient été hospitalisées avec les papiers de mon épouse. Mais ma femme est une Franco-Congolaise à la peau claire ! Et ces danseuses sont noires comme moi. Comment auraient-elles pu être admises avec des papiers d’identité sur lesquels il y a une photo de quarteronne ? Ces filles n’ont pas de cœur. Aucune des danseuses ayant travaillé pour moi n’a confirmé ces accusations.
 
Ces dernières années, Koffi Olomidé occupe l’espace médiatique pour ses tubes et sa brutalité. En 2012, vous aviez frappé votre producteur à Kinshasa, ce qui vous valut une condamnation à trois mois de prison avec sursis. Que s’était-il passé ?
 
Là encore, je ne l’ai jamais frappé. Ce type me doit encore de l’argent ! J’ai fini par être relaxé par la justice congolaise. Une fois de plus, j’avais simplement voulu lui faire peur. Et il a eu peur de Koffi Olomidé. Mon succès fait beaucoup de jaloux.
Votre succès ne nourrit-il pas une sorte de mégalomanie qui vous éloigne de la réalité ?
 
Pensez ce que vous voulez, moi, je sais que je n’ai pas frappé, que je n’ai pas violé, que je n’ai pas séquestré. Je ne suis pas un violent. J’aime m’amuser, jouer de la guitare, faire des parties de Scrabble avec mes amis et chanter. Et je n’arrêterai pas.
Le 7 août, j’ai tenu à rejoindre sur scène Fally Ipupa pour son concert célébrant ses dix ans de carrière solo. C’est mon « petit », un ancien du Quartier latin, dont je suis fier. Je prépare un grand concert au Stade Vélodrome de Kinshasa le 13 août et un autre, le lendemain, où les femmes sont conviées gratuitement.
 
Si la justice française revient à la raison et est disposée à m’entendre, elle finira par me relaxer, et je remplirai alors le Stade de France. Ce que je vous dis est la vérité et faites une page ou deux dans le journal Le Monde. Je vous paierai le prix si vous voulez.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »

Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »
Ven 22 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

A un mois du scrutin, l’absence de représentants de l’Etat dans le nord et le centre du pays complique la distribution des cartes d’électeurs et nourrit la crainte de fraudes.   Vendredi 8 juin 2018. Le sourire aux lèvres, un homme marche, parmi... Lire la suite >

« Monsieur Macron, accordez asile et protection à un jeune blogueur mauritanien brisé »

« Monsieur Macron, accordez asile et protection à un jeune blogueur mauritanien brisé »
Ven 22 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’avocat de Mohamed Cheikh Mkheitir adresse une lettre ouverte au président français, qui se rendra en juillet au sommet de l’Union africaine à Nouakchott.   Tribune. Monsieur le Président de la République française, La Mauritanie... Lire la suite >

« Le plus grand frein de l'investissement au Mali n'est pas l'insécurité, mais la corruption »

« Le plus grand frein de l'investissement au Mali n'est pas l'insécurité, mais la corruption »
Mer 20 Juin 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Patron des patrons maliens depuis octobre 2015, Mamadou Sinsy Coulibaly pointe du doigt les travers de l'environnement économique de son pays.   Rien du nabab chez lui, sinon peut-être la rutilante villa qu'il s'est fait construire sur les rives du... Lire la suite >

Ces « flibustiers des affaires » qui prospèrent en Centrafrique

Ces « flibustiers des affaires » qui prospèrent en Centrafrique
Mer 20 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’ex-joueur de tennis Boris Becker s’est récemment prévalu d’un statut de diplomate centrafricain. Bangui a aussitôt démenti, mais le pays demeure un terrain de jeu pour les escrocs.   Escrocs et conseillers véreux sont nombreux à... Lire la suite >

Sénégal: Karim Wade s’attaque violemment au président Macky Sall

Sénégal: Karim Wade s’attaque violemment au président Macky Sall
Lun 18 Juin 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Sénégal, le président Macky Sall a appelé l’opposition au dialogue, vendredi 15 juin, lors de la fête de Korité, pour célébrer la fin du ramadan. Le dialogue est boycotté depuis des mois, notamment par le Parti démocratique... Lire la suite >

Aquarius: deux migrants se seraient noyés lors des opérations de sauvetage

Aquarius: deux migrants se seraient noyés lors des opérations de sauvetage
Dim 17 Juin 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

L'ONG Médecins sans frontières a confirmé que deux migrants se seraient noyés pendant les opérations de sauvetage de l'Aquarius lors du week-end dernier. Hassiba Hadj Sahraoui, conseillère en affaires humanitaires de MSF, fait le point sur RFI et ... Lire la suite >

L'Angola lusophone fait les yeux doux au Commonwealth et

L'Angola lusophone fait les yeux doux au Commonwealth et
Ven 15 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Faire d'une pierre deux coups. C'est l'ambition du nouveau président angolais Joao Lourenço qui souhaite, contre toute attente, voir son pays, une ancienne colonie portugaise, intégrer à la fois la Francophonie et le Commonwealth britannique.   La... Lire la suite >

Tiémoko Assalé, le patron de presse qui déchaîne Abidjan

Tiémoko Assalé, le patron de presse qui déchaîne Abidjan
Ven 15 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le directeur de l’hebdomadaire satirique « L’Eléphant déchaîné », à l’origine de nombreuses révélations en Côte d’Ivoire, se laisse tenter par la politique.   Tiémoko Antoine Assalé... Lire la suite >

Afrique : « Du point de vue économique, les migrations sont bénéfiques »

Afrique : « Du point de vue économique, les migrations sont bénéfiques »
Jeu 14 Juin 2018 | Source : afriquelepoint ... | dans Economie

C'est un rapport de la Cnuced qui bat en brèche un certain nombre d'idées reçues sur les migrations. Et pointe le rôle économique positif des migrations intra-africaines.   Les images des 629 migrants secourus au large de la Libye par le navire... Lire la suite >

Corruption dans le foot ghanéen: la caméra cachée est "l'option ultime"

Corruption dans le foot ghanéen: la caméra cachée est
Jeu 14 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Sports

Pour le journaliste ghanéen Anas Aremeyaw Anas, qui a réalisé le documentaire Number 12, et déjà fait tomber le président de la fédération de football de son pays pour des soupçons de corruption, "dissimuler son nom et son identité... Lire la suite >

Déchets - Sénégal : un casse-tête nommé Mbeubeuss

Déchets - Sénégal : un casse-tête nommé Mbeubeuss
Dim 10 Juin 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

REPORTAGE. Si la protection de l'environnement commence par la gestion des déchets, Dakar a encore du pain sur la planche. Explication.   Mbeubeuss. Ce nom réveille dans l'esprit de nombreux Dakarois l'image d'une montagne de plus en plus importante de déchets,... Lire la suite >

[Décryptage] Une candidature rwandaise à la tête de l'OIF: pourquoi et comment?

[Décryptage] Une candidature rwandaise à la tête de l'OIF: pourquoi et comment?
Dim 10 Juin 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Rien ne va plus à l’Organisation internationale de la Francophonie. A quatre mois de l’élection cruciale à la tête de l’OIF, la campagne vient de commencer avec l’annonce de la candidature de la Rwandaise Louise Mushikiwabo, soutenue par la France.... Lire la suite >

Togo: la crise politique s'enlise, l'économie souffre et les boutiques ferment

Togo: la crise politique s'enlise, l'économie souffre et les boutiques ferment
Ven 08 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Assis au milieu de sa boutique à Déckon, Seibou Issa fait le point avec ses deux employés. La journée n'a pas été bonne, comme tous les jours ou presque depuis que le Togo a plongé dans une grave crise politique en septembre dernier.   "Les... Lire la suite >

Au Burundi, Pierre Nkurunziza renonce à la présidence à vie… pas à la monarchie

Au Burundi, Pierre Nkurunziza renonce à la présidence à vie… pas à la monarchie
Ven 08 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat a annoncé ne pas vouloir se représenter en 2020 tout en promulguant une nouvelle Constitution qui lui permet de rétablir la monarchie.   C’est dans un discours solennel, mêlant le « je » et le « nous » pour... Lire la suite >

Le parlement nigérian menace Buhari de destitution

Le parlement nigérian menace Buhari de destitution
Jeu 07 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Les parlementaires nigérians ont menacé mercredi le président Muhammadu Buhari de recourir à une procédure de destitution si des mesures fortes ne sont pas prises pour endiguer la corruption et rétablir la sécurité dans le pays, révélant... Lire la suite >

Dans le centre du Mali, « c’est la souffrance, la fatigue et la peur qui nous ont poussés à fuir »

Dans le centre du Mali, « c’est la souffrance, la fatigue et la peur qui nous ont poussés à fuir »
Mer 06 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’abandon de l’Etat et la prolifération des armes aggravent les affrontements entre Dogon et Peuls qui ont déjà fait 70 morts depuis le début de l’année.   Un seau en plastique, c’est l’objet que désigne Oumou Barry... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS