NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Mahamat-Saleh Haroun : "Pourquoi j'ai dit oui à Déby"


Mahamat-Saleh Haroun :
Mahamat-Saleh Haroun au Festival de Cannes en 2014. | PHOTO: Anadolu Agency/ Mustapha Yalcin
ENTRETIEN. Le cinéaste vient d'accepter le ministère du Développement touristique, de la Culture et de l'Artisanat, lors du dernier remaniement du gouvernement tchadien.
 
Dans son dernier remaniement ministériel, dimanche 5 février, le président Idriss Déby Itno a annoncé l'arrivée à son gouvernement du cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun, prix du jury au Festival de Cannes 2010 pour Un homme qui cri e, et dont le documentaire Hissein Habré, une tragédie tchadienne vient d'être diffusé sur Arte. Le réalisateur, dont le premier roman va paraître le 2 mars chez Gallimard (Continents noirs), répond au Point Afrique sur les raisons de son engagement alors que 2017 marquera encore pour lui la sortie de son nouveau long-métrage à l'automne avec Sandrine Bonnaire et Ériq Ebouaney. Il explique sa mission au Point Afrique.
 
Le Point Afrique : La proposition du président Déby vous a-t-elle surprise ou est-elle le fruit d'une relation au long cours ?
 
Mahamat-Saleh Haroun : Ce n'est pas une surprise pour moi, même si je n'avais jamais songé jusque-là à entrer au gouvernement. Depuis le Festival de Cannes 2010, où mon film a forcément retenti sur le Tchad, le président m'avait approché et demandé de prendre en charge la création d'une école de cinéma. Depuis, la rumeur a fait régulièrement circuler mon nom au Tchad pour le ministère de la Culture.
 
Pourquoi ce projet d'école de cinéma à N'Djamena n'a-t-il pas vu le jour ?
 
Il a traîné, notamment du fait de l'entourage où tout le monde n'était pas favorable, n'y voyant pas leur intérêt. Et puis, il y a eu la crise, qui sévit encore, ça ne facilite pas les choses.
 
Pourquoi cette proposition présidentielle arrive-t-elle maintenant ? Y voyez-vous un lien avec votre dernier documentaire, qui implique directement votre travail dans la relecture de l'histoire du Tchad sous Hissein Habré ?
 
Je ne vois pas de connexion avec ce travail, mais plutôt avec le parcours personnel du président qui a pu, durant sa présidence de l'Union africaine, visiter beaucoup de pays et prendre conscience de l'importance de la culture, et du tourisme. Cet aspect est important à développer au Tchad qui a deux sites classés patrimoine de l'Humanité : les lacs d'Ounianga et le massif de l'Ennedi. Je pense qu'il a compris que la culture ne pouvait pas rester uniquement entre les mains de personnes qui n'ont pas la connaissance de ce domaine. Je n'ai qu'à m'en tenir au nombre d'appels reçus depuis dimanche, et pas seulement d'amis, pour mesurer l'importance pour le monde de la culture tchadien de l'arrivée pour la première fois dans ce département de quelqu'un qui a le curriculum vitae correspondant au poste et qui connaît leurs problèmes. La seule exception est l'époque où Khayar Oumar Défallah, le comédien qui jouait le rôle du grand-père dans mon film Daratt - Saison sèch e ( 2006 ) fut ministre de la Culture.
 
Pourquoi avez-vous accepté ? Toutes les réactions se font entendre : certains se demandent si vous aviez besoin d'argent ? Si le pouvoir ne se refuse pas ? Voire quels arrangements seraient derrière votre accord ?
 
Je vous rassure : je gagne plus d'argent en faisant mon métier de cinéaste. De quels arrangements voulez-vous parler ? Je ne suis pas un opposant pour qu'on s'arrange avec moi. Je suis un simple citoyen de la société civile et j'ai accepté la mission qu'on m'a proposée. C'était tout réfléchi de mon côté pour pouvoir donner mon accord de principe au bout du fil. Si avec les relations que j'ai pu tisser à l'international je peux apporter un petit coup de pouce à une jeunesse désireuse de s'exprimer par la culture, celle que je vois chaque fois que je suis au Tchad. Je pense que les créateurs tchadiens ont besoin de connexion avec l'extérieur, mais aussi de l'intérieur, car le pays est enclavé à plusieurs titres. Le pays a une scène de danse contemporaine importante, et un festival consacré au livre. Mon but est de pérenniser ce qui existe, de donner des moyens pour trouver des débouchés, de faire en sorte qu'on vive plus décemment de son art, et de professionnaliser le milieu, notamment celui du cinéma, en travaillant aussi sur les droits d'auteur, les barèmes, etc. en toute transparence. Le président m'a promis « les moyens » d'accomplir ma mission, je n'ai pas encore de chiffres. Et je tâcherai bien sûr de les répartir sur toutes les disciplines.
 
Ne risquez-vous pas, à l'instar d'autres « diaspo » puisque vous vivez en France depuis vos études de journalisme à Bordeaux (depuis 1982), d'être mal reçu en retournant de cette façon au pays natal ?
 
Dans mon cas, le terme de diaspora est mal utilisé, en tout cas il ne me concerne pas. Toute ma famille est au Tchad, je parle l'arabe tchadien, je suis au pays tous les deux mois. Je suis un immigré en France qui ne s'est jamais senti étranger au pays natal. La vraie difficulté qui m'attend, je pense, est celle de faire face à des pratiques ancrées, conservatrices, alors que je souhaite faire bouger les lignes et faire fi des intérêts personnels. C'est un beau combat.
 
Combattre au service d'un président indéboulonnable depuis 1990, vous qui avez dressé le tableau d'une dictature précédant le pouvoir sans partage de Déby ne vous a pas posé un seul instant question ?
 
Je voyais depuis longtemps le président de la République, je pense que ceux qui osent la comparaison entre Habré et Déby font injure aux dizaines de milliers de victimes qui ont subi les pires tortures dans les prisons de la DDS, et à ceux qui, depuis 1990, peuvent s'exprimer librement. L'aveuglement est extraordinaire, si ça me posait un problème vous imaginez que je n'aurais jamais répondu à cette offre.
 
Parmi les doutes quant aux violations des droits de l'homme au Tchad, arrestations, disparitions d'opposants, on trouve un de vos homonymes, l'ancien chef de l'opposition, Ibni Oumar Mahamat-Saleh, disparu en février 2008, donné pour mort et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Avez-vous un rapport avec lui ? Et quoi qu'il en soit, son cas, parmi d'autres, ne vous émeut-il pas ?
 
Nous n'avons pas de lien de parenté. Et il se trouve que sa disparition a eu lieu pendant la guerre civile, que j'ai vécue puisque j'étais sur place, en tournage, en 2008, que je suis tombé sur les rebelles et aurais pu d'ailleurs être pris entre leurs mains avec les Français que j'ai dû ramener à la base militaire française. Ceux qui s'intéressent de près à ces affaires peuvent venir enquêter en profondeur, je ne sais rien de plus. Mais je préférerais ce type d'approche plutôt que de colporter des informations avec une certaine forme de mépris. Les contextes les plus difficiles ne m'ont pas empêché de faire un parcours intéressant dans le cinéma. Et c'est pour cela que j'accepte ce poste ; pour aider des jeunes, comme moi à l'époque, à faire des films. Depuis les milieux parisiens, une certaine posture concernant l'Afrique bloque toute possibilité du politique. On ne peut donc pas modifier les choses de l'intérieur en tant que Tchadien ? La désespérance est telle qu'il ne faudrait pas même essayer ? Moi, je ne veux pas crever sans avoir fait quelque chose pour les générations à venir. Allumer une bougie, apporter sa part de lumière me semble important. Sinon qui va se mettre les mains dans le cambouis ? Il y a ceux qui attendent qu'un jour Dieu ou je ne sais qui leur apporte le pouvoir politique parfait pour enfin venir s'asseoir à la table. Je ne suis pas de cette race-là. Je fais la différence entre la posture du rebelle, qui se tient à l'écart du monde et ressasse les mêmes litanies, et celle qui consiste à s'engager pour négocier avec la réalité et espérer pouvoir un tout petit peu changer les choses…
 
Que vous inspirent ces autres créateurs qui ont pris ce parti du retour au service de l'État, je pense par exemple à Abderrahmane Sissako en Mauritanie.
 
Je ne sais pas ce que fait ce cinéaste sur place. Moi, je le croyais malien…
 
Vous avez plusieurs actualités au programme de 2017, dont Une saison en France avec Sandrine Bonnaire, une manière de dire que vous n'allez pas vraiment, du jour au lendemain, rompre avec votre carrière de cinéaste ?
 
En effet, je vais commencer par une période d'aller et retour au pays, en ménageant les deux, puisque le film sur les réfugiés politiques, dont je poursuis le montage, sortira à l'automne et doit être accompagné bien sûr d'une tournée. Tout comme mon roman Djibril ou Les ombres portées, qui sort le 2 mars.
 
Quelle en est l'histoire ?
 
En quelques mots, celle d'un enfant de la rue qui ne sait pas comment il a atterri là et devient en quelque sorte, le diariste de la vie quotidienne d'Abéché dans les années 1980.
 
Et ensuite, le ministre prendra-t-il toute la place ?
 
Je reste un cinéaste, qui devient ministre. Le scénario de mon prochain film est bouclé, il se tournera au Tchad, dans le désert de l'Ennedi. C'est un film fantastique…

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

"Que les médiocres dégagent": Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila

Mar 09 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo, figure de la puissante Eglise congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d'année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo, un an après la médiation... Lire la suite >

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne
Mar 09 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Le président sénégalais, Macky Sall a décrété deux jours de deuil à partir de ce lundi à la mémoire des 13 jeunes tués samedi dans une forêt protégée de Casamance. Une délégation ministérielle... Lire la suite >

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée après l'attaque perpétrée ce samedi à Boffa et attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). ... Lire la suite >

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité... Lire la suite >

Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

 Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »
Sam 06 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le colonel Auguste Denise Barry est accusé d’avoir mis en place un mouvement insurrectionnel pour déstabiliser le régime actuel.   Après deux ans et demi d’ombre, le colonel Auguste Denise Barry revient dans la lumière, malgré lui.... Lire la suite >

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes
Sam 06 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l'une des promesses majeures du président Nana Addo-Akufo. Où en est-il aujourd'hui ?   Le débat sur la lutte contre la corruption est relancé au Ghana. Il bat même son... Lire la suite >

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué
Ven 05 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Cette fois, c'est à la demande de la défense du maire de Dakar que la décision a été prise de renvoyer le procès au 23 janvier. « Pour disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins », a-t-elle avancé.   «... Lire la suite >

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs
Ven 05 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une étude parue dans « The Lancet » pointe le mauvais suivi postopératoire et les complications fatales qui touchent un patient sur cinq.   Le taux de mortalité lors des opérations chirurgicales est deux fois plus élevé en Afrique... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS