NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Grenouilleau : "l'Afrique a résisté des siècles à ce temps de la colonisation"


Grenouilleau :
Missionnaire. Caricature de David Livingstone. Le Britannique est le premier Européen à avoir traversé l’Afrique d’est en ouest, au milieu du XIXe siècle. | PHOTO: SIPA/Mary Evans
ENTRETIEN. À partir des récits de sept explorateurs français et anglais (1795-1830), l'historien écrit un chapitre méconnu de l'époque précoloniale.
 
Comprendre l'image d'un continent par un autre. En l'occurrence, tenter de décrypter « les représentations de l'Afrique par les Européens de la première moitié du XIXe siècle » : voilà l'objectif du livre d'Olivier Grenouilleau, Quand les Européens découvraient l'Afrique intérieure, qui « donne à voir, à lire, en les citant largement », sept ouvrages de voyageurs français et anglais qui s'enfoncèrent entre 1795 et 1830 dans ces terres inconnues. C'était une époque charnière : l'heure n'était pas encore au colonialisme, l'abolitionnisme gagnait du terrain, mais l'Europe était sous la coupe des représentations racistes des esclavagistes. Grâce à ces étonnants récits de voyage, très précis et très lus en leur temps, l'Afrique va enfin « entrer dans le réel » des Européens et non, selon la formule sarkozyste, entrer dans cette Histoire à laquelle elle avait toujours appartenu. Avec cet ouvrage, Olivier Grenouilleau, qui publie par ailleurs ces jours-ci La Révolution abolitionniste (Gallimard), poursuit son exploration de l'Afrique entamée, en particulier avec son essai sur Les Traites négrières (Gallimard, 2004), salué par le monde universitaire et qui lui avait valu un mauvais procès d'associations mémorielles parce qu'il avait osé rappeler et démontrer l'importance de la traite musulmane orientale, au côté de la traite atlantique. Mésaventure qu'il se refuse à évoquer aujourd'hui, ce qui ne nous a pas empêchés de balayer avec lui plusieurs siècles d'histoire africaine et de relations avec l'Europe.
 
 
Pionnier. En1796, l’EcossaisMungo Park reconnaît le cours du fleuve Niger. © SIPA/Mary Evans
 
Le Point : Quels sont les objectifs de ces voyageurs français et anglais qui explorent l'intérieur de l'Afrique ?
 
Olivier Grenouilleau* : Il y a des motifs généraux propres à l'Europe. Une dimension morale, philanthropique les incite à vouloir mettre un terme à l'esclavagisme et à la traite atlantique. En outre, ils entendent opposer des arguments économiques aux esclavagistes, qui prétendent que, si on met fin à la traite, les économies occidentales vont s'écrouler. Ils veulent leur démontrer que celle-ci peut être remplacée par un commerce qu'ils appellent « légitime », c'est-à-dire l'échange de produits du travail libre des Européens et des Africains. Enfin, il ne faut pas négliger la dimension scientifique et géopolitique : il s'agit d'explorer un monde totalement inconnu, de reconnaître le cours de grands fleuves (le Sénégal, la Gambie, le Niger) qui sont autant de voies de pénétration. J'ajouterai des motivations propres à ces voyageurs, le plus souvent des hommes jeunes, portés par des envies d'ailleurs, qui s'en vont à l'aventure, parfois tout seuls, sans mandat officiel de leur État.
 
À l'époque où ils entreprennent ces voyages, quelle est l'image de l'Afrique colportée en Europe ?
 
Lors de la découverte des côtes de l'Afrique subsaharienne au XVe siècle par les Portugais, on ne connaissait presque rien de ce continent parcouru seulement par les marchands et les voyageurs musulmans, dont les récits sont peu diffusés en Europe : on pensait que l'air y était irrespirable, qu'il n'y avait que des déserts, que les eaux se mettraient à bouillonner sitôt franchi le cap Bojador. Surprise, les Portugais découvrent des terres fertiles, des populations accueillantes. Mais la donne change à la fin du XVIIe siècle avec la traite atlantique : marins, colons, négriers véhiculent des images négatives de l'Afrique, où l'on meurt de terribles maladies, où les terres ne peuvent fournir que des hommes à exploiter. Avant la seconde moitié du XIXe siècle, qui voit l'essor de la pensée coloniale, ces textes de voyageurs correspondent à un moment précolonial, au sens où on est chronologiquement avant la colonisation, sans qu'il y ait encore d'intention coloniale. C'est un entre-deux, tout est encore possible, et ces voyageurs tentent de naviguer entre leurs clichés d'Européens et leur volonté sincère de rapporter des connaissances de ce continent inexploré.
 
Olivier Grenouilleau Historien, spécialiste de l’esclavage. © Tallandier
 
Que disent les abolitionnistes de la traite en cours ?
 
Même si la traite atlantique est à son apogée en 1795, et qu'en 1830 elle est encore importante, notamment du côté portugais – les Anglais ont aboli l'esclavage en 1807 –, ils l'évoquent assez peu, de même qu'ils restent prudents sur la traite transsaharienne en direction de l'Afrique du Nord. Ils sont surtout surpris par l'esclavage au sein même de l'Afrique, pratiqué par les chefs africains. Les abolitionnistes en Europe pensaient que, si la traite atlantique disparaissait, toute forme d'esclavage serait abolie. Les voyageurs laissent entendre que la chose est plus complexe. Par ailleurs, ils insistent sur ce que j'appelle des « contours de civilisation » : les manières de se nourrir, de se vêtir, de parler, de penser... Une masse énorme de données, d'informations, où certains clichés disparaissent : non, l'Africain n'est ni indolent ni paresseux, mais travailleur ; oui, il est hospitalier. Mais d'autres clichés se forment : l'Africain n'est jamais pressé, une image établie par des voyageurs qui, eux, le sont. Dans ce corpus exhaustif de ces sept grands récits, j'ai voulu montrer un certain combat des valeurs à l'œuvre : ces voyageurs veulent décrire le réel, mais – comment faire autrement ? – ils le décrivent avec les lunettes de leur monde.
 
Quelle influence ces récits ont-ils pu exercer sur les débats de leur époque et la suite de l'histoire africaine ?
 
Il faut d'abord rappeler que ces textes, aujourd'hui oubliés, hormis peut-être celui de René Caillié, le premier Européen à entrer à Tombouctou et à en revenir, furent à leur époque largement lus par les « honnêtes hommes », curieux et cultivés. Sur la question de l'abolition de l'esclavage, ils vont fournir quantité d'arguments dans un débat contradictoire. Sur le plan économique, leurs auteurs ne disent pas explicitement qu'ils sont déçus. Mais si, au-delà des supposées richesses fabuleuses de l'Afrique, il y a bien des terres fertiles, le bilan, à les lire, n'est guère incitatif. Ils s'attachent surtout à essayer, pour les Européens, de faire entrer l'Afrique dans le réel...
 
Vont-ils apporter leur pierre au projet colonial ?
 
Les voyageurs dépeignent des peuples déjà « évolués », sur le chemin de la « civilisation », comme on dit alors. Mais qu'il faudra aider, éduquer, faire grandir ; un point de vue qui pourra être récupéré par les colonialistes. D'autant plus qu'ils rendent compte d'une méconnaissance totale des Noirs à l'égard des Blancs. Les Africains pensent ainsi que les Européens sont cannibales, qu'ils vivent sous la mer, qu'ils sont dotés de pouvoirs très importants. Si nos voyageurs amendent ces premières images, ils se gardent bien de corriger cette dernière croyance de toute-puissance, dont ils se servent en guise de sauf-conduit. Une image du Blanc qui, ensuite, a pu inciter à se lancer dans l'aventure coloniale.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »
Lun 17 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

LE GRAND ENTRETIEN. Pour l’expert du GIEC Arona Diedhiou, le continent n’est pas seulement victime de la hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, mais y contribue.     Arona Diedhiou a participé en tant qu’auteur principal... Lire la suite >

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne
Lun 17 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Komi Koutché, ancien ministre d'Etat du Bénin en charge des finances sous le président Boni Yayi, a été interpellé vendredi soir par la police espagnole, a-t-on appris dimanche auprès de ses proches.   "Il a été ... Lire la suite >

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Mar 04 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.   Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS