NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Marie-Cécile Zinsou : “Interroger la légitimité de la France à garder ces objets”


Marie-Cécile Zinsou : “Interroger la légitimité de la France à garder ces objets”
Marie-Cécile Zinsou, Lagos, 2015. | PHOTO: Antoine Temp / Photo Antoine Temp
ENTRETIEN. La France vient de refuser de restituer au Bénin des œuvres d'art acquises pendant la colonisation. La directrice de la Fondation Zinsou réagit.
 
On s'attendait à la voir du côté des débatteurs ce lundi après-midi en plein cœur du pavillon Afrique au Salon du livre de Paris. Mais c'est bien dans le public que Marie-Cécile Zinsou s'était tranquillement assise. Cheveux tirés en arrière par un joli bandeau noir, sourire au lèvres, l'attention totale. Normal, ça discute passionnément d'art contemporain. Sa raison de vivre. La fondatrice de la Fondation Zinsou s'est très peu exprimée dans les médias internationaux depuis l'officialisation de la demande du Bénin de récupérer ses objets d'art dits anciens pillés par la France durant la colonisation. La jeune femme de 34 ans installée à Cotonou préfère donner la primeur de ses propos à la presse locale, et réagit bien efficacement sur les réseaux sociaux. Mais la passion pour l'art brûle trop en elle pour garder le silence face au flux d'informations, de réactions, de campagnes et de contre-campagnes. D'échange en échange, Marie-Cécile Zinsou finit par nous donner quelques pistes de réflexion sur ce débat décisif.
 
 De quels objets anciens s'agit-il ? Il faut remonter en novembre 1892 à la chute du royaume d'Abome. Parmi les butins de guerre des vainqueurs menés par le général Alfred Dodds figurent des "trônes royaux, des récades (sceptres royaux), les portes sacrées du palais d'Abomey, des statues anthropomorphes, la statue du dieu Gou, des statues représentant les rois Glèlè et Gbèhanzin et bien d'autres. L'ambassadeur de la délégation du Bénin pour l'Unesco, Irénée Zevounou, estime que "4 500 à 6 000 objets sont en France, y compris dans les collections privées". Mais ces chiffres n'ont pas été à ce jour authentifiés et il n'existe pas de liste précise dans la demande officielle du Bénin.
 
La plupart de ces pièces sont actuellement préservées dans les collections du musée du Quai-Branly à Paris.
Après une annonce fracassante le 27 juillet 2016, le Bénin a fait une demande officielle en septembre de la même année au Quai d'Orsay. Mi-mars, les ministres des Affaires étrangères et de la Culture se sont rendus à Paris, surtout après le refus de la France. Mais le pays de Patrice Talon n'est pas le premier pays africain au sud du Sahara à faire cette demande. Le Nigeria voisin, qui fut un temps en partie béninois, réclame depuis de nombreuses années le retour des bronzes pillés par l'armée britannique en février 1897.
 
La convention de l'Unesco de 1970, dont la France est signataire, mais pas le Bénin, n'est pas rétroactive : elle ne s'applique que pour les transferts d'objets qui ont eu lieu après 1970. 
 
Le Point Afrique : Comment avez-vous appris la nouvelle du refus de la France de rendre au Bénin les objets dits “anciens” ?
 
Marie-Cécile Zinsou : C'est par courrier que j'ai appris cette nouvelle. En effet, j'ai eu accès aux deux lettres. Celle qu'avait envoyée le ministre béninois des Affaires étrangères à son homologue français (Jean-Marc Ayrault, NDLR) et la réponse de ce dernier. Dans cette lettre officielle, le Bénin a fait une demande qui me semble “légère” pour un sujet que je juge sérieux. En conséquence, le gouvernement a reçu une réponse tout aussi "légère" de la part de la France.
 
Vous savez, on rentre dans un débat qui est essentiel. Car la restitution des objets issus de l'ancien royaume de Danhomè (Dahomey en français) et passés dans le giron de la France à la fin du XIXe siècle lors de la conquête du pays pose la question de l'Histoire. Aujourd'hui, plusieurs sont exposés dans les musées en France, notamment au Quai-Branly. Malheureusement, c'est une page de l'Histoire qui n'est pas regardée franchement. Ni du côté africain ni du côté européen. Fondamentalement, il ne s'agit pas pour le Bénin de récupérer tous les objets dahoméens qui sont en France. La plupart y sont de manière parfaitement légale.
 
De quelle Histoire parle-t-on dans ce débat ?
 
Dans ce cas précis, il s'agit de l'histoire de la colonisation française. C'est une période sur laquelle on n'a pas le droit de poser de question. Et bien souvent qu'on regarde encore avec honte. Tant que ces objets seront dans les collections françaises sans que soit posée la question de leur origine, cela constituera un problème pour la France.
 
Alors dites-nous, finalement, la demande du Bénin est légitime ou pas ?
 
Pour ma part, il me semble raisonnable d'interroger la légitimité de la France à garder ces objets sur son territoire. Aujourd'hui, le Bénin a donc parfaitement le droit de demander des objets qui ont été volés par le général Alfred Dodds, qui a conquis le Dahomey pour la France à la fin du XIXe siècle.
 
Maintenant, au cœur de ce débat, il y a un amalgame permanent.
 
Quel est cet amalgame ?
 
Finalement on se retrouve avec un sujet limité à la question de savoir si le Bénin est capable ou pas de "correctement" conserver ses œuvres. Cette question est méprisante, mais surtout elle est inutile.
 
Selon vous, quels doivent être les termes du débat ?
 
La vraie question à se poser est de savoir à qui appartient ce patrimoine détenu aujourd'hui dans les collections françaises. Je pense que la réponse est fondamentalement dahoméenne.
 
Je pense que ce patrimoine nous appartient. Mais il y a des lois. En France, les dons aux collections des musées nationaux sont inaliénables. Certaines de ces lois s'appuient sur les conventions de l'Unesco, des textes internationaux sur les butins de guerre et les spoliations qui sont postérieurs au pillage du Bénin (la première convention date de 1899) et ne sont pas rétroactifs.
 
Donc, ce cadre juridique est loin de permettre au Bénin de récupérer ses objets anciens. Et ça, c'est injuste.
 
Pouvez-vous nous expliquer la notion "d'inaliénabilité" invoquée par la France pour garder ses biens ?
 
En fait, ce principe est formulé à l'article 3111-1 du Code général de la propriété des personnes publiques dans les termes suivants : "Les biens des personnes publiques qui relèvent du domaine public sont inaliénables et imprescriptibles." Plus spécifiquement, la loi du 4 janvier 2002, codifiée à l'article 451-5 du Code du patrimoine, affirme que "les biens constituant les collections des musées de France appartenant à une personne publique font partie de leur domaine public et sont, à ce titre, inaliénables". Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'à partir du moment où un objet entre dans les collections nationales françaises, il entre dans l'histoire du pays, et donc il ne peut plus jamais en sortir.
 
Mais encore faut-il savoir comment ces objets anciens sont entrés dans ce patrimoine. Certains de ces objets sont clairement entrés dans des conditions qui sont douteuses. Je crois donc qu'il faut être capable de prendre du recul et de regarder les choses en face.
 
Aujourd'hui, évidemment, ce débat crée toute sorte de folies et de réactions, mais il y a une loi et il faut d'abord changer cette loi.
 
Mais si la France ne fait rien, une pétition ou le recours à la pression peuvent-ils faire aboutir la demande du Bénin ?
 
Non. À mon avis, c'est un dialogue diplomatique, un dialogue politique et un dialogue culturel qui doivent être engagés. En attendant, ces objets peuvent voyager et ils l'ont déjà fait par le passé.
 
Souvenez-vous, en 2006, le musée du Quai-Branly, sous l'impulsion des présidents Jacques Chirac et Boni Yayi, avait prêté à la Fondation Zinsou des objets de la collection des Régalias (ensemble des symboles matériels du pouvoir royal). Résultat : nous avons eu plus de 275 000 visiteurs en trois mois. Donc la coopération muséale fonctionne entre nos deux pays. Les États peuvent renforcer ce type de coopération en attendant de trouver des solutions politiques et juridiques.
 
Maintenant, que doit faire le Bénin ? Par quoi commencer ? Signer la convention de 1970 de l'Unesco ? Régler la question juridique ?
 
Il faut que les pays comme le Bénin fassent leur examen de conscience sur la façon dont ils gèrent leurs collections nationales. Nous, par exemple, au Bénin, gérons ce patrimoine de manière dramatique. Ça doit changer. Le pays peut commencer tout simplement par dresser l'inventaire des objets qui sont concernés par la demande de restitution.
 
Avez-vous une idée, à votre niveau, du nombre d'objets concernés ?
 
Non. Aucun inventaire n'a été fait. On parle de 5 000 objets, mais l'origine de ce chiffre est incertaine. Sur le site de l'Unesco et du Quai-Branly, les dons du général Dodds sont estimés à 40 objets. Il faut voir s'il y en a d'autres.
 
Cette question ne va pas se régler en cinq minutes, ni par une pétition. Il faut s'asseoir, discuter. C'est un dialogue, un travail de recherche et c'est probablement une action qui va s'inscrire dans la durée.
 
Mais je reste persuadée que c'est une vraie réflexion qu'il faut avoir aujourd'hui et maintenant. La population française y est sensible, la population béninoise y est aussi très sensibilisée. On a tous intérêt à faire un acte de grand intérêt qui honorera nos deux pays.
 
Que peut faire l'Unesco dans ce débat ?
 
C'est compliqué, parce que le Bénin n'est pas signataire de la convention de 1970. Notre pays a beaucoup de travail. Il y a une vraie question à se poser sur le patrimoine. Pour l'instant, on ne parle que des objets anciens, on ne parle pas des artistes contemporains et du fait qu'on ne les aide pas, qu'on ne leur donne pas de structures d'exposition. Je crains qu'on ne se retrouve avec les mêmes problèmatique sur le patrimoine actuel, absent des collections nationales béninoises.
 
C'est un débat qu'il faut aborder maintenant ?
 
C'est un vrai sujet parce que le monde entier s'intéresse à l'art contemporain africain. Au Bénin, nous sommes légèrement en retard dans tout ce qui est structure étatique autour de la création contemporaine. Nos artistes se font seuls ou grâce à l'appui international, mais n'ont pas de soutien intérieur et ça, c'est une situation qui doit changer.
 
Si la question des objets anciens est une question juridique et légale qui va prendre du temps et nous obliger à replonger dans notre histoire partagée avec la France – la question de la création artistique contemporaine, c'est une question de volonté immédiate. Que fait-on aujourd'hui avec notre création contemporaine ? Elle enchante le monde, et tant mieux, mais pourquoi nous privons-nous de cette création ?
 
Tout est urgent en fait…
 
Le gouvernement doit se bouger. C'est urgent. Pour l'instant, le gouvernement béninois est un mauvais élève. Ce n'est pas une critique sur l'équipe en place actuellement, c'est une question qui dure depuis l'indépendance.
 
Aujourd'hui, on peut sauver notre patrimoine, sauver notre histoire et sauver notre avenir.
 
Comment développer la coopération muséale ?
 
Pour l'exposition du Quai-Branly qui a eu lieu à la Fondation Zinsou en 2006, on nous a tout simplement donné les conditions d'exposition pour les objets. Nous avons répondu à toutes les conditions et on a reçu ces objets pendant trois mois. C'est facile ! Il faut juste se donner les moyens de le faire, et tout le monde peut le faire : les collections privées, les musées nationaux. Mais en fait, la vraie question est : qui est équipé pour et qui répond aux conditions muséologiques ? Il faut être capable de recevoir ces objets dans certaines conditions, c'est un métier, il faut apprendre. Et la preuve que c'est possible : nous avons près de 800 œuvres au musée de Ouidah qui sont dans d'excellentes conditions.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Les autorités tentent de contenir l’« exode massif » depuis les régions anglophones du Cameroun

Les autorités tentent de contenir l’« exode massif » depuis les régions anglophones du Cameroun
Mar 18 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Les autorités camerounaises ont interdit, samedi 15 septembre, « l’exode massif » des populations du Sud-Ouest, l’une des deux régions anglophones en crise, après que des « centaines de familles » de ces zones ont décidé de... Lire la suite >

L'Afrique, terrain de chasse favori des agents secrets français

L'Afrique, terrain de chasse favori des agents secrets français
Mar 18 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un livre-enquête se penche sur les succès (mais aussi les échecs) des réseaux d'espions que la France entretient au sud de la Méditerranée. Par Baudouin Eschapasse   Que reste-t-il des réseaux Foccart au sud de la Méditerranée... Lire la suite >

Pop star contre président: une bataille de générations en Ouganda

Pop star contre président: une bataille de générations en Ouganda
Ven 14 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

"Nous avions l'habitude d'être effrayés", raconte Josephine Katumba, une coiffeuse de 30 ans de Kamwokya, une banlieue pauvre de la capitale ougandaise. "Nous n'avons plus peur."   Sous l'impulsion d'une nouvelle figure de proue, Bobi... Lire la suite >

Mamoudou Gassama naturalisé après avoir sauvé un enfant français

Mamoudou Gassama naturalisé après avoir sauvé un enfant français
Ven 14 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Mamoudou Gassama, le jeune migrant malien qui a sauvé un enfant en escaladant la façade d'un immeuble parisien fin mai, a obtenu la nationalité française, selon le décret de naturalisation paru au Journal officiel mercredi.   "Cet acte de grande... Lire la suite >

Jean-Claude Juncker : « L'Afrique n'a pas besoin de charité »

Jean-Claude Juncker : « L'Afrique n'a pas besoin de charité »
Jeu 13 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

S'exprimant devant le Parlement européen à Strasbourg, le président de la Commission européenne a proposé « un nouveau partenariat » entre l'Union européenne et l'Afrique.   C'était l'un de ses derniers ... Lire la suite >

Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes

Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes
Jeu 13 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une étude publiée par l’INED invalide la thèse d’une invasion prévisible de l’Europe par la population d’Afrique subsaharienne en 2050   L’Europe de 2050 sera-t-elle peuplée à 25 % d’immigrés subsahariens... Lire la suite >

«Nous assistons à la naissance d'une nouvelle cellule terroriste au Burkina Faso»

«Nous assistons à la naissance d'une nouvelle cellule terroriste au Burkina Faso»
Jeu 06 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le chercheur Mahamoudou Savadogo, des groupes profitant de l'absence de l'Etat pour s'implanter dans le pays, confronté à des attaques régulières.   La situation sécuritaire au Burkina Faso s'est détériorée... Lire la suite >

Afrique : les Peuls se sont-ils radicalisés ?

Afrique : les Peuls se sont-ils radicalisés ?
Jeu 06 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'expansion de la violence islamiste a renforcé les amalgames entre revendications peules et mouvements djihadistes. Comment dénouer le réel du fantasmé ? Explications.   Les Peuls focalisent actuellement l'attention du fait de l'instrumentalisation... Lire la suite >

Safiatou Lopez, figure de la révolution burkinabée, brutalement arrêtée à Ouagadougou

Safiatou Lopez, figure de la révolution burkinabée, brutalement arrêtée à Ouagadougou
Lun 03 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le domicile de la militante a été pris d’assaut par les forces de sécurité, sans aucune justification selon ses défenseurs.   Les autorités ont voulu montrer leurs forces. Safiatou Lopez, militante des droits humains au Burkina Faso et ... Lire la suite >

Cheikh Hamidou Kane : « L’Afrique n’existe plus, elle a été dépossédée de son espace »

Cheikh Hamidou Kane : « L’Afrique n’existe plus, elle a été dépossédée de son espace »
Lun 03 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

L’auteur sénégalais de « L’Aventure ambiguë », 90 ans, revient sur l’histoire contemporaine du continent, marquée par des questionnements et des tourments identitaires.   C’est l’un des paradoxes de Cheikh Hamidou Kane.... Lire la suite >

Les Mauritaniens appelés aux urnes dans un climat de défiance

Les Mauritaniens appelés aux urnes dans un climat de défiance
Ven 31 Aoû 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des élections législatives, régionales et locales ont lieu samedi alors qu’opposants et ONG dénoncent des atteintes aux droits humains.   Les Mauritaniens se rendent aux urnes, samedi 1er septembre, pour des élections législatives, régionales... Lire la suite >

Mali : Lenali, ce réseau social pas comme les autres qui fait la différence

Mali : Lenali, ce réseau social pas comme les autres qui fait la différence
Ven 31 Aoû 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Invention de Mamadou Gouro Sidibé, informaticien malien de haut niveau, Lenali est un réseau social vocal en langues locales. Révolutionnaire.   Lenali est né de l'interrogation simple que s'est faite Mamadou Gouro Sidibé, docteur en informatique,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS