NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Elikia M’Bokolo : « Mais qu’avons-nous fait de l’indépendance ? »


Elikia M’Bokolo : « Mais qu’avons-nous fait de l’indépendance ? »
L'écrivain et historien congolais Elikia M'Bokolo. | PHOTO: AFP
Propos recueillis par Jean-Pierre Bat (contributeur, Le Monde Afrique)
 
« Expédition Taxi-Maboule », diffusé entre le 2 et 13 février sur France Culture et désormais accessible en podcast ici, raconte comment, en août 1960, douze pays africains proclament leur indépendance. Pour prolonger la réflexion, entretien avec l’historien congolais Elikia M’Bokolo, spécialiste de l’histoire africaine et auteur entre autres de L’Afrique au XXe siècle, le continent convoité.
 
Dans quel cadre s'inscrivent les décolonisations de 1960, entre AOF, AEF et Congo belge ?
Je préfère dire « indépendances » plutôt que « décolonisation ». De fait, aucun des pouvoirs coloniaux n’avait programmé ce qu’en Europe on appelait « décolonisation » et que les programmes d’enseignement et les manuels d’histoire continuent d’appeler de la sorte. Cette impréparation n’est pas le moindre paradoxe des années 1950-1960.
 
Ne parlons pas du Portugal, la plus ancienne puissance coloniale, complètement intoxiqué par le mythe d’une « nation lusitanienne » dont les colonies étaient partie intégrante. La Belgique, longtemps aveugle et sourde, ne s’est résolue à l’indépendance du Congo et du « Ruanda-Urundi » qu’après les émeutes insurrectionnelles de 1959 à Kinshasa : elle le fera dans la précipitation et avec le calcul de ne rien céder sur le fond.
 
Voyez surtout le cas de la France, qui avait déjà été confrontée de longue date à la « situation coloniale », notamment aux Antilles : elle était bien placée pour savoir, comme le dira l’historien Jean-Baptiste Duroselle, que « tout empire périra ».
Il y avait eu le souvenir, douloureux pour la France, de l’indépendance de « la perle des Antilles », Haïti, et des laborieuses négociations qui avaient conduit à l’acceptation par Haïti d’une très lourde indemnité pour « réparer » les pertes subies par les colons esclavagistes : cette dette va peser sur Haïti jusqu’en 1952 !
 
Dans un contexte moins tendu, la France a dû, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, reconnaître l’accession à la souveraineté du Liban et de la Syrie, les deux mandats qu’elle avait reçus de la Société des nations après la Grande Guerre. Elle a dû aussi accepter l’indépendance de la Tunisie et du Maroc. C’est vrai qu’il ne s’agissait pas de « colonies » avec ces deux pays, mais simplement de « protectorats » !
 
Au « sud du Sahara », la France ne savait plus où donner de la tête ! La guerre d’Algérie produisait des échos puissants plus au sud. Les soi-disant « tirailleurs sénégalais » avaient été recrutés dans toute l’Afrique noire pour combattre les nationalistes algériens. Mais, grâce notamment aux articles et aux appels du médecin martiniquais Franz Fanon, les Africains suivaient de très près les péripéties d’une guerre qui a fini par devenir leur propre guerre.
 
Enfin, ayant répondu par un « non » au référendum organisé par le général de Gaulle en 1958, la Guinée était devenue de facto indépendante. Cette indépendance, venant après celle du Ghana en 1957, a ouvert la voie à l’ensemble de l’« Afrique française », AOF, AEF, Madagascar compris.
Les Britanniques n’avaient pas, en apparence, la même rigidité. Depuis 1951, les victoires électorales successives de Kwame Nkrumah et de ses partisans les avaient convaincus du caractère inéluctable des indépendances africaines. Dès 1957, la Gold Coast devient indépendante sous le nom de Ghana et va mobiliser toutes les énergies africaines en vue de la libération totale du continent.
 
Comment expliquer le hiatus entre le récit traditionnel d'une indépendance octroyée, autrement dit d'une décolonisation prétendument pacifique, et les violences de l'été 1960 dans lesquelles s'inscrivent finalement l'élimination de figures telles Félix Moumié et Patrice Lumumba ?
Les Anglais avaient trouvé une belle formule « Give and Keep » : « Give », donner les apparences de la souveraineté aux colonies africaines ; « Keep », conserver l’essentiel de la domination coloniale aux plans économique et financier, militaire et sécuritaire, culturel et linguistique. Ces calculs ont d’abord été mis en échec au Kenya où la guerre des Mau Mau (1952-1960), marquée par des violences extrêmes, a fait plusieurs dizaines ou centaines de milliers de morts, selon les spécialistes.
La stratégie britannique a été déjouée ensuite par l’option politique de Kwame Nkrumah. En tournée en Afrique en 1960, le premier ministre anglais Harold Macmillan trouva encore le moyen de qualifier simplement ces mouvements sociaux et politique de « vent du changement en Afrique » : Nkrumah lui rétorqua qu’il s’agissait, au contraire, d’un véritable « ouragan africain » !
 
Deux interprétations absolument antagonistes ! Aux yeux des colonisateurs, il fallait donc, pour arrêter cet « ouragan », se débarrasser d’une manière ou d’une autre des dirigeants « radicaux », accusés aussitôt d’être « communistes » et « à la solde de Moscou » !
 
Engluée dans la guerre d’indépendance de l’Algérie, la France était confrontée à une autre guerre d’indépendance commencée dès 1955 au Cameroun sous l’impulsion de l’UPC (Union des populations du Cameroun). Son leader Ruben Um Nyobe fut assassiné dès 1958. Barthélémy Boganda, le leader du mouvement d’indépendance de l’Oubangui Chari (République centrafricaine), luttait en même temps pour la création d’un grand Etat fédéral réunissant l’Afrique équatoriale française, le Congo Belge, le « Ruanda-Urundi » et l’Angola : il trouva la mort dans un étrange accident d’avion en 1959.
 
L’année 1960 fut encore plus tragique. Félix Moumié, un autre leader de l’UPC, meurt des suites d’un empoisonnement à Genève. Le Congo-Kinshasa, enfin indépendant, est plongé dans le chaos. Patrice Lumumba, le premier chef du gouvernement, un véritable « patriote », se trouve confronté à un véritable complot, fomenté par la Belgique et les services spéciaux occidentaux avec la complicité de quelques politiciens locaux et d’officiers de la « Force publique » coloniale : il finit par être assassiné, avec ses camarades, en 1961.
 
Quelles traces laissent aujourd'hui en Afrique ces décolonisations de l'été 1960 ?
Dans les faits, les Etats africains restent solidement amarrés aux anciennes puissances coloniales aussi bien financièrement et économiquement, que militairement et culturellement.
Dans les esprits, c’est un mélange d’étonnement, de nostalgie, de perplexité et de désenchantement. Il faut souligner que les pouvoirs des Etats indépendants ont tout mis en œuvre pour capter, souvent en la déformant, l’histoire de ces combats qui ont fait de l’Afrique des années 1960 l’un des fers de lance de la libération du tiers-monde. Ces pouvoirs ont tout fait, souvent avec l’aide des anciens puissances coloniales, pour inculquer aux nouvelles générations une histoire déformée de ces combats.
A voir le succès persistant d’Indépendance cha cha et des autres chansons fameuses de cette époque, il est clair, pour la grande majorité, que ces années furent celles de la libération et de la joie d’être enfin indépendant.
 
 
Pourquoi l’étonnement ? L’histoire de ce moment fondateur a été et reste souvent tellement déformée que, lorsque les gens, les jeunes surtout, ont l’occasion d’en percevoir les véritables péripéties et aussi les drames, la réaction reste la même : « Quoi ? Nous avons fait cela ! Nous avons été capables de nous libérer ! C’est extraordinaire ! »
Aussitôt surgissent les interrogations : « Mais, que s’est-il passé depuis ? Pourquoi ces liens de dépendance maintenus avec l’ancienne “métropole” ? Pourquoi toutes ces ingérences plus de cinquante ans après ? Et. »
Le désenchantement ne manque pas au rendez-vous. On l’a bien vu lors des célébrations des « cinquantenaires » des indépendances. Il ne faut pas se tromper sur ce point. Personne ne souhaite le « retour » des colonisateurs. La vraie question reste : « Mais qu’avons-nous fait de l’indépendance ? » Plus exactement : « Qu’avez-vous fait de l’indépendance, de nos espoirs et de nos aspirations, de la condition des peuples africains, vous les dirigeants successifs de nos Etats ? »
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table
Ven 16 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’opposition demande notamment la libération des militants arrêtés depuis le début des manifestations contre le président Gnassingbé, en août 2017.   Cela ressemble à une légère éclaircie dans le ciel politique... Lire la suite >

Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin

Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin
Ven 16 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Il a rongé son frein et attendu son heure pendant de longues années. Cyril Ramaphosa a eu un parcours hors du commun où syndicalisme, business et politique se sont succédé et quelquefois côtoyés. Qui est-il vraiment ?   À... Lire la suite >

Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine

Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine
Mer 14 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Avant la crise actuelle, née du refus du président Zuma de démissionner sous la pression de l'ANC, il y a eu le départ anticipé de Thabo Mbeki en 2008. Entre-temps, le système Zuma a prospéré.   Alors qu'il y a ... Lire la suite >

Gambie : cette place forte de la non-transparence financière

Gambie : cette place forte de la non-transparence financière
Mar 13 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans la planète de l'argent dissimulé, la Gambie joue les premiers rôles si l'on en croit le dernier rapport de Tax Justice Network, réseau de spécialistes engagés dans la lutte contre les paradis fiscaux.   Avec le score de 76,63, la ... Lire la suite >

Paul Biya: 85 ans mardi, dont 35

Paul Biya: 85 ans mardi, dont 35
Mar 13 Février 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.   "Le... Lire la suite >

Bénin : le bras de fer se durcit entre Patrice Talon et les syndicats

Bénin : le bras de fer se durcit entre Patrice Talon et les syndicats
Lun 12 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Négociations ardues entre le gouvernement béninois et les syndicats de l'administration publique, ce qui n'arrange en rien la situation économique du pays.   « Une rencontre Talon et syndicats pour rien ! » s'exclame René Ahouansou ... Lire la suite >

Zimbabwe : les fermiers blancs, une épine dans le pied de Mnangagwa

Zimbabwe : les fermiers blancs, une épine dans le pied de Mnangagwa
Lun 12 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Faut-il rendre aux fermiers blancs leurs terres confisquées ? Le nouveau gouvernement s'attaque aux défauts structurels de la réforme agraire, héritage de Robert Mugabe.   En décembre dernier, le nouveau président zimbabwéen, Emmerson... Lire la suite >

Forces étrangères au Niger : tout le monde n'est pas d'accord

Forces étrangères au Niger : tout le monde n'est pas d'accord
Sam 10 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Au nom de la sécurité, le gouvernement nigérien autorise des forces françaises, américaines et bientôt italiennes à stationner sur son territoire. Au nom de la souveraineté nationale, une partie des Nigériens lui conteste cette... Lire la suite >

En RDC, les enfants volés de Goma

En RDC, les enfants volés de Goma
Ven 09 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Depuis un an, les rapts se multiplient dans la capitale du Nord-Kivu, où l’armée et de multiples milices maintiennent une tension permanente.   Tout semble protégé chez Valentin Sendegeya. Derrière une clôture en pierres, des rideaux imprimés... Lire la suite >

Afrique du Sud : Jacob Zuma, l'homme qui ne voulait pas laisser le pouvoir

Afrique du Sud : Jacob Zuma, l'homme qui ne voulait pas laisser le pouvoir
Ven 09 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Les conseils et menaces publiques de défiance n'arrivent pas à ébranler la détermination de Jacob Zuma à demeurer président. Pour l'ANC, l'heure est grave.   « Coup de théâtre ! » Après avoir refusé... Lire la suite >

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme
Ven 09 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La classe africaine (18). Retards, sureffectifs, abandons… Les étudiants burkinabés sont durement affectés par le « chevauchement » des années universitaires.   Géomorphologie, cristallographie, géochimie… Concentré,... Lire la suite >

« Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège de l’unilatéralisme en Afrique ? »

« Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège de l’unilatéralisme en Afrique ? »
Mer 07 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon notre chroniqueur, le président s’efforce d’impliquer les pays du Sahel dans la lutte anti-djihadiste, mais c’est bien la France qui demeure en première ligne.   Chronique. En critiquant sur le sol africain, qui plus est devant les parlementaires... Lire la suite >

Afrique du Sud : ça se complique pour Jacob Zuma

Afrique du Sud : ça se complique pour Jacob Zuma
Mer 07 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Le président sud-africain doit faire face à une nouvelle motion de défiance déposée par le parti d'opposition dirigé par Julius Malema, les Combattants pour la liberté économique.   Alors que son discours annuel sur l'état... Lire la suite >

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger
Mar 06 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

La classe africaine (16). Le gouvernement a adopté un décret visant à protéger, soutenir et accompagner les jeunes filles en cours de scolarité.   Mariama Chipkaou a gardé de son passé de leader syndicaliste une ferme poigne et un certain... Lire la suite >

Guinée : l'opposition dénonce une fraude massive aux élections locales

Guinée : l'opposition dénonce une fraude massive aux élections locales
Mar 06 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Elles ne sont pas parties pour apaiser le climat politique. Les élections locales, les premières depuis 2005, auraient, selon des responsables de l'opposition, fait l'objet de fortes irrégularités.   « Il y a une fraude à l'échelle... Lire la suite >

Mali : les héros de la diaspora

Mali : les héros de la diaspora
Lun 05 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Les migrants de la région de Kayes au Mali installés à l'étranger ont remplacé l'État et assurent ses missions.   Dans la case à palabres, les hommes en bazin, graves, écoutent l'enregistrement. La voix est... Lire la suite >

ACTUALITE

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table
Ven 16 Février 2018 | Source: lemonde.fr
Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin
Ven 16 Février 2018 | Source: afrique.lepoint.fr
Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine
Mer 14 Février 2018 | Source: afrique.lepoint.fr
Plus d'Actualité | Cliquez ici

Vidéo à ne pas rater

Biennale panafricaine / L'invitation du professeur AMOA Urbain
Jeu 15 Février 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS