NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Leyla Dakhli : "Francophonie ou franco-aphonie ?"


Leyla Dakhli :
Leyla Dakhli, docteur et agrégée en histoire, est spécialiste de l'histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain | PHOTO: DR
TRIBUNE. À mon sens, la francophonie est le dernier jalon d'une série de glissements, du colonial civilisationnel vers le « culturel ». Car qu'est-ce qu'être francophone pour le Français ? C'est ne pas être tout à fait barbare. Justement parce que, dans la barbarie, il s'agit bien de la langue avant tout.
 
À l'intérieur de toutes les variations du « néo-colonialisme », la francophonie joue un rôle tout particulier, aux côtés d'autres registres, plus ou moins distincts, en tout cas historiquement liés. Il reste, dans les discours et les actes de la France vis-à-vis du monde, des modes d'appréhension des autres qui créent en leur sein des degrés, des gradients dans l'éloignement. Au temps de la colonisation, on était déjà moins « indigène », plus « civilisé », si l'on était chrétien. On pouvait acquérir la nationalité française si l'on était de confession juive. C'est ainsi que les Orientaux de religion chrétienne sont devenus des « chrétiens d'Orient », ces Orientaux pas tout à fait comme les autres qu'il fallait protéger, non pas simplement parce qu'ils seraient menacés ou minoritaires, mais aussi parce qu'il se pourrait bien qu'ils soient « moins orientaux que les autres ».
 
Glissement
 
Ce glissement, il est perceptible en permanence dans les discours sur les chrétiens victimes de violences au Moyen-Orient. Il en est de même pour les francophones. Les francophones sont proches. On les suppose un peu plus « d'accord avec nous ». On les pose en médiateurs. On les préfère en opposants, mais dans leur(s) patrie(s). C'est pour ces raisons que la francophonie n'est pas soutenable. Elle ne peut pas s'extraire de son histoire et de ce qu'elle représente, au nom de ce qu'elle classe implicitement et marque par la langue. Il y a une géopolitique des langues derrière la francophonie. C'est une évidence. Mais il y a, plus encore, une échelle des langues, une honte attachée aux langues. Elle rend aphone, elle prive de la parole.
 
Je ne crois pas qu'il y ait de valeur particulière attachée à la langue maternelle, à la langue des racines, qu'elle soit l'amazigh, l'arabe ou le français. C'est pourtant tout cela que la francophonie renforce, qu'elle ne cesse de redire. Je suis née française, née binationale et bilingue, et pourtant, ma langue est le français, celle dont j'use et que j'expose, celle que je sais parler. Elle contient, cette langue française que je parle et que j'écris, d'autres langues, plus ou moins bien comprises et possédées, dont l'arabe – les arabes – et cet italien si proche, de l'autre côté de la Méditerranée.
 
« Ma langue française n'est pas que francophone »
 
Comme Jacques Derrida, né en Algérie, je me sens monolingue d'une langue qui n'est pas complètement la mienne, et ma langue française n'est pas que francophone. Elle est probablement pleine d'autres phonies. Au Maghreb et dans le monde arabe, la littérature francophone, labellisée ainsi, est un monde de rectitude, de bons élèves, de personnages parfois un peu honteux et effrayés devant leur langue maternelle, ignorants face à ceux qui la possèdent, cette langue arabe si terrible, et qui pourrait les dévorer. Ah, ce célèbre écrivain marocain se lamentant à la télé que la langue arabe ne pouvait dire les choses du sexe ! Et pourtant, que de volumes de poésie érotique ! Que de mots fleuris dans les nombreux dialectes auraient pu lui donner tort ! Ils ne font pas de cet usage de la langue française une créolité riche et bariolée, ils sont empêchés de se l'approprier, ils s'excusent parfois. Pas plus tard qu'il y a deux jours, un poète algérien me disait en arabe combien malheureusement, à cause de la colonisation, il se retrouvait à écrire en français. Ces mécanismes d'intimidation que vivent les « francophones » ne sont pas simples à expliciter. Ils sont fils de la colonisation, de la « colonialité » de la langue, dirait Derrida, mais aussi fils des sacralisations des langues pures, des langues mères, que ce soit la langue française ou la langue arabe. En Tunisie, par exemple, où je suis née, on a pu le voir à la constituante après la révolution de 2011. « Parler français est un problème et ne pas parler français est aussi un problème », notait la linguiste Mariem Guellouz. Les députés non arabophones et francophones étaient moqués, comme ceux qui ne maîtrisaient pas assez bien l'arabe classique. Une assemblée de « représentants du peuple » était bien linguistiquement multiple, et c'était juste, d'autant que les Tunisiens de la diaspora étaient devenus citoyens aussi, avec la pluralité de leurs langues. Ces langues mères, pleines de devoirs et de rectitude, nous ont fait vivre notre enfance en langues étrangères, sans argot et sans chanson de la langue. Nous n'avons pas eu le droit d'avoir un accent, et nous ne pouvions que cultiver et aimer ce dialecte polyglotte maghrébin qui mélange tout, sans gène. Et que nous devons cacher, car il n'est ni « la francophonie » ni l'arabe standard ou classique. Il n'est qu'une cacophonie inaudible par les pères et les langues mères.
 
Alors oui, il faut en finir avec la francophonie !
 
Et libérer les frontières des langues, car il ne s'agit pas ici que de pouvoir, de puissance, de rayonnement. Il s'agit encore et toujours de droit, d'accès, de passages. La francophonie est un alignement de pouvoir. Le fait de parler français et d'y mettre ce que l'on veut, c'est la moindre des choses pour ceux dont c'est la langue de droit. Il y a des Arabes, des Berbères, des Africains de toutes sortes dont la langue est le français, par des accidents de l'histoire, la grande, celle de leur famille, celle de leur personne. Peu importe, ils font de cette langue ce qu'ils veulent, n'ont pas besoin de l'attacher plus à la France qu'au Sénégal ou au Québec. Ils peuvent en chercher les échos où ils le souhaitent. Ils peuvent traduire et faire passer s'ils le souhaitent. En tout cas, il est temps de la sortir de la gangue coloniale francophone, et de son corollaire, le discours de la pureté et de l'authenticité linguistique seul garant de la rédemption anticoloniale.
 
Se dégager de la « prothèse d'origine », voilà un joli programme pour cesser d'être aphone au nom de l'identité de la langue.
 
* Docteur et agrégée en histoire, spécialiste de l'histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »
Lun 17 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

LE GRAND ENTRETIEN. Pour l’expert du GIEC Arona Diedhiou, le continent n’est pas seulement victime de la hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, mais y contribue.     Arona Diedhiou a participé en tant qu’auteur principal... Lire la suite >

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne
Lun 17 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Komi Koutché, ancien ministre d'Etat du Bénin en charge des finances sous le président Boni Yayi, a été interpellé vendredi soir par la police espagnole, a-t-on appris dimanche auprès de ses proches.   "Il a été ... Lire la suite >

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Mar 04 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.   Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS