NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Liberia : à Paris, Weah inaugure une nouvelle ère de coopération


Liberia : à Paris, Weah inaugure une nouvelle ère de coopération
Le président libérien au Cnam à Paris le 20 février 2018. | PHOTO: FRANCOIS GUILLOT / AFP
L'ex-star du ballon rond devenue président a accordé sa première visite hors du continent africain à la France. L'occasion pour Monrovia et Paris de bâtir une coopération empreinte d'un nouvel esprit.
 
Peut-on vraiment être surpris que George Weah ait choisi la France pour sa première visite hors d'Afrique ? Pas du tout quand on connaît l'attachement particulier de George Weah à un pays dont il a eu la nationalité un moment, un pays où il a évolué à l'AS Monaco, au Paris-St-Germain et à l'Olympique de Marseille, mais aussi où il a de nombreux amis dont les moindres ne sont pas le très connu entraîneur Claude Leroy, qui l'a découvert à Yaoundé alors qu'il évoluait au Tonnerre, et Arsène Wenger, l'actuel manager d'Arsenal, qui lui a donné sa chance en l'intégrant dans l'effectif du club monégasque alors sous sa responsabilité. Il faut ajouter à cela qu'en faisant pas moins de trois voyages en France en 2017, George Weah a montré combien l'Hexagone comptait à ses yeux. Au-delà des nombreux amis qu'il compte en France, George Weah a pu s'appuyer sur les réseaux français pour toucher l'Europe, en l'occurrence le Parlement européen, dont le président, Antonio Tajani, l'a reçu à Bruxelles fin septembre 2017.
 
Des agendas qui se sont fait écho
 
Dès sa victoire confirmée, George Weah et Emmanuel Macron se sont parlé au téléphone. Très vite, au-delà des félicitations, les agendas des deux présidents se sont fait écho.
 
Côté libérien, majoritairement élu dans le cadre d'une alternance démocratique exemplaire, essentiellement par des jeunes pour qui il souhaite créer de nombreux emplois, George Weah apparaît un peu comme une figure de la Nouvelle Afrique de par les chantiers qu'il a mis en avant, en l'occurrence la relance de l'économie de son pays, l'accès aux soins pour tous, la lutte contre le chômage bien sûr et surtout celle contre la corruption qui devrait au moins participer de la consolidation d'une administration digne de ce nom.
 
En face, Emmanuel Macron, jeune président français, veut faire bouger les lignes quant à la relation de la France avec les pays du continent africain. Pouvoir traiter avec un président africain aussi bien élu que George Weah lui permet de matérialiser une approche de l'Afrique plus ouverte, au-delà du « pré-carré » francophone et de la Françafrique dont les pratiques clientélistes ont été dénoncées et sont en train d'être remisées dans les armoires de l'histoire avec l'épisode du Discours de Ouagadougou. Comme on dit à l'Élysée, c'est l'illustration que dans ses relations avec l'Afrique anglophone la ligne est en train de bouger.
 
Mise en œuvre des idées de Ouagadougou 
 
Cette visite du président Weah à Paris permet en tout cas au président Macron de faire d'une pierre deux coups et de mettre en œuvre son trépied énoncé au Burkina Faso, lequel conjugue l'Afrique avec l'investissement et le sport. Le 29 novembre 2017, dans son discours de Ouagadougou, le président français avait mis en avant sa conviction qu'il était important de reconnaître « le sport comme un puissant vecteur de développement et de croissance des économies africaines ». « Dans le cadre de l'organisation des Jeux olympiques de 2024, je souhaite que nous puissions, en lien avec le Comité des Jeux olympiques et dans le cadre de ce partenariat entre l'Union européenne et l'Union africaine, organiser le développement et l'investissement dans des infrastructures sportives », avait-il poursuivi.
 
Au vu d'un tel état d'esprit, il n'est pas étonnant que le Liberia présente un intérêt particulier aux yeux de la présidence française. Il est le type même de pays qui peut, en s'appuyant sur le passé glorieux de sportif de haut niveau de son président, se servir du sport comme vecteur d'attractivité. En face, la France est déjà prête à intervenir dans cette combinaison sport et développement à travers l'Agence française de développement (AFD) qui peut d'ores et déjà compter sur la Banque mondiale pour lancer et appuyer un fonds de financement du sport en Afrique qui devrait être lancé prochainement.
 
Conjuguer sport, investissement, développement et Afrique
 
C'est dans cette logique qu'il faut comprendre la présence, autour du président Macron lors du déjeuner de travail organisé ce mercredi à l'Élysée, de Gianni Infantino, président de la Fifa, Noël Le Graët, président de la FFF, Ahmad Ahmad, président de la CAF, Didier Drogba, ex-grande star de Marseille et de Chelsea, Kylian Mbappé du Paris St-Germain, Tony Estanguet, président de Paris 2024, Jean-Marc Adjovi Bocco, membre du Conseil présidentiel pour l'Afrique, à côté des hautes personnalités qui accompagnent George Weah.
 
En même temps que ces personnalités, des entreprises françaises sont prêtes à entrer dans le jeu pour développer tout une économie, voire un écosystème autour du sport et pour le développement. Ainsi d'ASO, organisatrice du Tour de France mais aussi du rallye Dakar expatrié en Amérique du Sud en attendant peut-être un retour sur le continent, de Décathlon, qui se déploie actuellement en Afrique avec un pôle logistique important dans la zone du Port Tanger Med au Maroc, de JL Events déjà à côté de la Confédération africaine de football (CAF) en 2012, etc.
 
Projets autour du sport
 
Il s'agit en fait de s'inscrire dans une logique de projets autour du sport. Pour bien comprendre, il faut observer les insuffisances de la situation actuelle, à savoir la difficulté de trouver des projets sur lesquels investir. En effet, des sportifs d'origine africaine ou intéressés par l'Afrique émettent souvent la volonté de faire quelque chose d'utile, sur le plan sportif mais aussi social voire économique. Certains créent des fondations mais force est de constater que cette étape n'a pas souvent suffi à pérenniser les projets. Résultat : de l'énergie et de l'argent perdus.
 
En la matière, est précieux l'apport d'une personnalité membre du Conseil présidentiel pour l'Afrique comme Jean-Marie Adjovi-Bocco, ex-professionnel de Ligue 1, notamment de Lens, qui a créé l'Institut Diambars avec l'ex-international et gardien du PSG, Bernard Lama, l'ex-capitaine des Bleus et d'Arsenal, Patrick Vieira, et Saër Seck, actuel président de la Ligue professionnelle de football du Sénégal. De quoi s'agit-il ? L'Institut Diambars est un établissement dont le but est de former de jeunes joueurs à une carrière de professionnels dans le football mais aussi et surtout à la vie. Beaucoup de ses pensionnaires n'ont pas accédé à de grandes équipes internationales mais ont pu construire leur vie, soit autour de leur passion , le football, soit dans d'autres directions de métiers. Aujourd'hui, l'équipe de l'Institut est l'une des meilleures équipes au Sénégal et son exemple en a inspiré plus d'un.
 
Comment tout cela s'est-il monté ? Quels ont été les obstacles rencontrés sur le chemin de ce projet ? Ce sont là autant de points sur lesquels le retour d'expérience de Jean-Marie Adjovi Bocco pourra aider à construire des projets viables auxquels l'Agence française de développement (AFD) pourra apporter son ingénierie autour de la plateforme du sport pour l'Afrique qui devrait être d'un secours appréciable dans un environnement où les projets, les financements et les moyens seraient mutualisés pour une meilleure rentabilité.
 
On voit là tout l'avantage qu'un pays comme le Liberia dont les jeunes représentent près de 60 % des 4,7 millions d'habitants, lesquels ont été pour beaucoup dans l'élection de George Weah à la tête du pays.
 
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
 
Au-delà du sport, relancer la coopération libéro-française
 
Tout drapé qu'il est dans sa popularité d'ex-star des Lone Stars, l'équipe nationale du Liberia, et de tout nouveau président de la République, George Weah n'en est pas moins tenu de faire face au quotidien marqué par le besoin crucial du Liberia de disposer de 75 millions de dollars pour payer les fonctionnaires. Autant dire que pour le Liberia, ce n'est pas anodin d'avoir été ajouté en février dernier sur la liste des pays prioritaires de l'aide publique au développement française. Pour rappel, cette liste comprend la Gambie, également admise en février dernier, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, les Comores, Djibouti, l'Éthiopie, la Guinée, Haïti, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Tchad et le Togo.
 
Pays historiquement tourné vers les États-Unis, le Liberia n'était jusque-là pas dans le premier cercle de coopération de la France. « On part de loin, c'est un pays où on a été très peu présent ces dernières années », déclare-t-on à l'Élysée, en précisant qu'une première enveloppe d'aide bilatérale devrait être annoncée ce mercredi.
 
Il faut dire que le pays a été fortement éprouvé par la guerre civile qui a duré de 1989 à 2003 mais aussi par l'épidémie du virus Ebola qui l'a touché entre 2013 et 2015. À cela s'est ajoutée la fragilisation de l'économie libérienne du fait de la chute des cours des matières premières et d'une dette qui s'est creusée. Pour soutenir le Liberia et améliorer les relations économiques, Paris entend s'appuyer sur des entreprises françaises déjà impliquées au Liberia et qui, dans la dynamique de lutte contre la corruption de Weah, vont jouer le jeu de la transparence en participant à des appels d'offres et en intégrant dans leur démarche un volet important de Responsabilité sociale d'entreprise (RSE), de responsabilité environnementale aussi. Déjà présent sur place, Orange devrait en être le chef de file. Cela dit, on a conscience à l'Élysée que le chemin ne sera pas si tranquille que cela. Le Liberia est un pays où la présence chinoise est très forte dans divers secteurs et notamment dans celui des minerais de fer dont le pays est un producteur appréciable.
 
Au-delà de la dimension économique, le culturel devrait trouver sa place avec, notamment, un appui à l'enseignement du français et la réouverture de l'Alliance française de Monrovia.
 
Sport, économie, culture, rien n'est laissé sur le côté, pas même le symbole fort d'un président s'adressant à des étudiants. Faisant écho à l'échange que le président Macron a eue avec des étudiants de l'université de Ouagadougou en novembre, George Weah s'est rendu ce mardi au Conservatoire national des arts et métiers où il a rencontré quelque 400 étudiants de Grandes écoles françaises (Sciences po, Polytechnique…) et de divers horizons.
 
Une illustration du nouvel esprit de coopération que Paris entend partager avec les pays africains, autour de la jeunesse, du transfert de compétences, d'expérience aussi.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Soudan: face

Soudan: face
Mer 22 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Drapeaux soudanais brandis, "V" de la victoire et cris de ralliement: les manifestants rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum restent déterminés à obtenir un transfert du pouvoir au civil, malgré l'impasse dans les négociations... Lire la suite >

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin

« Le parc de la Pendjari était sa vie » : portrait de Fiacre Gbédji, guide des deux touristes enlevés au Bénin
Mer 22 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En poste au Bénin pour l’Union européenne, Rafal Lapkowski a croisé la route de Fiacre Gbédji, tué par les ravisseurs des otages libérés le 10 mai. Portrait.   Nous sommes venus nous installer au Bénin en 2014. Un pays d’Afrique... Lire la suite >

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?

Français disparus au Bénin : quelle est la situation sécuritaire dans la région ?
Mer 08 Mai 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Jusqu'à présent, en Afrique de l'Ouest, les zones peu sûres se trouvaient près des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali. La situation s'est dégradée depuis quelques mois dans toute la région. Explication.   Les... Lire la suite >

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »

« En Libye comme au Mali, la France joue un double jeu »
Mer 08 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

A Tripoli et Bamako, Paris soutient les autorités légitimes tout en apportant son aide à des forces rivales jugées plus à même de lutter contre le terrorisme, observe notre chroniqueur.   Chronique. Confrontée depuis un mois à une... Lire la suite >

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours

Crise au Cameroun anglophone: HRW dénonce un recours
Mar 07 Mai 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié lundi "un recours régulier à la torture et à la détention au secret" des autorités camerounaises contre des séparatistes... Lire la suite >

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée

Au Bénin, la disparition de deux Français fait craindre une contagion de l’insécurité burkinabée
Mar 07 Mai 2019 | dans Autres Actus

Le corps du guide des touristes a été retrouvé dans le parc de la Pendjari, à la frontière avec le Burkina Faso, pays en proie à une multiplication des attaques terroristes.   Deux touristes français sont portés disparus depuis ... Lire la suite >

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »

« Au Tchad, le discours sécuritaire réduit au silence toute voix dissidente »
Ven 03 Mai 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon Amnesty International, le droit de manifester fait l’objet d’une interdiction totale et systématique au pays d’Idriss Déby.   Tribune. Les Tchadiens arrêtés jeudi 25 avril lors d’une manifestation interdite contre la vie chère... Lire la suite >

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »

Bénin - législatives : « Le chef de l'État en ressortira forcément affaibli »
Dim 28 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Que se passe-t-il donc au Bénin qui justifie l'absence de l'opposition aux élections législatives de ce dimanche 28 avril  ? Éléments de réponse avec Mathias Hounkpe, de l'Open Society Initiative for West Africa.   Le... Lire la suite >

Le cauchemar de l'inflation hante

Le cauchemar de l'inflation hante
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le cauchemar de l'inflation est de retour au Zimbabwe. Malgré la suppression de la parité fixe entre la pseudo-monnaie locale et le dollar américain, les prix n'en finissent plus de grimper, réduisant à néant les promesses de sortie de crise du gouvernement.   Dans... Lire la suite >

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation

L'ex-président de la Cour suprême du Nigeria fait appel de sa condamnation
Lun 22 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ancien président de la Cour suprême du Nigeria a fait appel de sa condamnation à dix ans de suspension de toute fonction publique pour corruption, ont déclaré vendredi ses avocats.   Walter Onnoghen, qui était le plus haut magistrat du pays,... Lire la suite >

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale

Libye: la communauté internationale divisée, des roquettes sur la capitale
Jeu 18 Avr 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La communauté internationale reste mercredi divisée sur l'offensive lancée par le maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, capitale libyenne et siège du gouvernement d'union (GNA) ciblée mardi soir par des tirs de roquettes qui ont fait six nouveaux morts.   Soumis... Lire la suite >

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »

« Le massacre d’Ogossagou est la conséquence de la perte de contrôle de l’Etat malien sur les milices »
Jeu 18 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’universitaire Youssouf T. Sangaré analyse la situation sécuritaire du Mali et la montée en puissance d’un islam politique.   Tribune. Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés.... Lire la suite >

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent

Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent
Jeu 11 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

« CARNET DE SANTÉ ». En Afrique, ce commerce illicite serait à l’origine de plus 100 000 décès par an, selon l’Organisation mondiale de la santé.   La nuit tombe sur Lagos. C’est l’heure où l’Obalende... Lire la suite >

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?

Libye : derrière la bataille de Tripoli, des influences étrangères ?
Jeu 11 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Alors que l'offensive du maréchal Haftar vers Tripoli se poursuit, plusieurs acteurs de la communauté internationale continuent à avancer leurs pions. Par Patrick Forestier   Le maréchal Khalifa Haftar pourra-t-il gagner la bataille de Tripoli ? Ou bien... Lire la suite >

Les Maliens en colère

Les Maliens en colère
Lun 08 Avr 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Après les habitants du cercle de Bandiagara, plus de 10 000 personnes ont manifesté vendredi leur colère contre « l'effondrement de l'État ».   Ils étaient des milliers, femmes, hommes, enfants, vieillards, des Maliens... Lire la suite >

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé

Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé
Lun 08 Avr 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat, dont le deuxième quinquennat s’achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent.   Les principaux partis d’opposition de Guinée, des associations de la société... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Intronisation du roi du Moronou du 19 au 24 Mai 2019
Dim 12 Mai 2019 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS