NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Lassy King Massassy : « Le Mali, une démocratie qui marche à cloche-pied »


Lassy King Massassy : « Le Mali, une démocratie qui marche à cloche-pied »
© Agnès Faivre | PHOTO: Slammeur, chanteur, comédien, Lassy King Massassy est un des pionniers du mouvement hip-hop au Mali.
ENTRETIEN. Comptant parmi les artistes les plus prolifiques de la scène malienne, Lassy King Massassy, musicien et photographe, a partagé avec Le Point Afrique son regard sur son pays.
 
Choisir comme nom d'artiste Lassy King Massassy, c'est déjà rappeler d'où l'on vient, et ouvrir une page d'histoire précoloniale de l'actuel Mali. Les Massassi sont issus du royaume bambara du Kaarta. Moins connu que le royaume bambara de Ségou, son grand rival, lui aussi se développe au XVIIe siècle et voit une dynastie de Coulibaly régner sur son territoire. Lassine Coulibaly (son nom à la ville) est donc un bambara pur jus – tout comme une majorité de Maliens. Sauf que cette appartenance prend chez lui une tout autre dimension quand il insiste sur la signification de « bambara ». Cela veut dire : « celui qui n'appartient à personne », souligne-t-il. Une formule qui semble lui coller à la peau.
 
Autodidacte, inclassable, Lassine Coulibaly n'est jamais là où on l'attend. Au début des années 1990, il figurait parmi les pionniers du rap malien. Ses textes mordants contre les esclavages arabo-musulmans et Européens, le système patriarcal ou la dépigmentation le propulsaient avec son groupe Sofa sur les scènes africaines, européennes et américaines. 10 ans plus tard, on l'a retrouvé comédien. Aujourd'hui, à 47 ans, il s'impose comme photographe. Rebaptisé Fotolala King Massassy, il était le seul Malien à exposer aux 11e Rencontres de Bamako, la biennale africaine de la photographie, en décembre et janvier derniers. Intitulée « Anarchie productive », sa série de clichés rendait hommage à ces anonymes héros du quotidien « qui s'en sortent sans rien demander à personne », transportant le spectateur – option minibus collectif plutôt que 4/4 – dans l'incroyable dynamique de la capitale malienne.
 
Paix intérieure brute. © Fotolala King Massassy 2017
 
Touche-à-tout et tout terrain, Lassine Coulibaly a appris la photo comme le reste. En faisant. Il marche des heures dans les rues, appareil en main. « Il réunit la spontanéité de scènes vivantes à Bamako (vendeurs au marché, baignades, pêcheurs, etc.), et une composition de l'image rigoureuse et étonnante. Il me semblait faire le lien entre la photographie malienne des années 1970 (Malick Sidibé, Seydou Keita, etc.) et la toute nouvelle génération (Omar Victor Diop au Sénégal par exemple), qui parfois a tendance à trop privilégier la mise en scène et le côté mode des modèles. Or, chez lui, même le modèle s'intègre à une scène de la vie quotidienne, ce qui est rare », dit de lui Olivier Sultan, directeur de la Galerie Art-Z, qui l'exposera pour la deuxième fois à partir du 27 septembre 2018.
 
C'est précisément dans cette galerie du cosmopolite 11e arrondissement de Paris que Le Point Afrique a retrouvé Lassy King Massassy. Il est en transit, car c'est plutôt à Angers, ville jumelée avec Bamako, qu'il aime « prendre le large ». Cascade de dreadlocks nouées en arrière, chemise rouge et noir à motifs géométriques, le chantre du hip-hop engagé se raconte à la manière d'un sage. Pondéré, affable, jamais avare de proverbes. L'occasion, à quelques jours de la présidentielle, d'échanger sur le Mali tel qu'il le voit aujourd'hui, et sur son parcours.
 
Le Point Afrique : Comment va le Mali depuis la crise politico-sécuritaire de 2012 ?
 
Lassy King Massassy : Parfois, je me dis que vu le contexte, le Mali va merveilleusement bien. Depuis 2012, j'ai l'impression de voir de plus en plus une société à deux vitesses. D'un côté, il y a ceux qui se plaignent et attendent qu'on les aide. De l'autre, il y a ceux qui n'attendent pas. Ils ont compris que rien ne va tomber du ciel et ils se prennent en main. Ils bossent, ils avancent. C'est le petit paysan avec sa daba qui parvient à scolariser ses enfants. C'est le jeune étudiant diplômé qui retourne au village, demande de la terre, cultive, et qui finit par être riche et acheter une villa à Bamako. Et pendant que les Bamakois louent sa maison, il retourne dans sa plantation. Ce sont ces Maliens qui arrivent à construire des écoles dans les villages, ou bien ces associations féminines dans les villages qui transforment l'économie avec les foyers améliorés, des fours en terre qui permettent d'économiser le charbon de bois. Il y a aussi les artisanes qui travaillent le pagne, le bogolan…
 
Ces initiatives individuelles, et d'une façon générale les « petits métiers » sont très valorisés dans votre travail de photographe…
 
Oui, j'ai d'ailleurs fait une série qui s'appelle « Pieds d'acier ». Ce sont des personnes qui marchent tous les jours, durant des heures, pour gagner leur vie. On y voit de nombreux commerçants ambulants. Ils transportent des quantités incroyables de marchandises, à vélo ou à pied. Il y a par exemple (il montre une photo sur son téléphone) cette femme qui porte une grande bassine sur la tête : elle fait du porte-à-porte pour récupérer les vêtements, qu'elle lave et ramène à domicile. Elle propose un service. Toutes ces personnes n'ont pas la sécurité sociale, contrairement aux fonctionnaires qui profitent de l'argent de l'État. Ils ne s'en sortent pas forcément bien, mais ils se battent chaque jour.
 
N'y a-t-il pas des fonctionnaires qui se battent, eux aussi, pour faire avancer le Mali ?
 
Si, bien sûr, il y en a. Beaucoup y croient. Mais comme on dit en bamanan (traduit en français par « bambara », la langue nationale malienne, NDLR), « Sandji koro wochi ». Tu peux transpirer sous la pluie, on ne verra pas ta sueur. Ils ont beau ne pas lâcher l'affaire, on ne voit pas leurs efforts, car on ne voit pas de résultats.
 
© Fotolala King Massassy 2017
 
Des soldats maliens et étrangers sont en guerre dans le nord du Mali, et les violences se sont déplacées dans le centre du pays. Est-ce que cela se sent à Bamako, à l'autre bout du pays ?
 
On est éloignés du conflit. On est éloignés géographiquement, mais pas seulement. Je ne peux parler qu'en mon nom, mais j'ai le sentiment qu'au fil des années, on a tous appris l'art de déplacer le problème au lieu de l'affronter. Et c'est cet art qui a fait du Malien une personne méconnaissable. On est de moins en moins Maliens, au sens de cette expression qui dit que « celui qui vient chez toi vaut mieux que toi ». Cela signifie que cette personne nous apporte des choses qu'on ne connaît pas. Le Malien devrait savoir qu'il ne vient pas d'un pays mais d'un empire où les frontières n'existaient pas. Aujourd'hui, on fait le tour du monde sans chercher à se connaître soi-même. Si on se connaissait mieux, si on connaissait mieux notre histoire, on serait plus respectueux, et on apprendrait à ne pas faire aux autres ce qu'on n'aimerait pas qu'on nous fasse.
 
Ces dernières semaines, on a vu de nombreux artistes maliens rallier les camps des deux principaux candidats, le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta et son principal adversaire Soumaïla Cissé. Ce n'est pas votre cas ?
 
Non. Beaucoup d'artistes ont été achetés. Il est arrivé qu'on me propose de l'argent et même des armes pour soutenir un homme politique ! Cette fois, on ne m'a pas appelé. Je pense qu'ils connaissent déjà mon avis. Je dis tout haut que je ne rejoindrai jamais un parti et qu'il vaut mieux ne même pas essayer de m'appâter. Tout ce que je fais est politique. Mais j'ai toujours été frileux à l'idée de rallier un parti. J'ai choisi de m'exprimer dans l'art, où je suis beaucoup plus libre.
 
Vous êtes actuellement en France, et vous n'allez donc pas voter au premier tour de la présidentielle. C'est un choix de vous abstenir ?
 
Non, je ne suis pas abstentionniste par choix. C'est un concours de circonstances. Et puis, je n'ai pas réussi à obtenir ma carte d'électeur. Cela fait six mois que je galère pour récupérer ma carte Nina (numéro d'identification nationale). Elle n'est pas prête, et je n'ai pas pu retirer du coup ma carte d'électeur. L'État fait tout ce qu'il peut. Je ne veux pas lui jeter la pierre. On voit bien qu'il y a un effort fourni par les autorités. Mais c'est très compliqué à organiser. Certaines personnes analphabètes pensent même qu'il faut payer pour avoir sa carte d'électeur. J'ai vu un maire qui se baladait de village en village pour livrer lui-même les cartes d'électeur, car les gens ne venaient pas les retirer.
 
Plus jeune, en tant que syndicaliste, vous avez participé au soulèvement qui a renversé l'autocrate Moussa Traoré en 1991. Qu'est-ce que cela représentait pour vous ?
 
En 1991, j'étais en effet secrétaire général du comité de l'Association des élèves étudiants du Mali (AEEM) de Kati. À l'époque, Oumar Mariko (militant révolutionnaire devenu un opposant incontournable dans la sphère politique malienne, et candidat à la présidentielle du 29 juillet, NDLR) dirigeait le syndicat au niveau national. J'étais très impliqué dans le soulèvement. J'ai moi-même ramassé des cadavres à l'époque. La répression était très forte. On revendiquait la liberté de s'emparer du pouvoir, et surtout, on voulait partager ce pouvoir avec des sages, parce qu'on était des gamins. Mais les sages ont été écartés par les politiciens, et la démocratie malienne est devenue ce qu'elle est aujourd'hui. Une démocratie qui marche à cloche-pied.
 
Durant les années 1990, vous avez continué de vous exprimer avec le hip-hop, naissant au Mali. Qu'est-ce que le rap vous a apporté ?
 
Le rap m'a permis de rencontrer beaucoup de gens, beaucoup d'artistes, et de lancer ma carrière en 1989. À l'époque, la plupart de ceux qui faisaient du rap au Mali étaient issus de familles aisées. Moi, j'étais un de ceux qui se réveillaient le ventre vide. En Côte d'Ivoire, où j'ai grandi nous étions 13 à la maison. Ma mère se débrouillait avec ce qu'elle trouvait après la fin du marché, mon père travaillait sur les chantiers jusqu'à ce que son patron – un Français – disparaisse dans la nature avec la paie de tous les ouvriers. Il y avait aussi beaucoup de violence. C'était l'apparence avant tout, et les jeunes pouvaient braquer pour s'acheter des chaussures de marque ou des jeans Levi Strauss. J'ai perdu des amis d'enfance dans la délinquance. Le Premier ministre de l'époque, Alassane Ouattara, venait aussi d'instaurer la carte de séjour pour les étrangers. Vers l'âge de 16 ans, j'ai décidé d'aller vivre dans le pays de mes parents, au Mali. Je me suis installé à Kati, la ville-garnison à une quinzaine de kilomètres de Bamako. J'ai repris les études en travaillant comme jardinier. Je ne suis pas allé loin. J'ai un CAP en bâtiment. Mais pour me cultiver, j'ai développé une boulimie de la lecture. J'aimais aussi l'écriture. Et avec l'argent que je commençais à gagner dans des petits concerts, je m'achetais des romans. La lecture m'a beaucoup apporté.
 
Avec la radio, votre musique et vos messages ont été très populaires au Mali. Est-ce que vous en vous sentez pas plus limité avec la photographie ?
 
Les Maliens sont très sensibles à la photo. Quand tu vas chez les gens, il y a toujours des photos accrochées au mur. Ce sont des photos de famille, de différentes générations.
 
Mais je ne visais pas une carrière de photographe quand j'ai commencé. C'est venu au départ parce que j'aimais photographier les flamboyants de Bamako pendant l'hivernage. J'adore les couleurs. Puis, mon appareil s'est cassé, et je me suis rendu compte que ça m'avait rendu très triste. C'est plusieurs années après, grâce au théâtre qui m'a permis d'avoir des sous, que j'ai acheté un nouvel appareil. Donc ça fait vraiment trois ans que je suis photographe. Et dans les photos j'essaie de musicaliser les images. Bien sûr, il n'y a pas de son, mais quand on observe une photo, elle n'est pas muette, elle a une âme. Et dans son âme, il y a tout ce qui nous fait, nous, au Mali.
 
Pieds d’acier. © Fotolala King Massassy 2017
 
Quelles sont les figures artistiques ou politiques qui vous inspirent aujourd'hui ?
 
Chez les artistes, il y a le comédien malien Habib Dembelé. On l'appelle « Guimba », c'est un peu notre Coluche national. Il m'inspire humainement, par son courage et son dévouement pour le pays. Il y a aussi la musicienne Rokya Traoré. C'est une femme hyper engagée sur des bases claires, et très posée. J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour elle. Sur le plan politique, c'est Paul Kagamé, le président rwandais, pour sa réussite dans la gestion publique de son pays. Il mise sur le travail, l'éducation, il ne jette pas la pierre aux autres quand ça ne va pas. Il se concentre et il bosse. Je n'ai pas les mots pour parler de ce qu'il a fait. Il y a aussi une femme qui a beaucoup compté dans mon parcours, c'est Rosa Parks (refusant de céder sa place à un Blanc dans un bus en 1955, cette Afro-américaine est devenue une figure emblématique de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis, NDLR). Avec le groupe Sofa, on a eu la chance de faire une tournée aux États-Unis grâce à une dame malienne qui voulait nous aider. On a joué dans des États du Sud : le Mississippi, la Louisiane, le Tennessee, l'Alabama… J'ai fait la connaissance de Rosa Parks à Montgomery, dans une église où s'étaient rencontrés Malcolm X et Martin Luther King. Là encore, c'est son engagement et sa volonté qui m'ont marqué.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »
Lun 17 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

LE GRAND ENTRETIEN. Pour l’expert du GIEC Arona Diedhiou, le continent n’est pas seulement victime de la hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, mais y contribue.     Arona Diedhiou a participé en tant qu’auteur principal... Lire la suite >

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne
Lun 17 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Komi Koutché, ancien ministre d'Etat du Bénin en charge des finances sous le président Boni Yayi, a été interpellé vendredi soir par la police espagnole, a-t-on appris dimanche auprès de ses proches.   "Il a été ... Lire la suite >

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Mar 04 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.   Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS