NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Congo : comment devient-on la coiffeuse d’Antoinette Sassou Nguesso ?


Congo : comment devient-on la coiffeuse d’Antoinette Sassou Nguesso ?
Amédée Ebono dans son espace de beauté Ebonne Congo à Brazzaville. | PHOTO: Angel Mwana
Au cœur du quartier populaire d’Ouenzé, au nord de Brazzaville, le salon Ebone Congo, une oasis de luxe et de beauté. Ouverte en 2014, l’enseigne se détache des garages et des petits commerces, juste à côté. Mais tout n’est pas dit par l’escalier monumental que l’on aperçoit de la vitrine, les miroirs, le mobilier seventies orange chic sur 400 mètres carrés et deux étages. Rien n’est écrit mais tout le monde le sait : Amédée Ebono, la propriétaire, est aussi depuis dix-huit ans la coiffeuse de la première dame, Antoinette Sassou Nguesso.
 
Est-ce pour cette raison que les clientes sont déjà nombreuses, ce samedi matin ? Un employé secoue la tête. « Chez nous, samedi c’est le jour où tout le monde vient se faire beau, soit pour la semaine suivante, soit pour aller bringuer le soir », lâche-t-il.
 
Coiffer une première dame ? C’est le rêve de toute coiffeuse africaine. Combien ça rapporte ? Combien de fois par semaine ? Au palais présidentiel ou à la maison ? En voyage aussi ? Amédée Ebono refuse d’entrer dans les détails. « Je voulais être la meilleure coiffeuse du Congo, avoir le plus beau salon de Brazzaville, je voulais être la coiffeuse de la première dame. C’était ça mes objectifs dans la vie », dit-elle seulement.
 
Dans une famille pauvre
 
Rien ne prédestinait cette femme de 55 ans à pareil destin. Amédée Ebono est née à Ouesso, tout au nord du pays, à la frontière avec le Cameroun, dans une famille pauvre. Le père est absent, la mère travaille aux champs et veut faire d’Amédée une religieuse. Elle étudie dans un couvent jusqu’au CEP puis sa mère, sans ressource, l’envoie à Brazzaville aux bons soins de sa grande sœur. Elle passe le baccalauréat littéraire mais cela ne lui porte pas chance. « Au Congo, lorsque vous avez le baccalauréat, votre entourage estime que vous devez vous prendre en charge », dit-elle. Sa grande sœur la met à la porte. Amédée se retrouve à la rue. « Je me suis dit que je devais faire quelque chose de ma vie et pas me diriger vers une vie de débauche, poursuit-elle. Je dormais chez mes amis mais leurs parents ne voulaient pas me voir car j’étais synonyme de malheur. Je devais donc arriver chez eux tard la nuit et repartir à 5 h 30 ».
 
Passionnée de coiffure, Amédée Ebono décide d’apprendre ce métier. Elle fait ses premières armes chez Femina Coiffure en regardant les autres travailler, jusqu’à son premier client, un blanc. « Ce jour-là, tous les coiffeurs étaient absents et j’ai dû m’en charger. Cela n’a pas plu à l’équipe car il m’a recommandé à tout son réseau. En six mois, je suis devenue la coiffeuse la plus demandée du salon. » La suite est moins glorieuse. La jalousie des collègues conduit à son licenciement. Retour à la case départ pour la jeune femme, mère d’un nourrisson. « Au début, j’ai demandé des indemnités à mon ancienne responsable. Comme cela ne venait pas, je suis allée au marché acheter un casque à 25 000 francs CFA (38 euros), deux peignes et quelques produits élémentaires. »
 
Nous sommes en 1989, il n’y a pas Internet, les téléphones mobiles ne sont accessibles qu’à une infime partie de la population. L’unique moyen de s’en sortir est de faire du porte à porte, à la recherche de nouveaux clients. Au bout d’un an de ténacité, elle réalise son rêve et ouvre son premier salon Ebonne Lovers à Moungali, dans le quatrième arrondissement de Brazzaville. Le succès est tout de suite au rendez-vous. « Dans la capitale, tout le monde parlait d’elle », se souvient M. Le Blanc, collaborateur de longue date de « Madame la directrice », comme il l’appelle.
 
« La première dame a besoin de vous  »
 
La fortune arrive avec la guerre civile. En 1997, le conflit a fait fuir les coiffeuses congolaises de Kinshasa, qui tenaient le haut du marché à Brazzaville. Une cliente se présente à Ebonne Lovers pour se faire coiffer et tisser. Et revient souvent. « Un jour, se souvient Amédée Ebono, des hommes viennent me chercher chez moi et me disent : “La première dame a besoin de vous ”. Je réponds : “De moi ?” J’enfile une paire de claquettes, toute perdue et je les suis. Me voici à la présidence. Je vois la première dame. Est-ce parce que je l’ai tellement demandé au Seigneur ? C’était mon rêve. Elle me met à l’aise, me demande quel est mon parcours, je lui raconte. Pendant que je la tisse, une femme entre dans la pièce, c’était ma fameuse cliente qui n’était autre que sa petite sœur. »
 
Amédée Ebono et Antoinette Sassou Nguesso, la coiffeuse et la première dame, ne se quitteront plus. On les retrouve dans tous les voyages présidentiels, aux Etats-Unis, en France, en Italie. « C’est au Brésil, il y a trois ans, que j’ai découvert une autre dimension de la beauté, un salon qui regroupait coiffure, manucure, pédicure, massages, tout. J’ai décidé d’importer ce concept à Brazzaville. »
 
Aujourd’hui, Amédée Ebono rêve d’ouvrir des Ebonne Congo à Kinshasa, Cotonou, Dubai et aux Etats-Unis. Plus modestement, elle pense aussi ouvrir un centre de formation à Brazzaville. « Je veux révolutionner et démocratiser le secteur de la beauté au Congo », dit-elle.
 
Mais pourquoi se montre-t-elle si discrète sur ses activités pour la première dame ? « Je ne veux rien raconter sur le couple présidentiel », répond-elle. La raison est peut-être ailleurs. Certains, à Brazzaville, se demandent si la première dame n’a pas investi dans le salon Ebonne Congo. La patronne dément vivement : « C’est un investissement personnel, et la première dame n’est jamais venue dans ce salon. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS