NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Congo : comment devient-on la coiffeuse d’Antoinette Sassou Nguesso ?


Congo : comment devient-on la coiffeuse d’Antoinette Sassou Nguesso ?
Amédée Ebono dans son espace de beauté Ebonne Congo à Brazzaville. | PHOTO: Angel Mwana
Au cœur du quartier populaire d’Ouenzé, au nord de Brazzaville, le salon Ebone Congo, une oasis de luxe et de beauté. Ouverte en 2014, l’enseigne se détache des garages et des petits commerces, juste à côté. Mais tout n’est pas dit par l’escalier monumental que l’on aperçoit de la vitrine, les miroirs, le mobilier seventies orange chic sur 400 mètres carrés et deux étages. Rien n’est écrit mais tout le monde le sait : Amédée Ebono, la propriétaire, est aussi depuis dix-huit ans la coiffeuse de la première dame, Antoinette Sassou Nguesso.
 
Est-ce pour cette raison que les clientes sont déjà nombreuses, ce samedi matin ? Un employé secoue la tête. « Chez nous, samedi c’est le jour où tout le monde vient se faire beau, soit pour la semaine suivante, soit pour aller bringuer le soir », lâche-t-il.
 
Coiffer une première dame ? C’est le rêve de toute coiffeuse africaine. Combien ça rapporte ? Combien de fois par semaine ? Au palais présidentiel ou à la maison ? En voyage aussi ? Amédée Ebono refuse d’entrer dans les détails. « Je voulais être la meilleure coiffeuse du Congo, avoir le plus beau salon de Brazzaville, je voulais être la coiffeuse de la première dame. C’était ça mes objectifs dans la vie », dit-elle seulement.
 
Dans une famille pauvre
 
Rien ne prédestinait cette femme de 55 ans à pareil destin. Amédée Ebono est née à Ouesso, tout au nord du pays, à la frontière avec le Cameroun, dans une famille pauvre. Le père est absent, la mère travaille aux champs et veut faire d’Amédée une religieuse. Elle étudie dans un couvent jusqu’au CEP puis sa mère, sans ressource, l’envoie à Brazzaville aux bons soins de sa grande sœur. Elle passe le baccalauréat littéraire mais cela ne lui porte pas chance. « Au Congo, lorsque vous avez le baccalauréat, votre entourage estime que vous devez vous prendre en charge », dit-elle. Sa grande sœur la met à la porte. Amédée se retrouve à la rue. « Je me suis dit que je devais faire quelque chose de ma vie et pas me diriger vers une vie de débauche, poursuit-elle. Je dormais chez mes amis mais leurs parents ne voulaient pas me voir car j’étais synonyme de malheur. Je devais donc arriver chez eux tard la nuit et repartir à 5 h 30 ».
 
Passionnée de coiffure, Amédée Ebono décide d’apprendre ce métier. Elle fait ses premières armes chez Femina Coiffure en regardant les autres travailler, jusqu’à son premier client, un blanc. « Ce jour-là, tous les coiffeurs étaient absents et j’ai dû m’en charger. Cela n’a pas plu à l’équipe car il m’a recommandé à tout son réseau. En six mois, je suis devenue la coiffeuse la plus demandée du salon. » La suite est moins glorieuse. La jalousie des collègues conduit à son licenciement. Retour à la case départ pour la jeune femme, mère d’un nourrisson. « Au début, j’ai demandé des indemnités à mon ancienne responsable. Comme cela ne venait pas, je suis allée au marché acheter un casque à 25 000 francs CFA (38 euros), deux peignes et quelques produits élémentaires. »
 
Nous sommes en 1989, il n’y a pas Internet, les téléphones mobiles ne sont accessibles qu’à une infime partie de la population. L’unique moyen de s’en sortir est de faire du porte à porte, à la recherche de nouveaux clients. Au bout d’un an de ténacité, elle réalise son rêve et ouvre son premier salon Ebonne Lovers à Moungali, dans le quatrième arrondissement de Brazzaville. Le succès est tout de suite au rendez-vous. « Dans la capitale, tout le monde parlait d’elle », se souvient M. Le Blanc, collaborateur de longue date de « Madame la directrice », comme il l’appelle.
 
« La première dame a besoin de vous  »
 
La fortune arrive avec la guerre civile. En 1997, le conflit a fait fuir les coiffeuses congolaises de Kinshasa, qui tenaient le haut du marché à Brazzaville. Une cliente se présente à Ebonne Lovers pour se faire coiffer et tisser. Et revient souvent. « Un jour, se souvient Amédée Ebono, des hommes viennent me chercher chez moi et me disent : “La première dame a besoin de vous ”. Je réponds : “De moi ?” J’enfile une paire de claquettes, toute perdue et je les suis. Me voici à la présidence. Je vois la première dame. Est-ce parce que je l’ai tellement demandé au Seigneur ? C’était mon rêve. Elle me met à l’aise, me demande quel est mon parcours, je lui raconte. Pendant que je la tisse, une femme entre dans la pièce, c’était ma fameuse cliente qui n’était autre que sa petite sœur. »
 
Amédée Ebono et Antoinette Sassou Nguesso, la coiffeuse et la première dame, ne se quitteront plus. On les retrouve dans tous les voyages présidentiels, aux Etats-Unis, en France, en Italie. « C’est au Brésil, il y a trois ans, que j’ai découvert une autre dimension de la beauté, un salon qui regroupait coiffure, manucure, pédicure, massages, tout. J’ai décidé d’importer ce concept à Brazzaville. »
 
Aujourd’hui, Amédée Ebono rêve d’ouvrir des Ebonne Congo à Kinshasa, Cotonou, Dubai et aux Etats-Unis. Plus modestement, elle pense aussi ouvrir un centre de formation à Brazzaville. « Je veux révolutionner et démocratiser le secteur de la beauté au Congo », dit-elle.
 
Mais pourquoi se montre-t-elle si discrète sur ses activités pour la première dame ? « Je ne veux rien raconter sur le couple présidentiel », répond-elle. La raison est peut-être ailleurs. Certains, à Brazzaville, se demandent si la première dame n’a pas investi dans le salon Ebonne Congo. La patronne dément vivement : « C’est un investissement personnel, et la première dame n’est jamais venue dans ce salon. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

A Dakar, la vie de galère des étudiants

A Dakar, la vie de galère des étudiants
Mar 22 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Alors qu’un retard dans le versement des bourses a donné lieu à de violentes manifestations, de jeunes Sénégalais racontent leur quotidien au « Monde Afrique »   A Dakar, l’université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) porte encore les ... Lire la suite >

Éthiopie : le combat pour les libertés toujours d'actualité

Éthiopie : le combat pour les libertés toujours d'actualité
Mar 22 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Alors qu'Abiy Ahmed, le nouveau Premier ministre, multiplie les discours d'ouverture, l'état d'urgence est toujours en vigueur. Vigilants, les activistes attendent de voir.   Située à la 150e place sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté... Lire la suite >

Présidentielle au Mali: un parti de la majorité divisé sur le soutien au président sortant

Présidentielle au Mali: un parti de la majorité divisé sur le soutien au président sortant
Lun 21 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma), une des principales formations de la majorité, est divisée sur le soutien à apporter à la candidature du président malien sortant Ibrahim Boubacar Keita lors de la présidentielle de juillet.     Ces... Lire la suite >

La très grande solitude affective des exilés

La très grande solitude affective des exilés
Lun 21 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Contraints de quitter leur pays seuls, les Soudanais de Vichy que « Le Monde » a suivi racontent leur vie de célibataires en France.   Un soleil de mai filtre à travers le pare-brise. Ebloui, Ahmed profite d’un arrêt au feu pour sortir de sa veste... Lire la suite >

Les Etats-Unis accusent le pouvoir camerounais et les séparatistes anglophones d’exactions

Les Etats-Unis accusent le pouvoir camerounais et les séparatistes anglophones d’exactions
Dim 20 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Depuis 2017, un conflit de basse intensité oppose les forces gouvernementales à des sécessionnistes armés dans le nord du pays.   Les Etats-Unis ont accusé le gouvernement camerounais et les séparatistes de la minorité anglophone d’exactions... Lire la suite >

Centrafrique: une lutte d'influence diplomatique et sécuritaire

Centrafrique: une lutte d'influence diplomatique et sécuritaire
Dim 20 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Diplomatie

Influence diplomatique, présence sécuritaire, intérêts économiques... En Centrafrique, pays en conflit depuis 2013 où un quart de la population a dû fuir son domicile, les grandes puissances se livrent à une rude lutte d'influence, récemment... Lire la suite >

Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive

Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive
Sam 19 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Procès d’opposants et arrestations de militants de la société civile se multiplient à Brazzaville, alors que la crise économique nourrit la grogne sociale.   En l’espace de dix jours, au Congo, un ancien candidat à la présidentielle... Lire la suite >

RD Congo : la menace d'une crise Ebola se confirme

RD Congo : la menace d'une crise Ebola se confirme
Sam 19 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Société

Le risque d'une propagation d'Ebola est de plus en plus certain en RDC. Une situation qui préoccupe les organisations internationales comme les pays voisins.   L'inquiétude grandit en RDC. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a, ce vendredi, ... Lire la suite >

Ebola: portrait d'un virus tueur

Ebola: portrait d'un virus tueur
Ven 18 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Provoquant fièvre, vomissements et diarrhées intenses, le virus Ebola, dont une nouvelle épidémie s'est déclarée en République démocratique du Congo (RDC), est redouté en raison de son taux de létalité très élevé.   -... Lire la suite >

Zambie: le chanteur et militant Pilato placé en détention

Zambie: le chanteur et militant Pilato placé en détention
Ven 18 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La justice zambienne a ordonné jeudi la mise en détention du chanteur populaire et controversé Chama Fumba, arrêté mercredi à son retour dans son pays qu'il avait fui, craignant pour sa vie.   Chama Fumba, plus connu sous le nom de Pilato,... Lire la suite >

Nigeria: rare apparition publique d'un leader chiite emprisonné

Nigeria: rare apparition publique d'un leader chiite emprisonné
Jeu 17 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un leader religieux chiite emprisonné depuis plus de deux ans au Nigeria a fait mardi une rare apparition publique, lors d'une audience devant un tribunal, en relation avec des affrontements meurtriers qui avaient opposé ses partisans à l'armée en 2015.    Ibrahim... Lire la suite >

Afrique du Sud: Zuma continue d'embarrasser le président Ramaphosa

Afrique du Sud: Zuma continue d'embarrasser le président Ramaphosa
Jeu 17 Mai 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président sud-africain Jacob Zuma a été contraint de démissionner en février, une sortie humiliante après neuf années au pouvoir, mais l'ancien homme fort du pays, empêtré dans des scandales, et ses nombreux fidèles semblent... Lire la suite >

Éthiopie - Hirut Zemene : « Nous sommes décidés à changer la situation »

Éthiopie - Hirut Zemene : « Nous sommes décidés à changer la situation »
Mer 16 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Ministre des Affaires étrangères de l'Éthiopie, Hirut Zemene symbolise la volonté de renouvellement de son pays. Elle s'est confiée au « Point Afrique ».   L'Éthiopie renoue avec son histoire millénaire... Lire la suite >

Ebola : un vaccin expérimental sera utilisé en RDC

Ebola : un vaccin expérimental sera utilisé en RDC
Mer 16 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La République démocratique du Congo a donné son feu vert à l’utilisation d’un vaccin expérimental pour lutter contre l’épidémie qui s’est déclarée dans le nord-ouest du pays.   Un vaccin expérimental... Lire la suite >

Niger : mais que se passe-t-il pour les activistes de la société civile en détention ?

Niger : mais que se passe-t-il pour les activistes de la société civile en détention ?
Mar 15 Mai 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Des avocats nigériens montent au créneau, un mois et demi après une vague d'arrestations qui a touché de célèbres figures de la société civile.   Dimanche 25 mars, Moussa Tchangari, secrétaire général d'AEC... Lire la suite >

Au Congo-Brazzaville, le général Mokoko veut saisir la justice internationale

Au Congo-Brazzaville, le général Mokoko veut saisir la justice internationale
Mar 15 Mai 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le principal opposant au président Denis Sassou-Nguesso a été condamné à vingt ans de prison pour « atteinte à la sécurité de l’Etat ».   La défense du général congolais Jean-Marie Michel Mokoko,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS