NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Commission de l’UA: bilan en demi-teinte pour la présidence Dlamini-Zuma


Commission de l’UA: bilan en demi-teinte pour la présidence Dlamini-Zuma
Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'UA, ne brigue pas un deuxième mandat. | PHOTO: Compte Twitter de Nkosazana Dlamini-Zuma
Le 27e sommet de l’Union africaine (l’UA), qui se déroulera du 17 au 18 juillet dans la capitale rwandaise, sera dominé par la question de la succession de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’UA. Elue par ses pairs à ce poste important il y a quatre ans, la présidente sortante cède sa place au terme d’un premier mandat au bilan en demi-teinte.
 
Mme Dlamini-Zuma a été la première femme à diriger la Commission africaine depuis sa création en 2002, lorsque l’Organisation de l’unité africaine est devenue l’UA. Elle est arrivée à Addis-Abeba en juillet 2012, tout auréolée de sa réputation de « femme à poigne » qu’elle avait acquise au cours d'une carrière ininterrompue de ministre dans les gouvernements qui se sont succédé à Pretoria depuis l’arrivée au pouvoir de la majorité noire en 1994.
 
Femme sans doute la plus influente de l’Afrique du Sud après Winnie Mandela, Mme Dlamini-Zuma a acquis ses titres de noblesse en militant contre l’apartheid dès les années 1970, tout en poursuivant parallèlement des études pour devenir médecin. Successivement ministre de la Santé, puis ministre des Affaires étrangères et de l’Intérieur, elle a marqué de son empreinte les administrations qu’elle a dirigées dans son pays. Selon les observateurs de la vie politique sud-africaine, son principal exploit en tant que ministre aurait été d’avoir réussi à transformer les services du département de l’Intérieur, qui étaient vus comme l’une des administrations publiques les plus inefficaces et les plus corrompues du pays.
 
Troisième épouse du président Zuma, dont elle a divorcé en 1998, Dlamini-Zuma ne doit rien à son ex-mari. C’est grâce à son intelligence et ses talents de tacticienne hors pair qu’elle a réussi à monter dans la hiérarchie du parti, l’African National Congress (ANC). On lui prête l’ambition de succéder au président Zuma à la tête de l’Afrique du Sud en 2019, ce qui implique qu’elle va devoir d’abord se faire nommer à la tête du parti, lors des élections internes prévues en 2017. D’où son départ précipité d’Addis-Abeba sans candidater pour un second mandat à la tête de la Commission africaine, comme elle en avait le droit selon la logique de la rotation régionale régissant les nominations importantes au sein de l’UA. Le groupe des pays de l’Afrique australe, qui n’a jamais dirigé la Commission avant 2012, perd avec la présidente sortante une représentante de talent.
 
« Zouloue avant tout »
 
L’élection de Dlamini-Zuma à l’UA en 2012 avait failli, tous les observateurs s’en souviennent, faire exploser l’organisation panafricaine. Sa candidature avait semé la discorde car l’arrivée d’une Sud-Africaine à la tête de la Commission faisait voler en éclats la règle non écrite selon laquelle le poste de la présidente était réservée aux petits pays francophones, afin d’éviter que les mastodontes anglophones ne concentrent trop de pouvoir en leurs mains au sein de l’UA.
 
Qui plus est, intérêts stratégiques oblige, les autres grandes puissances africaines telles que le Nigeria et l’Egypte, soutenaient elles aussi la candidature du président sortant, le Gabonais Jean Ping, candidat à sa propre succession. Ces pays craignaient de voir Pretoria profiter de sa primauté à l’UA pour s’imposer comme le candidat naturel de l’Afrique pour un poste de membre permanent au Conseil de sécurité élargi des Nations unies. Il avait fallu repousser l’élection de six mois et organiser plusieurs scrutins pour que la candidate sud-africaine remporte la mise avec une majorité de deux tiers des voix à l’Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement, comme le prévoient les règles de la désignation du président de la Commission de l’UA.
 
« Ni anglophone, ni francophone, je suis zouloue avant tout », tels furent les premiers mots de la nouvelle patronne de la Commission africaine lors de la passation des pouvoirs à Addis-Abeba. En mettant en avant son identité traditionnelle africaine, elle voulait réparer les plaies ouvertes au sein de l’institution panafricaine par la longue campagne qui l’avait opposée, à travers son adversaire Jean Ping, aux puissances francophones siégeant à l’UA.
 
« Héritée de la colonisation, la rivalité entre pays anglophones et francophones est une constante de l’UA, explique la journaliste sud-africaine Liesl Louw-Vaudran. Elle ne date pas de l’élection de Mme Zuma et traduit sans doute, au-delà de l’Afrique, la crainte de la France, restée proche de ses anciennes colonies, de perdre son influence sur le continent. » Selon les révélations de WikiLeaks, en 2012, Washington, mais aussi Paris auraient participé à la campagne contre la candidate sud-africaine, considérée comme étant foncièrement « anti-occidentale ». Ces révélations font aussi état de pressions faites par Pretoria sur des petits pays pour les obliger à voter pour sa candidate.
 
Et « vidéoconférence » entra dans le lexique de l’UA
 
Dans ces circonstances, il n’est guère étonnant que les critiques les plus virulentes du bilan des années Dlamini-Zuma émanent des diplomates francophones en poste à Addis-Abeba. Ils reprochent à la présidente sortante ses voyages trop fréquents en Afrique du Sud. Elle aurait été plus soucieuse de sa carrière politique nationale que du rétablissement de l’autorité bafouée de l’organisation panafricaine.
 
Siège de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie. © RFI/Neidy Ribeiro
 
Ses adversaires ont également pointé du doigt l’omniprésence des technocrates sud-africains au secrétariat de la Commission africaine. Sur cette question, prenant la défense de la dernière, Liesl Louw-Vaudran rappelle que le recrutement massif des technocrates sud-africains a permis de moderniser les matériels et les outils de travail au secrétariat de l’UA. « Figurez-vous, s’exclame la commentatrice sud-africaine, c’est avec l’arrivée de la présidente Zuma que le mot "  vidéoconférence " est entré dans le vocabulaire des 1 700 cadres et fonctionnaires de l’organisation panafricaine. »
 
Cette modernisation va dans le sens des espoirs suscités par l’élection de cette femme politique de talent qui, grâce à son volontarisme tout crin, avait su s’imposer au sein d’une classe politique sud-africaine profondément machiste. Au ministère des Affaires étrangères de l’Afrique du Sud qu’elle a dirigé de 1999 jusqu’à 2009, on se souvient d’elle comme celle qui avait osé dire au président Thabo Mbeki que ses propositions peu orthodoxes pour traiter la pandémie du sida - « à l'aide des plantes » - portait gravement préjudice à l’image internationale du pays. Le nom de Dlamini-Zuma restera aussi dans les annales diplomatiques de Pretoria pour avoir désigné le plus grand nombre d’ambassadeurs femmes.
 
« Son militantisme féministe a toujours dicté, souligne Louw-Vaudran, l’action de Madame Zuma à la tête de la Commission africaine. Elle a placé les questions liées au genre et au droit des femmes au cœur même des programmes de l’UA. » Que le sommet de Kigali en cours, dernier sommet organisé sous l’égide de la Commission sortante, soit placé sous le signe de la consolidation des droits de la femme témoigne de la force de conviction féministe de la dirigeante sud-africaine.
 
Les historiens de l’UA mettront aussi à l’actif de la présidente Dlamini-Zuma, l’élaboration pendant son mandat, à travers des consultations populaires, d’une plate-forme programmatique ambitieuse de développement de l’Afrique pour les 50 prochaines années, baptisée « Agenda 2063 ». « En consacrant une vision du continent débarrassée de ses guerres, de sa misère et de ses obscurantismes, l’Agenda 2063 rehausse l’image de l’Afrique », assure Jacob Enoh Eben, porte-parole de la présidente de Commission africaine.
 
Pour nombre d’observateurs, la principale vertu de ce manifeste est d’avoir ouvert le débat sur les choix politiques et civilisationnels que les Africains devront faire au cours des 50 prochaines années. « Ce ne sont pas des choix théoriques », souligne pour sa part Jacob Enoh Eben, attirant l’attention des sceptiques sur la mise en circulation des premiers passeports électroniques uniques pour l’ensemble du continent dès le 17 juillet prochain, lors du Sommet de Kigali.
 
Un silence assourdissant
 
Malgré ces acquis incontestables, le bilan de la présidence Dlamini-Zuma divise le corps diplomatique africain. Malheureusement, pour la présidente sortante qui a voulu, comme celle-ci l’a souvent répété devant les journalistes, transformer l’UA devenue une organisation de gestion des crises en une entité qui s’occupe avant tout du développement économique et social, sa présidence a été ponctuée d’urgences sécuritaires et politiques, nécessitant des interventions militaires.
 
La liste des pays touchés est longue : le Mali, la Somalie, la RDC, le Soudan, le Soudan du Sud, la RCA, et plus récemment le Burundi. Longue est aussi la liste des défaillances de l’organisation panafricaine, faute de moyens, de ressources ou de réflexes tout court. Les diplomates s’interrogent notamment sur le silence assourdissant de la Commission sous Dlamini-Zuma face aux changements des Constitutions engagés par des chefs d’Etat africains pour se maintenir au pouvoir, notamment au Congo, au Rwanda et en Ouganda.
 
« Force est de reconnaître que Madame Zuma ne s’est pas beaucoup impliquée, concède Louw-Vaudran, dans les questions de paix et de sécurité. Elle n’a pas sanctionné non plus, comme les règlements de l’UA lui permettent de le faire, les pays qui bafouent les règles de la démocratie. » « Ne surestimons pas, répond Antoine Glaser, fondateur de la Lettre du continent, la marge de manœuvre de la présidente de la Commission, dans la mesure où ce sont les chefs d’Etat qui détiennent le vrai pouvoir décisionnel au sein de l’UA. Au point que celle-ci n’a même pas le droit de remanier son cabinet de commissaires qui tirent tous leur légitimité de leur élection avalisée par les chefs d’Etat. »
 
Dans ces conditions, « qui dirigera demain la Commission africaine n’a la moindre importance, écrit Babatunde Fagbayibo, professeur du droit à l’université de Pretoria. Sans une réforme profonde de l’organisation panafricaine, le patron de la Commission africaine demeurera un bureaucrate impuissant. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Mar 04 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.   Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Union africaine : plus de pragmatisme et d'indépendance ?

Union africaine : plus de pragmatisme et d'indépendance ?
Lun 19 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Diplomatie

C'est une forte volonté de réformer l'Union africaine qui a marqué la présidence du Rwandais Paul Kagame. Qu'en restera-t-il à l'issue de ce sommet d'Addis-Abeba ouvert ce samedi ?   Il reste peu de temps au président rwandais... Lire la suite >

Mali : quelle sécurité pour Gao ?

Mali : quelle sécurité pour Gao ?
Lun 19 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que la ville de Gao est surmilitarisée, les attentats continuent d'y sévir. Celui survenu lundi dernier conduit à s'interroger sur les inacceptables failles de son dispositif de sécurité.   Une très puissante déflagration.... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS