NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Union africaine cherche second souffle


Union africaine cherche second souffle
Le 27e sommet de l’Union africaine (UA) s’est ouvert dimanche 10 juillet à Kigali au Rwanda et se tient jusqu’au 18 juillet. | PHOTO: UA
REVUE DE PRESSE. Un bilan mitigé pour Dlamini-Zuma, une élection incertaine, un débat mouvementé autour d'un départ de la CPI. Le menu est chargé au sommet de l'UA.
 
Le 27e sommet de l'Union africaine (UA) s'est ouvert dimanche 10 juillet à Kigali au Rwanda et se tient jusqu'au 18 juillet. Huit jours au cours desquels des chefs d'État et de gouvernement mais aussi des ministres des Affaires étrangères des 54 pays du continent sont amenés à se confronter à des dossiers brûlants : la crise au Burundi, le terrorisme transnational, le positionnement de l'institution africaine vis-à-vis de la Cour pénale internationale (CPI)… À l'ordre du jour, également, l'élection du nouveau président de la Commission de l'UA. Le mandat de Nkosazana Dlamini-Zuma arrive à son terme en ce mois de juillet et la Sud-Africaine a décidé de ne pas rempiler. À l'heure de la succession, le bilan s'impose donc, et s'effectue d'entrée de jeu à l'aune d'un autre événement préoccupant : la recrudescence de violences meurtrières au Soudan du Sud.
 
Un sommet dominé par la situation dans le Soudan du Sud
 
Lors du coup d'envoi du sommet de l'UA, le 10 juillet, Juba était, pour le troisième jour d'affilée, le théâtre d'affrontements entre les forces fidèles au président Salva Kiir et les ex-rebelles aux ordres du vice-président Riek Machar. Environ 300 personnes ont péri dans ces violences, tandis que quelque 36 000 habitants de la capitale sud-soudanaise ont dû fuir, selon l'ONU. Un coup de canif dans la paix qui semblait se dessiner deux mois plus tôt dans le plus jeune État du continent - devenu indépendant le 9 juillet 2011. Fin avril, les deux ennemis s'engageaient alors sur la voie de la transition politiqueen acceptant de se partager le pouvoir et de préparer des élections ; ils s'excusaient même pour la guerre civile survenue en décembre 2013, qui a provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes. Aussitôt qualifiée de « totalement inacceptable » par la présidente de la Commission de l'UA, cette dégradation de la situation au Soudan du Sud a fait l'objet d'une réunion d'urgence du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA à Kigali le 11 juillet. L'envoi d'une force armée neutre, en vue de « séparer les deux groupes de combattants, protéger les civils non armés et faire respecter l'accord de paix signé en août 2015 », a été étudié, nous ditThe East African. « La détermination est là », assure dans les colonnes du quotidien kenyan Smail Chergui, commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA. Et d'abonder sur la « frustration » des membres du CPS, qui ont « déployé des efforts considérables pour voir Riek Machar revenir à Juba ». Cette mobilisation d'une brigade africaine, sous l'égide de l'organisation est-africaine IGAD, doit permettre de renforcer la Minus (force de maintien de la paix de l'ONU composée actuellement de 12 000 hommes).
 
Le bilan de Dlamini-Zuma à la tête de l'UA décrié…
 
L'Union africaine peut-elle véritablement contribuer à la transition politique au Soudan du Sud ? Chidi Anselm Odinkalu en doute. Dans une tribune au vitriol sur le bilan du mandat de Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l'UA, l'ancien président de la Commission nationale des droits de l'homme au Nigeria considère qu'elle a « brillé par son inaction ». Pis. Durant les quatre années de son mandat, estime-t-il, la plus jeune nation du continent a basculé dans une guerre fratricide. « Sous son leadership, l'UA a pourtant initié une commission d'enquête, [...] qui préconisait un ensemble de mesures, incluant la responsabilité judiciaire. Mais ce rapport est resté lettre morte », peut-on lire dans un billet publié par le quotidien nigérian The Daily Trust et au titre sans équivoque : « Bon débarras, Dr Dlamini-Zuma ». Pour l'auteur, le mandat de la Sud-Africaine rime avec la dégradation de la relation avec la CPI, un manque de contributions financières de la part des États africains qui a accentué la dépendance de l'UA vis-à-vis de gouvernements étrangers ou de bailleurs de fonds, ou encore le retour du « président-dieu », formule qui fait référence aux modifications dans la Constitution opérées au Congo-Brazzaville, au Tchad, au Rwanda ou en Ouganda, par des dirigeants soucieux de se maintenir au pouvoir. La déception est de mise, également, pour Fasozine. « Si l'élection, en 2012, de Nkosazana Dlamini-Zuma avait suscité fierté et espoir, laissant entrevoir une nouvelle ère pour l'institution panafricaine, le désenchantement est quasi unanime quatre ans après. La première femme à diriger l'auguste Commission de l'Union africaine n'a pas réussi à emballer les Africains, ni même à redonner visibilité et lisibilité à ses actions », nous dit le site d'info burkinabé. « L'Union africaine est apparue, ces quatre dernières années, bien fébrile, en panne d'inspiration et parfois complètement aphone, inexistante », face à des défis qui appelaient pourtant « à une urgente thérapie de choc », ajoute-t-il.
 
… ou salué
 
En 2014, pourtant, lorsqu'il s'est agi de lever des financements pour lutter contre l'épidémie de virus Ebola, Nkosazana Dlamini-Zuma n'a pas ménagé ses efforts, rappelle Ndumiso Ntshinga, ambassadrice d'Afrique du Sud à l'Union africaine. « C'est elle qui a mobilisé les ressources du continent et joué un rôle de leader dans la lutte contre la maladie », plaide-t-elle dans The Independent Online, rappelant sa capacité à convaincre le secteur privé de mettre la main à la poche. La diplomate ne tarit pas d'éloges sur sa compatriote, cette « championne de l'égalité des genres », grâce à qui, pour « la première fois », « l'UA a une vision ». Une allusion à l'agenda 2063. La priorité de Dlamini-Zuma, mais aussi son héritage. La date marque le centième anniversaire de l'Organisation de l'unité africaine, l'ancêtre de l'UA, et consacre des objectifs de paix et de prospérité économique. Pour l'ambassadrice sud-africaine, aucun doute : la présidente sortante de la Commission de l'UA a placé « la barre haut » pour son successeur. « Elle a aussi démontré que des femmes pouvaient diriger le continent », estime quant à elle Maite Nkoana-Mashabane, ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, sur le site d'info sud-africain Eye Witness News. Message reçu pour la Botswanienne Pelonomi Venson-Moitoi et l'Ougandaise Specioza Naigaga Wandira Kazibwe, deux candidates en lice pour succéder à Dlamini-Zuma à la tête de la commission de l'UA.
 
La bataille de la succession à la tête de l'UA
 
Avec l'Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy, elles forment le trio des candidats officiels, déclarés avant la date limite du 31 mars. Des candidats qui toutefois, manqueraient d'envergure pour nombre de chefs d'État africains. C'est ainsi qu'on a vu le Sénégal présenter un candidat « non officiel » : Abdoulaye Bathily, représentant spécial de Ban Ki-moon pour l'Afrique centrale. L'idée a été glissée au président nigérian Buhari par Macky Sall, en mai, lors du Sommet d'Abuja sur la sécurité, nous apprend The Daily Maverick. Le choix de ce diplomate francophone a ensuite été adoubé début juin par la Cedeao (Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest). Le problème, c'est que ce « prétendant de la dernière heure » a fait des émules, raconte Enquête Plus. « Les choses se compliquent pour le Pr Bathily », titre le site sénégalais. Et d'expliquer que certains pays s'activent désormais pour placer un candidat. « Ce dimanche, dans les coulisses de cette grand-messe africaine, les noms de Ramtane Lamamra, l'actuel ministre des Affaires étrangères de l'Algérie, et de Jakaya Mrisho Kikwete, l'ancien président de Tanzanie, ont été avancés. » Et si le Tanzanien n'a pas encore reçu le soutien de l'actuel président, rien n'est joué pour autant. D'autant que l'Afrique du Sud, et derrière elle les pays d'Afrique australe, ne semble pas prompte à voir un francophone occuper le siège du président de la Commission. « Jacob Zuma, qui soutient le candidat du Botswana,  ne cache pas son sentiment anti-francophone puisque, selon lui, les francophones sont des marionnettes de la France. Une étiquette qu'il avait collée, en son temps, à Jean Ping », précise Enquête Plus. Les tractations se poursuivent, et la désignation du nouveau chef – charismatique – pourrait bien être reportée à janvier 2017.
 
Vers un retrait de la CPI ?
 
Autre enjeu sur lequel vont devoir se positionner les dirigeants africains lors de ce 27e sommet de l'UA : un éventuel retrait de la CPI. Taxée d'impérialiste ou de promouvoir une justice de « deux poids, deux mesures » qui incriminerait surtout des Africains, cette instance judiciaire internationale est particulièrement décriée par le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda. Ces deux derniers pays ont fait bloc derrière Nairobi à l'automne 2013, dans le contexte des poursuites contre le président Uhuru Kenyatta. En janvier, l'UA a franchi un nouveau pas en adoptant un plan de sortie des États africains du Statut de Rome. Et pour entrer dans le vif du sujet, Kigali annonce qu'Omar el-Béchir ne sera pas inquiété au Rwanda, rapporte le quotidien anglophone Sudan Tribune. « Nous ne répondrons pas aux appels de la CPI à arrêter Omar el-Béchir », a affirmé le président rwandais Paul Kagamé. Après l'Afrique du Sud, l'Ouganda et Djibouti, le président soudanais, soupçonné de crimes contre l'humanité, crime de guerre et génocide lors du conflit au Darfour, pourra donc circuler librement à Kigali, où, selon Paul Kagamé, « il est le bienvenu », « à tout moment ». Des déclarations en forme de pied de nez à la justice pénale internationale. Les 34 États africains ayant ratifié le Statut de Rome souhaiteront-ils cependant afficher la même défiance à l'égard de la CPI ? Le succès du procès d'Hissène Habré conduit par les Chambres africaines extraordinaires, juridictions africaines ad hoc, pourrait constituer un argument, avance le site d'info Bénin Monde Infos : « Fort de cette prouesse, les dirigeants africains pourraient accélérer le processus devant aboutir à la création d'une cour africaine de justice. »

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Mar 04 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.   Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Union africaine : plus de pragmatisme et d'indépendance ?

Union africaine : plus de pragmatisme et d'indépendance ?
Lun 19 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Diplomatie

C'est une forte volonté de réformer l'Union africaine qui a marqué la présidence du Rwandais Paul Kagame. Qu'en restera-t-il à l'issue de ce sommet d'Addis-Abeba ouvert ce samedi ?   Il reste peu de temps au président rwandais... Lire la suite >

Mali : quelle sécurité pour Gao ?

Mali : quelle sécurité pour Gao ?
Lun 19 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que la ville de Gao est surmilitarisée, les attentats continuent d'y sévir. Celui survenu lundi dernier conduit à s'interroger sur les inacceptables failles de son dispositif de sécurité.   Une très puissante déflagration.... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS