NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Barack Obama veut frapper l'Etat islamique jusqu'en Syrie


Barack Obama veut frapper l'Etat islamique jusqu'en Syrie
Répétition titre. Barack Obama a annoncé mercredi aux Américains sa volonté d'intensifier sa lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique en autorisant pour la première fois des frappes aériennes en Syrie et une intervention accrue en Irak | PHOTO: REUTERS/Saul Loeb/Pool
Barack Obama a annoncé mercredi aux Américains sa volonté d'intensifier sa lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique en autorisant pour la première fois des frappes aériennes en Syrie et une intervention accrue en Irak.
La décision du président des Etats-Unis de lancer des frappes en Syrie, pays en guerre civile depuis trois ans, illustre la gravité de la menace représentée par l'Etat islamique aux yeux du gouvernement américain. L'EI, qui a déclaré un califat sur les territoires qu'il a conquis en Syrie et en Irak, est accusé de procéder à des exécutions en grand nombre, entre autres exactions.
 
Il y a un an, Barack Obama avait failli lancer des frappes aériennes contre le gouvernement syrien pour avoir utilisé des agents chimiques contre la population, fin août 2013, dans la périphérie de Damas, avant de faire machine arrière.
Barack Obama a présenté son plan contre l'EI, auquel il fait référence par son ancien nom d'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), dans un discours solennel prononcé de la Maison blanche deux semaines après avoir été très critiqué pour avoir dit ne pas avoir "encore" de stratégie au sujet de l'EI en Syrie et six mois après avoir déclaré que les groupes comme l'Etat islamique étaient des acteurs mineurs.
 
"Notre objectif est clair : nous allons affaiblir, et finalement détruire, l'EIIL via une stratégie anti-terroriste globale et soutenue", a dit le président.
Il a dit vouloir pourchasser les djihadistes ultra-radicaux de l'EI "où qu'ils soient" via une "campagne systématique de frappes aériennes".
"Cela signifie que je n'hésiterai pas à agir contre l'EIIL en Syrie, ainsi qu'en Irak. C'est un principe central de ma présidence : si vous menacez l'Amérique, vous ne trouverez aucun sanctuaire", a déclaré le président.
 
CONSEILLERS AMÉRICAINS
 
Il a précisé qu'il allait étendre la liste des cibles à atteindre à l'intérieur de l'Irak au-delà des zones où il a autorisé des frappes ciblées depuis début août.
Barack Obama promet d'envoyer 475 conseillers américains supplémentaires pour aider les forces irakiennes, qui rejoindront le millier d'hommes déjà sur place. Mais elles ne s'engageront pas dans les combats. "Nous ne nous laisserons pas entraîner dans une autre guerre au sol en Irak", a dit le chef de la Maison blanche.
L'Arabie saoudite, pays allié clé des Etats-Unis, accueillera sur son territoire une mission américaine d'entraînement des rebelles syriens, indiquent des responsables américains. Cette décision importante pourrait aider les Etats arabes du Golfe à rallier la coalition internationale voulue par les Etats-Unis.
L'effort est conditionné à l'approbation par le Congrès américain de 500 millions de dollars (près de 390 millions d'euros) pour entraîner et armer les rebelles.
La décision saoudienne a été prise après un entretien téléphonique qu'avait eu auparavant Barack Obama avec le roi Abdallah, qui a demandé au gouvernement américain de faire plus pour résoudre le conflit syrien.
 
Il s'agit d'un changement majeur pour le président démocrate qui a axé l'essentiel de son bilan en politique étrangère à retirer d'Irak les dernières troupes américaines engagées par son prédécesseur George W. Bush dans un conflit qu'il jugeait inutile.
La décision de Barack Obama d'accentuer la lutte contre l'EI fait suite à des sondages montrant que les Américains estiment que le président s'est montré trop timoré face aux djihadistes.
 
ÉLIMINER L'EIIL
 
D'autant que l'Etat islamique a annoncé ces dernières semaines avoir décapité deux journalistes américains qu'il retenait prisonniers en Syrie.
Barack Obama ne souhaite pas envoyer un nombre important de soldats dans la région. Il préfère compter sur l'aide d'une vaste coalition comprenant des pays alliés occidentaux et les Etats arabes sunnites de la région.
"Cette campagne de lutte contre le terrorisme sera menée via un effort constant et déterminé pour éliminer l'EIIL où qu'il soit en utilisant notre puissance aérienne et notre soutien à des forces partenaires sur le terrain", a déclaré Barack Obama
Ce que fera chaque pays au sein de cette coalition reste à déterminer. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry, qui se trouve à Bagdad, doit rencontrer les dirigeants de la région dans les prochains jours et Barack Obama doit tenir une conférence au sommet sur la sécurité lors de l'Assemblée générale des Nations unies dans deux semaines.
 
Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a fait savoir mercredi que la France était prête à agir en Irak, via une action militaire aérienne "si nécessaire", et dans des modalités différentes en Syrie pour répondre à la menace des combattants de l'Etat islamique.
Le président français François Hollande doit se rendre en Irak vendredi avant la tenue, lundi à Paris, d'une conférence internationale sur la sécurité en Irak et la lutte contre l'Etat islamique.
 
Selon un sondage pour le Washington Post et ABC News publié mardi, plus de 70% des Américains disent être favorables à des frappes aériennes en Irak et 65% à des frappes en Syrie. Selon une enquête NBC News-Wall Street Journal, 61% des sondés estiment qu'une action militaire contre l'EI est dans l'intérêt des Etats-Unis.
(Avec Jeff Mason et Susan Heavey; Danielle Rouquié pour le service français)

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table
Ven 16 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’opposition demande notamment la libération des militants arrêtés depuis le début des manifestations contre le président Gnassingbé, en août 2017.   Cela ressemble à une légère éclaircie dans le ciel politique... Lire la suite >

Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin

Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin
Ven 16 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Il a rongé son frein et attendu son heure pendant de longues années. Cyril Ramaphosa a eu un parcours hors du commun où syndicalisme, business et politique se sont succédé et quelquefois côtoyés. Qui est-il vraiment ?   À... Lire la suite >

Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine

Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine
Mer 14 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Avant la crise actuelle, née du refus du président Zuma de démissionner sous la pression de l'ANC, il y a eu le départ anticipé de Thabo Mbeki en 2008. Entre-temps, le système Zuma a prospéré.   Alors qu'il y a ... Lire la suite >

Gambie : cette place forte de la non-transparence financière

Gambie : cette place forte de la non-transparence financière
Mar 13 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans la planète de l'argent dissimulé, la Gambie joue les premiers rôles si l'on en croit le dernier rapport de Tax Justice Network, réseau de spécialistes engagés dans la lutte contre les paradis fiscaux.   Avec le score de 76,63, la ... Lire la suite >

Paul Biya: 85 ans mardi, dont 35

Paul Biya: 85 ans mardi, dont 35
Mar 13 Février 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.   "Le... Lire la suite >

Bénin : le bras de fer se durcit entre Patrice Talon et les syndicats

Bénin : le bras de fer se durcit entre Patrice Talon et les syndicats
Lun 12 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Négociations ardues entre le gouvernement béninois et les syndicats de l'administration publique, ce qui n'arrange en rien la situation économique du pays.   « Une rencontre Talon et syndicats pour rien ! » s'exclame René Ahouansou ... Lire la suite >

Zimbabwe : les fermiers blancs, une épine dans le pied de Mnangagwa

Zimbabwe : les fermiers blancs, une épine dans le pied de Mnangagwa
Lun 12 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Faut-il rendre aux fermiers blancs leurs terres confisquées ? Le nouveau gouvernement s'attaque aux défauts structurels de la réforme agraire, héritage de Robert Mugabe.   En décembre dernier, le nouveau président zimbabwéen, Emmerson... Lire la suite >

Forces étrangères au Niger : tout le monde n'est pas d'accord

Forces étrangères au Niger : tout le monde n'est pas d'accord
Sam 10 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Au nom de la sécurité, le gouvernement nigérien autorise des forces françaises, américaines et bientôt italiennes à stationner sur son territoire. Au nom de la souveraineté nationale, une partie des Nigériens lui conteste cette... Lire la suite >

En RDC, les enfants volés de Goma

En RDC, les enfants volés de Goma
Ven 09 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Depuis un an, les rapts se multiplient dans la capitale du Nord-Kivu, où l’armée et de multiples milices maintiennent une tension permanente.   Tout semble protégé chez Valentin Sendegeya. Derrière une clôture en pierres, des rideaux imprimés... Lire la suite >

Afrique du Sud : Jacob Zuma, l'homme qui ne voulait pas laisser le pouvoir

Afrique du Sud : Jacob Zuma, l'homme qui ne voulait pas laisser le pouvoir
Ven 09 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Les conseils et menaces publiques de défiance n'arrivent pas à ébranler la détermination de Jacob Zuma à demeurer président. Pour l'ANC, l'heure est grave.   « Coup de théâtre ! » Après avoir refusé... Lire la suite >

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme
Ven 09 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La classe africaine (18). Retards, sureffectifs, abandons… Les étudiants burkinabés sont durement affectés par le « chevauchement » des années universitaires.   Géomorphologie, cristallographie, géochimie… Concentré,... Lire la suite >

« Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège de l’unilatéralisme en Afrique ? »

« Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège de l’unilatéralisme en Afrique ? »
Mer 07 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon notre chroniqueur, le président s’efforce d’impliquer les pays du Sahel dans la lutte anti-djihadiste, mais c’est bien la France qui demeure en première ligne.   Chronique. En critiquant sur le sol africain, qui plus est devant les parlementaires... Lire la suite >

Afrique du Sud : ça se complique pour Jacob Zuma

Afrique du Sud : ça se complique pour Jacob Zuma
Mer 07 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Le président sud-africain doit faire face à une nouvelle motion de défiance déposée par le parti d'opposition dirigé par Julius Malema, les Combattants pour la liberté économique.   Alors que son discours annuel sur l'état... Lire la suite >

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger

Les filles, éternelles oubliées de l’éducation au Niger
Mar 06 Février 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

La classe africaine (16). Le gouvernement a adopté un décret visant à protéger, soutenir et accompagner les jeunes filles en cours de scolarité.   Mariama Chipkaou a gardé de son passé de leader syndicaliste une ferme poigne et un certain... Lire la suite >

Guinée : l'opposition dénonce une fraude massive aux élections locales

Guinée : l'opposition dénonce une fraude massive aux élections locales
Mar 06 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Elles ne sont pas parties pour apaiser le climat politique. Les élections locales, les premières depuis 2005, auraient, selon des responsables de l'opposition, fait l'objet de fortes irrégularités.   « Il y a une fraude à l'échelle... Lire la suite >

Mali : les héros de la diaspora

Mali : les héros de la diaspora
Lun 05 Février 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Les migrants de la région de Kayes au Mali installés à l'étranger ont remplacé l'État et assurent ses missions.   Dans la case à palabres, les hommes en bazin, graves, écoutent l'enregistrement. La voix est... Lire la suite >

ACTUALITE

Au Togo, les deux camps s’assoient autour de la même table
Ven 16 Février 2018 | Source: lemonde.fr
Afrique du Sud : Matamela Cyril Ramaphosa face à son destin
Ven 16 Février 2018 | Source: afrique.lepoint.fr
Jacob Zuma : le plus long « exit » de l'histoire sud-africaine
Mer 14 Février 2018 | Source: afrique.lepoint.fr
Plus d'Actualité | Cliquez ici

Vidéo à ne pas rater

Biennale panafricaine / L'invitation du professeur AMOA Urbain
Jeu 15 Février 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS