NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Ban Ki-moon quitte l’ONU sur un bilan décevant


Ban Ki-moon quitte l’ONU sur un bilan décevant
Le secrétaire général des Nations unies sud-coréen, dont le successeur, Antonio Guterres, prendra ses fonctions le 1er janvier, est resté dix ans à la tête de l’organisation. Son bilan en sept points.
 
 
En dix ans et deux mandats à la tête des Nations unies, Ban Ki-moon n’a jamais su dépasser les blocages inhérents à l’organisation internationale et incarner son rôle de « pape diplomate ». Dans un monde plus divisé et incertain, il laisse à son successeur, Antonio Guterres, qui prend ses fonctions le 1er janvier 2017, une organisation discréditée par la guerre en Syrie.
 
La Syrie, « trop peu et trop tard »
 
« C’est mon plus grand regret », a reconnu Ban Ki-moon lors de sa dernière conférence de presse, le 13 décembre. M. Ban n’a jamais été en mesure d’imposer son leadership sur le conflit en Syrie face aux blocages du Conseil de sécurité, paralysé par l’opposition de Moscou, membre permanent qui dispose du droit de veto et allié de Damas.
 
Le secrétaire général de l’ONU a mis plus d’un an à prendre la mesure de la crise, en nommant un représentant spécial en Syrie (Kofi Annan puis Lakhdar Brahimi et enfin Staffan de Mistura).
Le siège « moyenâgeux » imposé durant cinq mois aux quartiers rebelles d’Alep-Est a obligé Ban Ki-moon à être plus véhément ces derniers mois. Il a plusieurs fois accusé publiquement le président syrien, Bachar Al-Assad, de « crimes contre l’humanité » et affirmé que la crise syrienne laisserait « un trou béant dans la conscience mondiale ». « Trop peu et trop tard », lui reprochent ses critiques, qui insistent sur le rôle de premier plan qu’aurait dû jouer le secrétaire général en tentant de rencontrer directement Bachar Al-Assad ou de se rendre en Syrie.
 
Paix et sécurité : des rétropédalages
 
L’action du Conseil de sécurité de l’ONU est paralysée, selon un expert, par « le choc des grandes puissances » et des manipulations politiques, résultats d’un « manque de poigne » du secrétaire général. Face au risque de génocide au Soudan du Sud, le Conseil n’a pas été capable de s’entendre sur l’embargo sur les armes que Ban Ki-moon appelait de ses vœux. La Russie, la Chine et les membres africains du Conseil de sécurité s’y sont opposés.
 
 
Au Yémen, l’Arabie saoudite, qui dirige la coalition militaire contre les rebelles houthistes, a bombardé des écoles et des hôpitaux. Plus de 11 000 personnes, dont environ un millier d’enfants, ont trouvé la mort depuis le début du conflit en mars 2015. L’ONU a donc inscrit l’Arabie saoudite sur sa liste noire des pays violant le droit des enfants dans les conflits armés. Riyad a immédiatement menacé l’ONU de geler ses financements. Face aux journalistes, Ban Ki-moon a finalement annoncé qu’il retirait le nom de l’Arabie saoudite. « J’ai dû tenir compte de la perspective très réelle de voir des millions d’autres enfants souffrir gravement si, comme cela m’a été suggéré, certains pays supprimaient des financements à plusieurs programmes de l’ONU », justifie-t-il. Un rétropédalage dramatique pour l’image de l’organisation.
 
Lorsque Ban Ki-moon évoque, lors d’une visite officielle en mars, « l’occupation » par le Maroc du Sahara occidental, c’est Rabat, cette fois, qui réagit très vivement : en quelques jours, le royaume chérifien a démantelé la mission de l’ONU sur place, créant un précédent dangereux.
 
 
Terrorisme : toujours pas de définition unique
 
L’ONU n’a toujours pas de définition unique du terrorisme : la question est « trop politique » pour être acceptable par les 193 Etats membres. Le secrétaire général a fait adopter un vague plan pour « lutter contre l’extrémisme violent » qui encourage la mise en place de programmes nationaux contre la propagation du terrorisme et une collaboration internationale accrue. L’ONU n’a cependant pas été capable de s’entendre sur la création d’un poste de représentant du secrétaire général des Nations unies pour lutter contre le terrorisme. L’organisation est pourtant en première ligne face à cette menace. Sept des seize opérations de maintien de la paix déployées dans le monde le sont dans un contexte terroriste.
 
 
La crise des réfugiés : aucun accord trouvé
 
Jamais le monde n’a compté autant de réfugiés : 65 millions de personnes ont dû fuir leur pays d’origine ou se déplacer à l’intérieur de leur frontière à cause des conflits. C’est la plus grave crise rencontrée par les Nations unies depuis sa création en 1945. Ban Ki-moon s’est rendu sur l’île de Lesbos, en Grèce, pour appeler l’Europe à « répondre de manière humaine et inspirée par les droits de l’homme » à la crise migratoire. « La détention n’est pas la solution », a-t-il poursuivi, dénonçant l’accord conclu entre l’UE et la Turquie pour le renvoi des migrants arrivés illégalement.
 
Le secrétaire général avait espéré mobiliser les dirigeants sur un pacte mondial pour les réfugiés. Le plan prévoyait l’accueil de 10 % des réfugiés dans le monde chaque année. Mais les Etats, qui se sont réunis lors d’un sommet spécial sur les réfugiés à l’ONU en septembre, ont préféré renvoyer la question à 2018, incapables de s’entendre sur cette proposition ambitieuse.
 
Droits humains, femmes, LGBT : une mobilisation inégale
 
Ban Ki-moon avait commencé son premier mandat en 2007 par une gaffe en réagissant à l’exécution du dictateur irakien Saddam Hussein. Il avait affirmé que « la question de la peine capitale [restait] la décision de chacun des pays membres ». En 2009, son bilan concernant les droits de l’homme était à nouveau entaché par le conflit sri-lankais, où l’ONU est accusée d’avoir sciemment fermé les yeux et de ne pas avoir pu empêcher la mort d’environ 40 000 civils dans les derniers mois du conflit entre les Tigres tamouls et Colombo.
 
Préoccupé par sa réélection pour un deuxième mandat, M. Ban, pour s’assurer du vote de la Chine pour sa candidature, est aussi resté silencieux face à la vague de répression contre les intellectuels chinois.
 
Libéré de la pression d’une réélection, Ban Ki-moon a été moins réservé lors de son second mandat. Elevé dans la culture conservatrice sud-coréenne, M. Ban s’est révélé être un ardent défenseur du droit des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres. Il a encouragé la création du poste de rapporteur spécial pour le droit des personnes LGBT. En 2014, il avait reconnu le mariage pour tous, offrant aux employés de l’ONU homosexuels mariés les mêmes droits qu’aux hétérosexuels. Il a aussi créé l’agence ONU Femmes en 2010 pour la promotion des droits des femmes et l’égalité des genres. Ban Ki-moon a participé à la féminisation de l’ONU, même si l’organisation emploie toujours moins de 50 % de femmes, objectif qu’elle s’était fixé il y a déjà vingt ans.
 
Mais l’image de l’ONU a été fortement dégradée par la multiplication des affaires d’abus sexuels commis par des casques bleus, majoritairement en Centrafrique et en République démocratique du Congo. M. Ban a plusieurs fois répété « sa honte » de voir des soldats sous drapeau onusien censés protéger la population civile s’adonner à ces pratiques « indignes ». L’organisation pâtit toujours de l’impunité des soldats accusés d’abus sexuels.
 
Climat : des efforts couronnés par la signature de l’accord de Paris
 
« C’est la priorité la plus importante pour l’humanité », avait convenu Ban Ki-moon en promettant que son second mandat à la tête de l’ONU verrait la conclusion d’un accord global sur le climat après les échecs des sommets de Copenhague en 2009 et de Cancun en 2010. Il a mobilisé sans relâche les dirigeants du monde entier, allant visiter la banquise au Groenland ou les îles Kiribati, menacées par la montée des eaux. Cette prise de conscience a abouti à la signature de l’accord de Paris et à son entrée en vigueur le 21 septembre.
 
Aux critiques qui lui prédisent que le climatosceptique Donald Trump pourrait se retirer de l’accord de Paris de la COP21, présenté comme « historique », Ban Ki-moon a profité de sa dernière conférence de presse pour adresser une ultime mise au point au futur président : « Il n’y a pas de retour en arrière possible. »
 
 
Objectifs de développement durable : un plan ambitieux, mais non contraignant
 
Sous les deux mandats de Ban Ki-moon, la pauvreté et la mortalité ont globalement reculé, même si les inégalités se sont encore creusées entre le continent africain et le reste du monde. Le secrétaire général a défendu la création des 17 objectifs de développement durable, une feuille de route ambitieuse, qui doit permettre « de changer le monde d’ici à 2030 » et qui remplace les objectifs du millénaire adoptés en l’an 2000 : « C’est le Programme des peuples, un plan d’action pour mettre fin à la pauvreté dans toutes ses dimensions, de manière irréversible, en tous lieux, et ne laissant personne en arrière. »
 
Mais ces objectifs ne sont pas contraignants. Chaque pays est libre de mener les politiques nécessaires pour les atteindre… ou pas.
 
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

"Que les médiocres dégagent": Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila

Mar 09 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo, figure de la puissante Eglise congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d'année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo, un an après la médiation... Lire la suite >

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne
Mar 09 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Le président sénégalais, Macky Sall a décrété deux jours de deuil à partir de ce lundi à la mémoire des 13 jeunes tués samedi dans une forêt protégée de Casamance. Une délégation ministérielle... Lire la suite >

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée après l'attaque perpétrée ce samedi à Boffa et attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). ... Lire la suite >

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité... Lire la suite >

Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

 Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »
Sam 06 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le colonel Auguste Denise Barry est accusé d’avoir mis en place un mouvement insurrectionnel pour déstabiliser le régime actuel.   Après deux ans et demi d’ombre, le colonel Auguste Denise Barry revient dans la lumière, malgré lui.... Lire la suite >

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes
Sam 06 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l'une des promesses majeures du président Nana Addo-Akufo. Où en est-il aujourd'hui ?   Le débat sur la lutte contre la corruption est relancé au Ghana. Il bat même son... Lire la suite >

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué
Ven 05 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Cette fois, c'est à la demande de la défense du maire de Dakar que la décision a été prise de renvoyer le procès au 23 janvier. « Pour disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins », a-t-elle avancé.   «... Lire la suite >

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs
Ven 05 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une étude parue dans « The Lancet » pointe le mauvais suivi postopératoire et les complications fatales qui touchent un patient sur cinq.   Le taux de mortalité lors des opérations chirurgicales est deux fois plus élevé en Afrique... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS