NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Mme Dlamini-Zuma et l’Union africaine : chronique d’un rendez-vous manqué


Mme Dlamini-Zuma et l’Union africaine : chronique d’un rendez-vous manqué
La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma à Durban, le 19 décembre 2016. | PHOTO: RAJESH JANTILAL/AFP
Bilan très décevant pour la Sud-Africaine, élue en 2012 sur d’ambitieuses promesses. Elle aurait pu être la femme la plus puissante d’Afrique, elle n’a été qu’une voix inaudible.
 
Promesses alléchantes pour les uns, menaces à peine voilée pour les autres : l’Afrique du Sud avait utilisé la technique du rouleau compresseur pour évincer en 2012 le Gabonais Jean Ping de la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA) et imposer à sa place son ex-ministre des affaires étrangères, Mme NKosazana Dlamini-Zuma.
 
Alors que les chefs d’Etat africains doivent désigner, lundi 30 janvier, à Addis-Abeba, lors de leur 28e Sommet un nouveau président de la Commission de l’UA, force est de constater que Mme Zuma n’a pas tenu les grandes promesses de sa campagne électorale de 2012. Voici cinq dossiers majeurs, en plus d’autres manquements ou échecs, comme la paralysie de l’UA lors de la crise Ebola ou son incapacité à tenir tête à certains chefs d’Etat qui ont entrepris de modifier ou de contourner leur Constitution pour se maintenir au pouvoir.
 
Leadership africain
 
Lors de sa campagne pour la présidence de la Commission, Mme Zuma avait fortement critiqué l’effacement de l’UA dans la gestion de la crise libyenne et de la crise post-électorale de 2011 en Côte d’Ivoire. L’Afrique du Sud avait alors accusé Jean Ping d’avoir aligné l’UA sur les positions de la France.
 
Mme Dlamini-Zuma s’était engagée une fois élue à travailler pour le leadership africain dans la gestion des crises sur le continent, promettant « des solutions africaines aux problèmes africains ». A l’heure du bilan, on constate qu’il n’en a rien été. La voix de l’UA n’a été prépondérante ni au Soudan du Sud, ni en Centrafrique, ni au Mali, ni Libye. Symbole emblématique de cet échec, le Burundi, où l’UA a été incapable de déployer un contingent militaire après en avoir fait la promesse publiquement.
 
Indépendance financière de l’UA laissée en plan
 
Le budget de l’UA repose principalement sur les contributions de ses Etats membres. L’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Egypte, la Libye et le Nigeria sont les cinq plus gros contributeurs de l’organisation panafricaine. En raison des arriérés de cotisations de très nombreux pays, l’UA se retrouve sans moyens suffisants et doit compter sur l’aide financière de partenaires pour financer ses actions. C’est le cas de la force de paix africaine en Somalie (Amisom) financée pour près de 98 % par l’Union européenne. En prenant ses fonctions, Mme Zuma s’était engagée à travailler pour « la souveraineté financière » de l’Afrique. Elle s’en va sans avoir pu véritablement engager ce chantier.
 
Inefficacité de la Commission
 
Comme toutes les organisations internationales, l’UA a souvent été critiquée pour ses lourdeurs bureaucratiques. Il est tout particulièrement reproché à la Commission de l’UA le faible taux d’exécution des décisions issues du Sommet : 35 % seulement selon un rapport rendu public en 2012 par de nombreuses ONG. Là encore, Mme Dlamini-Zuma avait promis des changements révolutionnaires grâce notamment à la chasse aux fonctionnaires payés à ne rien faire. Elle avait également promis de mettre fin aux recrutements de complaisance. Ses résultats sur l’amélioration de l’efficacité de la Commission ne sont guère plus brillants que ceux obtenus sur le leadership africain. La preuve de la persistance des lourdeurs bureaucratiques paralysantes de l’UA est d’ailleurs apportée par sa gestion du dossier du financement de la Force mixte multinationale (FMM) chargée de lutter contre Boko Haram dans le bassin du lac Tchad. Alors que l’Union européenne a fait toutes les diligences nécessaires pour transférer à l’UA le premier décaissement de 31 millions d’euros sur les 50 millions d’euros promis, ce montant est resté coincé pendant plusieurs mois à Addis-Abeba sans être mis à la disposition de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT).
 
Favoritisme pour l’Afrique du Sud
 
Avant d’entrer en fonction, le président de la Commission fait devant les chefs d’Etat le serment de ne « prendre ni solliciter des ordres ou avis d’aucun gouvernement », même pas le sien.
 
Or Mme Zuma a fait venir une garde rapprochée sud-africaine directement fournie par le gouvernement sud-africain. Il s’agit d’une entorse à la règle qui veut que la sécurité du président de la Commission de l’Union soit assurée par l’Ethiopie, pays hôte. Mieux que cela, Mme Zuma a créé une sorte de « shadow cabinet » avec des diplomates sud-africains qu’elle a fait venir à Addis-Abeba. La réalité du pouvoir de décision à l’UA sous Mme Zuma reposait entre les mains des membres de ce circuit parallèle payés directement par l’Afrique du Sud. Prenant acte de son affaiblissement, le Burkinabé Jean-Baptiste Natama, premier directeur de cabinet de Mme Zuma, avait jeté l’éponge pour rentrer au Burkina Faso et se présenter à la présidentielle de novembre 2015.
 
 
La décision de Mme Dlamini-Zuma de ne pas solliciter de second mandat à la tête de la Commission pour pouvoir rentrer en Afrique du Sud afin de prendre les rênes de l’African National Congress (ANC) n’a guère été appréciée par une partie de l’opinion africaine qui considère qu’elle a renoncé à servir le continent par calculs personnels. En effet, après la présidence de l’ANC en 2017, elle ambitionne de devenir présidente de la République sud-africaine en 2019.
 
Tentatives de médiation en RDC et au Sahel
 
Il faut cependant mettre au crédit de Mme Dlamini-Zuma d’avoir tenté de reprendre la main sur la situation politique en République démocratique du Congo (RDC) en mettant à la disposition des acteurs politiques du pays un facilitateur en la personne de l’ancien premier ministre togolais Edem Kodjo. Cette initiative a abouti à la signature, en octobre 2016, d’un accord de sortie de la crise politique, lequel a pourtant été immédiatement contesté par une partie de l’opposition qui a boycotté le processus. Le véritable accord interviendra le 31 décembre 2016, sous l’égide de l’Eglise catholique (CENCO).
 
La présidente sortante de la Commission de l’UA a également pris très tôt la décision salutaire d’ouvrir à Bamako, au Mali, un bureau chargé de suivre, sous la direction de l’ancien président burundais Pierre Buyoya, la situation au Sahel, région confrontée à des graves défis de sécurité et de développement. Elle a par ailleurs ici et là pris de bonnes initiatives qui ont fini par être contrariées par les chefs d’Etat, tout en décevant beaucoup par son incapacité à peser sur les crises au Burundi ou au Soudan du Sud.
 
Reste que Mme Dlamini-Zuma a déçu les grandes espérances suscitées par l’élection de la première femme à la présidence de la Commission, et qu’elle n’a pas tenu les promesses qu’elle avait faites en 2012. Elle aurait pu être la femme la plus puissante d’Afrique, elle n’a été qu’une voix inaudible.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

"Que les médiocres dégagent": Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila

Mar 09 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo, figure de la puissante Eglise congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d'année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo, un an après la médiation... Lire la suite >

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne
Mar 09 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Le président sénégalais, Macky Sall a décrété deux jours de deuil à partir de ce lundi à la mémoire des 13 jeunes tués samedi dans une forêt protégée de Casamance. Une délégation ministérielle... Lire la suite >

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée après l'attaque perpétrée ce samedi à Boffa et attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). ... Lire la suite >

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité... Lire la suite >

Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

 Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »
Sam 06 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le colonel Auguste Denise Barry est accusé d’avoir mis en place un mouvement insurrectionnel pour déstabiliser le régime actuel.   Après deux ans et demi d’ombre, le colonel Auguste Denise Barry revient dans la lumière, malgré lui.... Lire la suite >

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes
Sam 06 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l'une des promesses majeures du président Nana Addo-Akufo. Où en est-il aujourd'hui ?   Le débat sur la lutte contre la corruption est relancé au Ghana. Il bat même son... Lire la suite >

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué

Sénégal - Khalifa Sall : son procès renvoyé, rien n'est encore joué
Ven 05 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Cette fois, c'est à la demande de la défense du maire de Dakar que la décision a été prise de renvoyer le procès au 23 janvier. « Pour disposer de plus de temps afin de pouvoir faire citer des témoins », a-t-elle avancé.   «... Lire la suite >

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs

Etre opéré en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs
Ven 05 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une étude parue dans « The Lancet » pointe le mauvais suivi postopératoire et les complications fatales qui touchent un patient sur cinq.   Le taux de mortalité lors des opérations chirurgicales est deux fois plus élevé en Afrique... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS