NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Corruption : le Nigeria à la croisée des chemins


Corruption : le Nigeria à la croisée des chemins
Un motocycliste près d'un panneau anticorruption à Kano, Nigeria, le 19 janvier 2016. | PHOTO: Akintunde Akinleye / Reuters
REVUE DE PRESSE. Attaquer la corruption de l'administration était l'une des promesses majeures du président Buhari. Qu'en est-il aujourd'hui ?
 
Faire pression sur un gouvernement, de la part d'une ONG, est une stratégie ordinaire. Mais menacer de porter plainte contre l'État s'il n'annule pas une décision, voilà qui est bien moins attendu ! Ce coup audacieux vient d'être joué par une coalition d'organisations anticorruption nigérianes. Jugeant trop floues les conditions d'attribution d'un marché pétrolier à l'italien ENI, elles ont donné lundi 5 juin un ultimatum de 48 heures au gouvernement central d'Abuja pour rompre l'accord. Et de prévenir que, parallèlement à l'action en justice, elles envisageaient de « mobiliser les Nigérians dans la rue ». La scène est relatée par le quotidien de LagosThis Day.
 
Les faits : début mai, le géant pétrolier ENI et sa filiale nigériane Agip Oil Company se sont vu octroyer un projet de réhabilitation de la raffinerie de Port-Harcourt, dans le sud-est du pays. Quelques jours plus tard, un sénateur introduit à la chambre haute du Parlement une motion sur le manque de transparence ayant entouré ce marché auquel s'est aussi greffée la firme nigériane Oando. Le 30 mai, l'accord avec ces compagnies a été suspendu par le Sénat qui a diligenté une enquête.
 
La crainte de tomber dans « des abysses de corruption »
 
La vigilance apparente des législateurs n'a cependant pas suffi à rassurer les militants anticorruption qui ont donc décidé de monter au créneau la semaine suivante. « Si rien n'est fait, ce gouvernement est prêt à tomber dans les mêmes abysses de corruption dans le secteur pétrolier, que ceux qui ont amené des responsables ou des proches de l'ancien gouvernement devant les tribunaux », alertait ainsi le responsable du Centre anticorruption et pour un leadership ouvert, l'une des 20 organisations de la coalition, cité par This Day.
 
Cette défiance s'est aussi exprimée à l'égard du Sénat, qui pourrait « chercher à se positionner dans ce marché », selon ces activistes. À leurs yeux, l'enquête du Sénat n'a d'ailleurs pas lieu d'être puisqu'« il n'y a rien à examiner ». L'accord conclu avec ENI, martèlent-ils, est purement « illégal » : il n'y aurait tout bonnement pas eu d'appel d'offres pour réhabiliter la raffinerie de Port-Harcourt.
 
Ce vendredi 9 juin, quatre jours après l'ultimatum lancé par la coalition, le secrétaire d'État nigérian au Pétrole Emmanuel Ibe Kachikwu a annoncé qu'un processus d'appel d'offres transparent serait organisé, et que « ni Oando ni Agip ne se sont vu confier la maintenance et le fonctionnement de raffineries nigérianes », rapporte le journal en ligne nigérian The Premium Times.
 
Le gouvernement a-t-il cédé à la pression des activistes ? Pour le moins, cet épisode montre que les suspicions de corruption passent mal dans le contexte politique actuel. Il intervient aussi deux ans après l'élection de Muhammadu Buhari (le 29 mai 2015), à un moment où les médias dressent le bilan à mi-parcours de la nouvelle administration.
 
La lutte contre la corruption, pilier de l'administration Buhari
 
Le président Buhari est particulièrement attendu sur les retombées de sa « guerre anticorruption ». L'ancien général, fort de sa réputation d'homme incorruptible et rigoureux, en avait fait une promesse de campagne, puis un « pilier de son administration ». Avant lui, rappelle le journal nigérian The Daily Trust, le régime de Goodluck Jonathan avait « élevé la corruption au Nigeria à des niveaux historiques », et Muhammadu Buhari a été perçu par des millions de Nigérians comme « le messie anticorruption ». Véritable atout politique, ce combat annoncé contre la corruption est donc devenu un symbole de l'action engagée par le gouvernement, et est scruté de près à l'heure du bilan de mi-mandat.
 
À l'occasion du deuxième anniversaire de l'investiture du président Buhari, c'est d'abord son absence qui a marqué les esprits. Affaibli par des problèmes de santé depuis plusieurs mois, Muhammadu Buhari a laissé au président par intérim Yemi Osinbajo le soin de défendre le bilan de la nouvelle administration. Lequel a assuré lors d'une interview sur la télévision publique que la restauration des deniers publics restait l'une des priorités du gouvernement, et qu'une partie des milliards de milliards de nairas détournés par leurs prédécesseurs avaient pu être réaffectés vers la construction d'infrastructures ou l'équipement militaire.
 
Des fonds publics rapatriés et des arrestations de responsables politiques
 
Lorsque la nouvelle administration est arrivée aux affaires en 2015, rappelait aussi ce 8 juin le ministre de l'Information et de la Communication Alhaji Lai Mohammed : « La corruption était alarmante : 55 personnes avaient volé 1 350 milliards de nairas (3,75 milliards d'euros) en 7 ans. » En mars 2016, les autorités avaient notamment fait rapatrier de Dubaï quelque 200 millions de dollars détournés par 13 anciens gouverneurs et ministres.
 
Mais la réalisation la plus emblématique, et surtout la plus visible, du chantier entrepris par Buhari contre la corruption endémique, repose sur le rôle de la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC), une agence créée en 2003. « L'agence anticorruption a pris de l'ampleur et a procédé à des arrestations massives d'anciens responsables politiques soupçonnés d'avoir détourné des fonds publics. L'un des cas les plus célèbres est celui du colonel Sambo Dasuki, l'ancien conseiller national en sécurité de l'ancien président Goodluck Jonathan. Son bureau a détourné les 2,1 milliards de dollars votés pour l'achat d'armes destinées à la lutte contre l'insurrection de Boko Haram dans le Nord-Est », note The Vanguard. De voir d'anciens ministres, gouverneurs, directeurs d'agences fédérales ou des sommités politiques être aujourd'hui accusées d'avoir pillé les caisses publiques est à mettre au crédit de Buhari selon le quotidien nigérian.
 
« Ce qui a vraiment changé (ces deux dernières années), c'est qu'on est passé de l'impunité au fait de rendre des comptes, et d'une représentation de la corruption glamourisée à une prise de conscience de la corruption, qui est mal vue par la population aujourd'hui », estime encore le ministre de la Communication Lai Mohammed dans les colonnes du Vanguard.
 
Blocages judiciaires
 
Des puissants qui rendent enfin des comptes… Peut-être, mais pour certains autres titres de la presse nigériane, le gouvernement n'est pas allé assez loin dans son approche. « L'administration Buhari ne lutte pas contre la corruption, mais combat les personnes corrompues », nuance le site économique Businessdayonline, qui résume le bilan de la lutte corruption de la façon suivante : « beaucoup de bruit », mais peu de changements institutionnels. L'agence anticorruption, poursuit-il, « est exemplaire en matière d'arrestations, mais plus faible en matière de condamnations ».
 
« Deux ans après le mandat de Buhari, l'EFCC n'a pas encore réussi à obtenir une seule condamnation devant les tribunaux », précise le site d'infos The Tide. Une critique largement relayée, au point que le président Buhari reconnaissait lui-même en décembre 2016 sa difficulté à réformer le secteur judiciaire. « Jusqu'à présent, les cas de corruption signalés par le gouvernement ne progressent pas aussi rapidement qu'ils le devraient », admettait-il. Et de déplorer que « lorsque les accusations de corruption ne sont pas traduites en justice, on donne cette impression négative selon laquelle le crime paie ».
 
La lutte anticorruption, un instrument au service du pouvoir ?
 
Autre critique, qui résiste à l'arrestation en avril de deux hauts fonctionnaires pour des faits de corruption (le patron du renseignement Ayo Oke et le secrétaire général du gouvernement David Babachir Lawal) : l'agence anticorruption ne viserait que des membres de l'opposition et serait donc instrumentalisée à des fins politiques.
 
« À l'heure actuelle, on dénombre 15 anciens gouverneurs à l'Assemblée nationale qui ont remporté des élections tout en étant visés par de multiples accusations de corruption », affirme The Premium Times. Selon le site d'info nigérian, même les citoyens galvanisés par l'arrivée au pouvoir de Buhari, et notamment sa base électorale, dans le nord du pays, affichent la déception. Ceux qui l'ont soutenu « attendaient avec impatience une répétition des conséquences du coup d'État de décembre 1983 (qui avait porté Buhari au pouvoir durant deux ans, NDLR) lorsque responsables politiques (corrompus) avaient été immédiatement arrêtés, jugés, et envoyés en prison. (…) Mais aujourd'hui, on entend les cris d'insatisfaction venant de l'opposition et même de ses admirateurs opprimés », rapporte-t-il. Et de souligner le mécontentement engendré aussi, dans le nord du pays, par « des cas de brutalité policière et militaire contre des civils innocents ». Il cite enfin un rapport de l'organisation SBM Intelligence, selon lequel Muhammadu Buhari n'aurait réalisé que 4 des 171 promesses faites par son parti lors des élections de 2015.
 
Les lanceurs d'alerte encouragés
 
Parmi ces réalisations, il y en a une, toutefois, qui paraît suffisamment rare pour être soulignée : l'élaboration de politiques publiques pour protéger les lanceurs d'alerte. Des mesures qui encouragent les citoyens à dénoncer des détournements d'argent, en leur garantissant l'anonymat et en leur offrant entre 2,5 et 5 % des fonds recouvrés par l'État. Un premier versement vient d'ailleurs d'avoir lieu.
 
Une façon, certes, de renflouer les caisses publiques – le Nigeria est entré en récession en août 2016 –, mais qui peut participer aussi, d'une nouvelle perception de la corruption. En attendant, on s'amuse de voir les vocations que cette mesure pourrait faire naître… Une source d'inspiration pour le dessinateur du site The Daily Trust.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »
Ven 20 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur dénonce la vision du président français, biaisée par une représentation erronée de l’Afrique.   Chronique. En marge de sa visite au Nigeria, Emmanuel Macron a accordé une interview à l’animateur Claudy... Lire la suite >

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie
Ven 20 Juil 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

La Francophonie est entrée en campagne pour choisir la personnalité qui va la diriger durant les quatre prochaines années. La France et le Canada, les deux puissances dominantes de l’organisation francophone, ont chacune choisi leur championne et s’apprêtent... Lire la suite >

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?
Jeu 19 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Au-delà des tensions qui assaillent le nouveau Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dans un attelage « unifié », de nombreuses questions en suspens.   Le président ivoirien Alassane Ouattara en rêvait... Lire la suite >

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »
Jeu 19 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Chaque année, des milliers de jeunes Tchadiennes « montent » à la capitale en quête d’une vie meilleure et se retrouvent exploitées comme domestiques.   En cette soirée brumeuse de juillet à N’Djamena, capitale du Tchad,... Lire la suite >

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas
Dim 15 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

En raison de l'érosion des côtes qu'elle entraîne, la construction du nouveau port de Lomé apparaît comme une menace pour les pêcheurs de la région. Son ouverture est pourtant prévue l'année prochaine.   Les problèmes... Lire la suite >

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »
Dim 15 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur revient sur le combat contre la raison d’Etat de l’avocat qui tente de faire éclater la vérité sur le raid meurtrier de l’armée ivoirienne en 2004.   Chronique. Depuis quatorze longues années, un homme seul, ou presque,... Lire la suite >

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »
Jeu 12 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur décrypte le récent voyage au Nigeria du président français, où la priorité a été donnée aux rencontres avec les entrepreneurs et le monde de la culture.     Chronique. Les hommes politiques nigérians... Lire la suite >

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le parti au pouvoir au Nigeria, le All Progressives Congress (APC), a assuré qu'il resterait soudé derrière le président Muhammadu Buhari, sous le feu des critiques, en pleine course pour la présidentielle de février 2019.   Plus de 30 partis,... Lire la suite >

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La Belgique récupère les encombrants souvenirs d'une époque révolue: une grande campagne a été lancée dans le royaume pour se débarrasser d'objets en ivoire, dont le commerce est sévèrement encadré en Europe -- mais... Lire la suite >

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?
Lun 09 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un test grandeur nature de ce vaccin expérimental est lancé sur 2 600 femmes en Afrique australe. Les résultats sont attendus en 2021 ou 2022.   La communauté scientifique du monde entier travaille sur un vaccin contre le VIH. Samedi 7 juillet, des chercheurs... Lire la suite >

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe
Lun 09 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Dans une décharge à ciel ouvert, à l'abri des regards des estivants qui bronzent sur la côte marocaine, de jeunes migrants survivent dans les immondices, rongés par la honte et la misère, en rêvant de l'Europe, juste en face.   Accroupi... Lire la suite >

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit
Ven 06 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le fils de l’ex-président sénégalais n’est pas autorisé à concourir pour la présidentielle de 2019. Son parti conteste ce rejet et en appelle à une manifestation le 13 juillet.   Le retour de Karim Wade au Sénégal... Lire la suite >

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?
Ven 06 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

L'OIM fonctionnerait-elle comme un prestataire de services dans la gestion des migrations ? Deux spécialistes interrogent le fonctionnement de l'organisation mondiale.   Le 29 juin a eu lieu l'élection du nouveau directeur de l'Organisation internationale... Lire la suite >

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause
Jeu 05 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le général Gilbert Diendéré, l'un des cerveaux présumés du coup d'État manqué de 2015 au Burkina Faso, a été mis en cause pour la première fois depuis l'ouverture du procès par un co-accusé.   Le... Lire la suite >

Karim Keïta : « Le Mali n'a aucune raison de ne pas tenir ces élections »

Karim Keïta : « Le Mali n'a aucune raison de ne pas tenir ces élections »
Jeu 05 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

TRIBUNE. Le député et président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale du Mali, répond point par point à son homologue français Jean-Jacques Bridey (LREM) qui a estimé, lundi, que le « pouvoir... Lire la suite >

Bombardement de Bouaké en 2004 : vers l’ouverture d’un procès en France

Bombardement de Bouaké en 2004 : vers l’ouverture d’un procès en France
Mer 04 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dix personnes avaient été tuées dans un raid de l’armée ivoirienne. Mediapart a révélé les conclusions du parquet qui pointent les entraves de Paris dans l’enquête.   Quatorze ans après les faits, le bombardement... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS