NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Congo : c'est l'état d'urgence économique !


Congo : c'est l'état d'urgence économique !
Des journaux à vendre dans le marché de Brazzaville, le 22 mars 2016. | PHOTO: AFP archives
Avec la mission du FMI bientôt à Brazzaville, le Congo va devoir prendre des mesures drastiques pour assainir sa situation car l'heure est grave.
 
La venue à Brazzaville d'une mission du Fonds monétaire international (FMI), prévue à l'origine pour le début du mois de septembre, après la trêve des élections législatives et locales, est annoncée pour le 27 septembre. Objectif : entamer des négociations avec le Congo en vue de la signature d'un programme de redressement économique et financier.
 
Un flou qui impacte la Cemac
 
Il y a urgence. Pour deux raisons. Les caisses de l'État sont vides, l'endettement est abyssal et les arriérés de paiement s'accumulent. En outre, le retard pris par le Congo à négocier avec le FMI met en difficulté les autres pays pétroliers (Gabon, Tchad, Guinée équatoriale et, dans une moindre mesure, Cameroun) de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac), qui ont déjà conclu ou qui finalisent un accord avec le Fonds. « Aujourd'hui, le FMI négocie collectivement avec les Etats de la Cemac et non plus en rangs dispersés comme auparavant. Tout retard pris par l'un d'entre eux pénalise donc les autres », informe un analyste économique congolais. Ces accords et les appuis financiers qui les accompagnent sont rendus nécessaires à la suite de la forte baisse des prix du baril de pétrole intervenue à partir du deuxième semestre 2014, qui a fait chuter les recettes pétrolières, mis à mal les balances de paiement et entraîné des coupes importantes notamment dans les budgets d'investissement des États pétroliers de la zone.
 
Le choc pétrolier et ses conséquences
 
Après plusieurs mois de tergiversations, le Congo s'est décidé à recourir au FMI. Une option que le président congolais, Denis Sassou-NGuesso, a confirmée lors de son discours sur l'état de la nation le 14 août dernier. Néanmoins, le pays a un peu traîné les pieds, avec l'envoi au compte-gouttes des dossiers nécessaires à l'analyse de son état financier. Début septembre, à la suite de la piqûre de rappel du FMI demandant aux autorités congolaises de lui faire parvenir des informations complémentaires, il a dû s'exécuter. Dans la liste figuraient, entre autres, les contrats de prêts avec Glencore, Trafigura, United Bank of Africa, la Turquie et Afreximbank, accompagnés bien évidemment d'informations sur l'utilisation de ces prêts et des comptes où ils ont été décaissés sur la période 2014-2017. À verser au panier également, les mouvements et soldes annuels du compte ouvert en Chine au nom de l'État congolais, sur la même période, le tableau d'exécution du budget de l'État à la fin juillet 2017 ainsi que ceux de la dette intérieure par catégorie de créanciers et de la balance des paiements reflétant la dette gagée sur le pétrole entre 2014 et 2017.
 
Au Congo, comme partout ailleurs, le choc pétrolier a été un coup dur pour la balance des paiements et le budget de l'État, qui a dû être revu à la baisse. Dans la foulée, les réserves de change de la Banque des Etats de l'Afrique Centrale sont tombées à un mois d'importation, contre onze trois ans auparavant. Mais la crise pétrolière n'explique pas tout. Car le Congo se distingue par un taux d'endettement public particulièrement élevé et un profil de dette qui ne laisse guère de doutes sur les graves entorses faites à la bonne gouvernance. Le fait qu'une partie de cette dette ait été contractée pendant que les prix du pétrole étaient au plus haut, atteignant 100 et 140 dollars le baril, et que l'envol des recettes budgétaires ait permis d'engranger quelque 14 000 milliards de francs CFA dans un fonds pour les générations futures, dont on ne trouve plus trace aujourd'hui, pose également question.
 
Le président congolais Denis Sassou Nguesso. © AP Photo/Maxim Shipenkov, Pool
 
À combien la dette du Congo-Brazzaville s'élève-t-elle ?
 
À ce jour, la dette publique extérieure du Congo est estimée à environ 120 % du produit intérieur brut (PIB). Une annonce faite en août dernier qui a eu l'effet d'une petite bombe. En effet, ce taux est bien supérieur à celui de 77 % annoncé quelques mois plus tôt et très éloigné du 3e critère de convergence des pays de la Cemac qui plafonne l'encours de la dette publique à 70 % du PIB. En outre, la dette intérieure n'est pas incluse dans les estimations actuelles. Du coup, la dette totale pourrait avoisiner 200 % du PIB. De quoi mettre en péril l'équilibre macro-économique et financier du Congo, mais aussi des pays de la zone.
 
La deuxième caractéristique de cette dette est qu'elle a été négociée par trois acteurs : le ministre des Finances, en principe seul habilité à engager le Congo à l'extérieur sur le plan financier, le ministre de l'Aménagement du territoire et des Grands Travaux (ex-DGGT) et la Société nationale des pétroles (SNPC). Troisième particularité, une partie de cette dette est restée longtemps cachée, des créances contractées notamment par la SNPC et les Grands Travaux n'ayant pas été remises à la Caisse congolaise d'amortissement (CCA), l'organe technique du ministère des Finances chargé du suivi et de la gestion de la dette. Ainsi, ni le ministère des Finances ni la CCA n'ont été en mesure de dresser un état précis de l'endettement du pays.
 
Enfin, dernier trait, une partie de la dette congolaise a été gagée sur le pétrole. Il s'agit notamment de prêts alloués par la Chine, principal créancier du pays, avec laquelle le Congo a conclu en 2006 un partenariat stratégique. Et de prêts faits à la SNPC par des sociétés de négoce en pétrole en échange de futures livraisons d'or noir. Outre la méconnaissance de leur montant et les coquettes commissions qu'ils auraient permises, certains ont été détournés de leur objet. Selon l'ONG suisse Public Eye, les 750 millions de dollars octroyés par Gunvor à la SNPC n'ont pas été utilisés pour les investissements de l'entreprise mais pour une autre société.
 
Valse des chiffres
 
L'annonce de l'arrivée d'une mission du FMI à Brazzaville laisse à penser que tous les documents réclamés sont parvenus au Fonds. Autant dire qu'ils sont passés au peigne fin car il s'agit de faire la clarté sur plusieurs points : qui a prêté, à qui, combien, sur quelle durée, à quelles conditions, à quel taux (concessionnel ou non) et à quelles fins ? Parallèlement à l'analyse des créances, une projection des recettes à venir sera établie pour évaluer le gap financier.
 
Il faut faire vite. En effet, à court terme, c'est un soutien à la balance des paiements que le FMI doit apporter aux pays de la Cemac, pour éviter une dévaluation du franc CFA, la monnaie commune. L'aide budgétaire viendra plus tard, quand sera bouclé un programme, accompagné de réformes structurelles spécifiques à la situation du Congo et conforme au cadre de référence prédéfini par la Cemac.
 
Alors que vont débuter les négociations entre le FMI et le Congo, la population congolaise, déjà frappée par la montée du chômage qui a suivi le choc pétrolier de 2014, et par des arriérés de salaires qui touchent des catégories de fonctionnaires, s'interroge et s'inquiète. Comment le Congo en est-il arrivé là ? Jusqu'où la baisse de son pouvoir d'achat ira-t-elle ? À quelle austérité devra-t-elle encore se plier ? Beaucoup ont encore en mémoire les ajustements structurels des années 1980 et 1990 qui ont été douloureux pour eux. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »
Ven 20 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur dénonce la vision du président français, biaisée par une représentation erronée de l’Afrique.   Chronique. En marge de sa visite au Nigeria, Emmanuel Macron a accordé une interview à l’animateur Claudy... Lire la suite >

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie
Ven 20 Juil 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

La Francophonie est entrée en campagne pour choisir la personnalité qui va la diriger durant les quatre prochaines années. La France et le Canada, les deux puissances dominantes de l’organisation francophone, ont chacune choisi leur championne et s’apprêtent... Lire la suite >

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?
Jeu 19 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Au-delà des tensions qui assaillent le nouveau Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dans un attelage « unifié », de nombreuses questions en suspens.   Le président ivoirien Alassane Ouattara en rêvait... Lire la suite >

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »
Jeu 19 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Chaque année, des milliers de jeunes Tchadiennes « montent » à la capitale en quête d’une vie meilleure et se retrouvent exploitées comme domestiques.   En cette soirée brumeuse de juillet à N’Djamena, capitale du Tchad,... Lire la suite >

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas
Dim 15 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

En raison de l'érosion des côtes qu'elle entraîne, la construction du nouveau port de Lomé apparaît comme une menace pour les pêcheurs de la région. Son ouverture est pourtant prévue l'année prochaine.   Les problèmes... Lire la suite >

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »
Dim 15 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur revient sur le combat contre la raison d’Etat de l’avocat qui tente de faire éclater la vérité sur le raid meurtrier de l’armée ivoirienne en 2004.   Chronique. Depuis quatorze longues années, un homme seul, ou presque,... Lire la suite >

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »
Jeu 12 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur décrypte le récent voyage au Nigeria du président français, où la priorité a été donnée aux rencontres avec les entrepreneurs et le monde de la culture.     Chronique. Les hommes politiques nigérians... Lire la suite >

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le parti au pouvoir au Nigeria, le All Progressives Congress (APC), a assuré qu'il resterait soudé derrière le président Muhammadu Buhari, sous le feu des critiques, en pleine course pour la présidentielle de février 2019.   Plus de 30 partis,... Lire la suite >

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La Belgique récupère les encombrants souvenirs d'une époque révolue: une grande campagne a été lancée dans le royaume pour se débarrasser d'objets en ivoire, dont le commerce est sévèrement encadré en Europe -- mais... Lire la suite >

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?
Lun 09 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un test grandeur nature de ce vaccin expérimental est lancé sur 2 600 femmes en Afrique australe. Les résultats sont attendus en 2021 ou 2022.   La communauté scientifique du monde entier travaille sur un vaccin contre le VIH. Samedi 7 juillet, des chercheurs... Lire la suite >

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe
Lun 09 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Dans une décharge à ciel ouvert, à l'abri des regards des estivants qui bronzent sur la côte marocaine, de jeunes migrants survivent dans les immondices, rongés par la honte et la misère, en rêvant de l'Europe, juste en face.   Accroupi... Lire la suite >

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit
Ven 06 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le fils de l’ex-président sénégalais n’est pas autorisé à concourir pour la présidentielle de 2019. Son parti conteste ce rejet et en appelle à une manifestation le 13 juillet.   Le retour de Karim Wade au Sénégal... Lire la suite >

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?
Ven 06 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

L'OIM fonctionnerait-elle comme un prestataire de services dans la gestion des migrations ? Deux spécialistes interrogent le fonctionnement de l'organisation mondiale.   Le 29 juin a eu lieu l'élection du nouveau directeur de l'Organisation internationale... Lire la suite >

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause
Jeu 05 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le général Gilbert Diendéré, l'un des cerveaux présumés du coup d'État manqué de 2015 au Burkina Faso, a été mis en cause pour la première fois depuis l'ouverture du procès par un co-accusé.   Le... Lire la suite >

Karim Keïta : « Le Mali n'a aucune raison de ne pas tenir ces élections »

Karim Keïta : « Le Mali n'a aucune raison de ne pas tenir ces élections »
Jeu 05 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

TRIBUNE. Le député et président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale du Mali, répond point par point à son homologue français Jean-Jacques Bridey (LREM) qui a estimé, lundi, que le « pouvoir... Lire la suite >

Bombardement de Bouaké en 2004 : vers l’ouverture d’un procès en France

Bombardement de Bouaké en 2004 : vers l’ouverture d’un procès en France
Mer 04 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dix personnes avaient été tuées dans un raid de l’armée ivoirienne. Mediapart a révélé les conclusions du parquet qui pointent les entraves de Paris dans l’enquête.   Quatorze ans après les faits, le bombardement... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS