NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Congo : c'est l'état d'urgence économique !


Congo : c'est l'état d'urgence économique !
Des journaux à vendre dans le marché de Brazzaville, le 22 mars 2016. | PHOTO: AFP archives
Avec la mission du FMI bientôt à Brazzaville, le Congo va devoir prendre des mesures drastiques pour assainir sa situation car l'heure est grave.
 
La venue à Brazzaville d'une mission du Fonds monétaire international (FMI), prévue à l'origine pour le début du mois de septembre, après la trêve des élections législatives et locales, est annoncée pour le 27 septembre. Objectif : entamer des négociations avec le Congo en vue de la signature d'un programme de redressement économique et financier.
 
Un flou qui impacte la Cemac
 
Il y a urgence. Pour deux raisons. Les caisses de l'État sont vides, l'endettement est abyssal et les arriérés de paiement s'accumulent. En outre, le retard pris par le Congo à négocier avec le FMI met en difficulté les autres pays pétroliers (Gabon, Tchad, Guinée équatoriale et, dans une moindre mesure, Cameroun) de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac), qui ont déjà conclu ou qui finalisent un accord avec le Fonds. « Aujourd'hui, le FMI négocie collectivement avec les Etats de la Cemac et non plus en rangs dispersés comme auparavant. Tout retard pris par l'un d'entre eux pénalise donc les autres », informe un analyste économique congolais. Ces accords et les appuis financiers qui les accompagnent sont rendus nécessaires à la suite de la forte baisse des prix du baril de pétrole intervenue à partir du deuxième semestre 2014, qui a fait chuter les recettes pétrolières, mis à mal les balances de paiement et entraîné des coupes importantes notamment dans les budgets d'investissement des États pétroliers de la zone.
 
Le choc pétrolier et ses conséquences
 
Après plusieurs mois de tergiversations, le Congo s'est décidé à recourir au FMI. Une option que le président congolais, Denis Sassou-NGuesso, a confirmée lors de son discours sur l'état de la nation le 14 août dernier. Néanmoins, le pays a un peu traîné les pieds, avec l'envoi au compte-gouttes des dossiers nécessaires à l'analyse de son état financier. Début septembre, à la suite de la piqûre de rappel du FMI demandant aux autorités congolaises de lui faire parvenir des informations complémentaires, il a dû s'exécuter. Dans la liste figuraient, entre autres, les contrats de prêts avec Glencore, Trafigura, United Bank of Africa, la Turquie et Afreximbank, accompagnés bien évidemment d'informations sur l'utilisation de ces prêts et des comptes où ils ont été décaissés sur la période 2014-2017. À verser au panier également, les mouvements et soldes annuels du compte ouvert en Chine au nom de l'État congolais, sur la même période, le tableau d'exécution du budget de l'État à la fin juillet 2017 ainsi que ceux de la dette intérieure par catégorie de créanciers et de la balance des paiements reflétant la dette gagée sur le pétrole entre 2014 et 2017.
 
Au Congo, comme partout ailleurs, le choc pétrolier a été un coup dur pour la balance des paiements et le budget de l'État, qui a dû être revu à la baisse. Dans la foulée, les réserves de change de la Banque des Etats de l'Afrique Centrale sont tombées à un mois d'importation, contre onze trois ans auparavant. Mais la crise pétrolière n'explique pas tout. Car le Congo se distingue par un taux d'endettement public particulièrement élevé et un profil de dette qui ne laisse guère de doutes sur les graves entorses faites à la bonne gouvernance. Le fait qu'une partie de cette dette ait été contractée pendant que les prix du pétrole étaient au plus haut, atteignant 100 et 140 dollars le baril, et que l'envol des recettes budgétaires ait permis d'engranger quelque 14 000 milliards de francs CFA dans un fonds pour les générations futures, dont on ne trouve plus trace aujourd'hui, pose également question.
 
Le président congolais Denis Sassou Nguesso. © AP Photo/Maxim Shipenkov, Pool
 
À combien la dette du Congo-Brazzaville s'élève-t-elle ?
 
À ce jour, la dette publique extérieure du Congo est estimée à environ 120 % du produit intérieur brut (PIB). Une annonce faite en août dernier qui a eu l'effet d'une petite bombe. En effet, ce taux est bien supérieur à celui de 77 % annoncé quelques mois plus tôt et très éloigné du 3e critère de convergence des pays de la Cemac qui plafonne l'encours de la dette publique à 70 % du PIB. En outre, la dette intérieure n'est pas incluse dans les estimations actuelles. Du coup, la dette totale pourrait avoisiner 200 % du PIB. De quoi mettre en péril l'équilibre macro-économique et financier du Congo, mais aussi des pays de la zone.
 
La deuxième caractéristique de cette dette est qu'elle a été négociée par trois acteurs : le ministre des Finances, en principe seul habilité à engager le Congo à l'extérieur sur le plan financier, le ministre de l'Aménagement du territoire et des Grands Travaux (ex-DGGT) et la Société nationale des pétroles (SNPC). Troisième particularité, une partie de cette dette est restée longtemps cachée, des créances contractées notamment par la SNPC et les Grands Travaux n'ayant pas été remises à la Caisse congolaise d'amortissement (CCA), l'organe technique du ministère des Finances chargé du suivi et de la gestion de la dette. Ainsi, ni le ministère des Finances ni la CCA n'ont été en mesure de dresser un état précis de l'endettement du pays.
 
Enfin, dernier trait, une partie de la dette congolaise a été gagée sur le pétrole. Il s'agit notamment de prêts alloués par la Chine, principal créancier du pays, avec laquelle le Congo a conclu en 2006 un partenariat stratégique. Et de prêts faits à la SNPC par des sociétés de négoce en pétrole en échange de futures livraisons d'or noir. Outre la méconnaissance de leur montant et les coquettes commissions qu'ils auraient permises, certains ont été détournés de leur objet. Selon l'ONG suisse Public Eye, les 750 millions de dollars octroyés par Gunvor à la SNPC n'ont pas été utilisés pour les investissements de l'entreprise mais pour une autre société.
 
Valse des chiffres
 
L'annonce de l'arrivée d'une mission du FMI à Brazzaville laisse à penser que tous les documents réclamés sont parvenus au Fonds. Autant dire qu'ils sont passés au peigne fin car il s'agit de faire la clarté sur plusieurs points : qui a prêté, à qui, combien, sur quelle durée, à quelles conditions, à quel taux (concessionnel ou non) et à quelles fins ? Parallèlement à l'analyse des créances, une projection des recettes à venir sera établie pour évaluer le gap financier.
 
Il faut faire vite. En effet, à court terme, c'est un soutien à la balance des paiements que le FMI doit apporter aux pays de la Cemac, pour éviter une dévaluation du franc CFA, la monnaie commune. L'aide budgétaire viendra plus tard, quand sera bouclé un programme, accompagné de réformes structurelles spécifiques à la situation du Congo et conforme au cadre de référence prédéfini par la Cemac.
 
Alors que vont débuter les négociations entre le FMI et le Congo, la population congolaise, déjà frappée par la montée du chômage qui a suivi le choc pétrolier de 2014, et par des arriérés de salaires qui touchent des catégories de fonctionnaires, s'interroge et s'inquiète. Comment le Congo en est-il arrivé là ? Jusqu'où la baisse de son pouvoir d'achat ira-t-elle ? À quelle austérité devra-t-elle encore se plier ? Beaucoup ont encore en mémoire les ajustements structurels des années 1980 et 1990 qui ont été douloureux pour eux. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS