NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, une terre trop convoitée


Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, une terre trop convoitée
A Guiglo, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire pendant la récolte de cacao, en octobre 2016. | PHOTO: SIA KAMBOU/AFP
Dans cette région productrice de cacao, première source de richesse du pays, les tensions sont avivées par les rivalités foncières et l’absence de justice.
 
C’est l’histoire d’un conflit sans fin, où se forgent et se lisent les lignes de fracture de la société ivoirienne. Il se déroule dans l’ouest du pays, à près de 500 km de la capitale économique, Abidjan. Une nouvelle série d’affrontements, entre mi-septembre et début novembre, a fait craindre le pire une fois de plus. Bilan officiel, selon les autorités locales : onze morts. Bilan officieux, selon les acteurs de la société civile : seize morts. Quant aux nombres de blessés, de viols et de déplacés, ils donnent lieu à d’interminables querelles de chiffres.
 
C’est sur l’« axe » traversant la région du Cavally, autrement dit, la route principale reliant Guiglo et Bloléquin, que se mesurent les haines recuites et les rancœurs nouvelles. Entre les grandes villes de la zone, une vingtaine de villages. Au sud attenant, l’une des 231 forêts classées de Côte d’Ivoire, la forêt du Goin-Débé. Une étendue de 133 000 hectares appartenant au domaine privé de l’Etat, « dégradée à 90 % » selon les termes mêmes du ministre ivoirien des eaux et forêts, Alain-Richard Donwahi. « Dégradée », c’est-à-dire composée de plantations. Riz, fruits et légumes, café, hévéa mais, surtout, cacao. Un véritable or vert au cœur de toutes les convoitises.
 
De la méfiance aux affrontements
 
A Ziglo, un village planté au milieu du fameux axe, il est 16 heures, et pour le chef du village et quelques proches, le goûter se compose uniquement de koutoukou, l’alcool local. Taciturne, le vieux chef ne souhaite pas s’exprimer, en appelle aux jeunes du village, plus prolixes. « Cette terre et ses forêts sont celles de nos aïeux, celles du peuple Wê », déclare l’un d’eux, en prenant soin de taire son nom.
 
 
Le jeune homme continue : « Depuis des décennies, et par vagues, les Baoulé [autre importante communauté ivoirienne] et les Burkinabés s’installent illégalement dans la forêt classée du Goin-Débé pour y cultiver du cacao et l’Etat ne fait rien. Alors que nous, nous respectons la loi et avons, depuis longtemps, déserté les forêts classées. Il y a quelques mois, nous nous sommes donc organisés pour aller récupérer nos terres. Nous aussi nous voulons travailler notre terre, profiter de ses fruits. » Leur « organisation », l’Alliance des jeunes Wê a été créée en avril et son opération de récupération des terres a été lancée trois mois plus tard.
Le problème, c’est qu’en débarquant à ce moment-là dans la forêt, les jeunes Wê y ont trouvé des Baoulé et des Burkinabés n’ayant aucune intention de s’en aller. Les premiers jours les membres des diverses communautés se sont regardés avec méfiance. Puis est venu le temps des menaces, de part et d’autre, et finalement, celui des premiers affrontements. « Comment peut-on déloger des planteurs qui ont travaillé des années sur leurs parcelles et sont en attente d’en récolter les fruits ? On ne peut pas l’accepter ! », explique Nanan Mea Akessé, un chef de la communauté Baoulé.
 
 
Qui a commencé ? Qui a fait quoi ? Qui possède quoi en réalité dans cette forêt régie par un code forestier qui impose à chaque planteur d’obtenir une autorisation officielle avant de commencer toute activité agricole ? Les versions sont diamétralement opposées. Et même si chacun s’estime dans son bon droit, les documents officiels eux, sont aussi rares que sont nombreuses les anecdotes sur les pots-de-vin versés aux agents de la Société de développement des forêts de Côte d’Ivoire (Sodefor), qui gère les forêts classées, et aux chefs coutumiers locaux.
 
Village de Goya, près de Guiglo, un cultivateur montre son titre de propriété en novembre 2016. CRÉDITS : SIA KAMBOU/AFP
 
Un scénario de conflit « communautaro-foncier » typique en Côte d’Ivoire. En effet, dans ce pays, où le cacao a été choisi comme moteur de l’économie depuis l’indépendance, et qui en est aujourd’hui le premier producteur mondial, la propriété des terres a toujours été un sujet explosif. Dans les années 1960 et 1970, le premier président ivoirien, Félix-Houphouët Boigny, encouragea l’installation de planteurs étrangers dans le pays, et de planteurs ivoiriens dans des régions dont ils ne sont pas forcément originaires. « La terre appartient à celui qui la met en valeur », déclarait-il. En plein « miracle ivoirien », toute main-d’œuvre, quelle que soit son origine, était la bienvenue.
 
 
Mais la chute des cours mondiaux de cacao, au milieu des années 1980 et, surtout, la mort de Houphouët-Boigny en 1993, change la donne. La guerre de succession qui s’ensuivit, ainsi que l’émergence et l’instrumentalisation du concept d’« ivoirité » établissant une césure entre « autochtones » et « allogènes » opposent les communautés. En 1999, une nouvelle loi foncière interdit l’accès à la propriété aux étrangers. Cette même année, à Tabou, à l’extrême-ouest du pays, près de 15 000 Burkinabés sont chassés des plantations et des villages. Car c’est à l’ouest, plus qu’ailleurs, que très vite, les tensions s’exacerbent. Tout d’abord, à cause des conséquences de la guerre civile (1989-2003) au Liberia voisin qui amène réfugiés et mercenaires dans la zone, puis de la décennie de crise politico-militaire ivoirienne de 2002-2011 où rebelles et forces gouvernementales commettent leur lot d’exactions.
 
« Des frustrations pas évacuées »
 
Retour sur l’« axe ». « Les frustrations des précédents conflits n’ont pas été évacuées, explique anonymement le représentant d’une organisation locale de défense des droits humains. Les victimes n’ont pas été indemnisées, leurs bourreaux n’ont pas été jugés. Rien. Aujourd’hui, c’est la forêt du Goin-Débé qui exacerbe la tension, demain cela pourrait être tout à fait autre chose. Seul l’Etat peut arrêter cette spirale d’accusations et de paranoïa. Qu’il prenne ses responsabilités ! »
 
Dans les différents villages, les propos assumés et les préjugés de certains font frémir. « On va aller déposer nos femmes et nos enfants au Liberia, et on va revenir ici se battre avec les Baoulé. C’est qu’ils ne nous connaissent pas, on va les exterminer ! », entend-on ici. « Les Wê sont des fainéants et des escrocs, ils ne font pas de cacao mais veulent manger l’argent du cacao ! Ils vendent leurs terres à ceux qui la travaillent, en nous demandant de contribuer au développement de leurs villages et viennent ensuite se plaindre ! On ne va pas se laisser faire ! », entend-t-on là. De quoi chauffer à blanc, les plus jeunes de chaque communauté, dont la particularité commune est d’être souvent au chômage.
 
 
L’Etat, lui, fait montre d’une grande précaution dans le traitement de ce conflit, qui éclate en pleine saison de récolte du cacao. Sur place, les tentatives de médiation du préfet et de la ministre de la salubrité, de l’environnement et du développement durable, Anne Ouloto, une fille de la région, n’ont eu que très peu d’effets. Il aura fallu attendre le saccage de la préfecture de Guiglo, le 3 novembre, survenu après la mort par balles de deux jeunes Wê, pour que le dispositif sécuritaire soit considérablement renforcé. Aujourd’hui, 1 000 policiers, gendarmes et militaires assurent en théorie la sécurité de la zone. Afin de régler la crise, le 17 novembre, le gouvernement a tranché : les occupants de la forêt du Goin-Débé seront tous identifiés, recensés et expulsés. Une décision qui n’a pas encore été suivie d’effet et qui ne dit rien de l’avenir qui sera réservé aux populations refoulées.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »
Ven 20 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur dénonce la vision du président français, biaisée par une représentation erronée de l’Afrique.   Chronique. En marge de sa visite au Nigeria, Emmanuel Macron a accordé une interview à l’animateur Claudy... Lire la suite >

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie
Ven 20 Juil 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

La Francophonie est entrée en campagne pour choisir la personnalité qui va la diriger durant les quatre prochaines années. La France et le Canada, les deux puissances dominantes de l’organisation francophone, ont chacune choisi leur championne et s’apprêtent... Lire la suite >

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?
Jeu 19 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Au-delà des tensions qui assaillent le nouveau Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dans un attelage « unifié », de nombreuses questions en suspens.   Le président ivoirien Alassane Ouattara en rêvait... Lire la suite >

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »
Jeu 19 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Chaque année, des milliers de jeunes Tchadiennes « montent » à la capitale en quête d’une vie meilleure et se retrouvent exploitées comme domestiques.   En cette soirée brumeuse de juillet à N’Djamena, capitale du Tchad,... Lire la suite >

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas
Dim 15 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

En raison de l'érosion des côtes qu'elle entraîne, la construction du nouveau port de Lomé apparaît comme une menace pour les pêcheurs de la région. Son ouverture est pourtant prévue l'année prochaine.   Les problèmes... Lire la suite >

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »
Dim 15 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur revient sur le combat contre la raison d’Etat de l’avocat qui tente de faire éclater la vérité sur le raid meurtrier de l’armée ivoirienne en 2004.   Chronique. Depuis quatorze longues années, un homme seul, ou presque,... Lire la suite >

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »
Jeu 12 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur décrypte le récent voyage au Nigeria du président français, où la priorité a été donnée aux rencontres avec les entrepreneurs et le monde de la culture.     Chronique. Les hommes politiques nigérians... Lire la suite >

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le parti au pouvoir au Nigeria, le All Progressives Congress (APC), a assuré qu'il resterait soudé derrière le président Muhammadu Buhari, sous le feu des critiques, en pleine course pour la présidentielle de février 2019.   Plus de 30 partis,... Lire la suite >

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La Belgique récupère les encombrants souvenirs d'une époque révolue: une grande campagne a été lancée dans le royaume pour se débarrasser d'objets en ivoire, dont le commerce est sévèrement encadré en Europe -- mais... Lire la suite >

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?
Lun 09 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un test grandeur nature de ce vaccin expérimental est lancé sur 2 600 femmes en Afrique australe. Les résultats sont attendus en 2021 ou 2022.   La communauté scientifique du monde entier travaille sur un vaccin contre le VIH. Samedi 7 juillet, des chercheurs... Lire la suite >

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe
Lun 09 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Dans une décharge à ciel ouvert, à l'abri des regards des estivants qui bronzent sur la côte marocaine, de jeunes migrants survivent dans les immondices, rongés par la honte et la misère, en rêvant de l'Europe, juste en face.   Accroupi... Lire la suite >

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit
Ven 06 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le fils de l’ex-président sénégalais n’est pas autorisé à concourir pour la présidentielle de 2019. Son parti conteste ce rejet et en appelle à une manifestation le 13 juillet.   Le retour de Karim Wade au Sénégal... Lire la suite >

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?
Ven 06 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

L'OIM fonctionnerait-elle comme un prestataire de services dans la gestion des migrations ? Deux spécialistes interrogent le fonctionnement de l'organisation mondiale.   Le 29 juin a eu lieu l'élection du nouveau directeur de l'Organisation internationale... Lire la suite >

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause
Jeu 05 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le général Gilbert Diendéré, l'un des cerveaux présumés du coup d'État manqué de 2015 au Burkina Faso, a été mis en cause pour la première fois depuis l'ouverture du procès par un co-accusé.   Le... Lire la suite >

Karim Keïta : « Le Mali n'a aucune raison de ne pas tenir ces élections »

Karim Keïta : « Le Mali n'a aucune raison de ne pas tenir ces élections »
Jeu 05 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

TRIBUNE. Le député et président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale du Mali, répond point par point à son homologue français Jean-Jacques Bridey (LREM) qui a estimé, lundi, que le « pouvoir... Lire la suite >

Bombardement de Bouaké en 2004 : vers l’ouverture d’un procès en France

Bombardement de Bouaké en 2004 : vers l’ouverture d’un procès en France
Mer 04 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dix personnes avaient été tuées dans un raid de l’armée ivoirienne. Mediapart a révélé les conclusions du parquet qui pointent les entraves de Paris dans l’enquête.   Quatorze ans après les faits, le bombardement... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS