NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, une terre trop convoitée


Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, une terre trop convoitée
A Guiglo, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire pendant la récolte de cacao, en octobre 2016. | PHOTO: SIA KAMBOU/AFP
Dans cette région productrice de cacao, première source de richesse du pays, les tensions sont avivées par les rivalités foncières et l’absence de justice.
 
C’est l’histoire d’un conflit sans fin, où se forgent et se lisent les lignes de fracture de la société ivoirienne. Il se déroule dans l’ouest du pays, à près de 500 km de la capitale économique, Abidjan. Une nouvelle série d’affrontements, entre mi-septembre et début novembre, a fait craindre le pire une fois de plus. Bilan officiel, selon les autorités locales : onze morts. Bilan officieux, selon les acteurs de la société civile : seize morts. Quant aux nombres de blessés, de viols et de déplacés, ils donnent lieu à d’interminables querelles de chiffres.
 
C’est sur l’« axe » traversant la région du Cavally, autrement dit, la route principale reliant Guiglo et Bloléquin, que se mesurent les haines recuites et les rancœurs nouvelles. Entre les grandes villes de la zone, une vingtaine de villages. Au sud attenant, l’une des 231 forêts classées de Côte d’Ivoire, la forêt du Goin-Débé. Une étendue de 133 000 hectares appartenant au domaine privé de l’Etat, « dégradée à 90 % » selon les termes mêmes du ministre ivoirien des eaux et forêts, Alain-Richard Donwahi. « Dégradée », c’est-à-dire composée de plantations. Riz, fruits et légumes, café, hévéa mais, surtout, cacao. Un véritable or vert au cœur de toutes les convoitises.
 
De la méfiance aux affrontements
 
A Ziglo, un village planté au milieu du fameux axe, il est 16 heures, et pour le chef du village et quelques proches, le goûter se compose uniquement de koutoukou, l’alcool local. Taciturne, le vieux chef ne souhaite pas s’exprimer, en appelle aux jeunes du village, plus prolixes. « Cette terre et ses forêts sont celles de nos aïeux, celles du peuple Wê », déclare l’un d’eux, en prenant soin de taire son nom.
 
 
Le jeune homme continue : « Depuis des décennies, et par vagues, les Baoulé [autre importante communauté ivoirienne] et les Burkinabés s’installent illégalement dans la forêt classée du Goin-Débé pour y cultiver du cacao et l’Etat ne fait rien. Alors que nous, nous respectons la loi et avons, depuis longtemps, déserté les forêts classées. Il y a quelques mois, nous nous sommes donc organisés pour aller récupérer nos terres. Nous aussi nous voulons travailler notre terre, profiter de ses fruits. » Leur « organisation », l’Alliance des jeunes Wê a été créée en avril et son opération de récupération des terres a été lancée trois mois plus tard.
Le problème, c’est qu’en débarquant à ce moment-là dans la forêt, les jeunes Wê y ont trouvé des Baoulé et des Burkinabés n’ayant aucune intention de s’en aller. Les premiers jours les membres des diverses communautés se sont regardés avec méfiance. Puis est venu le temps des menaces, de part et d’autre, et finalement, celui des premiers affrontements. « Comment peut-on déloger des planteurs qui ont travaillé des années sur leurs parcelles et sont en attente d’en récolter les fruits ? On ne peut pas l’accepter ! », explique Nanan Mea Akessé, un chef de la communauté Baoulé.
 
 
Qui a commencé ? Qui a fait quoi ? Qui possède quoi en réalité dans cette forêt régie par un code forestier qui impose à chaque planteur d’obtenir une autorisation officielle avant de commencer toute activité agricole ? Les versions sont diamétralement opposées. Et même si chacun s’estime dans son bon droit, les documents officiels eux, sont aussi rares que sont nombreuses les anecdotes sur les pots-de-vin versés aux agents de la Société de développement des forêts de Côte d’Ivoire (Sodefor), qui gère les forêts classées, et aux chefs coutumiers locaux.
 
Village de Goya, près de Guiglo, un cultivateur montre son titre de propriété en novembre 2016. CRÉDITS : SIA KAMBOU/AFP
 
Un scénario de conflit « communautaro-foncier » typique en Côte d’Ivoire. En effet, dans ce pays, où le cacao a été choisi comme moteur de l’économie depuis l’indépendance, et qui en est aujourd’hui le premier producteur mondial, la propriété des terres a toujours été un sujet explosif. Dans les années 1960 et 1970, le premier président ivoirien, Félix-Houphouët Boigny, encouragea l’installation de planteurs étrangers dans le pays, et de planteurs ivoiriens dans des régions dont ils ne sont pas forcément originaires. « La terre appartient à celui qui la met en valeur », déclarait-il. En plein « miracle ivoirien », toute main-d’œuvre, quelle que soit son origine, était la bienvenue.
 
 
Mais la chute des cours mondiaux de cacao, au milieu des années 1980 et, surtout, la mort de Houphouët-Boigny en 1993, change la donne. La guerre de succession qui s’ensuivit, ainsi que l’émergence et l’instrumentalisation du concept d’« ivoirité » établissant une césure entre « autochtones » et « allogènes » opposent les communautés. En 1999, une nouvelle loi foncière interdit l’accès à la propriété aux étrangers. Cette même année, à Tabou, à l’extrême-ouest du pays, près de 15 000 Burkinabés sont chassés des plantations et des villages. Car c’est à l’ouest, plus qu’ailleurs, que très vite, les tensions s’exacerbent. Tout d’abord, à cause des conséquences de la guerre civile (1989-2003) au Liberia voisin qui amène réfugiés et mercenaires dans la zone, puis de la décennie de crise politico-militaire ivoirienne de 2002-2011 où rebelles et forces gouvernementales commettent leur lot d’exactions.
 
« Des frustrations pas évacuées »
 
Retour sur l’« axe ». « Les frustrations des précédents conflits n’ont pas été évacuées, explique anonymement le représentant d’une organisation locale de défense des droits humains. Les victimes n’ont pas été indemnisées, leurs bourreaux n’ont pas été jugés. Rien. Aujourd’hui, c’est la forêt du Goin-Débé qui exacerbe la tension, demain cela pourrait être tout à fait autre chose. Seul l’Etat peut arrêter cette spirale d’accusations et de paranoïa. Qu’il prenne ses responsabilités ! »
 
Dans les différents villages, les propos assumés et les préjugés de certains font frémir. « On va aller déposer nos femmes et nos enfants au Liberia, et on va revenir ici se battre avec les Baoulé. C’est qu’ils ne nous connaissent pas, on va les exterminer ! », entend-on ici. « Les Wê sont des fainéants et des escrocs, ils ne font pas de cacao mais veulent manger l’argent du cacao ! Ils vendent leurs terres à ceux qui la travaillent, en nous demandant de contribuer au développement de leurs villages et viennent ensuite se plaindre ! On ne va pas se laisser faire ! », entend-t-on là. De quoi chauffer à blanc, les plus jeunes de chaque communauté, dont la particularité commune est d’être souvent au chômage.
 
 
L’Etat, lui, fait montre d’une grande précaution dans le traitement de ce conflit, qui éclate en pleine saison de récolte du cacao. Sur place, les tentatives de médiation du préfet et de la ministre de la salubrité, de l’environnement et du développement durable, Anne Ouloto, une fille de la région, n’ont eu que très peu d’effets. Il aura fallu attendre le saccage de la préfecture de Guiglo, le 3 novembre, survenu après la mort par balles de deux jeunes Wê, pour que le dispositif sécuritaire soit considérablement renforcé. Aujourd’hui, 1 000 policiers, gendarmes et militaires assurent en théorie la sécurité de la zone. Afin de régler la crise, le 17 novembre, le gouvernement a tranché : les occupants de la forêt du Goin-Débé seront tous identifiés, recensés et expulsés. Une décision qui n’a pas encore été suivie d’effet et qui ne dit rien de l’avenir qui sera réservé aux populations refoulées.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger
Ven 20 Avr 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Economie

Toute cette semaine Afrique économie se penche sur une question cruciale, l’économie des partis politiques africains. L'argent étant le nerf de la guerre, comment se finance l’action politique ? Par quels mécanismes publics ou privés ? Quatrième... Lire la suite >

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences
Ven 20 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les étudiants protestent notamment contre l’exclusion de cinq de leurs camarades de l’université en mars.   Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, a été fermé mercredi 18 avril « jusqu’à nouvel ... Lire la suite >

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique
Jeu 19 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo éclaire en chiffres l'impact de la situation qui y prévaut depuis août 2017.   Jusqu'à présent, aucun chiffre ne venait corroborer ceux qui circulaient sur les réseaux sociaux... Lire la suite >

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte
Jeu 19 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Faute de successeur crédible, les dirigeants du parti au pouvoir se rangent majoritairement derrière Muhammadu Buhari.   Alors que Muhammadu Buhari a récemment multiplié les visites aux quatre coins du Nigeria, d’aucuns le soupçonnaient de venir... Lire la suite >

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence
Mar 17 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le chargé d'affaires du Nigeria a été délogé de sa résidence à Kinshasa en raison d'une querelle foncière qui dure depuis plusieurs années, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi.   Le chargé d'affaires... Lire la suite >

Le paludisme, tueur au quotidien

Le paludisme, tueur au quotidien
Mar 17 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Lire la suite >

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore
Jeu 12 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des documents issus des « Paradise Papers » révèlent comment le pétrolier français a aidé l’Etat africain à berner le FMI.   Un Etat endetté cherchant des financements, une compagnie pétrolière cherchant... Lire la suite >

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre
Mer 11 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

« Cleaning Day » pour la population, strict respect des horaires pour les fonctionnaires : le nouveau président a d'ores et déjà pris des mesures qui frappent les esprits.   Les fonctionnaires dans la ligne de mire de Julius Maada Bio. Le nouveau ... Lire la suite >

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Leila Zerrougui, nouvelle cheffe de la Monusco, insiste sur l’importance de la tenue d’élections « crédibles » en République démocratique du Congo le 23 décembre.   La République démocratique du Congo (RDC) traverse... Lire la suite >

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les forces maliennes affirment que 14 « suspects terroristes » auraient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion ».   Une association peule et des proches de quatorze suspects tués pendant... Lire la suite >

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine
Lun 09 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des centaines de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre un accord passé entre Washington et Accra en 2017.   Au cœur d’une polémique qui enflamme le Ghana, le président Nana Akufo-Addo a assuré dans un discours retransmis... Lire la suite >

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »
Lun 09 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Alors que le Vatican souhaite que la cérémonie de béatification des moines de Tibhirine ait lieu en Algérie, les mots de l'évêque d'Oran ont une résonance particulière.   Il porte un insigne aux couleurs du drapeau... Lire la suite >

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict
Ven 06 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

« Nous contestons les résultats et nous prendrons les actions judiciaires pour les corriger », a déclaré Samura Kamara, candidat malheureux du parti au pouvoir.   Le candidat du principal parti de l'opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a ... Lire la suite >

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence
Ven 06 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est l'un de ces personnages sulfureux que l'on croise au hasard des pages des romans noirs, au bar d'un grand hôtel. Eminences grises, entremetteurs voire hommes de main, ils naviguent dans l'ombre des puissants, aux frontières de la loi.   Ajay Sooklal... Lire la suite >

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila
Jeu 05 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Alors que l’Eglise catholique s’est affirmée comme la première force d’opposition, musulmans et protestants prennent à leur tour leurs distances avec le régime.   A Kinshasa plus qu’ailleurs, les cultes proposés par les innombrables... Lire la suite >

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine
Jeu 05 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Derrière sa présence diplomatique qu'il renforce sur le continent, le gouvernement de Narendra Modi affiche clairement son intention de concurrencer son grand voisin de l'empire du Milieu.   L'Inde est-elle suffisamment représentée en Afrique ?... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS