NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, une terre trop convoitée


Dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, une terre trop convoitée
A Guiglo, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire pendant la récolte de cacao, en octobre 2016. | PHOTO: SIA KAMBOU/AFP
Dans cette région productrice de cacao, première source de richesse du pays, les tensions sont avivées par les rivalités foncières et l’absence de justice.
 
C’est l’histoire d’un conflit sans fin, où se forgent et se lisent les lignes de fracture de la société ivoirienne. Il se déroule dans l’ouest du pays, à près de 500 km de la capitale économique, Abidjan. Une nouvelle série d’affrontements, entre mi-septembre et début novembre, a fait craindre le pire une fois de plus. Bilan officiel, selon les autorités locales : onze morts. Bilan officieux, selon les acteurs de la société civile : seize morts. Quant aux nombres de blessés, de viols et de déplacés, ils donnent lieu à d’interminables querelles de chiffres.
 
C’est sur l’« axe » traversant la région du Cavally, autrement dit, la route principale reliant Guiglo et Bloléquin, que se mesurent les haines recuites et les rancœurs nouvelles. Entre les grandes villes de la zone, une vingtaine de villages. Au sud attenant, l’une des 231 forêts classées de Côte d’Ivoire, la forêt du Goin-Débé. Une étendue de 133 000 hectares appartenant au domaine privé de l’Etat, « dégradée à 90 % » selon les termes mêmes du ministre ivoirien des eaux et forêts, Alain-Richard Donwahi. « Dégradée », c’est-à-dire composée de plantations. Riz, fruits et légumes, café, hévéa mais, surtout, cacao. Un véritable or vert au cœur de toutes les convoitises.
 
De la méfiance aux affrontements
 
A Ziglo, un village planté au milieu du fameux axe, il est 16 heures, et pour le chef du village et quelques proches, le goûter se compose uniquement de koutoukou, l’alcool local. Taciturne, le vieux chef ne souhaite pas s’exprimer, en appelle aux jeunes du village, plus prolixes. « Cette terre et ses forêts sont celles de nos aïeux, celles du peuple Wê », déclare l’un d’eux, en prenant soin de taire son nom.
 
 
Le jeune homme continue : « Depuis des décennies, et par vagues, les Baoulé [autre importante communauté ivoirienne] et les Burkinabés s’installent illégalement dans la forêt classée du Goin-Débé pour y cultiver du cacao et l’Etat ne fait rien. Alors que nous, nous respectons la loi et avons, depuis longtemps, déserté les forêts classées. Il y a quelques mois, nous nous sommes donc organisés pour aller récupérer nos terres. Nous aussi nous voulons travailler notre terre, profiter de ses fruits. » Leur « organisation », l’Alliance des jeunes Wê a été créée en avril et son opération de récupération des terres a été lancée trois mois plus tard.
Le problème, c’est qu’en débarquant à ce moment-là dans la forêt, les jeunes Wê y ont trouvé des Baoulé et des Burkinabés n’ayant aucune intention de s’en aller. Les premiers jours les membres des diverses communautés se sont regardés avec méfiance. Puis est venu le temps des menaces, de part et d’autre, et finalement, celui des premiers affrontements. « Comment peut-on déloger des planteurs qui ont travaillé des années sur leurs parcelles et sont en attente d’en récolter les fruits ? On ne peut pas l’accepter ! », explique Nanan Mea Akessé, un chef de la communauté Baoulé.
 
 
Qui a commencé ? Qui a fait quoi ? Qui possède quoi en réalité dans cette forêt régie par un code forestier qui impose à chaque planteur d’obtenir une autorisation officielle avant de commencer toute activité agricole ? Les versions sont diamétralement opposées. Et même si chacun s’estime dans son bon droit, les documents officiels eux, sont aussi rares que sont nombreuses les anecdotes sur les pots-de-vin versés aux agents de la Société de développement des forêts de Côte d’Ivoire (Sodefor), qui gère les forêts classées, et aux chefs coutumiers locaux.
 
Village de Goya, près de Guiglo, un cultivateur montre son titre de propriété en novembre 2016. CRÉDITS : SIA KAMBOU/AFP
 
Un scénario de conflit « communautaro-foncier » typique en Côte d’Ivoire. En effet, dans ce pays, où le cacao a été choisi comme moteur de l’économie depuis l’indépendance, et qui en est aujourd’hui le premier producteur mondial, la propriété des terres a toujours été un sujet explosif. Dans les années 1960 et 1970, le premier président ivoirien, Félix-Houphouët Boigny, encouragea l’installation de planteurs étrangers dans le pays, et de planteurs ivoiriens dans des régions dont ils ne sont pas forcément originaires. « La terre appartient à celui qui la met en valeur », déclarait-il. En plein « miracle ivoirien », toute main-d’œuvre, quelle que soit son origine, était la bienvenue.
 
 
Mais la chute des cours mondiaux de cacao, au milieu des années 1980 et, surtout, la mort de Houphouët-Boigny en 1993, change la donne. La guerre de succession qui s’ensuivit, ainsi que l’émergence et l’instrumentalisation du concept d’« ivoirité » établissant une césure entre « autochtones » et « allogènes » opposent les communautés. En 1999, une nouvelle loi foncière interdit l’accès à la propriété aux étrangers. Cette même année, à Tabou, à l’extrême-ouest du pays, près de 15 000 Burkinabés sont chassés des plantations et des villages. Car c’est à l’ouest, plus qu’ailleurs, que très vite, les tensions s’exacerbent. Tout d’abord, à cause des conséquences de la guerre civile (1989-2003) au Liberia voisin qui amène réfugiés et mercenaires dans la zone, puis de la décennie de crise politico-militaire ivoirienne de 2002-2011 où rebelles et forces gouvernementales commettent leur lot d’exactions.
 
« Des frustrations pas évacuées »
 
Retour sur l’« axe ». « Les frustrations des précédents conflits n’ont pas été évacuées, explique anonymement le représentant d’une organisation locale de défense des droits humains. Les victimes n’ont pas été indemnisées, leurs bourreaux n’ont pas été jugés. Rien. Aujourd’hui, c’est la forêt du Goin-Débé qui exacerbe la tension, demain cela pourrait être tout à fait autre chose. Seul l’Etat peut arrêter cette spirale d’accusations et de paranoïa. Qu’il prenne ses responsabilités ! »
 
Dans les différents villages, les propos assumés et les préjugés de certains font frémir. « On va aller déposer nos femmes et nos enfants au Liberia, et on va revenir ici se battre avec les Baoulé. C’est qu’ils ne nous connaissent pas, on va les exterminer ! », entend-on ici. « Les Wê sont des fainéants et des escrocs, ils ne font pas de cacao mais veulent manger l’argent du cacao ! Ils vendent leurs terres à ceux qui la travaillent, en nous demandant de contribuer au développement de leurs villages et viennent ensuite se plaindre ! On ne va pas se laisser faire ! », entend-t-on là. De quoi chauffer à blanc, les plus jeunes de chaque communauté, dont la particularité commune est d’être souvent au chômage.
 
 
L’Etat, lui, fait montre d’une grande précaution dans le traitement de ce conflit, qui éclate en pleine saison de récolte du cacao. Sur place, les tentatives de médiation du préfet et de la ministre de la salubrité, de l’environnement et du développement durable, Anne Ouloto, une fille de la région, n’ont eu que très peu d’effets. Il aura fallu attendre le saccage de la préfecture de Guiglo, le 3 novembre, survenu après la mort par balles de deux jeunes Wê, pour que le dispositif sécuritaire soit considérablement renforcé. Aujourd’hui, 1 000 policiers, gendarmes et militaires assurent en théorie la sécurité de la zone. Afin de régler la crise, le 17 novembre, le gouvernement a tranché : les occupants de la forêt du Goin-Débé seront tous identifiés, recensés et expulsés. Une décision qui n’a pas encore été suivie d’effet et qui ne dit rien de l’avenir qui sera réservé aux populations refoulées.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS