NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Tchad : ce combat du quotidien à N'Djaména


Tchad : ce combat du quotidien à N'Djaména
À l'instar de nombreuses capitales africaines, N'Djaména est une ville qui a subi les assauts de l'exode rural avec tout ce que cela comporte comme difficultés. | PHOTO: Philippe Desmazes/AFP
REPORTAGE. Alors que le pays tourne au ralenti du fait de la chute des cours du pétrole, les habitants de N'Djaména se serrent la ceinture.
 
« On se défend. » Ces quelques mots résonnent sans cesse dans les rues poussiéreuses de N'Djaména. Cet après-midi-là, le brouillard de sable et de pollution, « Adjadj », enveloppe la capitale politique du Tchad, assombrissant le ciel et plombant l'air. Selon les dires, cette brusque apparition est un signe précurseur de malheur. Un augure qui prend, cette année, une résonance toute particulière. Depuis quelques mois, la ville de deux millions d'habitants tourne au ralenti, frappée par une crise économique sans précédent. Les terrasses ombragées des bars peinent à se remplir, les clandos (taxis-motos) scrutent l'arrivée de clients potentiels, et les allées labyrinthiques du marché du centre-ville, d'habitude bondées, sont presque désertes. Pour attirer les clients, les commerçants ont cruellement revu les prix à la baisse. 
 
Comme ici, au marché de Dembé. « Mon maquereau est à 1 000 francs CFA alors qu' il était à 3 000 francs CFA il y a quelques mois », déplore Fatime, vendeuse de poissons, installée à même le sol sablonneux. La jeune femme de 27 ans, affublée d'un tablier délavé, renchérit : « Les clients négocient de plus en plus les prix, et on est obligé de l'accepter pour vendre nos produits. » À quelques mètres de là, Abasa, une quarantaine d'années, plie minutieusement ses pagnes à vendre. « Les temps sont très durs. Le tissu est passé de 6 000 à 9 000 francs CFA les cinq mètres. Je ne fais quasiment plus de bénéfices », explique la Tchadienne qui tient son étale en bois depuis près de dix ans. 
 
Vivre au jour le jour 
 
« La grande majorité de la population se débrouille au jour le jour pour survivre », observe Daouda Elhadj Adam, président de l'association de défense des droits des consommateurs au Tchad (ADC). « Par le passé, la ménagère faisait des stocks et dépensait sans compter notamment à l'approche des fêtes. Elle achète désormais des quantités journalières et les négocie. Ce comportement, de plus en plus rationnel, tire les prix de vente vers le bas alors que les grossistes, eux, n'ont pas baissé leurs prix », poursuit-il. Ainsi, la viande, aliment le plus consommé du pays, a subi une baisse de 20 % depuis 2008. « Il y a eu plusieurs tentatives de régulation du marché depuis 2008. Faute de contrôle, les mesures prises n'ont pas fonctionné », conclut l'expert en consommation. 
 
De fait, le mal ronge le pays depuis la brusque chute des cours du pétrole. Le baril de brut est tombé de 100 à moins de 50 dollars il y a deux ans. C'est la conséquence d'une addiction à l'or noir qui a débuté en juillet 2003 avec l'exploitation du gisement de Doba dans le sud du Tchad. Les recettes du pays ont baissé de 45 % en 2016, tandis que le déficit budgétaire affiche 274 millions de francs CFA (environ 411 millions de dollars), selon les estimations du ministère de l'Économie. L'État ne reçoit presque plus rien de la vente de son pétrole, qui est absorbée par le remboursement des créances colossales contractées auprès du trader suisse Glencore : un emprunt de plus d'un milliard de dollars. Les différentes tentatives pour obtenir le rééchelonnement de la dette ayant échoué. 
 
Seize mesures d'urgence 
 
Partout à N'Djaména, chacun y va de son astuce pour « se défendre », s'en sortir. « Je vais aller chercher du travail en Guinée, ce sera plus facile pour faire vivre ma famille », explique Idriss, installé au volant de son taxi jaune décoré de moumoutes beiges qu'il fait rouler depuis quatre ans. Quant à Tara, une gardienne de résidence d'une trentaine d'années, elle enchaîne les petits boulots pour payer l'école de ses deux enfants. « Après ma journée de travail, je propose à des clients de leur faire à manger ou le ménage pour gagner un petit billet en plus », confie la maman célibataire, toujours un large sourire aux lèvres. 
 
Depuis le 31 août, les tensions de trésorerie du pays sont apparues au grand jour lorsque le conseil des ministres extraordinaire a adopté « seize mesures de réforme d'urgence ». Objectif : réduire les charges, augmenter les recettes et améliorer l'efficacité de la dépense publique. Car le Tchad a vécu longtemps au-dessus de ses moyens, dopé par une croissance record d'environ 13 % de son produit intérieur brut (PIB) en 2010. Tablant sur d'importants revenus pétroliers, les autorités ont gonflé les dépenses budgétaires en augmentant notamment le salaire des fonctionnaires. « La réalité nous a rattrapés, maintenant, on refuse de revenir en arrière. Mais on est obligé de revenir en arrière, on va être là où on était en 2003 », avait alors annoncé sans détour le président Idriss Déby Itno lors d'une assemblée générale des opérateurs économiques du Mouvement patriotique du salut (MPS), le parti au pouvoir, tenue mi-novembre. 
 
Une déclaration qui a fait grincer bien des dents, jusque dans les bureaux de l'Union des syndicats du Tchad, aux portes du quartier populaire et mouvementé de Kabalaye. Installé à son bureau sur lequel trônent un drapeau tchadien miniature et des piles de dossiers, Younous Mahadjir, le vice-président, ne décolère pas. « La pauvreté va davantage s'aggraver », tempête-t-il avant de poursuivre : « En diminuant le salaire des fonctionnaires et leurs indemnités, l'argent ne circulera plus dans l'économie du pays et les travailleurs informels se tireront difficilement un salaire. » Pour le syndicaliste, il est avant tout nécessaire de s'attaquer à « la mauvaise gouvernance ». Le pays figure à la 147e place sur 168 du baromètre de la corruption 2015 (il était à la 163e place en 2013) établi par Transparency International.
 
« Rationaliser l'économie »
 
Un constat partagé par Issa Mahamat Abdelmamout. Dans sa maison, assis sur son canapé à l'abri du soleil ardent, cet ancien inspecteur général d'État adjoint à la présidence de la République, sirote un thé brûlant au gingembre. Et prend le temps d'étayer son analyse. Pour l'auteur de l'ouvrage Tchad : comment sortir de la crise économique, il est essentiel de « rationaliser l'économie ». « Nous avons toujours été un pays en guerre, nous n'avons jamais pensé à développer un climat propice aux investisseurs. Certes, nous sommes dans une phase d'apaisement, mais il y a un cruel manque de confiance en nos institutions, ce qui ralentit tout investissement », explique l'enseignant chercheur, qui fait référence au programme quinquennal 2017-2021. Sur la base de projets « bancables » et de promesses de bonne gouvernance, le gouvernement tchadien a levé en novembre plus de 17 milliards d'euros d'engagements auprès de 34 bailleurs de fonds pour financer son Plan national de développement (PND). 
 
En attendant, le brouillard s'épaissit sur N'Djaména et la nuit tombe. Le grand marché du centre-ville de la capitale tchadienne se vide de ses commerçants et petits vendeurs ambulants. Les centaines d'entrepôts stockant les marchandises se ferment à double tour les uns après les autres. Le long de la route sablonneuse, les femmes portent toutes sortes de choses dans les bras ou sur les têtes, souvent par espoir de vendre un dernier morceau de viande ou un dernier fruit. Dans la cohue de fin de journée et l'air étouffant, une jeune vendeuse de citrons compte ses gains de la journée. Les prochains jours seront difficiles. « Je ne sais pas comment je vais faire manger mes enfants », lâche-t-elle.  
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS