NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA


Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Avec l'élection d'Adama Barrow à la présidence de la République, la Gambie a retrouvé un état de grâce qui lui permet de pouvoir à nouveau exporter vers les États-Unis sans payer de droits de douane sur les produits élus dans le cadre du programme américain de l'AGOA. Ici, une vue du marché de Serekunda. | PHOTO: Shutterstock
La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité qui en est l'un des fondements laisse la place à la logique du slogan « America First ».
 
Toute la presse swazilandaise s'est réjouie de l'annonce du retour du pays dans le programme de l'African Growth and Opportunity Act (AGOA). Il faut dire que pour le roi du Swaziland, Mswati III, comme pour son peuple, les enjeux de l'accord commercial avec les États-Unis sont cruciaux. Et ce ne sont pas les travailleurs du secteur textile de ce petit pays de 1,27 million d'habitants qui diront le contraire, eux qui ont multiplié les interventions auprès du monarque pour un maintien du Swaziland comme partenaire privilégié des États-Unis dans le cadre de l'AGOA. Autant dire que ce vendredi 5 janvier, ils ont respiré après que le président américain Donald Trump a annoncé, par le biais du Bureau du représentant américain au commerce, que le pays, ainsi que la Gambie, était rétabli dans ses avantages commerciaux en vertu de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA).
 
AGOA : mode d'emploi d'un retour en grâce
 
En effet, faute de remplir les critères exigés par Washington en matière de droits de l'homme, le Swaziland avait perdu en janvier 2015 le bénéfice de l'AGOA. Les syndicats avancent le chiffre de 3 000 suppressions d'emplois à la suite de cette sortie de l'AGOA, le gouvernement, lui, en évoque 1 800. Il faut savoir qu'à son apogée en 2004, l'industrie du textile du Swaziland, dominée par les investisseurs taïwanais, employait 30 000 travailleurs, selon un rapport de la Fédération du coton africain et des industries textiles datant de 2010. De quoi faire dire à ladite Fédération qu'une extension de l'accord de l'AGOA était « décisive pour la survie du textile au Swaziland ».
 
Il ne faut en effet pas oublier que le programme commercial de l'AGOA offre aux pays subsahariens un accès en franchise de droits au marché américain si les pays bénéficiaires ont rempli les conditions d'éligibilité établies par le Congrès. Un sacré avantage...
 
Les critères exigés tournent autour des progrès réalisés en matière de pluralisme politique, d'État de droit, d'économie du marché, de mise en place d'un système efficace pour combattre la corruption et les pots-de-vin ainsi que de politiques économiques pour réduire la pauvreté.
 
En la matière la Gambie a gagné des points avec l'arrivée au pouvoir d'Adama Barrow, élu démocratiquement même si le départ de Yahya Jammeh a été un peu chaotique. Voilà donc un pays qui revient dans le giron de l'AGOA qu'il avait quitté en 2015 à cause des abus en matière de droits de l'homme et de la détérioration de l'État de droit. « Après les élections démocratiques de décembre 2016 qui se sont soldées par la défaite du président Yahya Jammeh, la Gambie a fait des progrès dans le renforcement de l'État de droit en améliorant la situation des droits de l'homme et en soutenant le pluralisme politique, indique la déclaration », a noté le Bureau américain du commerce justifiant sa décision. L'ambassadrice des États-Unis en Gambie, Patricia Alsup, a ainsi déclaré : « Félicitations au gouvernement de la Gambie pour ces réalisations marquantes. Ce sont là des réalisations majeures qui témoignent des progrès que la Gambie a faits depuis la transition avec gouvernement du président Adama Barrow. Je suis impatiente de travailler avec le gouvernement gambien et la population gambienne pour veiller à ce que ces programmes accordent des améliorations attendues au développement de ce pays. »
 
Washington maintient la pression sur les pays d'Afrique de l'Est
 
À l'opposé de ce discours avenant, Washington continue de maintenir la pression sur le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda et d'autres pays d'Afrique de l'Est. En cause : l'engagement qu'ils ont pris d'interdire l'importation de vêtements et de chaussures de seconde main d'ici 2019 arguant que cela mettait en péril les industries de textile de la région.
 
Pour les États-Unis, cette décision contrevient aux engagements pris dans le cadre de l'AGOA, notamment celui d'éliminer les barrières douanières concernant la partie US. « Les critères sont très clairs sur la restriction d'importation des produits américains », a expliqué Constance Hamilton, représentante économique pour la Maison-Blanche citée par l'AFP à Lomé en août dernier. Une telle restriction mettrait 40 000 emplois américains en danger, a-t-elle prévenu. Dans tous les cas, la Secondary Materials and Recycled Textiles Association ( Smart ), qui regroupe les acteurs américains du commerce de textiles de seconde main, a aussitôt déposé une plainte. C'est dans ce cadre que le bureau du représentant américain au Commerce a lancé en juin 2017 une procédure « hors cycle » d'examen de l'éligibilité de l'Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie, du Burundi et du Soudan du Sud à l'AGOA.
 
Le Kenya ayant abandonné le projet d'interdire les fripes, le pays est pour l'instant épargné par Washington. Actuellement, plus de 66 000 emplois au Kenya sont liés à l'AGOA, ce qui a fait gagner au pays 35,2 milliards de shillings kényans (environ 341 millions de dollars) en exportations de textiles et de vêtements en 2016.
 
Questions sur l'avenir de l'AGOA avec le slogan « America First » de Trump
 
Le programme America First de Trump l'a déjà vu se retirer du Partenariat transpacifique (TPP), menacer l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) et chercher à renégocier l'accord de libre-échange États-Unis-Corée du Sud. À l'heure actuelle, on ne sait pas avec certitude si les États-Unis retireront, suspendront ou limiteront l'AGOA avant son expiration en 2025, date arrêtée sous Obama. Il faut toutefois rappeler que les importations américaines en provenance de l'Afrique subsaharienne ont fortement diminué ces dernières années (18,7 milliards de dollars en 2015 contre 26,8 milliards de dollars en 2014, soit une baisse de 30 %). Elles ne représentaient que 0,8 % des importations totales des États-Unis en provenance du monde.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Centrafrique : pourquoi il est urgent de lutter contre les réseaux criminels

Centrafrique : pourquoi il est urgent de lutter contre les réseaux criminels
Mer 24 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

TRIBUNE. Plus que jamais, la Centrafrique a besoin de sortir de l'ornière de l'insécurité. Pour installer la paix et sortir de la situation de perpétuelle médiation, l'Union africaine pourrait jouer un rôle décisif. Explications.   Alors... Lire la suite >

RDC : l'Église mène la contestation, l'opposition à la peine

RDC : l'Église mène la contestation, l'opposition à la peine
Mer 24 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Devant l'impuissance de plus en plus palpable de l'opposition politique, les milieux catholiques montent au créneau pour mener la contestation face à Joseph Kabila.   Les marches anti-Kabila organisées dimanche dans les principales villes du pays par le comité... Lire la suite >

L’ancien vice-président de l’Angola jugé pour corruption au Portugal

L’ancien vice-président de l’Angola jugé pour corruption au Portugal
Mar 23 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le procès de Manuel Vicente, accusé d’avoir corrompu le procureur portugais Orlando Figueira, est source de tensions entre Luanda et Lisbonne.   Source de tensions diplomatiques entre le Portugal et l’Angola, le procès pour corruption impliquant l’ancien... Lire la suite >

RD Congo : Joseph Kabila, objectif référendum

RD Congo : Joseph Kabila, objectif référendum
Mar 23 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Pas plus qu'en 2016 ou 2017, Joseph Kabila ne semble disposé, en 2018, à renoncer au pouvoir. Et il a déjà mis en branle sa stratégie. Explication.   Cela ne fait plus l'ombre d'un doute. Joseph Kabila n'envisage aucunement ... Lire la suite >

Ibrahim Mustafa Magu, le shérif anticorruption du Nigeria

Ibrahim Mustafa Magu, le shérif anticorruption du Nigeria
Sam 20 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Economie

Nommé par le président Buhari pour traquer les fonds publics détournés, cet ancien policier est aussi redouté que contesté dans son pays.   Ibrahim Mustafa Magu est sans doute l’homme le plus craint de l’élite politique et ... Lire la suite >

En Afrique, les faux médicaments, un trafic rentable et meurtrier

En Afrique, les faux médicaments, un trafic rentable et meurtrier
Sam 20 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Vaccins, antirétroviraux, antipaludéens contrefaits: l'Afrique est devenue le terrain de jeu préféré des trafiquants de faux médicaments, un business lucratif qui fait des centaines de milliers de victimes.    Le chiffre d'affaires... Lire la suite >

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »
Mer 17 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Pour cet ex-directeur de la régie d'assainissement de Kinshasa, le changement climatique n'est pour rien dans les inondations meurtrières récemment connues par la capitale congolaise. Explications.   Un deuil national de deux jours a été... Lire la suite >

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »
Mer 17 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, la polémique sur les « pays de merde » ne doit pas masquer le véritable enjeu : les politiques migratoires des Etats-Unis et de l’Europe.   Chronique. Après les Noirs, les musulmans, les Latinos, les femmes, les homosexuels,... Lire la suite >

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS