NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »


RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »
Les inondations ne manquent pas en RD Congo. Avant celles meurtrières (48 morts) qui ont frappé Kinshasa au début de l'année 2018, le pays en avait déjà connu en février dernier. Ici, la vue d'une rue du centre de Kinshasa en février 2017. | PHOTO: JUNIOR KANNAH / AFP
ENTRETIEN. Pour cet ex-directeur de la régie d'assainissement de Kinshasa, le changement climatique n'est pour rien dans les inondations meurtrières récemment connues par la capitale congolaise. Explications.
 
Un deuil national de deux jours a été décrété en République démocratique du Congo après la mort de 48 personnes lors d'inondations qui ont dévasté Kinshasa début janvier. Face à cette mégalopole qui accueille une population estimée à 12 millions d'habitants, les autorités ont d'immenses défis environnementaux et urbanistiques à relever dans une capitale où l'insalubrité gagne du terrain. Professeur au département des sciences de l'Environnement de l'université de Kinshasa, Emmanuel Makaly Biey a répondu aux questions du Point Afrique. 
 
Le Point Afrique : Quelles leçons doit-on tirer de ces inondations qui ont fait 48 morts ? 
 
Emmanuel Biey : Il y a un problème de volonté politique. Cette situation devrait amener les autorités à repenser toute la politique d'urbanisation de la ville. Il y a trop d'anarchie à tous les niveaux. La gestion de la ville est devenue quasi impossible.
 
Ces inondations sont-elles partiellement imputables à des problèmes d'assainissement ?
 
Certes, l'assainissement a accentué le problème ; mais il y a d'abord un problème d'aménagement. La ville a initialement été construite pour accueillir environ 500 000 personnes. Aujourd'hui, elle accueille une population estimée à 12 millions de personnes, alors que l'espace n'a pas varié. Sur les quelque 10 000 kilomètres carrés de Kinshasa, 2 500 sont occupés par 12 millions d'habitants. C'est une forte densité. Tout le monde est confiné dans un espace assez réduit. L'absence de normes sur certains aspects de cette urbanisation incite les gens à occuper certains espaces de manière anarchique. Il n'y a aucune loi, aucune règle, aucune réglementation sur ce plan. La manière dont la ville s'est étendue fait que s'il y a un problème, c'est tout le monde qui en souffre. Quasiment toutes les parcelles disposent d'un mur en bloc de ciment dans cette ville. Cela réduit l'espace pour le passage de l'eau. Les eaux de pluie doivent s'infiltrer. Difficile que les eaux de pluie s'infiltrent à Kinshasa où les pavements en ciment dans les parcelles réduisent la surface d'infiltration des eaux. L'infiltration est difficile et les eaux s'écoulent, ruissellent, pour aller au niveau le plus bas qui est le fleuve Congo. L'eau s'écoule en suivant la gravité. Lorsqu'il y a un blocage quelque part, le niveau d'eau augmente vite. Bref, c'est l'inondation. La ville est inondée notamment parce que les nouvelles constructions ne tiennent pas compte de l'impact environnemental. On occupe un espace et on y érige un immeuble sans tenir compte de la composition du sous-sol.
 
Les autorités provinciales imputent les récentes inondations au dérèglement climatique… 
 
Le réchauffement climatique peut accroître le phénomène. Les conditions climatiques sont perturbées à travers la circulation hydro-atmosphérique et la répartition des hautes et basses pressions. Ces modifications pourraient avoir localement d'importants effets amplificateurs qui augmentent à la fois la fréquence et la force des phénomènes inondants à travers les marées, les tempêtes, les pluies, etc. Mais le réchauffement climatique affecte généralement les zones côtières. Les inondations de Kinshasa sont fortement influencées par des facteurs non climatiques : le changement démographique, le changement d'usage des sols ainsi que la transformation des plaines alluviales sur lesquelles la ville est construite. Ces inondations ne sont pas liées au changement climatique.
 
En 1960, lors de l'accession du pays à l'indépendance, il y avait ici et là des zones jugées non constructibles à Kinshasa, qui sont en grande partie occupées actuellement… 
 
Tout était réglementé à l'époque. Mais l'aménagement de la ville n'a pas intégré cet aspect. La loi dit que le sol et le sous-sol appartiennent à l'État. Toutefois, les chefs coutumiers ont encore beaucoup de pouvoir par endroits et distribuent des terrains, avec la bénédiction des services de l'État. Cela traduit une défaillance dans la gestion des espaces. Il n'y a quasiment plus d'espace disponible dans la ville de Kinshasa, alors que les autorisations de construire sont toujours accordées. Cela n'est pas normal.
 
Quelles mesures urgentes doivent être prises pour éviter toute répétition de ce drame à brève échéance ? 
 
Dans un premier temps, il est nécessaire qu'on procède au curage de toutes les rivières. 
Actuellement, le curage des cours d'eau de la ville ne s'effectue qu'au niveau des ouvrages de franchissement, au niveau des ponts, mais pas tout le long des rivières et des ruisseaux. Cela n'est pas une tâche aisée dans une ville où on a construit sur le lit des rivières. Lorsque le curage est effectué mécaniquement, c'est difficile que les machines accèdent aux rivières, à moins d'utiliser des barges. Des tas de déchets bloquent également le passage de l'eau. Le plastique occupe la deuxième place dans la composition des déchets de Kinshasa. Chaque jour, on produit environ 8 000 tonnes de déchets solides dont 65 % sont constitués de déchets organiques, c'est-à-dire la matière qui peut pourrir ; 15 % sont composés de matière plastique. Tant que la matière plastique n'est pas collectée à la base, on aura droit à ce spectacle dans les cours d'eau de la ville après de graves inondations.
 
Comment sont organisés le ramassage, le traitement et éventuellement le recyclage des ordures ménagères ? 
 
La collecte des déchets n'est pas bien organisée à Kinshasa. Aucun service ne fait du porte-à-porte, si on peut dire, pour assurer cette collecte, comme cela se fait dans d'autres villes du monde. L'Union européenne a initié un projet d'assainissement urbain qui ne concernait que 9 des 24 communes de la capitale. Dans les communes ciblées, des stations de transfert ont été bâties. La population pouvait déposer les ordures ménagères dans ces stations. Des camions les prenaient pour aller les jeter dans le centre d'enfouissement technique, construit à Mpasa, à environ 35 kilomètres du centre de Kinshasa. La ville avait « disponibilisé » un espace de 250 hectares pour ce programme de l'Union européenne qui a commencé par en exploiter 30. L'UE, qui dépensait environ 1,5 million d'euros par mois, a cessé de financer ce programme en août 2015. La ville a pris le relais pendant une année. Mais le reste de l'espace a été anarchiquement occupé. Les autorités de la ville-province de Kinshasa étaient obligées de démolir au fur et à mesure les constructions qui sortaient de terre sur ce site. Seulement 20 % des déchets produits sur l'ensemble de la ville pouvaient être traités là-bas, comme le programme ne touchait que 9 communes. Aujourd'hui, ce centre accueille moins de 3 % des déchets générés dans cette immense ville, faute d'infrastructures adéquates pour organiser la collecte des ordures. Résultat : ici et là des immondices s'accumulent. La capitale abriterait environ 18 % de l'ensemble de la population congolaise. Les problèmes de Kinshasa devraient préoccuper non seulement le gouvernement provincial, mais aussi le gouvernement central.
 
Comment réagit le gouverneur de la ville ? 
 
Il y a un manque de moyens financiers. Pour organiser la collecte, le transfert et le traitement des déchets dans cette ville, il faut un budget conséquent. Pour assainir Kinshasa, dans le contexte actuel, on devrait disposer d'un budget annuel d'environ 200 millions de dollars, soit un peu moins de 17 millions de dollars par mois. Je note également qu'on ne parle pas de déchets liquides, les eaux usées par exemple. La ville ne dispose pas d'une station d'épuration des eaux usées. Dans certains secteurs, le système d'évacuation des toilettes n'est pas collectif, mais individuel. Les gens construisent des fosses septiques dans les parcelles qu'ils occupent. À un moment, elles doivent être vidangées. La destination de tout le contenu est un site situé vers l'aéroport de Ndolo, le deuxième aéroport de la ville, à proximité du fleuve. Cette situation dramatique contribue à la pollution de Kinshasa qui est en proie à de graves risques d'épidémies. 
Les autorités provinciales ont instauré une taxe d'assainissement. De même, il a été proposé qu'une partie des taxes que la ville prélève soit affectée au financement des travaux d'assainissement. Une autre idée a également été relancée : l'organisation du ramassage des ordures ménagères de maison en maison, en recourant à des ONG qui feraient un tri sélectif. La matière organique peut être rentabilisée dans la production de compost par exemple. La capitale est bâtie sur du sable. Rien ne pousse sur ce sable, sauf à y ajouter des engrais ou de la matière organique qui ne peut provenir que d'une partie (65 %) des déchets produits par Kinshasa. 
 
L'abattage sauvage de nombreux arbres qui faisaient autrefois partie intégrante du paysage de la ville a également des conséquences néfastes… 
 
Les travaux d'infrastructures qui ont été entrepris ont, en effet, conduit à l'abattage d'arbres le long des principaux axes. Il était toutefois question que les sociétés qui construisaient ou réhabilitaient les routes financent le reboisement plus tard. Il est vrai que sur certains tronçons, le reboisement a été réalisé, mais il reste beaucoup à faire. 
 
Quelle part de responsabilité serait attribuable au comportement de la population ? 
 
Le Kinois (habitant de Kinshasa) s'adapte facilement aux changements. Par exemple, des ordures ménagères étaient jetées sur un site, situé, pour ceux qui connaissent cette ville, entre le boulevard triomphal et l'avenue des huileries ; les ordures ont été enlevées, la pelouse y a été plantée et plus personne n'a plus osé aller jeter ses ordures là-bas. 
 
La RDC peut-elle s'inspirer de ce qui marche dans d'autres grandes villes africaines ? 
 
C'est une question d'organisation ; la ville doit se doter des moyens à la hauteur des défis qu'elle est appelée à relever. Luanda, Johannesburg, Douala ou Yaoundé sont des villes où la municipalité, c'est-à-dire le gouvernement provincial dans la configuration administrative de Kinshasa, contribue, à concurrence de 20 %, au budget de l'assainissement. Les 80 % restants viennent du gouvernement de la République. Dans le cas de Kinshasa, je prône – et cela ne date pas d'aujourd'hui – un appui conséquent du gouvernement central pour que la ville organise efficacement la collecte et le traitement des déchets. Il faut que l'État fasse œuvre de pédagogie en direction de la population qui doit être sensibilisée. Mais peut-on sincèrement demander aux Kinois d'éviter d'avoir les rues jonchées d'immondices, sans mettre en place des mesures d'accompagnement ? L'État doit indiquer à la population où elle peut mettre ses ordures et faire un effort pour éviter tout empilement de saletés sur ce site. On constate la faiblesse de l'État dans ce domaine. Je pense toutefois que la situation n'est pas irrémédiable. Avec une dose de bonne volonté, tout le monde peut changer les choses et redonner à cette mégalopole son lustre d'antan. 
 
Les autorités ont décidé de démolir les constructions hors normes et de délocaliser les riverains, tous ceux qui occupent les lits des rivières. Cependant, l'application de cette mesure de bon sens devrait être précédée par le « recasage » de cette population sur un autre site, sous peine de faire face à la loi de Murphy : on trouve une solution à un problème, mais cette solution crée de nouveaux problèmes qu'on doit régler. 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »
Lun 17 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

LE GRAND ENTRETIEN. Pour l’expert du GIEC Arona Diedhiou, le continent n’est pas seulement victime de la hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, mais y contribue.     Arona Diedhiou a participé en tant qu’auteur principal... Lire la suite >

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne

Un ancien ministre béninois arrêté en Espagne
Lun 17 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Komi Koutché, ancien ministre d'Etat du Bénin en charge des finances sous le président Boni Yayi, a été interpellé vendredi soir par la police espagnole, a-t-on appris dimanche auprès de ses proches.   "Il a été ... Lire la suite >

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension

Au Togo, une campagne électorale à nouveau sous tension
Ven 14 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En toile de fond des législatives du 20 décembre boycottées par l’opposition, apparaît la présidentielle de 2020 et la question de la possibilité du chef de l’Etat de se représenter.   Au Togo, depuis plus de cinquante ans se... Lire la suite >

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis

Coopération avec l'Afrique : l'administration Trump serre la vis
Ven 14 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Dans leur logique de contenir tous les multilatéralismes, les États-Unis viennent, par la voix de John Bolton, d'exprimer leur volonté d'opérer des coupes dans leur participation aux missions de paix de l'ONU mais aussi aux différentes aides dont bénéficiait... Lire la suite >

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy

De Reims à Conakry, le retour forcé et les rêves avortés de Mouminy
Mar 11 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Alors qu’un pacte migratoire vient d’être adopté à Marrakech, ce jeune homme, arrivé en France à 16 ans, a été expulsé en Guinée et contraint d’interrompre ses études.   Du paysage qui défile... Lire la suite >

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité

Ghana : ce projet de cathédrale qui met à mal la laïcité
Mar 11 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'annonce de la construction d'une cathédrale nationale avait été faite en 2017 lors du 60e anniversaire de l'indépendance. Un an après, l'imbrication entre pouvoir et religion suscite la polémique.   La symbolique est forte. ... Lire la suite >

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?

Sénégal : un second tour à prévoir pour la présidentielle ?
Jeu 06 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Sur la base d'un sondage de l'institut Stat Info publié lundi 3 décembre, tout n'est pas encore gagné pour un K.-O. en faveur de Macky Sall, qui fait pourtant la course en tête.   Après avoir investi son candidat en grande pompe, samedi 1er... Lire la suite >

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs

Les « gilets jaunes » vus d’Afrique : entre humour, craintes et espoirs
Jeu 06 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sur un continent habitué aux mouvements de colère comme aux ingérences françaises, les internautes observent les événements avec une pointe de dérision.   Dakar, Bamako, Tunis ou Abidjan… Les images de la France insurgée ... Lire la suite >

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu

Tchad - Idriss Déby en Israël : les vraies raisons d'un voyage inattendu
Mar 04 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Qu'est-ce qui a bien pu conduire le président tchadien à effectuer sa visite en Israël alors que son pays soutient la cause palestinienne ? Éléments de réponse.   Le voyage du président tchadien en Israël, qualifié... Lire la suite >

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole

Nigeria/corruption: demande de mandat d'arrêt contre une ex-ministre du Pétrole
Mar 04 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'agence anti-corruption du Nigeria va lancer un mandat d'arrêt contre l'ex-ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke, actuellement poursuivie au Royaume-Uni, afin qu'elle soit jugée dans son pays pour le détournement présumé de millions de... Lire la suite >

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?

Un an après le discours de Macron à Ouagadougou, la politique africaine de la France a-t-elle changé ?
Jeu 29 Nov 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Sécurité, aide, migrations, réconciliation des mémoires… passage en revue des mesures prises par le président après ses promesses du 28 novembre 2017.   Ce fut une séquence risquée, dans « un amphithéâtre... Lire la suite >

La banque russe VTB prête par "erreur" 10,5 milliards d'euros

La banque russe VTB prête par
Jeu 29 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

Le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a attribué par erreur un prêt de plus de 800 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros) à la Centrafrique, a fait savoir la banque en réponse aux révélations de plusieurs médias.   "Il... Lire la suite >

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale

Éthiopie : une ancienne opposante à la tête de la Commission électorale
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

La vague de féminisation du pouvoir éthiopien se poursuit avec la nomination de Birtukan Mideksa à la tête de la Commission électorale. Elle est attendue dans la préparation des prochaines élections en 2020.   Figure charismatique de l'opposition... Lire la suite >

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »

RD Congo - Alain Shekomba : « On s'achemine vers des élections qui ne régleront pas la crise de légitimité »
Sam 24 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

ENTRETIEN. La campagne électorale a officiellement débuté ce jeudi 22 novembre dans un climat de division et de tension autour de la machine à voter. Alain Shekomba s'est confié au Point Afrique sur cette question loin d'être réglée.   Le... Lire la suite >

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme

Elections en RDC: le dauphin de Kabila, Ramazani, présente son programme
Mer 21 Nov 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le candidat du président sortant de la RDC Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, a promis lundi 86 milliards de dollars pour le développement du pays sur cinq ans, en présentant son programme pour l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.   "Moi... Lire la suite >

Étudiants africains en France : ce qui va changer

Étudiants africains en France : ce qui va changer
Mer 21 Nov 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Hausse des frais d'inscription, bourses, visas facilités... Le gouvernement français veut attirer toujours plus d'étudiants étrangers, mais change de paradigme.   Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS