NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?


Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?
Distribution d'aide alimentaire en Libye par un employé de l'OIM, en juin 2017. | PHOTO: Mahmud Turkia / AFP
L'OIM fonctionnerait-elle comme un prestataire de services dans la gestion des migrations ? Deux spécialistes interrogent le fonctionnement de l'organisation mondiale.
 
Le 29 juin a eu lieu l'élection du nouveau directeur de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Trois candidats étaient en lice : l'Américain Ken Isaacs, le Portugais António Vitorino et la Costaricaine Laura Thompson, actuelle directrice adjointe de l'OIM. Réuni à Genève, le conseil de l'OIM, composé des représentants de 171 États, a élu António Vitorino au poste de directeur général de cette organisation intergouvernementale.
 
António Vitorino, ancien commissaire européen, a été ministre au sein du gouvernement portugais du Premier ministre socialiste António Guterres, actuel secrétaire général des Nations unies. Il sera le dixième directeur de cette organisation.
 
Parmi ses neuf prédécesseurs, huit sont des citoyens des États-Unis. António Vitorino ne sera donc que le second directeur non américain de l'histoire de cette organisation. Étant donné la grande proximité historique et politique entre l'OIM et le gouvernement américain, son élection – et la non-élection du candidat américain Ken Isaacs – est un véritable événement.
 
« L'épouvantail Ken Isaacs »
 
La campagne pour la direction de l'OIM a été marquée par les controverses autour de Ken Isaacs, le candidat choisi par Donald Trump. Humanitaire de formation, Ken Isaacs travaille pour l'association chrétienne évangélique Samaritan's Purse, active dans le développement et les réponses aux situations de crise.
 
Surtout, il a tenu d'innombrables propos pour le moins problématiques. Selon lui, les droits ne proviennent pas des États, mais de Dieu. Il a qualifié l'islam de religion « violente » et a affirmé que, dans la guerre en Syrie, la priorité devait aller aux réfugiés chrétiens. À l'instar de l'actuelle administration américaine, il ne croit pas au changement climatique, alors que la plupart des spécialistes s'accordent sur les liens entre migrations et réchauffement de la planète.
 
Des rumeurs avaient fait état de la volonté de plusieurs cadres de l'OIM de démissionner afin de ne pas avoir à travailler sous sa direction. À l'heure où l'administration Trump sépare les enfants migrants de leurs parents et les place dans des cages, la possible proximité entre le gouvernement américain et le directeur de la principale organisation internationale dans le domaine des migrations ne pouvait, en effet, manquer de susciter la perplexité.
 
D'autres rumeurs ont fait état d'un possible renoncement de Ken Isaacs, mais il n'en a rien été et l'administration américaine a continué de le soutenir vigoureusement.
 
Une convergence d'intérêts politiques
 
Il reste à savoir quelles seront les conséquences de cette élection sur les relations entre l'OIM et les États-Unis. Cette relation est d'abord affaire de budget. En 2016, le gouvernement américain a financé cette organisation à hauteur de 477 millions de dollars : les États-Unis sont ainsi le plus gros contributeur et leur apport représente environ un tiers du budget total.
 
Autant dire qu'il est difficile pour cette organisation de contester les orientations du gouvernement américain. Malgré les polémiques, dans un contexte où l'administration Trump n'a pas hésité à réduire drastiquement le financement de certaines agences internationales, la plupart des observateurs prévoyaient donc l'élection du candidat américain Ken Isaacs.
 
Mais, dans ce cas précis, les rapports entre l'OIM et les États-Unis s'inscrivent dans une histoire spécifique et une convergence d'intérêts politiques. L'OIM fut créée en 1951 sous le nom de Provisional Intergovernmental Committee for the Movements of Migrants from Europe. Sa mission était de résoudre le problème de ce qu'on appelait alors la « surpopulation » en Europe, c'est-à-dire la situation de toutes les personnes déplacées par la Seconde Guerre mondiale.
 
Les États-Unis finançaient alors la reconstruction de l'Europe avec le plan Marshall et voyaient ces personnes comme des obstacles à la reprise économique, et comme des facteurs d'instabilité politique, susceptibles d'être attirées par la propagande communiste. Il convenait donc de les déplacer vers d'autres contrées. Entre 1952 et 1960, l'OIM aida plus d'un million de personnes à quitter l'Europe, notamment vers l'Amérique latine et l'Australie.
 
Hors du système des Nations unies
 
La tâche de venir en aide aux personnes déplacées par la guerre aurait pu échoir au Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), lequel avait été créé à peine une année avant l'OIM. Mais les États-Unis étaient sceptiques à l'égard du HCR. Dans un contexte de début de guerre froide, ils le soupçonnaient d'être sous influence communiste. De plus, la convention de Genève sur les réfugiés prévoyait avant tout la protection des personnes déplacées, alors que les États-Unis se souciaient plutôt de leurs déplacements effectifs vers d'autres régions.
 
Des déplacés au Sud-Soudan pris en charge par le HCR (ici en 2012). © DFID/Flickr
 
C'est pourquoi l'OIM fut placée hors du système des Nations unies. Cela signifiait notamment qu'elle n'était pas contrainte par le cadre normatif fixé par la Charte des Nations unies et la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Aujourd'hui, cette rivalité entre le HCR et l'OIM est toujours d'actualité : là où le premier protège les réfugiés sur place, la seconde se préoccupe moins de leurs droits et davantage de les déplacer ou de les contenir là où les gouvernements le souhaitent.
 
Un prestataire de services en pleine croissance
 
Après une histoire chaotique, l'OIM s'est massivement développée depuis les années 1990. En 1998, l'ONU comptait 188 États membres, mais l'OIM seulement 67. Vingt ans plus tard, en 2018, cette dernière en compte bientôt 171, contre 193 pour l'ONU. L'OIM dispose de plus de 400 bureaux dans 150 pays, pour un budget (en 2017) de 1,614 milliard de dollars, et de plus de 10 000 employés, dont une très grande majorité est « sur le terrain ».
 
L'OIM a également massivement diversifié ses activités. Dans la plupart des cas, elle fonctionne comme un prestataire de services : les gouvernements la paient pour effectuer des tâches de gestion des migrations, qu'ils externalisent ainsi à une agence spécialisée.
 
Il s'agit, par exemple, d'organiser les retours dits « volontaires » de migrants : aux quatre coins de la planète, l'OIM prend en charge des migrants en situation irrégulière et, moyennant une aide financière et quelques pressions psychologiques, leur propose de rentrer « volontairement » dans leur pays d'origine – ce qui est moins coûteux et plus présentable que de les expulser par la force.
 
L'OIM organise également des programmes de migration de main-d'œuvre, gère des centres d'accueil ou de détention pour migrants, aide les gouvernements à réformer leur appareil législatif, lutte contre la traite et le trafic d'êtres humains, organise des services médicaux dans les lieux de détention, forme des douaniers, des gardes-frontières, etc.
 
Impliqué dans le contrôle des migrations
 
Dans un contexte où les politiques migratoires des États sont largement axées sur la lutte contre l'immigration irrégulière, l'OIM est inévitablement impliquée dans des tâches de contrôle des migrations, voire dans le « sale boulot » que les gouvernements lui délèguent.
 
Cela l'expose à de nombreuses critiques. En 2003, Amnesty International affirma que l'OIM appliquait sa politique de « retour volontaire » à des personnes qui auraient dû bénéficier de la protection accordée aux réfugiés, les exposant ainsi à de graves risques dans leur pays d'origine. Human Rights Watch, de son côté, s'alarma de la propension de l'OIM à enfermer des migrants dans des centres fermés, les privant ainsi de certains droits fondamentaux.
 
En 2013, le Rapporteur de l'ONU sur les droits des migrants a exprimé des doutes quant au respect par l'OIM des droits des migrants et des réfugiés. Des activistes plus radicaux ont également lancé une campagne contre l'OIM, accusée d'être un mercenaire dans la guerre que les États livrent aux migrations irrégulières.
 
Face à l'échec des politiques actuelles
 
Cela n'a pas empêché l'OIM de prospérer et de devenir, en 2016, une organisation apparentée aux Nations unies. Depuis, l'OIM se présente comme « l'organisme des Nations unies chargé des migrations ». Ce rapprochement s'inscrit dans le cadre d'un ambitieux effort pour instaurer une approche multilatérale des questions migratoires.
 
Dans un contexte de crise des migrations en Méditerranée, l'ONU a proposé un pacte mondial sur les migrations, actuellement en cours de négociations, et dont le but est de promouvoir des politiques plus équilibrées en la matière.
 
L'OIM est la cheville ouvrière de ces négociations. António Vitorino s'est déclaré favorable aux efforts de l'ONU en la matière, tandis que l'une des premières décisions de l'administration Trump a, au contraire, été de s'en retirer.
 
Opération Triton en Méditerranée (juin 2015) © Irish Defence Forces/Wikimedia
 
Le dilemme est évident. En tant qu'organisation internationale et apparentée au système de l'ONU, l'OIM devrait œuvrer à des politiques migratoires dans l'intérêt de tous les États, respectueuse des droits fondamentaux ainsi que des autres impératifs de la communauté internationale (lutte contre le changement climatique, développement, prévention des conflits, etc.).
 
Mais, en tant qu'agence historiquement proche des États-Unis et des pays développés, et dans la mesure où elle dépend financièrement de ces États, l'OIM est au service de leur objectif de fermeture des frontières, dont les effets délétères sont innombrables : décès de migrants, inflation des réseaux de passeurs, violations des droits fondamentaux, coopération avec des pays où l'État de droit est inexistant, etc.
 
Il s'agit maintenant de savoir comment le nouveau directeur de l'OIM abordera ces défis, et comment cette organisation se positionnera face aux enjeux hautement sensibles que soulèvent les flux migratoires aujourd'hui. Face à la complexité de la question et à l'échec des politiques actuelles, le monde a sans aucun doute besoin d'une organisation spécialisée sur ce sujet. Mais il est à craindre que les contraintes qui pèsent sur l'OIM l'empêchent malheureusement de jouer ce rôle.
 
 
* Antoine Pécoud est professeur de sociologie à l'université Paris-13. Mariette Grange est chercheuse au Global Detention Project.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS