NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Le Burkina Faso désormais sur la carte du djihadisme


Le Burkina Faso désormais sur la carte du djihadisme
Des soldats du Burkina Faso lors d’un entraînement avec l’armée autrichienne, le 13 avril 2018, près de Ouagadougou. | PHOTO: ISSOUF SANOGO / AFP
Trois attentats d’ampleur perpétrés à Ouagadougou, des attaques dans le nord du pays et désormais à l’est, le Burkina est devenu la cible régulière des islamistes armés.
 
« Comment en est-on arrivé là ? » La question taraude désormais les Burkinabés, inquiets face à la multiplication des attaques. Enlèvements, assassinats ciblés, routes minées, la situation sécuritaire se détériore. En trois ans, les attaques terroristes ont déjà fait plus de 118 morts, selon le dernier bilan officiel. « On a déjà perdu le nord, maintenant nous perdons l’Est », s’alarme une source sécuritaire.
 
Du côté français, l’ouverture d’un nouveau « front djihadiste » selon les termes de responsables locaux, et « la faiblesse de la réponse des autorités » inquiètent. Sollicitée par le pouvoir, la force « Barkhane » a mené une frappe aérienne à Inata, dans le nord, le 3 octobre et dépêché deux hélicoptères le 6 octobre dans les environs de Pama, à l’est. Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, est attendu à Ouagadougou jeudi 18 octobre.
 
Voisinage instable
 
Pour comprendre la crise sécuritaire qui se joue aujourd’hui dans ce pays, il faut d’abord regarder du côté de son voisin, le Mali. « Le Burkina subit les conséquences d’un voisinage instable. La frontière malienne sert de base de repli pour ces groupes et de point de passage pour la circulation des armes », analyse Rinaldo Depagne, directeur Afrique de l’Ouest d’International Crisis Group.
 
Depuis 2015, le Burkina Faso est ainsi devenu la cible des djihadistes du Sahel. En deux ans, sa capitale, Ouagadougou, a été frappée à trois reprises. Une soixantaine de personnes ont été tuées. Le 2 mars, la double attaque contre l’ambassade de France et l’état-major burkinabé, revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) du malien Iyad Ag-Ghali, a atteint un niveau d’organisation jamais observé encore.
 
Alors qu’au nord du pays, les attaques sont menées sous la bannière d’Ansaroul Islam, première formation djihadiste locale mais connectée au GSIM, à l’est, l’affiliation des groupes armés n’a toujours pas été déterminée. Certains spécialistes voient ici la main de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). « S’attaquer à cette région est stratégique, les terroristes cherchent à multiplier et à étendre les zones d’insécurité pour casser “le verrou burkinabé”. Si l’est tombe, l’instabilité peut déborder vers d’autres pays de la sous-région, comme la Côte d’Ivoire ou le Ghana », prévient le directeur du Timbuktu Institute Bakary Sambe.
 
Menace sous-estimée
 
La sonnette d’alarme a été tirée, un directeur régional de la police pointait déjà il y a un mois l’urgence d’agir. « Trop tard ! Le gouvernement a sous-estimé la menace à l’est. Aujourd’hui, il se retrouve dépassé, les groupes ont eu le temps de s’implanter et de se structurer », fustige une source sécuritaire. « Nous n’étions pas préparés à lutter contre ce phénomène mondial qu’est le terrorisme, ça a surpris tout le monde », tente de plaider Jean-Pierre Bayala, colonel à la retraite et ancien officier de lutte anti-terroriste. Il faut dire que le pays a longtemps imaginé son « verrou » incassable.
 
 
L’ancien président Blaise Compaoré, renversé par la rue et ses anciens alliés en octobre 2014, négociait à découvert avec les islamistes armés. Son conseiller Moustapha Chafi avait noué des contacts avec tous les groupes de la région et ses négociations permirent la libération d’otages occidentaux. Un réseau d’informateurs maillait le terrain. Les Burkinabés se pensaient alors épargnés par l’hydre terroriste. « Il y avait une clause de non-agression. La bande d’Ag-Ghali se baladait librement dans les rues de Ouaga. Ils combattaient au Mali et soignaient leurs blessés chez nous, ils avaient le gîte et le couvert ici », raconte Jean-Pierre Bayala. A la chute du régime de Compaoré, suivie de la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) en 2015, unité d’élite et garde prétorienne du pouvoir, tout un système sécuritaire s’est effondré. « Le RSP a disparu, Gilbert Diendéré, qui pilotait la cellule de renseignement, a été arrêté, ils ont laissé derrière eux une armée et des services de renseignement divisés et affaiblis », analyse Rinaldo Depagne.
 
« Revendications sociales »
 
Désormais, sur le terrain, les moyens manquent : pas assez d’effectifs, d’équipements aériens et de véhicules blindés. Difficile donc de faire face à des assaillants qui ont aiguisé leurs modus operandi et leur utilisation des engins explosifs improvisés (IED). L’intervention de « Barkhane » au début du mois sonne ainsi comme un « aveu d’échec » pour certains. « Nous n’avons pas les moyens aériens de l’armée française, il fallait appeler la force la plus proche, à Niamey », confie une source ministérielle. En visite au Tchad les 8 et 9 octobre, la ministre des armées Florence Parly a assuré : « Avec le Burkina, nous restons disponibles, car le rôle de “Barkhane”, c’est aussi d’appuyer les forces nationales partout où c’est nécessaire et si elles le demandent. »
 
« L’appui d’une puissance étrangère va alimenter le discours des terroristes qui jouent sur les frustrations des populations et la mauvaise perception qu’elles peuvent avoir des mesures sécuritaires, à cause de certaines bavures. C’est un cercle vicieux », s’inquiète Bakary Sambe. Méfiance vis-à-vis d’autorités peu présentes, pauvreté et isolement constituent un terreau fertile pour les terroristes. « Ansaroul Islam se nourrit des revendications sociales d’une population délaissée par le pouvoir central, leur promettant d’améliorer ses conditions de vie grâce au djihad », décrypte Sidi Kounta, sociologue et expert du djihadisme au Sahel. Assassinats d’imams récalcitrants et des « traîtres », menaces contre les préfets et les maîtres d’école, les djihadistes imposent une terreur ciblée dans certaines zones. « On a deux difficultés majeures : l’anticipation et la collaboration des civils avec nos services de renseignement », reconnaît-on au ministère de la sécurité.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles
Mer 13 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Ce mercredi matin de mars, le prêtre Mekonnen Fatne, debout parmi ses fidèles orthodoxes éthiopiens, observe une église vieille de neuf siècles qu'ils craignent de voir détruite à tout moment.   Au-dessus de l'église s'étend... Lire la suite >

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement
Mar 12 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité après près d'une décennie en détention, demande plus de 68 millions d'euros ... Lire la suite >

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?
Mar 12 Mar 2019 | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».   Le lendemain de l'arrivée... Lire la suite >

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »
Jeu 07 Mar 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Selon « La Tribune de Genève », en raison d'une dégradation de ses fonctions neurologiques, le président algérien risque d'ingérer des aliments ou des liquides dans les poumons.   Sous le titre « Bouteflika nécessite... Lire la suite >

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce
Jeu 07 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant et candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, Martin Fayulu, a annoncé mercredi à l'AFP qu'il ne siègera pas comme député, se considérant comme "président... Lire la suite >

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le premier ministre a désigné le président sortant Macky Sall vainqueur, sans prendre la peine d’attendre les résultats officiels.   C’était une journée de vote paisible dont rien ne laissait présager l’achèvement... Lire la suite >

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Outre leur président, les Nigérians étaient appelés samedi à désigner 360 députés et 109 sénateurs.   Le comptage des voix entre les deux favoris de la présidentielle au Nigeria, le chef de l’Etat sortant, Muhammadu... Lire la suite >

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !
Lun 25 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

C'est dans un calme relatif, malgré seize personnes tuées dans des violences ainsi que des bureaux de vote saccagés dans quelques États, que les membres de la Commission électorale se sont mis au travail pour cette phase décisive de l'élection.   Ce... Lire la suite >

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi
Lun 25 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Un mois après son investiture, le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi reste à la merci de son prédécesseur Joseph Kabila, maître du jeu politique grâce à ses majorités à ... Lire la suite >

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent

A Tombouctou, les réfugiés maliens qui reviennent croisent ceux qui partent
Ven 22 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Plus de 2 300 Maliens sont rentrés dans la région en 2018, pendant que d’autres continuent de s’enfuir. Le pays accueille aussi des Burkinabés et des Nigériens.   Assis sur son tapis face à ses rangées de bracelets et colliers en ... Lire la suite >

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens

Camp Boiro : l'Auschwitz des Guinéens
Ven 22 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Société

COMPTE RENDU. Ces Mémoires d'une rescapée de la dictature de Sékou Touré relatées par Maïmouna Bâ Maréga révèlent toute la cruauté du premier président de la Guinée ainsi que l'horreur de son système.   «... Lire la suite >

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro en orbite pour 2020 ?
Mer 20 Février 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Avec la mise sur pied du Comité politique qu'il qualifie lui-même d'« outil », Guillaume Soro, libéré de sa charge de président de l'Assemblée nationale, pose les bases à partir desquelles il va affronter la tempête politique... Lire la suite >

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent

En Côte d’Ivoire, les divisions politiques inquiètent
Lun 18 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

La coalition formée pour chasser Gbagbo a explosé face aux ambitions de ses leaders pour l’élection présidentielle de 2020.   Depuis les salons climatisés de l’hôtel Ivoire, la vue sur la lagune permet d’imaginer toutes les opportunités... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS