NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Ce que contient l’avant-projet de Constitution du Burkina Faso


Ce que contient l’avant-projet de Constitution du Burkina Faso
A Ouagadougou, le Parlement burkinabé en octobre 2016, deux après la chute du président Blaise Compaoré. | PHOTO: AHMED OUOBA/AFP
Limitation des mandats présidentiels, abolition de la peine de mort, égalité des sexes sont les principales avancées du texte fondateur de la future Ve République.
 
C’était l’une des revendications principales lors de l’insurrection d’octobre 2014. Passer à la Ve République pour enfin en finir avec plus d’un quart de siècle d’une Constitution taillée sur mesure pour l’ex-président Blaise Compaoré.
 
Mardi 14 novembre, un avant-projet du texte fondamental a été remis au président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Autorités coutumières et religieuses, politiques, organisations de la société civile : pendant plus d’un an et demi, 92 Burkinabés triés sur le volet ont débattu pour s’accorder sur les 200 articles de la future Constitution. Si la Commission constitutionnelle souhaite une adoption par référendum, la voie parlementaire n’est pas exclue pour autant. Au chef de l’Etat de trancher. Mais que contient cet avant-projet ? Le point sur les mesures phares.
 
Deux mandats, pas plus
 
C’est la mesure emblématique et son application est « immédiate ». « Le président du Faso est élu pour un mandat de cinq ans. Il est rééligible une seule fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats de président du Faso, ni consécutivement ni par intermittence », précise l’article 57 de l’avant-projet. De quoi couper court à toute velléité de maintien au pouvoir du chef de l’Etat par un tripatouillage habile de la loi fondamentale… Comme en 1997, 2000 et 2014.
 
Les années 1997 et 2000 avaient été marquées par des révisions de la Constitution actuelle, promulguée le 2 juin 1991. Ces amendements ont permis à Blaise Compaoré de faire sauter les verrous de la limitation du nombre de mandats présidentiels. Et de se représenter, encore et encore. En 2014, les élections présidentielles approchant, le « beau Blaise » tenta une troisième fois sa chance. La rue et ses anciens alliés lassés de devoir attendre leur tour en décidèrent autrement.
 
L’avant-projet verrouille donc toute possibilité de révision constitutionnelle qui permettrait au chef de l’Etat de prolonger son bail au palais de Kosyam : « Aucun projet ou proposition de révision de la Constitution n’est recevable lorsqu’il remet en cause le nombre et la durée des mandats présidentiels. »
 
Affaiblissement des pouvoirs présidentiels
 
« Nous avons opté pour un régime semi-présidentiel. Le Parlement sera renforcé, libre dans ses initiatives et dans son ordre de gestion », explique Halidou Ouedraogo, le président de la Commission constitutionnelle. Le contrôle de l’action du gouvernement par le Parlement est accru, mais le Sénat disparaît.
 
Une justice plus indépendante
 
Maintes fois critiquée sous l’ère Blaise Compaoré, l’intrusion du président dans les affaires judiciaires est condamnée par une mesure symbolique : le chef de l’Etat ne présidera plus le Conseil supérieur de la magistrature, l’organe chargé de veiller à l’indépendance de la justice.
 
Que ce soit sous la présidence de Blaise Compaoré comme depuis l’élection de Roch Kaboré, l’indépendance et l’impartialité de la justice ont souvent été qualifiées de concepts de façade. Un grief dont a tenu compte la Commission constitutionnelle. Dans l’avant-projet, la justice est le sujet le plus détaillé.
 
La mesure phare est ancrée dans l’actualité. En avril, la Haute Cour de justice, chargée de juger les ministres et le chef de l’Etat, avait débuté son premier procès, celui de l’ancien gouvernement de Luc-Adolphe Tiao, pour déterminer les responsables de la répression de l’insurrection d’octobre 2014. L’avant-projet propose de supprimer cette juridiction, décriée comme un organe politisé en raison de la présence d’hommes politiques en son sein. « Désormais une chambre criminelle au niveau de la cour d’appel, composée de hauts magistrats, se chargera ce genre de contentieux », précise Halidou Ouedraogo.
 
Abolition de la peine de mort
 
« Nul ne peut être condamné à la peine de mort », souligne l’article 5. La mesure est avant tout symbolique puisque la peine capitale n’est plus appliquée au Burkina Faso depuis la fin des années 1980. Mais son intégration dans la loi fondamentale souligne la volonté du « pays des hommes intègres » de poursuivre sa marche vers le progrès social.
 
Protection de la femme
 
Si la « promotion du genre » est déjà consacrée dans la Constitution de 1991, cet avant-projet va nettement plus loin dans le cheminement vers l’égalité des sexes. Dès l’article 4, il est précisé que l’Etat « veille à l’élimination de toutes les formes de violence et de discrimination à l’égard de la femme et de la fille ». A l’Etat aussi incombe le devoir d’assurer « leur participation effective aux politiques publiques de développement national et local ».
 
Des Burkinabés plus libres et mieux protégés
 
« Les libertés ont été renforcées et les droits sociaux affirmés », résume Halidou Ouedraogo. Dans la Constitution actuelle, aucune mention de la liberté de pensée et d’expression. Ce que vient corriger l’article 11.
 
En matière de droits sociaux de base, les progrès sont considérables. « L’alimentation saine », « l’accès à l’eau potable et l’assainissement » ainsi que « l’énergie » s’ajoutent au droit à la santé, au logement et à l’éducation. Une éducation qui n’est plus seulement un droit puisque l’article 31 précise que « l’école est obligatoire et gratuite pour les enfants des deux sexes ».
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS