NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Burkina, les divisions politiques font le bonheur des fidèles de Blaise Compaoré


 Au Burkina, les divisions politiques font le bonheur des fidèles de Blaise Compaoré
Les députés burkinabés se rassemblent autour du cercueil de Salif Diallo, l’ancien président de l’Assemblée nationale, le 24 août 2017, à Ouagadougou. | PHOTO: AHMED OUOBA / AFP
Pour nuire au CDP, un « front de gauche » avait été imaginé. Dévoilé après la mort de son concepteur, ce plan a semé la zizanie dans tous les partis, sauf celui visé…
 
 
On le surnommait « l’animal politique ». Salif Diallo, président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso jusqu’à son décès, en août, avait toujours un coup d’avance sur ses adversaires. Et face à la montée en puissance du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de l’ancien président Blaise Compaoré poussé à la démission par l’insurrection populaire d’octobre 2014, le « faiseur de rois » avait évidemment un plan. Alors que le CDP se sentait pousser des ailes devant les critiques de plus en plus acerbes contre le pouvoir en place, accusé de « faire du Blaise en moins bien », Salif Diallo comptait bien les couper avant l’élection présidentielle de 2020.
 
« Salif était en train de créer un grand front de gauche réunissant les déçus du MPP [Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir], de l’UPC [Union pour le progrès et le changement, opposition], du CDP et une grande partie des partis sankaristes, explique Achille Tapsoba, le président par intérim du CDP. Le fractionnement est une vieille stratégie qui marche à tous les coups. C’est même ça qui a mené à la création du CDP puis du MPP. »
 
Les « taupes de Salif »
 
Il aura fallu attendre le décès de son concepteur pour que le plan fuite. « Double jeu politique : les masques des “taupes de Salif” vont-ils enfin tomber ? », titrait, le 10 septembre, le journal burkinabé Le Courrier confidentiel. L’article révélait que des députés de l’UPC comptaient quitter le navire de l’opposition pour rejoindre le front de gauche imaginé par Salif Diallo. « A partir de là, une surveillance policière s’est installée au sein de l’UPC. Déjà, en juillet, le parti avait dressé une liste noire de députés supposés proches de la majorité. Mais après cet article, tout le monde nous voyait comme des traîtres », explique Daouda Simboro, ancien président du groupe UPC à l’Assemblée nationale.
 
Début octobre, Daouda Simboro a pris la tête d’une fronde au sein de l’hémicycle. Avec douze autres députés de l’opposition, il a quitté le groupe parlementaire UPC pour un nouveau, l’UPC/Renouveau démocratique. Le groupe UPC s’est retrouvé amputé de près d’un tiers de ses députés. Un coup dur pour le parti de Zéphirin Diabré, qui se refuse à reconnaître la nouvelle entité. Pour le chef de file de l’opposition, la fronde du « groupe des treize » a été manigancée par ses adversaires du MPP : « Le complot est réel, affirme Zéphirin Diabré. Après la mort de Salif, le groupe a été récupéré par le MPP au plus haut niveau. Ils les ont soutenus, et même financés, dans le but de nuire à l’UPC. »
 
 
Daouda Simboro nie formellement ses liens avec Salif Diallo et son projet de front de gauche, tout comme le fait d’avoir été récupéré par le MPP. Mais une vidéo publiée sur les réseaux sociaux fin octobre a remis de l’huile sur le feu. Une séquence surréaliste dans laquelle on voit Simon Compaoré, le ministre de la sécurité (MPP), en gilet pare-balles et kalachnikov à la main, lancer la petite phrase désormais devenue célèbre au Burkina : « On va les chicoter. » L’entourage du ministre l’avoue : la vidéo est authentique et a été filmée chez l’un des treize frondeurs de l’UPC, à qui Simon Compaoré était venu apporter son soutien.
 
Depuis, les appels à la démission du ministre de la sécurité se sont multipliés. Dans les couloirs des ministères, les rumeurs sur un remaniement ministériel vont bon train. Au MPP, on avoue être de plus en plus gêné par les sorties incontrôlables de Simon Compaoré, alors que le bilan du président Roch Marc Christian Kaboré ne cesse d’être critiqué et que la gestion du dossier sécuritaire est jugée catastrophique par certains. « Nous n’avons pas besoin d’une nouvelle polémique. Il faudrait mettre Simon Compaoré à un poste plus à l’ombre », glisse un cadre du MPP.
 
« C’est une manipulation »
 
La démission du ministre de la culture, Tahirou Barry, le 26 octobre, est un autre coup dur pour le pouvoir. L’ex-président du Parti pour la renaissance nationale (Parena) a claqué la porte, dénonçant un « immobilisme avilissant, faute d’imagination de l’élite dirigeante », et exprimant une « déception profonde » quant au « sacrifice des martyrs, trahis par des dirigeants en crise d’initiatives ». En bisbille depuis plusieurs mois avec Laurent Bado, le fondateur du Parena, Tahirou Barry en avait été évincé en juillet. « C’est une manipulation. La manœuvre de Laurent Bado a été soutenue et financée par certains individus du MPP », dénonce un proche de Tahirou Barry, en référence à la frange « salifiste » du parti au pouvoir et au projet de front de gauche de Salif Diallo.
 
 
Pour le CDP, le marasme politique actuel est une aubaine. « C’est la providence, s’enthousiasme un cadre du parti. Entre les défections, les frasques du pouvoir… notre dynamique de réconciliation commence à prendre ! » L’opposition, actuellement dirigée par l’UPC, pourrait-elle basculer en faveur du CDP ? C’est ce qu’espère ce dernier. Pour l’heure, le parti de l’ancien régime s’active pour se trouver un président. De bonnes sources, certains auraient proposé un nom, et pas des moindres : Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire. « Rien ne dit qu’il accepte. Mais il pourrait gérer le parti à distance. » Trois ans après l’insurrection populaire qui a chassé Compaoré du pouvoir, son ancien parti semble bel et bien avoir lancé sa stratégie de reconquête.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger
Ven 20 Avr 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Economie

Toute cette semaine Afrique économie se penche sur une question cruciale, l’économie des partis politiques africains. L'argent étant le nerf de la guerre, comment se finance l’action politique ? Par quels mécanismes publics ou privés ? Quatrième... Lire la suite >

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences
Ven 20 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les étudiants protestent notamment contre l’exclusion de cinq de leurs camarades de l’université en mars.   Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, a été fermé mercredi 18 avril « jusqu’à nouvel ... Lire la suite >

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique
Jeu 19 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo éclaire en chiffres l'impact de la situation qui y prévaut depuis août 2017.   Jusqu'à présent, aucun chiffre ne venait corroborer ceux qui circulaient sur les réseaux sociaux... Lire la suite >

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte
Jeu 19 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Faute de successeur crédible, les dirigeants du parti au pouvoir se rangent majoritairement derrière Muhammadu Buhari.   Alors que Muhammadu Buhari a récemment multiplié les visites aux quatre coins du Nigeria, d’aucuns le soupçonnaient de venir... Lire la suite >

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence
Mar 17 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le chargé d'affaires du Nigeria a été délogé de sa résidence à Kinshasa en raison d'une querelle foncière qui dure depuis plusieurs années, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi.   Le chargé d'affaires... Lire la suite >

Le paludisme, tueur au quotidien

Le paludisme, tueur au quotidien
Mar 17 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Lire la suite >

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore
Jeu 12 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des documents issus des « Paradise Papers » révèlent comment le pétrolier français a aidé l’Etat africain à berner le FMI.   Un Etat endetté cherchant des financements, une compagnie pétrolière cherchant... Lire la suite >

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre
Mer 11 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

« Cleaning Day » pour la population, strict respect des horaires pour les fonctionnaires : le nouveau président a d'ores et déjà pris des mesures qui frappent les esprits.   Les fonctionnaires dans la ligne de mire de Julius Maada Bio. Le nouveau ... Lire la suite >

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Leila Zerrougui, nouvelle cheffe de la Monusco, insiste sur l’importance de la tenue d’élections « crédibles » en République démocratique du Congo le 23 décembre.   La République démocratique du Congo (RDC) traverse... Lire la suite >

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les forces maliennes affirment que 14 « suspects terroristes » auraient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion ».   Une association peule et des proches de quatorze suspects tués pendant... Lire la suite >

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine
Lun 09 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des centaines de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre un accord passé entre Washington et Accra en 2017.   Au cœur d’une polémique qui enflamme le Ghana, le président Nana Akufo-Addo a assuré dans un discours retransmis... Lire la suite >

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »
Lun 09 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Alors que le Vatican souhaite que la cérémonie de béatification des moines de Tibhirine ait lieu en Algérie, les mots de l'évêque d'Oran ont une résonance particulière.   Il porte un insigne aux couleurs du drapeau... Lire la suite >

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict
Ven 06 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

« Nous contestons les résultats et nous prendrons les actions judiciaires pour les corriger », a déclaré Samura Kamara, candidat malheureux du parti au pouvoir.   Le candidat du principal parti de l'opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a ... Lire la suite >

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence
Ven 06 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est l'un de ces personnages sulfureux que l'on croise au hasard des pages des romans noirs, au bar d'un grand hôtel. Eminences grises, entremetteurs voire hommes de main, ils naviguent dans l'ombre des puissants, aux frontières de la loi.   Ajay Sooklal... Lire la suite >

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila
Jeu 05 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Alors que l’Eglise catholique s’est affirmée comme la première force d’opposition, musulmans et protestants prennent à leur tour leurs distances avec le régime.   A Kinshasa plus qu’ailleurs, les cultes proposés par les innombrables... Lire la suite >

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine
Jeu 05 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Derrière sa présence diplomatique qu'il renforce sur le continent, le gouvernement de Narendra Modi affiche clairement son intention de concurrencer son grand voisin de l'empire du Milieu.   L'Inde est-elle suffisamment représentée en Afrique ?... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS