NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Somaliland, les leçons d’un pays fantôme


Somaliland, les leçons d’un pays fantôme
Le nouveau président somalilandais, Musa Bihi Abdi, à Hargeisa, le 9 novembre 2017. | PHOTO: REUTERS
L’ex-protectorat britannique, autoproclamé indépendant de la Somalie en 1991, n’a été reconnu par aucun Etat, mais tente de consolider l’exercice de la démocratie.
 
Qui connaît le Somaliland ? Ce territoire logé dans les confins septentrionaux de la Somalie s’obstine depuis vingt-six ans à prouver qu’il peut se frayer un destin pacifique et démocratique au milieu du chaos. L’ancien protectorat britannique, autoproclamé indépendant de la Somalie en 1991, n’a jusqu’à présent été reconnu par aucun autre Etat. Il reste officiellement une province autonome du pays formé avec la Somalie italienne le 1er juillet 1960, cinq jours après avoir dénoué les liens avec la puissance coloniale.
 
Sa trajectoire fait pourtant exception dans la Corne de l’Afrique, où régimes autoritaires et Etats faillis sont la norme. L’élection présidentielle du 13 novembre vient de le confirmer. Le candidat du parti au pouvoir, Musa Bihi Abdi, investi le 14 décembre, a été élu au terme d’un processus électoral que les observateurs de la mission internationale financée par le Royaume-Uni ont qualifié de « globalement pacifique et bien organisé ». En dépit d’irrégularités dans plusieurs circonscriptions et au terme d’une semaine de négociations émaillée de quelques affrontements, son principal rival, Abdirahman Irro, s’est rangé au verdict de la commission électorale pour ne pas ruiner le capital le plus précieux dont dispose le Somaliland pour plaider sa cause sur la scène internationale.
 
Porte close
 
Jusqu’à présent, les émissaires du Somaliland ont toutefois toujours trouvé porte close. Les Occidentaux, pourtant attentifs à la consolidation de cette expérience démocratique – outre le Royaume-Uni, les Etats-Unis ont financé la mise à jour des listes électorales à partir d’un système d’identification biométrique par scan de l’iris –, se défaussent sur l’Union africaine (UA). L’organisation continentale ne se montre pas davantage disposée à s’engager sur ce dossier. La candidature du pays, déposée en 2005, pour devenir un Etat membre de l’UA est restée lettre morte. La ligne de l’UA est claire : éviter de rouvrir un débat sur les frontières héritées de la colonisation, qui pourrait alimenter les volontés sécessionnistes toujours vivaces dans plusieurs pays. Le différend entre le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique, dont elle subit directement les effets depuis que le royaume chérifien a réintégré l’institution, fin 2016, la conforte dans cette voie. Par ailleurs, l’influence de l’Egypte, proche de la Somalie, membre comme elle de la Ligue arabe, contribue aussi à ce statu quo.
 
Avec son administration, son armée et son drapeau, le Somaliland fait ainsi partie de ces Etats de facto (de fait) par opposition aux Etats de jure (de droit) qui jouissent de l’onction des autres Etats et des Nations unies. Ce statut de passager clandestin ne l’empêche pas d’entretenir des relations avec certains bailleurs de fonds bilatéraux et des agences d’aide onusiennes, dont les enseignes bordent les rues de la capitale, Hargeisa, pour faire la publicité des quelques projets financés par des subsides étrangers. Le Royaume-Uni a ouvert des bureaux de représentation. L’absence de statistiques distinctes dans les registres de l’aide internationale rend difficile une évaluation précise de ce soutien. Au mieux, il atteindrait une centaine de millions de dollars sur le gros milliard annuel accordé à Mogadiscio depuis 2010.
 
A ce compte-là, les Somalilandais ont de bonnes raisons de penser que la guerre paie davantage que la paix. Le ministre des affaires étrangères, Saad Ali Shire, le dit sans ambages : « La communauté internationale ne reconnaît pas nos efforts et notre contribution à la stabilité de la région. Elle récompense davantage la mauvaise gouvernance. » Faute d’un accès plus large aux guichets internationaux, dont ceux du Fonds monétaire international (FMI), et d’un cadre juridique rassurant pour les investisseurs étrangers, le Somaliland vit avant tout des capitaux rapatriés par sa diaspora et de la réussite de quelques entrepreneurs privés. Le contrat signé en 2016 avec Dubaï pour développer le port en eau profonde de Berbera, sur le golfe d’Aden, puis celui signé cette année avec les Emirats arabes unis pour l’installation d’une base navale ont toutefois fait naître l’espoir de jours meilleurs.
 
Retour en arrière inconcevable
 
En attendant, le sous-emploi généralisé pousse les jeunes sur les routes de l’exil. Avec leurs voisins éthiopiens ou érythréens, ils sont parmi les plus nombreux à tenter de rejoindre l’Europe. La sécheresse qui sévit sur la corne de l’Afrique depuis quatre saisons a décimé les troupeaux de dromadaires qui s’exportaient vers la péninsule Arabique. Des dizaines de milliers de personnes ayant tout perdu ou presque sont venues gonfler les camps de réfugiés installés aux abords des principales villes.
 
De plus, 70 % des 3,5 millions d’habitants vivant sur ce territoire un peu plus grand que la Grèce ont moins de 30 ans. La paix et la liberté dont ils se montrent si fiers ne sont pas un remède à la faim. Ni à l’absence d’horizon dans lequel les enferme la situation d’un pays fantôme. Tout retour en arrière semble cependant inconcevable.
 
Chez les jeunes générations nées dans un Somaliland « indépendant », la seule évocation qu’il pourrait un jour en être autrement soulève un refus absolu. Musa Bihi Abdi s’est engagé à reprendre les discussions avec le gouvernement fédéral de Mogadiscio pour négocier les termes d’un divorce qui ouvrirait la voie à une reconnaissance internationale. Jusqu’à présent, toutes les tentatives ont échoué. La dernière médiation, sous l’égide de la Turquie, a avorté en 2015. Le chemin s’annonce long et sans garantie. Les nombreuses chancelleries européennes qui ont félicité le Somaliland pour ce pas supplémentaire vers la démocratie et promis leur coopération financière se sont bien gardées de s’aventurer sur ce terrain.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger
Ven 20 Avr 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Economie

Toute cette semaine Afrique économie se penche sur une question cruciale, l’économie des partis politiques africains. L'argent étant le nerf de la guerre, comment se finance l’action politique ? Par quels mécanismes publics ou privés ? Quatrième... Lire la suite >

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences
Ven 20 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les étudiants protestent notamment contre l’exclusion de cinq de leurs camarades de l’université en mars.   Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, a été fermé mercredi 18 avril « jusqu’à nouvel ... Lire la suite >

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique
Jeu 19 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo éclaire en chiffres l'impact de la situation qui y prévaut depuis août 2017.   Jusqu'à présent, aucun chiffre ne venait corroborer ceux qui circulaient sur les réseaux sociaux... Lire la suite >

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte
Jeu 19 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Faute de successeur crédible, les dirigeants du parti au pouvoir se rangent majoritairement derrière Muhammadu Buhari.   Alors que Muhammadu Buhari a récemment multiplié les visites aux quatre coins du Nigeria, d’aucuns le soupçonnaient de venir... Lire la suite >

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence
Mar 17 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le chargé d'affaires du Nigeria a été délogé de sa résidence à Kinshasa en raison d'une querelle foncière qui dure depuis plusieurs années, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi.   Le chargé d'affaires... Lire la suite >

Le paludisme, tueur au quotidien

Le paludisme, tueur au quotidien
Mar 17 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Lire la suite >

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore
Jeu 12 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des documents issus des « Paradise Papers » révèlent comment le pétrolier français a aidé l’Etat africain à berner le FMI.   Un Etat endetté cherchant des financements, une compagnie pétrolière cherchant... Lire la suite >

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre
Mer 11 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

« Cleaning Day » pour la population, strict respect des horaires pour les fonctionnaires : le nouveau président a d'ores et déjà pris des mesures qui frappent les esprits.   Les fonctionnaires dans la ligne de mire de Julius Maada Bio. Le nouveau ... Lire la suite >

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Leila Zerrougui, nouvelle cheffe de la Monusco, insiste sur l’importance de la tenue d’élections « crédibles » en République démocratique du Congo le 23 décembre.   La République démocratique du Congo (RDC) traverse... Lire la suite >

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les forces maliennes affirment que 14 « suspects terroristes » auraient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion ».   Une association peule et des proches de quatorze suspects tués pendant... Lire la suite >

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine
Lun 09 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des centaines de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre un accord passé entre Washington et Accra en 2017.   Au cœur d’une polémique qui enflamme le Ghana, le président Nana Akufo-Addo a assuré dans un discours retransmis... Lire la suite >

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »
Lun 09 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Alors que le Vatican souhaite que la cérémonie de béatification des moines de Tibhirine ait lieu en Algérie, les mots de l'évêque d'Oran ont une résonance particulière.   Il porte un insigne aux couleurs du drapeau... Lire la suite >

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict
Ven 06 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

« Nous contestons les résultats et nous prendrons les actions judiciaires pour les corriger », a déclaré Samura Kamara, candidat malheureux du parti au pouvoir.   Le candidat du principal parti de l'opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a ... Lire la suite >

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence
Ven 06 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est l'un de ces personnages sulfureux que l'on croise au hasard des pages des romans noirs, au bar d'un grand hôtel. Eminences grises, entremetteurs voire hommes de main, ils naviguent dans l'ombre des puissants, aux frontières de la loi.   Ajay Sooklal... Lire la suite >

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila
Jeu 05 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Alors que l’Eglise catholique s’est affirmée comme la première force d’opposition, musulmans et protestants prennent à leur tour leurs distances avec le régime.   A Kinshasa plus qu’ailleurs, les cultes proposés par les innombrables... Lire la suite >

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine
Jeu 05 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Derrière sa présence diplomatique qu'il renforce sur le continent, le gouvernement de Narendra Modi affiche clairement son intention de concurrencer son grand voisin de l'empire du Milieu.   L'Inde est-elle suffisamment représentée en Afrique ?... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS